Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (90415 avis)

Par doumé
Note: 4/5
Couverture de la série Nous étions les ennemis
Nous étions les ennemis

Aux Etats Unis, dès l'attaque de Pearl Harbor la situation des américains d'origine japonaise va être dramatique. Cette bd témoigne de la violence subie par toute ces familles. Pour alimenter le racisme, il suffit d'un évènement qui génère la peur de l'autre. C'est le cas de cette attaque surprise et meurtrière de l'empire Japonais qui va servir de déclencheur à la paranoïa des politiciens américains et par conséquent à la haine de la population. Des américains vont interner d'autres américains à cause de leur origine japonaise, leur déportation est décrite par un enfant à ce moment de l'histoire. Il porte un regard original plein d'innocence sur les évènements que sa famille subie , ce qui donne toute sa force à cette bd. Ce n'est pas un historien mais un enfant qui décrit la trahison dont ils ont été victimes rendant plus poignant ce témoignage. L'auteur rend un hommage à ses parents pour leur courage qui vont jusqu'à cacher leurs émotions pour les protéger. Nous suivons le parcours de cette famille internée passant de camps en camps pour retrouver des conditions matériels qui sont parfois pires que dans le précédent camps. A la fin de la guerre, c'est le retour à la liberté synonyme de pauvreté et notre héros passe de l'innocence à l'incompréhension puis à la colère et finalement à la prise de conscience de l'internement dont ils ont été victimes. L'ordre chronologique des évènements n'est pas systématiquement respecté pour accentuer l'écart de leur situation au sein de la société pendant et après la guerre, des hommes et des femmes brisés et internés vont pour certains malgré tout réussir leur carrière professionnelle. C'est l'Amérique où tout est possible le pire comme le meilleur, une note positive qui démontre que l'auteur aime malgré tout son pays. George Takei profite de sa notoriété pour rappeler à l'Amérique cette épisode historique souvent oublier dans les manuels d'histoire Une vie dédiée au souvenir qui honore notre capitaine de vaisseau. En conclusion un comparatif avec la situation actuelle et celle des américains d'origine japonaise en 1941 qui nous démontre qu'aujourd'hui encore les mêmes erreurs se répètent. Instructif

05/12/2020 (modifier)
Couverture de la série La Cagoule
La Cagoule

Mouais. Disons que ça se laisse lire (j’ai lu pour le moment les deux premiers tomes). Mais, sur un sujet intéressant, je trouve qu’il y a quelques défauts. D’abord le dessin : je ne suis pas forcément convaincu. Plusieurs personnages, celui du héros, le commissaire Mondanel par exemple, on des corps massifs, une carrure rectiligne et donnent l’impression d’avoir été « tassés », la tête et le haut du corps comme écrasé, un aspect vaguement « Lego ». Quelques défauts de perspectives aussi. Enfin bon rien de rédhibitoire, mais un ensemble que j’ai trouvé hésitant. Quant à l’intrigue, elle s’attache à une époque trouble, aux basques d’une organisation fasciste, la Cagoule, dans la deuxième moitié des années 1930. Le côté polar se laisse lire, sans originalité, et l’aspect politique/historique me semble un chouia sous employé pour dynamiser l’intrigue. En fin de premier tome, les auteurs expliquent leurs choix, font un petit rappel historique, et quelques personnages ont droit à un court portrait. N’ayant pas lu le dernier tome (je le lirai si l'occasion se présente, sans en faire une priorité), j’imagine qu’il sera accompagné d’un dossier sur le devenir des membres de cette organisation, qui vont être « recyclés » et échapper à l’épuration, au sein de l’Oréal en particulier (détail pas toujours rappelé lorsqu’un sujet traite de cette firme dirigée par certaines des personnes les plus riches de notre pays). Note réelle 2,5/5.

04/12/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
Couverture de la série L'Été en pente douce
L'Été en pente douce

Un "pas mal" qui tire vers le haut. J'aime beaucoup les histoires au climat un peu délétère dont on sait, comme dans toutes-bonnes tragédies grecques qui se respectent, que les choses vont aller de mal en pis. Dès le début de cet album une galerie de personnages s'offre à nos yeux. Le con qui se la pète et se voit plus beau qu'il n'est, la bombasse qui n'a pas inventé l'eau chaude, ce que dans ma campagne, on appelle une "pétasse de cambrousse" et le frangin attardé, mais qui au final se retrouve être le plus adapté. Si vous ajoutez à cela des voisins aux gros sabots et un copain alcoolique vous imaginez aisément l'ambiance que cela peut produire sur un microcosme campagnard accablé par la canicule. Cette étude de mœurs est plutôt bien vue dans une description des tenants et aboutissants qui font monter la tension jusqu'au climax final. Ces personnages que nous n'aimerions pas avoir pour amis nous sont finalement rendus attachants non pas à cause de leur bêtise crasse, mais parce qu'ils ont la volonté de s'en sortir. Au final tout cela est plutôt bien vu, pas impérissable, mais plus qu'honnête. À lire.

04/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 3/5
Couverture de la série Les Indes fourbes
Les Indes fourbes

Pour parler de la BD, j'ai eu du mal à rentrer dedans, heureusement que le chapitre 2 existe sinon j'aurais peut-être abandonné (et cela malgré les somptueux dessins). On peut réunir le meilleur dessinateur au monde et le meilleur scénariste, cela ne donne pas forcément un chef d'oeuvre inoubliable. Finalement, j'ai tout de même passé un bon moment avec cette BD.

04/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 3/5
Couverture de la série Les Artilleuses
Les Artilleuses

J'ai vraiment bien aimé cette BD. Mais surtout ça m'a donné envie de lire les romans dont est originaire cette BD. La BD est dynamique, les personnages attachants ! C'est une belle réussite, très agréable à lire.

04/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 3/5
Couverture de la série Amère Russie
Amère Russie

Le tome 1 était intéressant, mais il manquait des interactions sociales, ce qui est parfaitement rajouté dans le second tome qui est vraiment bon. Une belle découverte.

04/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 3/5
Couverture de la série Tanz !
Tanz !

« Tanz ! » est un roman graphique qui m’a été offert dans un esprit de découverte sur un univers que je ne connais pas (celui de la danse) et via une approche graphique originale faite uniquement d’aquarelle. L’histoire est celle d’un jeune homme allemand, dans une école de danse, qui rêve de laisser son corps s’exprimer et sortir de l’encadrement de la danse classique pour découvrir la liberté de Broadway dans les années 50-60. On y parle d’expression de soi au travers de son corps, de la danse comme un exutoire. L’histoire est principalement portée par les dessins car il y a très peu de texte au final et donc il faut en apprécier les différentes planches. J’ai trouvé cela très intéressant, touchant par moment mais j’ai un regret, celui que proposent l’épilogue et les références proposées à la fin de l’ouvrage car on y découvre que cette histoire est remplie de référence à la danse, se situe dans un contexte historique lié à la danse et quand tu ne le sais pas tu as l’impression d’être passé à travers une partie de l’histoire et c’est décevant en ayant l’impression qu’on nous a exclus du propos du récit. Toutefois, c’est un roman graphique vraiment intéressant, qui aborde un sujet qui n’est pas un sujet dont j’ai l’habitude et je n’en regrette pas sa lecture.

04/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Batman - White Knight
Batman - White Knight

J’ai énormément aimé ce one-shot. Certes il y a de l’action mais le plus important reste les dialogues. Je sais cela peut paraitre étrange mais les échanges entre les personnages sont excellents et riches. Je dois également dire que de voir le « Joker » en personne voulant montrer que Batman est le méchant dans l’histoire et parvenir à retourner la population contre le chevalier noir c’est vraiment excellent. Comme c’est un one-shot, le scénariste se permet un traitement des personnages très original et peut aller loin dans le traitement. En plus, nous ne sommes pas dans un « tête à tête » Joker/Batman mais les seconds rôles sont très présents et importants. Le caracter design est vraiment intéressant aussi, plus « réaliste », assez sombre, ambiance « polar urbain ». Franchement, c'est un des Batman qui m'a le plus intéressé depuis longtemps.

04/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 5/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série New York cannibals
New York cannibals

New York Cannibals est la seconde collaboration entre Charyn et Boucq, on est dans un polar avec des personnages extrêmement marqués et que vous n'oublierez pas. D'une histoire simple initialement, on tire le fil de cette pelote d'histoires qui se croisent. L'intrigue alors se révèle complexe et on se demande bien où ils veulent en venir et quelle est l'histoire principale. De plus, on nous laisse supposer l'intervention de "magie" et jusqu'à tard on ne saura pas si c'est la réalité ou une simple légende urbaine, histoire de faire peur aux personnes défavorisées. Je ne vais pas trop en dévoiler pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte mais je vous recommande vraiment sa lecture.

04/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Carbone & Silicium
Carbone & Silicium

Certes l’année 2020 n’est pas finie, cependant Carbone et Silicium devrait être dans mon top 3 des BD lues cette année (et peu importe que dans ce classement il puisse y avoir des choses plus anciennes c’est moi qui décide). Pour redevenir sérieux (même si ce que je disais avant était très sérieux), Carbone et Silicium est une BD fascinante. Tout d’abord par son format hors norme, plus de 260 pages, une taille colossale, un travail sur le papier et la couverture formidable et pourtant pour un prix « modique » (en comparaison des BD de 48 pages à 11 euros). Une fois passé le choc de l’objet ouvrage, rentrons dans le vif du sujet. Les personnages suivis sont 2 intelligences artificielles enfermées dans un corps robotisé. Ces 2 I.A. vont traverser le temps (plus de 260 ans il me semble) et avec elles nous allons suivre « l’évolution » du monde. Bien entendu l’auteur utilise des ellipses avec des chapitres plus ou moins longs selon les périodes explorées. Le thème central du livre est l’amour, l’amour entre ces 2 I.A., leur complémentarité alors que si l’on regarde d’une manière macro nous avons à faire à l’une d’elle totalement sédentaire et l’autre nomade et pourtant elles ne peuvent vivre l’une sans l’autre. L’auteur explore bien entendu des thèmes très actuels car au final il ne prend aucun risque sur une vision de l’avenir original, il propose plutôt une critique de l’époque actuelle et de certaines dérives (comme les humains connectés, l’écologie, le capitalisme, etc.). Le dessin est très particulier et peu rebuté et pourtant quand on lit l’ouvrage, il était évident que cette histoire devait être représentée de cette manière. J’ai particulièrement apprécié les moments « dans la matrice ». Enfin, il est à noter que de très nombreux passages, voire « très » longs, peuvent n’avoir aucun dialogue. Ces moments de contemplation sont là pour nous permettre de voir le monde, de voir comment ces I.A. le traverse et parfois nous éclairent sur toutes les évolutions qui se sont déroulées. Je suis très enthousiaste fasse à cette BD, toutefois j’ai quelques bémols à présenter. Parfois, il nous manque (à nous lecteur) certaines clés de compréhension pour ces moments de contemplations. Peut-être est-ce une manière de nous permettre d’être en synesthésie avec le personnage qui erre par moment dans le monde ? On s’interroge parfois de « l’intérêt » (à par esthétique et c’est déjà beaucoup) de certains moments. Certes, nous ne sommes pas dans un roman graphique d’anticipation mais il y a certains éléments qui sont un peu gros à avaler comme le fait d’avoir téléchargé l’intégralité des données du monde à leur création mais d’avoir besoin d’autrui (une humaine) pour télécharger leurs consciences dans d’autres corps (et pleins de petits détails technologiques qui semblent assez peu raccord). Toutefois, ne vous y trompez pas, Carbone et Silicium est une BD, je le redis, fascinante (et c’est rare que je le dise) que je vous recommande chaudement de lire.

04/12/2020 (modifier)