Wolverine - Je suis Wolverine

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

Wolverine part en solo au Japon se frotter à la pègre locale.


Frank Miller Marvel Super-héros Univers des super-héros Marvel Wolverine X-Men

(4° de couverture de l'édition française) : Quelque chose ne tourne pas rond au Japon. La douce Mariko Yashida, dont Wolverine est amoureux, ne répond plus à son courrier ; impossible de la joindre. Il n’en faut pas plus au mutant aux longues griffes pour aller fourrer son nez dans les affaires du clan Yashida. Que mijote Shingen, le père de Mariko, soudain réapparu après des années d’absence ? Quels sont ses rapports avec la Main, la terrible organisation de ninjas assassins ? Quel rôle joue la belle et sauvage Yukio, qui s’est éprise de Wolverine dès le premier regard échangé ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 1998
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Wolverine - Je suis Wolverine
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

27/01/2004 | JBT900
Modifier


Malgré un dessin de qualité, bien qu'un peu trop fouillis parfois, on retrouve dans cette adaptation le défaut principal que je fais à l'auteure Valérie Mangin : la narration est confuse, bien trop elliptique par moment, et surtout jamais vraiment prenante. La différence est flagrante avec les autres adaptations parues dans la même série : on sent que l'histoire originale est plutôt fouillée et riche, mais l'adaptation gâche au final un peu tout. Quel dommage.

31/12/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un bon comics quoiqu'il n'y a rien de vraiment mémorable à mes yeux même si j'aime le personnage de Wolverine. Il manque quelque chose pour que je trouve l'histoire très bien. Je suis d'accord avec Aurélien V lorsqu'il écrit que les auteurs semblent plus s'intéresser au rythme et à l'ambiance (j'ajouterais aussi la psychologie de Wolverine) qu'à l'intrigue. Il y a des bonne scènes d'action autour de cette histoire de gang, mais au final j'ai trouvé que c'était au final un peu banal. En fait, j'aime bien jusqu'à la dernière partie qui me semble faible. J'aime bien les pensées de Wolverine et le dessin de Frank Miller est bon quoique la qualité m'a semblé un peu inégale comme si Miller n'avait pas le temps de dessiner aussi bien qu'il le pouvait à l'époque. L'histoire d'amour entre Wolverine et la Japonaise m'a touché.

30/12/2014 (modifier)

Une grande réussite sur le plan global. Claremont et Miller introduisent un univers relativement méconnu au début des années 80. Ils ne tombent pas dans le ridicule ni le burlesque tout en reflétant avec justesse une culture et des traditions souvent incomprises en occident. Et qui de mieux que Wolverine, le samouraï dans l’âme des X-men ? Quant à l’agencement des planches, il donne une certaine dynamique à l’histoire en plus du dessin qui, lui par contre, est un peu rétro (ha les années 80). Les compositions d’images sont assez similaires au cinéma, ce qui a pour effet de fluidifier la lecture. La traduction laisse parfois un peu à désirer genre « arrive » pour « come on ».

01/12/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

J'ai beaucoup apprécié cette BD de Wolverine pour son aspect psychologique. C'est d'ailleurs la première mini-série dédiée personnellement au héros. Elle va permettre de mieux connaitre le personnage. Autre intérêt de cet opus, l'action se déroule au Japon (les 2 auteurs sont passionnés par cette culture). Wolverine apparait très humain, il prend des coups mais n'oublie pas d'en donner, il reste le meilleur dans ce contexte. Le scénario est bien construit avec des personnages normaux mais à la force de frappe importante sur le nombre. Le fait de ne pas multiplier les super-héros, permet de repositionner le récit sur des facteurs plus réfléchis même si il y a des phases d'actions importantes. Le duo d'auteurs fonctionne bien, on a affaire à des pointures qui réussissent à donner une nouvelle dimension à ce personnage si apprécié des lecteurs. Le dessin est très bon mais subit le point des années notamment au niveau de la coloration proche de celle de Watchmen. "Wolverine - Je suis Wolverine" représente ce que j'attends d'un comics de super-héros : de la psychologie et un scénario bien construit, pas seulement une débauche d'action et de super-pouvoirs.

21/11/2010 (modifier)

Une des principales qualités de ce comic réside dans son avant-propos. En effet, celui-ci, en situant le personnage de Wolverine dans l’histoire des X-men, en présentant les auteurs et en expliquant la raison d’être de ce premier opus des aventures en solo du héros griffu, est vraiment parvenu à piquer ma curiosité et à susciter mon intérêt pour ledit opus. Dès les premières pages, l’on comprend que les auteurs ont davantage misé sur le rythme et l’ambiance générale que sur l’intrigue, qui se révèle relativement basique, classique et sans grande surprise. Pour faire court : Wolverine part au Japon sur les traces d’une femme, le père de cette dernière, un des grands manitous de la pègre locale, bat notre héros, qui ne manquera bien entendu pas de revenir laver cet affront par la suite. C’est Frank Miller qui se charge de la partie graphique, avec plus ou moins de talent. Le dessin est généralement correct mais n’est jamais franchement génial. Par ailleurs, je dois bien avouer que la mise en couleurs est incroyablement repoussante ! :| D’un point de vue plus général, le personnage de Wolverine m’a toujours paru trop bestial pour développer un récit d’une quelconque profondeur. Et si je commence tout doucement à m’habituer au X-man, il demeure toutefois à son sujet un point qui ne cesse de me tarauder : avec tout l’adamantium plaqué sur son ossature et avec son pouvoir de régénération, il me paraît carrément increvable, l’animal !!! Et si tel est le cas, s’il est véritablement immortel, ses aventures perdent quand même pas mal de leur intérêt, non ??? :?)

27/08/2010 (modifier)

Je possède cette BD dans sa première édition, parue en France en 1984 aux éditions Lug (récit complet Marvel n°1) sobrement titrée Serval. Cette vieille édition est intéressante car même si le papier était de mauvaise qualité, sa couverture en revanche présentant Wolverine une arme dans une main et s'allumant un cigare de l'autre est devenue culte. Les BD destinées à la jeunesse ne risquent plus de montrer aujourd'hui le héros en train de cloper. L'histoire est basique, découpée en 4 chapitres on y retrouve donc Serval/Wolverine dans une courte introduction affronter la nature la plus sauvage, et par la même occasion affronter sa nature propre. Puis c'est le départ pour Tokyo car notre héros sent qu'il se trame quelque chose de louche autour de la femme qu'il aime Mariko Yashida, fille d'une des familles les plus influentes et honorées du Japon. Là nous verrons Wolverine sous un jour nouveau, affrontant la pègre et les ninjas tueurs de "la main" aidé par une redoutable tueuse nommée Yukio. Bon le scénario n'est pas terriblement original, mais il n'y a pas le côté "larmoyant" que l'on retrouve d'habitude chez Claremont. Le personnage devient un homme dans cette histoire, un homme d'honneur et se débarasse de son côté animal sauvage, même si la bête en lui ne mourra jamais tout à fait. Ce récit a largement contribué au succés de Wolverine et il a en plus défini sa personnalité! Niveau dessin, Miller est bon et il y a pas mal d'esquisses qui annoncent son style futur, mais c'est surtout son implication aux côtés du personnage principal qui est marquante, Miller rend hommage à une culture et un code en se servant de Wolverine, joli coup! Ca colle à merveille. Et Miller continueras plus tard dans cette voie, créant à profusion des héros à la morale douteuse mais au sens du devoir et à la droiture poussés à l'extrème. Dans ses oeuvres suivantes Miller continuera à créer des personnages agissant tels des samourais, Frank Miller admire la série Lone Wolf & Cub et cela se voit dans son oeuvre. Une BD indispensable pour tous les fans du griffu!

22/11/2004 (modifier)
Par JBT900
Note: 3/5

Voici les quatre premières aventures en solo de Wolverine, quatre épisodes de 22 planches chacun parus en 1982 : « I’m Wolverine », « Debts and obligations », « Loss » et « Honor ». Ce comics correspond également à la période pendant laquelle Frank Miller découvre avec une véritable passion le Japon et la culture qui s’y réfère. Les comics traduits chez Bethy sont vraiment bien foutus : rigides avec une couverture à rabats pour protéger, un gros dossier explicatif avant l’histoire en elle même… C’est là une très bonne façon d’initier le lecteur qui peut provenir d’horizons très divers et ne pas avoir la même connaissance du vaste monde des comics en général et des X-men en particulier. Et à propos des X-men, c’est justement Chris Claremont qui signe ici le scénario, un scénario un peu bateau mais traité de façon efficace, et qui présente un Wolverine plus humain car moins intouchable. S’il a toujours le pouvoir de guérir de presque toutes les blessures physiques, il n’est pas à l’abri de se prendre des dérouillées et de subir les blessures de l’âme, invisibles pour autrui mais bien présentes. Frank Miller lui, trouve là matière à un travail qu’il apprécie : le monde des ninjas et les bagarres avec les sabres. On le sent s’épanouir dans un style qui va le marquer et qui va revenir longtemps dans son œuvre. Certains mouvements, certains personnages, certains plans, semblent être ici des études préliminaires qui seront développées et lissées dans la série « Sin City ». Un bon comics divertissant, avec ces couleurs flashy et ces aplats qui déplaisent aux détracteurs du genre (m’enfin, ça date de 22 ans aussi hein…). Mais un comics certainement indispensable pour les fans du mutant aux longues griffes (ou de Miller…)

27/01/2004 (modifier)