Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (7054 avis)

Couverture de la série Alice Guy
Alice Guy

Ce n’est pas la première biographie que je lis de ce duo d’auteurs mais c’est avec un plaisir renouvelé que j’effectue ces lectures. José-Louis Bocquet et Catel Muller nous invitent ici à partager la destinée d’Alice Guy, personnage peu connu du grand public et pourtant une des actrices les plus déterminantes dans la naissance et la popularisation du cinéma. Et c’est toute une époque et toute une épopée que font revivre les deux auteurs au travers de la vie d’Alice ! Rien à faire, je suis directement tombé sous le charme. Pourtant la structure du récit est des plus conventionnelles : nous suivons Alice depuis sa naissance jusqu’à sa mort dans un ordre chronologique rigoureux. Le récit se découpe en de multiples chapitres de longueur variable (d’une page à une bonne trentaine de pages) et à la fin de chacun d’eux, je n’ai pu m’empêcher de me dire « allez, encore un et puis je fais une pause ». Résultat : un gros pavé lu en quelques heures sans que pause, il n’y ait eu. Ce récit est tellement vivant, tellement léger et instructif à la fois, drôle à l’occasion, incitant à réflexion à d’autres moments que je ressors de ma lecture amusé, touché et instruit. Que demander de plus ? Une bien belle évocation donc, d’une réalisatrice haute en couleurs (j’ai beaucoup aimé le discours féministe que, au travers de ses œuvres, elle faisait passer avec humour et sans avoir l’air d’y toucher) autant que des débuts du cinéma (j’ai été étonné par la multitude d’appareils lancés aux origines de l’image en mouvement).

04/10/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Reckless
Reckless

Brubaker et Phillips profitent des contraintes du confinement Covid et du ralentissement de l’industrie du comics pour adopter un nouveau format (des albums complets et non sérialisés), et pour lancer une nouvelle série et un nouveau personnage : Ethan Reckless. Si le genre reste le même que dans leur série phare Criminal, le personnage donne un ton frais aux récits : Reckless rappelle les détectives privés des feuilletons littéraires à la Jack Reacher : passé trouble et traumatisant, méthodes discutables voire illégales, compétences criminelles acquises alors qu’il bossait au FBI, et « petits boulots » douteux pour renflouer les caisses. Les auteurs démontrent tout leur talent : Les intrigues sont prenantes et remarquablement écrites, la narration est aux petits oignons et la mise en image de Phillips père et fils est parfaite. Les rebondissements sont bien amenés et ont réussi à me surprendre à chaque fois. Le succès est déjà au rendez-vous : 2 tomes VO parus (que j’ai engloutis d’une traite), un 3eme sur le point de sortir (vivement !), et un 4eme annoncé (l’attente sera longue). Les auteurs tiennent un rythme de fou, pour notre plus grand plaisir.

04/10/2021 (modifier)
Par kanibal
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Les Ombres de la Sierra Madre
Les Ombres de la Sierra Madre

C'est le genre de BD de prime abord où l’on n’attend pas grand-chose et en fin de lecture tous nos a priori se sont envolés, c'est le cas des Ombres de la Sierra Madre. Tout d’abord je dois dire que le trait de Daniel Brecht n'est pas des plus expressifs mais l'histoire qui nous est contée fait vite oublier le coté simpliste du dessin, c'était déjà le cas avec L'Or de Morrison sauf qu'ici on parle du dernier soubresaut des apaches Chiricahuas en 1920. C'est bien documenté d'autant qu'à la fin du tome 1 il y a un dossier de 8 pages avec les photos d’époque de certains protagonistes, ce qui donne encore plus de crédit à cette trilogie. Je n'ai pas décroché du récit jusqu'à la conclusion finale, et cette fin je ne l'ai pas vu venir, elle m'a laissé bouche bée.

03/10/2021 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Katsuo
Katsuo

Ça commence fort avec, dans le Japon médiéval, l'affrontement d'un quatuor de samouraïs et d'un de leurs congénères, protégés par une impressionnante armure noire. On fait un saut dans le temps pour se retrouver avec Katsuo, un adolescent typiquement moderne, c'est à dire qu'il a toutes les caractéristiques de l'endive, malgré mes tentatives de son grand-père pour l'intéresser aux arts martiaux asiatiques. Et puis le hasard l'amène, d'un seul coup, dans le passé de son pays (pratique pour la langue, je suppose que le japonais a moins évolué que le français par exemple). Il se retrouve donc dans une histoire impliquant ce samouraï noir. L'histoire est un peu confuse, avec cette guerrière de 13 ou 14 ans, cette autre adolescente qui accompagne nos amis, et ce sabre aux origines obscures mais qui se met d'un coup à briller... Mais qu'importe, finalement, le récit, truffé de péripéties est agréable à suivre, on ne s'ennuie pas et c'est l'essentiel. Raoul Paoli a un style graphique assez simple, il propose une mise en scène recherchée, même si les décors sont un peu absents à mon goût. Je suis un peu plus réservé sur les visages, surtout celui de Katsuo, qui me semble un peu "léger", mais l'ensemble est plaisant visuellement. On notera la chouette couverture, avec du vernis sélectif, preuve que l'éditeur croit dans le succès de cette série, et on lui souhaite d'avoir raison, c'est frais, c'est dynamique, même s'il y a besoin de quelques réglages.

02/10/2021 (modifier)
Par r0ud0ud0u
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Obscurcia
Obscurcia

Je viens de passer un vrai bon moment à lire cette série. 3 albums de qualité, on ne s’ennuie pas. Vraiment pas pour les plus jeunes, à ne pas à mettre dans les mains de moins de 10 ans. L'univers y est sanglant, sans doute un des points qui m'a plu. J'ai adoré cette "quête" qui finit de façon inattendue. Je vous laisse le lire... Le moindre indice sur cette fin vous couperait le plaisir.

02/10/2021 (modifier)
Couverture de la série Le Choucas
Le Choucas

Il fallait oser!! Cette couverture , avec la tronche (pardon!) d'un anti-Clooney aux yeux jaunes, le costard miteux et cette chemise jaune de la brocante d'il y a cinq ans. Au début tout ne tient qu'à un fil... Un dessin particulier, des visages burinés, des beautés fatiguées par beaucoup trop d'années passées devant le miroir. En plus, ce scénario qui part dans le pathos avec le bon prolo viré par son méchant PDG et qui devient un privé sur le quart de la demi phrase volée au téléphone de son ex-patron. Et alors Gabin arrive, et Aristide et cet humour à chaque page, ces références littéraires à ce tordre. Même si je suis plutôt Exbrayat ou Simenon le vieux Parigot que je suis, a adoré cette ambiance des banlieues ouvrières d'antan ou du métro aérien la nuit. Il y a tellement d'humain dans cette série. Des quinquas bien avancés sans bolide mais en Peugeot de mon grand père, pas ou peu de flingues, un pseudo-naïf qui arrive à ses fins ( sans savoir conduire ni tirer!!!) , oui , il fallait oser et Lax l'a fait. J'en arrive au meilleur, mais il n'y a que du bon, les méchants!!! Les méchants ont du caractère et de l'humanité. Des chutes improbables où le scrabble rivalise avec les images pieuses. J'ai hurlé de rire quand Choucas s'est confronté aux Editions Dynamite qui ont bien changé depuis. Mon seul regret est qu'il n'y ait que six volumes. D'autant plus que le dernier volume au Québec ( sans voiture!!!) est une pure merveille. On entend presque l'accent de nos cousins canadiens. Bienvenue; Enfin quand un Choucas vole jusqu'au Brésil pour affronter des Faisans d'Hérault, quel régal.

01/10/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Royal City
Royal City

Pourquoi diable n’ai-je pas lu cette série avant. J’adore pourtant les œuvres de Jeff Lemire, et les thèmes de cette histoire avaient tout pour me plaire… et bingo ! « Royal City » raconte la vie d’une famille qui s’est disloquée le jour de la mort de Tommy, le plus jeune fils. Le ton est donc très « roman graphique », l’intrigue se présente comme une fable familiale assez noire, remplie de secrets enfouis et inavouables. Mais tout va remonter à la surface avec un drame plus récent qui va réunir la famille (la crise cardiaque du papa, qui est d’ailleurs un AVC dans la VO, quel changement bizarre). Une touche de fantastique vient se greffer sur le récit, même si on peut rester cartésien et tout simplement imaginer que Tommy n’existe que dans la tête des protagonistes. Il les « hante » au sens figuré. La réalisation de l’album est selon moi parfaite. La narration passe d’une époque à une autre sans jamais perdre le lecteur, et le rythme, assez lent en première moitié d’album, accélère graduellement et m’a scotché sur la fin – impossible de refermer l’album avant d’en avoir lu le dénouement. Le ton est juste, les révélations familiales sont surprenantes et bien amenées. Les évènements m’ont beaucoup touché et ont même fini par me faire pleurer dans les dernières pages (m’enfin, je m’attendris avec l’âge). J’accepte tout à fait que le style esquissé de Lemire ne plaira pas à tout le monde, mais moi j’adore. C’est élégant, expressif, lisible, et les couleurs pastelles sont magnifiques. Un récit terriblement humain. Je m’emporte sous le coup de l’émotion, et j’attribue la note maximale. Peut-être mon album préféré de cet auteur (et il y a de la concurrence !)

30/09/2021 (modifier)
Couverture de la série Fausses pistes
Fausses pistes

L'Histoire a longtemps été la possession de ceux qui l'ont écrite. Toujours les vainqueurs, les plus forts. Point de tradition orale, qui pourrait donner d'autres pistes, dans notre civilisation. Celui qui domine l'écrit domine le passé et souvent le présent. Bruno Duhamel nous propose une très belle œuvre sur la vérité fondatrice de notre roman national. Frank n'a jamais remis en doute la légitimité du personnage mythique qu'il incarne, le Marshal Johnson qui, avec son compère Doc, sont la modernité et la justice de l'Amérique du Far-West. Le célébrissime duel dans un corral contre des éleveurs passéistes est une image du glaive de la Justice. Frank s'est donné dans ce travail, non ! Dans cette mission évocatrice de la vertu de nos héros fondateurs. Mais il rencontre l'ingratitude, le vide et la solitude. Comme on se jette dans un puits on va à la rencontre des espaces grandioses qui ne mentent pas. Ils sont beaux. Mais surprise, dans le car Frank n'est pas seul et rencontre l'Amérique moderne dans toute sa diversité, couple mixte, homos, trans, hippies plus une autre solitude, Mike. Franck et Mike sont des experts en Affaires Indiennes façon encyclopédie. Le discours du Chef Seattle de 1854 lors de la négociation avec les envoyés du Président Pierce est-il le fondement d'une nouvelle pensée ou un faux ? Pas d'enregistrement d'un Indien qui ne parle pas anglais avec des témoins qui ne comprennent pas sa langue. Alors après 32 ans le récit d'un témoin présent à cette rencontre historique est-il fiable ? La réponse est personnelle mais engage dans sa vision du monde. Franck partait seul à notre rencontre sur la belle couverture, sans point de repère. Il réglera ses comptes avec le passé et trouvera son avenir. Pas celui auquel il pensait. Celui du sang neuf qui vivifie l'Amérique d'aujourd'hui et de demain. Cette très belle histoire est soutenue par les beaux dessins de Bruno Duhamel. Les personnages, un peu clichés, se révèlent être plus complexes au fil des pages. Un quatre plus

29/09/2021 (modifier)
Par grogro
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série L'Origine du Monde
L'Origine du Monde

Voilà un livre que l'on devrait faire lire à tous à l'école. Les garçons seraient moins cons, les filles aussi d'ailleurs. Nous gagnerions tou(te)s un temps phénoménal à évoquer ces questions. Très bonne surprise que cette BD féministe ! On rentre dedans (si j'ose dire) sans tabous ni complexes, en abordant les choses telles qu'elles se présentent à nous. Féministe, je dirais même humaniste parce que donner (rendre ?*) aux femmes (qui constituent 50% de l'humanité, faut-il le rappeler ?) la place qui leur revient, c'est émanciper le monde entier... * Cf. Quand Dieu était femme de Merlin Stone aux éditions l'Etincelle (lien vers le PDF : https://matricien.files.wordpress.com/2013/03/quand-dieu-c3a9tait-femme-merlin-stone.pdf)

28/09/2021 (modifier)
Par doumé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Pulp
Pulp

Je découvre le duo Brubaker Philips avec cet album, les premières impressions qui me viennent à la fin de ma lecture sont quelle efficacité et quel plaisir à la lecture. Le secret de la réussite est peut être lié à l’enchaînement des actions à des époques différentes avec une telle maîtrise qu'elle rend l'histoire très dynamique. Un album court sans aucun temps mort, nous suivons Max sur plusieurs périodes de sa vie et le scénario est juste superbe.Tous les flash-backs permettent de mieux comprendre son présent et nous sentons que notre héros est comme aspiré par un destin tragique. Le dessin est très classique pour un comics, ce n'est pas le point fort de cet album. Les couleurs utilisées pour symboliser les années 40 sont réussies et nous envoient à cette époque. Une histoire prenante et pleine d'émotions.

27/09/2021 (modifier)