Blonde platine (Summer Blonde)

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 12 avis)

4 histoires qui explorent notre société sous différents aspects : le regret, le manque de confiance en soi, la solitude et la découverte de la sexualité, avec pour thème commun la recherche de soi...


Comix

La premiere histoire, "alter ego" nous raconte un jeune écrivain en mal d'inspiration qui se persuade qu'en rencontrant son amour de jeunesse, il règlera beaucoup de ses problèmes. La deuxième histoire un jeune homme, pas du tout sûr de lui, s'éprend d'une jeune fille, une obsession, mais à sens unique... La troisième histoire est celle d'une jeune femme paumée et seule qui s'enferme dans son appart et invente des canulars téléphoniques dans l'espoir de rencontrer quelqu'un... Dans "Alerte à la Bombe", un étudiant soupçonné d'homosexualité s'initie au sexe grâce à une jeune fille facile.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2003
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Blonde platine
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

18/05/2003 | fourmi
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Je me suis risqué sur ce genre de lecture sur les conseils d'une amie, qui m'a prêté l'édition de 2003 (avec une couverture que je trouve plus jolie que celle de la réédition) ; je suis content de l'avoir lue, mais je sais bien que ce n'est pas le genre de Bd vers laquelle j'irai spontanément. 4 nouvelles dans l'Amérique d'aujourd'hui, 4 courts récits qui parlent de solitude, de la quête de l'âme soeur, de relations difficiles entre les gens et du refus de la différence. Ce qui m'a surpris et intéressé dans cette Bd, c'est d'abord le graphisme de l'auteur, loin, très loin des codes traditionnels de la BD américaine. En tout cas, ça change totalement des comics modernes de super-héros avec leurs dessins agressifs et léchés, et même des anciens des années 70/80, tant c'est proche de certaines Bd expérimentales européennes. Cet auteur que je ne connaissais pas, s'attache à décrire les méandres souvent compliqués des rapports sentimentaux et les tourments intérieurs de la race humaine ; parfois, l'exercice est un peu crispant et clinique, dû sans doute à des visages peu expressifs. Avec son trait d'une froide élégance, il devient un auteur vraiment original, ses récits sont à la fois simples et compliqués, dotés d'une vraie profondeur visant à décrire des personnages types en qui chacun peut se reconnaître.

01/07/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je n'apprécie pas trop les œuvres de cet auteur de manière générale au regard de ce que j'ai pu lire par le passé : c'est souvent froid et il y a un gros manque d'émotion dans cette introspection. Blonde platine n'échappe pas à la règle mais je dois bien avouer qu'il y a un léger plus par rapport au restant de la bibliographie de Tomine. Il y a des comportements qui m'échappent totalement mais qui montrent une certaine fragilité des personnages. Cela concourt à rendre crédibles les faits. En l'espèce, c'est l'exploration amoureuse qui semble être le thème central. J'ai bien aimé "blonde platine" et "alerte à la bombe", un peu moins les deux autres nouvelles. Au final, nous avons quand même la moyenne car la lecture fut fluide et donc plaisante. L'achat ne se justifie pas à moins d'être un inconditionnel de l'auteur.

01/07/2010 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Vu les avis ci-dessous, j’avais vraiment peur de me retrouver avec des histoires d’amourettes terriblement banales. La lecture des premières pages ne fit que confirmer mes craintes… et puis je me suis laissé prendre au jeu, et j’ai finalement passé un agréable moment de lecture. Alors certes, si le quotidien et les déboires affectifs ou professionnels de jeunes adultes un peu pathétiques ne vous passionnent pas, inutile de vous infliger la lecture de Blonde Platine. Niveau originalité, on repassera… mais je ne sais pas, il y a un petit quelques chose qui fait que si aucune des histoires ne m’a particulièrement marqué, j’étais intrigué, et curieux de connaître leur dénouement. Je trouve que les personnages ont quelques choses de fascinant dans le genre « gros loser ». Une lecture pas vraiment marquante, mais fluide et très agréable. Une petite BD que je recommande aux amateurs de « romans graphiques ».

08/01/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Je pensais dès le départ détester cette BD mais pourtant la lecture ne fut pas déplaisante sur l'ensemble. Les 4 histoires sont bien construites avec des personnages cohérents. Les scénarii ont réussi à capter mon attention mais à chaque fois j'ai été déçu par les fins ouvertes. La narration m'a paru lourde au début, cette BD demande du temps pour la lecture. Le dessin N&B ne m'a pas vraiment plu, je n'aime pas trop ce style très américain. Enfin dans le cas présent car il n'arrive pas à faire ressortir des émotions alors que les histoires sont basées dessus... A emprunter mais je ne conseille pas l'achat.

29/04/2009 (modifier)
Par Pacman
Note: 2/5

Que dire sur ce recueil de récits plus ou moins intimistes, sinon qu'ils sont sympas, mais sans plus. L'auteur arrive tout de même à créer une petite ambiance sur quelques pages... Mais bon, le dessin, non, vraiment, j'ai eu beaucoup de mal. Aucune expression, aucune émotion ne passe sur les visages des protagonistes. On se croirait au musée Grévin. Et on n'en finit pas de relever des défauts. Pour moi, le dessin est aussi important que le scénario, et là, ça ne me suffit vraiment pas.

19/08/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ces 4 histoires se lisent plutôt bien mais ce n'est clairement pas le genre de BD que j'achèterais. A l'instar de la dernière histoire traitant de lycéens, j'ai eu l'impression que chaque histoire portait sur des post-ados qui ont gardé l'esprit lycée (high-school américaine) avec ses frustrations, ses haines des connards cools, ses relations ambiguës envers les jolies filles dédaigneuses, etc... Tout un ensemble de mal-être qui suinte de personnages qui n'ont pas su gagner en maturité et qui se minent l'existence car ils s'observent et s'analysent trop vis-à-vis du monde qui les entourent, se barricadant dans un esprit "ex-lycéen qui n'a pas grandi". Cela donne quelques personnages intéressants mais globalement déprimants quand on ne se sent pas proche de leurs visions complexées de l'existence. En outre, chaque histoire se termine abruptement, presque à chaque fois au moment où je me disais que ça pouvait commencer à devenir mieux. Ce type de récit tout comme le dessin, aux visages impassibles et tristes me fait penser aux albums de Daniel Clowes, et je ne goûte guère à ce genre de dessin froid et morne. Un dialogue de la première histoire parle de "resucée de truc tristo-romantico-angoisse que tout le monde adore". Je n'irais pas jusque là car je ne me suis pas vraiment ennuyé à la lecture, mais je ne m'y retrouve pas.

26/01/2007 (modifier)
Par picado
Note: 2/5

C'est très chiant à lire... Les dessins sont aussi froids que les histoires et je ne suis jamais rentré dans les quatre récits. A la limite on peut y voir un reportage sur la solitude dans les sociétés occidentales, chez les adolescents particulièrement mais pas plus... On peut aussi y voir un auteur qui a voulu se faire plaisir dans des histoires bateau dans lesquelles il a ajouté un peu de sexe, beaucoup de non-dits... Le problème est que l'on sent que les personnages ont une histoire derrière eux, qui les paralysent le plus souvent, mais on ne comprend pas quoi. Comme on ne peut pas leur foutre des claques pour qu'ils se bougent (c'est un peu ce qu'on a envie de faire pourtant), on s'ennuie ferme. Bref, on peut passer sans problème.

31/12/2006 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Regard dramatique,(lucide ?), voire inquiétant lancé sur ces teenagers américains à travers quatre nouvelles dessinées et scénarisées avec brio par Adrian Tomine. La fin de chacune d'entre-elles tombe comme un couperet. Mention spéciale délivrée à "escapade haiwaïenne" où l'auteur réussit à nous faire partager le désarroi final dans lequel il a plongé son héroïne. Solitude, incompréhension, incommunicabilité, sont les leitmotiv de ces récits. J'ai été rapidement séduit par cette BD. A acheter d'urgence !

25/01/2006 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

Blonde Platine m'a permit de découvrir un auteur que je connaissais absolument pas. C'est donc avec une certaine curiosité que je me suis plongé dans cet ouvrage. Je dois dire que j'ai, tout de suite, accroché à l'univers d'Adrian Tomine. Avec beaucoup d'intelligence, l'auteur nous dépeind quatres scènes de la vie quotidienne. Voici donc quatres tableaux qui mettent en valeur les relations humaines avec ses bonheurs et ses travers. Le ton général de ce one-shot est assez sombre pourtant on ressent une certaine légèreté dans la manière d'écrire du scénariste. Grâce à cela, à aucun moment, le récit devient indigeste. Il faut dire que la narration y est pour beaucoup. Oui, celle-ci est très fluide, ce qui rend notre lecture plutôt agréable. Bon, c'est vrai que les histoires racontées, ici, ne sont pas du même niveau. Personnellement, j'ai eu un petit faible pour "Blonde platine" et "Alerte à la bombe". D'ailleurs, cette dernière est, pour moi, la plus convaincante. La complexité des rapports entre Scotty et Cammie sont très bien rendus. Du beau travail ! Au niveau du graphisme, On peut constater qu'il se dégage beaucoup de délicatesse dans la manière de travailler de l'auteur, j'ai même envie de dire que l'on y ressent quelque chose d'appaisant. Bon, il est vrai qu'on ne peut nier que le coup de crayon de Tomine est assez proche du travail de David Crowes. Pourtant, je dois dire que cela ne m'a pas, particulièrement, gêné. En résumé, ce one-shot a été réalisé avec beaucoup d'intelligence et de justesse. Un bon moment de lecture et il est évident que j'en conseille l'achat.

22/02/2005 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

J'avoue que tout ça m'a laissé carrément froid... Ce type d'introspection, qui finalement ne raconte que de la médiocrité, c'est un peu léger. Traitement steroïdien des adolescents, musculation du périnée chez les filles... Que de viande froide... Pourtant Tomine semble se faire une spécialité des récits mettant en scène des adolescents à la vie terne, et qui réagissent de façon carrément médiocre, voire totalement normale (voir Les yeux à vif). Son style, un peu lisse, donne l'impression de lire du Daniel Clowes, en moins intéressant. Aucune des 4 nouvelles ne m'a vraiment touché.

05/02/2005 (modifier)