Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (39045 avis)

Par Gaston
Note: 3/5
Couverture de la série Jacky et Célestin
Jacky et Célestin

J'avais lu étant petit les 4 albums parus chez Dupuis sauf que j'en avais pas gardé un souvenir assez précis pour pouvoir écrire un avis. Juste pour vous donner une idée à quel point mes souvenirs étaient flous, dans ma tête les deux héros avaient environ 10-12 ans ! Cette série marquait les débuts de Walthéry et disons que cela se voit un peu en regardant le dessin. Le visage des personnages et leurs mouvements me semblent un peu....bizarres par moment, ça se voit que c'est fait par un débutant. La lecture de ces albums est donc une opportunité pour voir un jeune dessinateur s'améliorer au fil des pages. Les décors sont très bons. Quant au scénario, c'est de l'aventure-comique pour les jeunes comme il y en avait des centaines à l'époque. C'est naïf tout en ayant un certain charme. Les scénarios ne sont pas mémorables et on est loin de la qualité des meilleures séries jeunesse des années 60, mais cela reste agréable à lire du moment qu'on aime ce genre de BD rétro. C'est sûr que si vous aimez plus les séries modernes et que si des séries de l'époque plus connues comme 'Benoit Brisefer' vous ennuient, Jacky et Célestin n'est pas une série pour vous.

22/06/2021 (modifier)
Couverture de la série Von Braun
Von Braun

Ce documentaire retrace la vie de Wernher von Braun depuis la fin de la guerre et son départ aux Etats-Unis jusqu'à la fin du programme Apollo. Il se concentre plus particulièrement sur son rôle dans le fameux programme spatial, tout en intercalant un certain nombre d'épisodes sous l'Allemagne nazie. Je ne vais pas épiloguer sur des considérations historiques que je ne maîtrise absolument pas. De mon point de vue de néophyte il y a des dates, des événements, bref il y a de la matière. Est-elle "juste" ou correspond-elle à la réalité historique, je n'en sais rien. Par contre le récit n'est pas des plus palpitants. On ne suit quasiment que le personnage de Wernher von Braun, et on n'a donc quasiment que sa vision. On ne voit pourtant pas les événements par ses yeux, on aurait donc facilement pu avoir plus de points de vue. Ou tout simplement, on aurait pu avoir plusieurs personnages, ou même simplement plusieurs visions, ce qu'on n'aura pas. Je retiendrai donc de cet album une biographie assez propre sur elle, avec un homme tout à son travail et à ses buts, un début de polémique récurrent mais toujours effleuré et jamais creusé (vous étiez nazi, vous étiez à Dora, vous deviez savoir ce qui se passait), et un résumé qui serait que Wernher von Braun était probablement très dénué d'empathie, et tout acharné qu'il était à réaliser ses rêves de fusées, n'accordait aucune importance au mal que cette poursuite pouvait causer, victimes civiles de ses V2 ou prisonniers des camps tués à creuser les tunnels nécessaires pour les installations de construction, à croire qu'il ne le percevait même pas, ce mal. Du coup, ce récit est-il plus passionnant que la lecture d'une page wikipédia ? Pas vraiment. Les 80 premières pages m'ont presque fait décrocher. Le programme spatial qui arrive après avec ses défis a été plus intéressant, mais on finit par retomber sur un récit qui se déroule tranquillement. Il manque donc de suspense, de surprise. Peut-être un autre angle d'attaque aurait-il pu être plus percutant ? Une lecture pas mal, donc, mais clairement pas aussi intéressante que ce à quoi on aurait pu s'attendre.

22/06/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
Couverture de la série Lightfall
Lightfall

Lightfall est un récit de light fantasy tous publics. Edité en France par Gallimard, il se présente sous la forme d'un gros roman à la couverture souple qu'il faut ouvrir pour constater qu'il s'agit bien d'une bande dessinée. Ce format moyen mais épais permet d'offrir un album aussi dense qu'un tome de manga tout en étant en réalité un comics indépendant lui-même légèrement influencé par le manga et l'animation. Son auteur, Tim Probert, est illustrateur et directeur d'un petit studio d'animation. Il avait d'ailleurs déjà réalisé un court métrage des aventures des deux héros de Lightfall pour Nickelodeon en 2018. Il s'agit ici de sa première bande dessinée et un seul tome est actuellement paru en France comme aux Etats-Unis, comme un avant-goût vers encore plus d'aventures. Cela se passe dans une univers de fantasy légère, avec certes des monstres et des dangers mais rien de bien effrayant. La particularité de ce monde, c'est que le Soleil y a disparu il y a des siècles et a été remplacé par des globes lumineux magiques de différentes couleurs. Mais ceux-ci ne sont pas éternels et celui ou ceux qui ont détruit le soleil pourrait bien s'en prendre à ces lumières là également. Cela, la jeune Béa n'en a pas confiance, se contentant de sa vie de jeune assistante de son grand-père herboriste au fin fond d'une forêt. Mais quand le grand-père part sans prévenir pour une quête mystérieuse, la jeune fille va devoir compter sur l'aide d'un nouvel ami pour le retrouver. Ce dernier est Cadwalader, un Galdurien, peut-être le dernier de sa race de grands costauds presque immortels et aussi sympathiques que doués pour la bagarre. C'est une série plaisante de pur divertissement et d'aventure. Il amène les lecteurs à voyager à travers le monde imaginé par son auteur et à enchainer les péripéties et les rencontres. Peu à peu, une trame plus grave se met en place et on devine bien que nos deux héros vont inévitablement finir par y être confrontée et sans doute devoir sauver le monde d'une manière ou d'une autre. Si tout cela est sympathique, on y trouvera cependant pas mal de clichés du genre, quelques déjà vus de-ci de-là et un léger côté prévisible. Mais ça n'en ternit pas la bonne ambiance, l'agréable dépaysement et le sentiment de cette aventure légère à laquelle on est convié, sans prise de tête et aux côtés d'agréables compagnons de route. La fin du premier tome est légèrement frustrante car on sent qu'on reste encore dans le cadre d'une très longue introduction et que, malgré tout ce qu'il s'est déjà déroulé, les choses sérieuses commencent à peine. Il faut espérer que la suite voit bien le jour.

22/06/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
Couverture de la série Jacques Le Gall
Jacques Le Gall

2.5 J'ai lu les albums parus dans la collection Pêchés de Jeunesse, qui apparemment ne sont pas les meilleures histoires si je me fie aux avis ci-dessous. Je devrais peut-être lire le reste, mais la qualité des histoires que j'ai lues me motive pas trop. C'est de l'aventure réaliste à l'ancienne comme savait le faire Charlier. On retrouve les tics du genre (plein de textes, des rebondissements à chaque page pour donner envie au lecteur de lire la suite la semaine prochaine) et cela a un certain charme, même si c'est clair que les jeunes de nos jours vont peu aimer. J'ai trouvé que c'était bien fait, même si le côté exotique ne m'a pas trop captivé, vu que c'est surtout une suite de clichés et les scènes en France sont effectivement bien meilleures. En fait, il y a pas grand chose qui m'a captivé dans ces trois albums. Je les ai lus, ça m'a pas ennuyé, mais j'ai juste pas envie de les relire un jour. Pour les amateurs de BD rétro.

21/06/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
Couverture de la série Éveils
Éveils

Cet album est difficile à cerner en première lecture. Il se présente sous la forme d'un recueil d'anecdotes intimes, récit de rêves, souvenirs d'enfance, légendes familiales, et autres impressions ayant marqué la mémoire de l'auteure. Le dessin est naïf, parfois minimaliste, réalisé avec ce qui ressemble à des crayons de couleur gras. L'aspect parait un peu abscons au premier abord mais son message d'ensemble se forme peu à peu. C'es une sorte de psychanalyse où l'auteure se dévoile et nous présente les différentes briques qui ont marqué sa mémoire inconsciente et ont fini par former l'esprit de la femme adulte qu'elle est devenue. Même si j'ai eu un peu de mal au départ avec l'aspect décorrélé de tous ces éléments et avec le graphisme peu enthousiasmant, j'ai fini par trouver cette BD intéressante dans sa construction et son idée. Il est vrai que chaque être humain est formé d'une multitude d'influences, qu'elles soient familiales, personnelles ou sociétales, parfois des choses parfaitement anecdotiques aux yeux des autres, et c'est la combinaison de l'ensemble qui nous forge, parfois sans même qu'on s'en rende compte. Ici l'auteure nous donne à connaitre une part de ces éléments qui l'ont constituée et elle le fait plutôt bien. On peut juste lui reprocher sa structure assez décousue et le fait qu'elle laisse les lecteurs face au fait accompli en fin d'album, se contenant de dire que voilà les souvenirs qu'elle a bien voulu nous léguer et qu'elles pensent importants, libre à nous de les interpréter à notre guise. Très intimiste, pas forcément amené à plaire à tout le monde, j'ai tout de même trouvé cette lecture plaisante et instructive, même pour moi qui ne suis pas un grand amateur de romans graphiques confidentiels.

21/06/2021 (modifier)
Couverture de la série Dans la forêt sombre et mystérieuse
Dans la forêt sombre et mystérieuse

Sans aucun doute un album qui pourra plaire à des enfants de 10 ans ou plus. En effet s'il vise un public jeunesse, l'objectif est atteint, et sans doute cet album fera-t-il rire. Si c'est pour des adultes, on n'y est pas tout à fait. Et si c'est pour le public habituel de Winshluss, on n'y est pas du tout, et de très loin. Espèce de croisement entre Alice au pays des merveilles et l'univers de Miyazaki avec des emprunts à Princesse Mononoké ou encore le voyage de Chihiro, le tout saupoudré du côté trash de Winshluss mais ici fort heureusement atténué (sans quoi on ne serait pas dans le tous publics...), cette suite de péripéties dans laquelle notre jeune héros oublié sur une aire d'autoroute recherche le chemin de "chez sa mémé" se laisse lire très plaisamment. On ne peut pas se méprendre sur le dessin : c'est du Winshluss. Et sur les thématiques, on a des sujets qui pourront toucher leur public. Cependant, me concernant, autant j'ai lu cette histoire avec plaisir au début et autant j'ai aimé certains personnages (l'écureuil qui voulait être un oiseau et dont le coming out ne se passe pas très bien, par exemple), autant elle m'a paru un peu longuette, et je n'en retiendrai finalement pas grand-chose.

21/06/2021 (modifier)
Par cac
Note: 3/5
Couverture de la série Rentre dans le moule
Rentre dans le moule

J'ai trouvé ça pas mal, peut-être parce que je m'y retrouve un peu. C'est une histoire sur les atermoiements d'un jeune homme qui a fait une école d'ingénieurs par défaut et qui se pose des questions existentielles sur le boulot qu'il veut faire. Pour faire comme papa, il a choisi arts et métiers et une bonne partie de l'album est consacrée aux us et coutumes de cette école, son bizutage, ses surnoms et l'esprit de corporatisme qui en découle. Il découvre des collègues un peu spéciaux, certains sont fans de mécanique et démontent des moteurs dans leur chambre. Une fois qu'on sort de là ça ouvre pas mal de possibilités et on trouve toujours un ancien pour ouvrir des portes. Plein d'anecdotes qui laissent à penser que ça sent le vécu ou que c'est une compilation de témoignages reçus par l'auteur. C'est présenté avec pas mal d'humour et un dessin rond tout à fait plaisant.

20/06/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
Couverture de la série Le Vieux Nick et Barbe-Noire
Le Vieux Nick et Barbe-Noire

2.5 J'avais lu un ou deux albums étant très jeune et cela ne m'avait pas trop attiré et donc je n'ai pas continué cette série qui a fini par disparaitre de ma bibliothèque municipale lorsque je me suis intéressé encore une fois à la série. Oui cela m'a pris un peu de temps pour comprendre que certains livres ne resteraient pas pour toujours sur les étagères. Finalement, un jour je me suis décidé à les emprunter à d'autres bibliothèques et j'ai lu une dizaine de tomes, conseillé par un membre éminent de ce merveilleux site ! Le moins qu'on puisse dire c'est que la série a évolué au fil du temps, Barbe Noire a volé la vedette au Vieux Nick et de ce que j'ai lu, le rôle de Barbe Noire lui-même a changé dans les derniers tomes. Il y a des bons personnages, même si le Vieux Nick lui-même manque de charisme, le dessin de Remacle est du vieux gros nez que j'adore et il y a de bonnes idées. Sauf que voilà j'accroche moyen. Déjà l'humour n'est pas souvent terrible. Il y a des bons mots, mais pour un gag qui me fait sourire il y en 10 que je trouve pas franchement amusant. En fait, l'humour des dialogues est pas mal, mais les gags plus slapticks sont trop basiques. On dirait un mauvais cartoon. Le principal problème est que le format 44 pages n'était pas idéal et que cela étire inutilement les récits. Deux bons exemples sont les albums 'L'Ile de la Main Ouverte' et 'Barbe-Noire et les Indiens' qui auraient été plus amusants si ça avait duré 22-30 pages environ, ces deux albums ont une bonne idée de départ et de bonnes scènes, mais ça finit par tourner en rond. Il y a des albums aussi où le scénario n'est pas intéressant (les tomes 8 et 9). Il n'y a que 'La Princesse et le Pirate' qui m'aura convaincu du début jusqu'à la fin. Le dessin et le fait d'avoir un méchant récurrent bête et méchant me fait penser à Lucky Luke si les Dalton étaient devenus les héros, sauf qu'il y a pas le génie de Goscinny derrière. Ses albums de Lucky Luke peuvent se lire avec le même plaisir que l'on soit jeune ou vieux, alors que cette série ne s'adresse qu'aux jeunes. J'ai eu l'idée de mieux la découvrir un peu tard je pense. Au final, je mets la moyenne parce qu'il y a des trucs qui m'ont amusé et j'ai parfois ri, mais globalement c'est vraiment une série qu'il faut lire petit je pense.

20/06/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
Couverture de la série Un papa, une maman, une famille formidable (la mienne !)
Un papa, une maman, une famille formidable (la mienne !)

Album autobiographique où Florence Cestac parle de sa jeunesse, de ses parents et surtout de son père. Ce dernier, ingénieur provincial, était dès sa jeunesse un symbole de comportement rétrograde de patriarche imbu de lui-même et dénué d'affection envers sa progéniture. C'est sous son ombre et celle d'une mère soumise que la jeune Florence a grandi malgré ses aspirations artistiques. C'est plutôt bien raconté, avec ce qu'il faut de justesse dans le ton. Le portrait du père est sans concession mais sans exagération ni manichéisme. On y sent un fond d'amertume de la part de l'autrice mais en même temps pas de réelle rancune, juste une forme de déception. J'ai trouvé cette lecture intéressante, notamment pour la découverte de cet homme d'une autre époque qui passerait pour complètement archaïque de nos jours. Intéressant, plaisant à lire, mais j'ai finalement peu de choses à en dire au final.

20/06/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 3/5
Couverture de la série Saint Charlot and Mister Charles
Saint Charlot and Mister Charles

Jean-Philippe Claude, je le connaissais uniquement pour son rôle de présentateur du ciné-club sur France télévision. Aucune surprise donc de découvrir qu’il a été aussi scénariste de BD pour des albums bien évidemment liés au 7ième art. J’ai donc sans appréhension pris cet album dans un vide grenier. Et j’ai bien fait ! Celui-ci retrace la vie de Charlie Chaplin et plus particulièrement sur la période qui s’étend entre septembre 1921 à sa mort en 1977. J’avoue que je ne connaissais pas trop la vie tumultueuse de notre Charlot. Après un tour rapide sur Wikipédia, je peux dire que les grandes étapes de sa vie sont bien restituées. Très intéressant de ne pas se focaliser que sur lui, d’intégrer les personnages célèbrent qu’il a côtoyé et de décrire l’ambiance politique et sociale des grandes étapes de son existence. Au final, ça tient la route et je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Le succès ne l’a pas quitté. Le cinéma muet a fait sa gloire. Le cinéma sonore n’a pas eu d’effet sur lui. Il a joué toute sa vie les pauvres hères dans ses films et pourtant il est devenu riche en jouant à être pauvre. Le dessin n’est pas le meilleur que je connaisse mais ca va. Je recommande cette biographie dessinée pour ceux et celles qui veulent connaitre ou re découvrir Charlot. En tout cas, cette lecture aura été positive, celle-ci m’a donné envie de sortir un ou deux DVD de la cave et de revoir ses films pour une franche rigolade.

20/06/2021 (modifier)