Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (4650 avis)

Par Erik
Note: 1/5
Couverture de la série Les Surfeurs
Les Surfeurs

Je n'aime pas trop m'ennuyer. C'est le cas quand les gags deviennent répétitifs. Il est vrai qu'on a vite fait le tour avec un tel sujet ciblé. Je dirai que c'est encore de la bd strictement marketing mais dans le mauvais sens du terme. Une commande pour satisfaire les fans de ce sport. C'est ultra-basique dans l'approche. Il n'y aura point de grâce. Je suis tellement hermétique à ce genre d'humour. Même l'aspect graphique n'a pas réussi à rehausser mon intérêt. En résumé et en un seul mot : affligeant !

07/08/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
Couverture de la série Smax
Smax

Je n'attendais pas grand chose de cette lecture sinon qu'elle essaye de me distraire un peu de cette triste période que nous vivons tous collectivement. Malheureusement, elle n'y est pas parvenue. Pire que cela, c'est totalement affligeant ! Les gags sont vraiment médiocres et n'ont pas réussi une seule fois à m'arracher le moindre sourire. Au secours, Fabcaro ! Maintenant, il ne faut pas s'attendre à grand chose émanant de la bd de supermarché. Cela semble être juste une œuvre de commande et cela se ressent tellement. Bref, nous avons là le degré zéro de l'humour. La collection Tchô nous avait habitué à mieux.

07/08/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
Couverture de la série Le Piqueur d'étoiles
Le Piqueur d'étoiles

Nous avons droit à 9 petites histoires provenant d'un mangaka peu connu en France et qui fait dans la tendance underground que je n'affectionne pas. Je ne le savais pas quand j'ai commencé ce manga. J'ai trouvé le premier récit d'une niaiserie sans égale avec cette historie de dentiste qui fait peur aux enfants qui aiment manger du chocolat. J'ai vraiment eu du mal à poursuivre ma lecture. A chaque fois, c'était assez décalé. Fort heureusement, les récits sont assez courts. Autre mauvais point : on passe avec des récits dans des univers différents et avec un changement de ton assez brusque. Le tout ne colle pas vraiment. C'est clair que ce piqueur d'étoiles ne m'a pas vraiment plu. Il ne faut pas se voiler la face. D'autres lecteurs pourront trouver ce travail tout à fait honnête. Je ne détiens certainement pas le monopole de la vérité. C'est à chacun de voir.

31/07/2020 (modifier)
Par Josq
Note: 1/5
Couverture de la série Kåtalög
Kåtalög

Alors là, c'est peu dire que je suis resté sur le carreau... Où est l'humour, dans cette bande dessinée ? En soi, le concept me paraît plein de potentiel : détourner à des fins humoristiques les modes d'emploi type Ikea, en réutilisant les personnages et les graphismes en leur donnant la parole, cela pourrait donner quelque chose de drôle. Mais là, vraiment, je n'ai pas ri. Je ne comprends pas vraiment ce que ça a de drôle de voir des personnages parlant d'un lit comme s'il s'agissait d'une voiture de course, ou parler au fer à repasser comme si c'était un téléphone... Alors certes, d'autres planches sont un peu plus amusantes, notamment le côté méta, quand un personnage se plaint de ne pas arriver à monter le meuble parce qu'il a été mal dessiné ou quand d'autres croient devenir fous parce qu'ils sont entourés de flèches noires. Mais franchement, il n'y a pas de quoi se rouler par terre, et quand l'auteur a fait une fois la blague sur la rigidité des personnages ou sur le fantasme d'un personnage vis-àvis de son meuble, ça n'a plus rien de drôle quand il nous ressert le "gag" à toutes les sauces. J'avoue que chez moi, cette accumulation de gags bêtes voire pas drôles provoque plus d'énervement que de rire. Bref, rejet total pour ma part.

29/07/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
Couverture de la série Les Tourments de Double Face
Les Tourments de Double Face

Les péripéties qui arrivent au héros me semblent un peu vaines. Ce dernier n'a pas réussi à me toucher et même à se rendre sympathique. Il y avait pourtant matière, même si on explore l'univers des anti-héros et surtout le personnage de Double-Face. Le récent film Joker (réalisé en 2019 avec Joaquin Phoenix dans le rôle principal) prouve par exemple qu'on peut rendre un vil personnage assez humain, touchant et compréhensible dans sa colère issue de sa détresse. Je regrette un manque de développement. J'ai presque eu l'impression de lire un résumé alors qu'il y avait matière à approfondir. A noter l'existence de fautes d'orthographes assez grossières qui prouvent encore une fois l'absence de relecture avant publication. Oui, c'est impardonnable. Et c'est pourtant publié. A oublier très vite.

26/07/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
Couverture de la série Resident Evil - La Glace et le Feu
Resident Evil - La Glace et le Feu

Les amateurs de ce jeu vidéo qui fit fureur sur les consoles de jeux à la fin des années 90 avec près de 100 millions de vente à travers le monde auront plaisir à retrouver l'univers de Raccoon City qui fut autrefois une si paisible ville. Oui, car depuis, il y a eu une apocalypse zombie à la suite d'un terrible virus. Tout semble être de la faute la multinationale pharmaceutique Umbrella Corporation. Après, le passage d'un jeu vidéo sur le format bd est rarement une réussite du genre. Là, c'est encore le vautrage total pour ne pas dire un désastre. Les dialogues et les personnages sont insipides. La narration elle-même n'est pas du tout professionnelle tout au cours de ces trois histoires distinctes formant cet ouvrage. Le graphisme est d'une laideur absolue. Tout semble n'être qu'un brouillon qu'on a passé au propre avec publication. Évidemment, ce fut un flop commercial que personnellement, je ne regretterai pas. C'est cela également la dure loi du marché. A noter qu'un virus ne peut pas, à ce jour, nous transformer en zombie assoiffé de sang.

22/07/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
Couverture de la série Rien à déclarer
Rien à déclarer

Avec Dany Boon, on est dans la caricature grossière et un humour de beauf à la française que je déteste éperdument. Il est vrai que ces lourdeurs comiques m'horripilent au plus haut point. Je n'aime pas non plus cette candeur fabriquée ainsi que cette surcharge des personnages. Les tares sont tournées en dérision et cela reste le thème principal. C'est une comédie poussive et souvent vulgaire qui peut trouver son public dont je ne fais pas partie. Il n'y aura aucune finesse comme dans les productions anglaises ou américaines du même genre. Je me demande encore où est le scénario tant on fait du surplace. C'est poussif et vieillot. C'est indigeste et vide. Les gags tombent souvent à plat. C'est périmé. Ayons juste une pensée pour ces pauvres douaniers qui ne font que leur travail.

19/07/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
Couverture de la série La Restauration
La Restauration

Dommage, car le sujet m’intéressait réellement. J'aime bien les restaurants pour connaître des proches pratiquant ce difficile métier. Les adeptes de l'émission Cauchemar en cuisine en savent également quelque chose. Pour autant, en l'espèce, les gags sont réellement pitoyables. On peut faire beaucoup mieux car c'est ultra-basique. J'ai très vite décroché et j'ai fini la lecture juste pour la forme. C'est vrai qu'on peut se demander pourquoi il y a encore de telles publications ? On atteint vraiment le niveau zéro pointé. En même temps, cette bd a plutôt été un flop commercial. Sans regret.

19/07/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 1/5
Couverture de la série Rolqwir
Rolqwir

Je crois que depuis les quelques années que j'ai le premier tome de cette série, je m'y suis pris au moins à 4 fois avant de réussir à dépasser ses toutes premières pages. Car d'emblée je me suis senti allergique à son style et surtout à son humour. Graphiquement, c'est un style très inspiré des mangas, avec des personnages chibi dont les grosses têtes surjouent en permanence, et une mise en scène toute en énergie et en dynamisme forcé. Faut que ça pète, c'est pour les jeunes ! Et il faut aussi visiblement mettre un maximum possible de clins d'oeil aux mangas, aux animés et aux jeux vidéos. Foncièrement, je n'aime pas ce style mais si l'humour qui l'accompagne est bon, pourquoi pas ? Après tout, j'aime beaucoup Kimengumi - Le Collège fou fou fou. Mais non, l'humour est beaucoup trop lourdingue, beaucoup trop prévisible. C'est lourd et ça m'ennuie à vitesse grand V. Je déteste le personnage principal, la caricature du crétin arrogant et stupide, 100% artificiel, 100% déjà vu. Ça m'est foncièrement pénible de suivre ses aventures. Les gags le concernant sont ultra répétitifs puisqu'il faut qu'il dise des conneries en permanence et fonce comme un couillon dans tous les pièges et toutes les erreurs possibles. Comme d'autres personnages le rejoignent au bout d'un certain temps, l'attention est heureusement un peu moins focalisée sur lui et ça devient un peu plus supportable. Mais les gags n'en restent pas moins lourds, et certains passages sont également tellement verbeux et inintéressants que je n'ai pas réussi à les lire pour de bon. J'ai finalement lâché l'affaire vers la page 40 et cette fois, c'est sûr, je n'y reviendrai pas.

15/07/2020 (modifier)
Par Cube
Note: 1/5
Couverture de la série Open Bar
Open Bar

Graphiquement, quand on apprend à faire de la BD, on apprend à animer ses personnages, des mouvements et des poses en rapport avec la situation, pareil pour les expressions. Ici Fabcaro ne se prend pas la tête : une même pose pour toutes les cases. On peut même pas l'accuser de copier coller car il se fait chier à refaire à l'identique tous les dessins... Question colorisation, même combat, il aurait pu l'imprimer en N&B il aurait fait des économies. Question gag, un fourre tout de gags en 1 page qui partent dans tous les sens sans aucun lien, on a l'impression que c'est bâclé, on se demande parfois si on a pas raté un détail pour comprendre la chute mais non, c'est juste basique. Certains gags sont même connus depuis longtemps et juste remis au gout du jour. Bref, je me demande comment cette BD a pu être éditée et comment elle peut se vendre...

12/07/2020 (modifier)