Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (4707 avis)

Par Gaendoul
Note: 1/5
Couverture de la série Batman - The Dark Knight strikes again (La Relève)
Batman - The Dark Knight strikes again (La Relève)

A la limite, au douzième degré, on peut trouver ça super intéressant comme chronique de la rébellion de Frank Miller contre DC Comics qui voulait absolument une suite à Batman - Dark Knight... Miller en profite pour s'amuser comme un petit fou et prendre tout le monde à contrepied, expérimente un maximum niveau graphique et part dans la direction opposée à son oeuvre maîtresse sur le dark knight au niveau du scénario. C'est évidemment raté mais j'imagine que Miller s'en fout car c'était ce qu'il voulait, choquer. Seulement, la lecture ne présente du coup pas d'intérêt pour le lecteur lambda. Graphiquement c'est une catastrophe, rien ne fonctionne, là où Dark Knight alternait pages sublimes et pages baclées... Ici malheureusement, tout semble baclé. La mise en couleur est immonde. Bref, rien ne vient sauver cette bd.

15/05/2021 (modifier)
Par kanibal
Note: 1/5
Couverture de la série Horseback 1861
Horseback 1861

Je pense être un lecteur plutôt facile, mettre une étoile à une BD, surtout un Western mon genre N°1, que s'est-il passé ??? Rien ne m'a plu dans ce titre son scénario. Cette espèce de troupe improbable ! Il y a un des protagonistes qui se balade avec une hyène sortie je ne sais où. Même le contexte politique m'a paru superflu : Mort de Abraham Lincoln en 1860, etc.. Le dessin, les couleurs, la mise en scène, rien n'était a mon goût dans ce titre. Je ne vais pas épiloguer : pour moi cet album est un "Non !" catégorique.

13/05/2021 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 1/5
Couverture de la série Spawn/WildC.A.T.S
Spawn/WildC.A.T.S

Waaaah c'est quoi ce foutoir. WildCats n'était déjà pas terrible mais faire un crossover avec Spawn, avec le même dessinateur...heu Intérêt /20 ? Bon allez, on va dire qu'une bd d'Alan Moore ça peut sans doute être pas mal dans tous les cas...et bien raté ! Le scénario n'a ni queue ni tête (de même que l'apparition de Spawn dans cet univers déjà bien fourni en incohérences). Certains crossovers débiles se rattrapent grace au dessin (comme le sublime Batman - Judge Dredd qui est une claque grace au dessin de Bisley) mais ce n'est malheureusement pas le cas pour Wildcats/Spawn... Non franchement, circulez, il n'y a rien à voir... Spawn est un personnage intéressant mais il s'est perdu ici et j'espère que mon avis vous aidera à ne pas vous y perdre également.

07/05/2021 (modifier)
Par Ubrald
Note: 1/5
Couverture de la série Umbrella Academy
Umbrella Academy

Je précise que je me suis arrêté à la 61ème page du tome 1, stoppé net dans ma lecture : aucun plaisir, aucune accroche, aucun intérêt pour l’intrigue. J’avais voulu lire cette bd parce qu’elle a reçu le Eisner Award en 2008 et que de loin sans avoir lu de pitch, j’avais l’impression que ça pouvait être une sorte de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires pour jeunes héros, une sorte d’Academy de jeunes aux supers pouvoirs cornaqués par un professeur « Xavier ». Au final sur ce que j’ai lu, je la trouve complètement fouillis, diverses choses pas compréhensibles pour deux sous, ça part dans tous les sens, ça va trop vite, le rythme n’est pas bien géré du tout. Du coup, ce non plaisir total de lecture a certainement pollué mon appréhension du dessin que je n’ai pas apprécié ni dans le trait ni dans la colorisation, avec un léger côté famille Adams que je n’aime pas non plus. Une grosse déception, je m’attendais à mieux pour une bd récompensée par le Eisner et le Harvey Award.

06/05/2021 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 1/5
Couverture de la série Batman - Les Derniers Jours du Chevalier Noir (Qu'est-il Arrivé au Chevalier Noir ?)
Batman - Les Derniers Jours du Chevalier Noir (Qu'est-il Arrivé au Chevalier Noir ?)

Une pure arnaque. Déjà, on annonce 152 pages, ce qui semble correct pour un one-shot mais pas énorme non plus, dans l'univers du comics. Alors, il faut savoir qu'en fait, l'histoire en elle-même ne fait que 66 pages. Ensuite, vous aurez droit à la même histoire...en noir et blanc. Super. Si encore, l'histoire était extraordinaire, j'aurais pu comprendre l'intérêt mais là...c'est un défilé de têtes connues, qui racontent toutes une version totalement improbable de la mort de Batman. Ces différentes versions ne sont pas très intéressantes (hormis celle d'Alfred, amusante) malheureusement et la sauce ne prend pas. Bref, c'est quelque chose qui aurait pu sortir dans un recueil d'histoires courtes mais en stand-alone, ça ne vaut clairement pas son prix.

03/05/2021 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 1/5
Couverture de la série Danthrakon
Danthrakon

Je mets un peu une note "sanction" car j'en ai un peu marre des séries d'Arleston qui ne font que recycler toujours la même histoire. Lanfeust de Troy avait su insuffler un vent de nouveauté sur l'héroic fantasy en bd à l'époque (la plupart des classiques du genre comme La Quête de l'Oiseau du Temps, Le Grand Pouvoir du Chninkel ou Légendes des Contrées Oubliées datant d'une bonne dizaine d'années avant sa sortie) et Les Forêts d'Opale sortait du lot grace à un graphisme très réussi et fourmillant de détail et un univers bien travaillé malgré, déjà, une resucée des personnages et situations déjà lues dans Lanfeust. Et le problème c'est qu'Arleston ne fait que tenter de surfer sur la popularité de sa série à succès...j'en veux pour preuve le nombre de séries dérivées sur Lanfeust qui sont vraiment mauvaises pour la plupart et quelconques pour une ou deux. Bref, Arleston ne sait raconter qu'une histoire. Et bien ici, rien ne sauve cette bd du naufrage. Un auteur qui se cannibalise lui même toujours plus, un dessinateur qui peine à convaincre avec ses personnages plutôt moches, sa colorisation informatique et des cases désespérement vides... Danthrakon, c'est le Lanfeust de Wish. A éviter.

03/05/2021 (MAJ le 03/05/2021) (modifier)
Par Gaendoul
Note: 1/5
Couverture de la série Saint Seiya - Les Chevaliers du Zodiaque
Saint Seiya - Les Chevaliers du Zodiaque

A peu près comme Ken le survivant, cette série a globalement des attraits nostalgiques provenant de la période club dorothée. Sans cette nostalgie, il ne reste plus que le scénario particulièrement mauvais mélangeant tout un tas de choses provenant de la mythologie pour en faire un melting-pot tout à fait raté et un dessin immonde, même pour l'époque à laquelle est sorti ce manga. A peu près à la même époque (à quelques années près) sont sortis Akira, Berserk et Hajime no Ippo par exemple. Si les dessins de ces deux dernières ont fortement évolué et n'étaient pas au niveau incroyable qu'ils ont atteint de nos jours, cela restait plus que correct et bien meilleur que pour Saint Seiya. Et d'autres mangas bien antérieurs comme ceux d'Osamu Tezuka, Kazuo Koike, Jiro Taniguchi ou Tsukasa Hojo sont nettement mieux dessinés. Vous l'aurez compris, nous sommes ici au niveau 0 du dessin. Je ne peux décemment trouver aucune qualité pour donner une note moins sévère à ce manga. Sa popularité étant déjà un mystère pour moi dans les années 90, je ne suis clairement pas la cible de ce genre de fourre-tout créé à la va-vite. Je préfère même des mangas totalement déjantés du style Bastard! (1988) ou des mangas dont j'avais execré l'adaptation anime comme Captain Tsubasa (Olive et Tom - 1981)... Bref, passez votre chemin, nous avons désormais accès à la crème du manga et ce fouillis informe n'a absolument aucun intérêt.

01/05/2021 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 1/5
Couverture de la série Fables
Fables

Je suis vraiment étonné que cette série soit présente dans le top des bd du site. Les dessins sont ok, ils sont moins bons qu'au premier abord (beaucoup de cases baclées et une mise en couleurs plutôt ratée dans l'ensemble) mais c'est surtout le scénario qui pèche. C'est un grand foutoir abracadabrantesque, une espèce de gros chaudron dans lequel on a balancé tous les contes et histoires connues pour en faire quelque chose de laid. Ca ne fonctionne pas du tout. Les situations sont toutes plus incohérentes les unes que les autres, les personnages excecrables, bref, j'ai trouvé ça super lourd à lire...et je regrette vraiment l'achat de l'intégrale tome 1 (qui correspond environ à 3 tomes des anciennes éditions). Je ne conseille évidemment pas du tout.

01/05/2021 (modifier)
Couverture de la série Les Indices Pensables - Enquête sur Dieu
Les Indices Pensables - Enquête sur Dieu

Je suis intéressé depuis longtemps par les rapports entre foi et science et en particulier la Bible et la science moderne. Le but de cette série m'apparaît curieux : la Bible aujourd'hui n'est plus perçue comme un livre de science, ce que disait en son temps Galilée dans la Lettre à Christine de Loraine, dont le pape Jean Paul II disait qu'elle une bonne herméneutique de la Bible. Galilée le résumait dans une courte maxime : la science nous dit comment va le ciel, et la Bible nous dit comment aller au Ciel : les objectifs ne sont pas les mêmes. Ce qui me paraît curieux, c'est la volonté de vouloir prouver que sur tous les sujets de la science moderne, la Bible avait déjà raison avant tout le monde. Le révérend Paley avait écrit un livre : Théologie naturelle ou Preuves de l'existence et des attributs de la divinité, tirées des apparences de la nature, dans lequel il s'appuyait sur l'argument de la montre. Dans sa BD, Brunor remplace la montre par une statue de sable sur la plage, mais le fond de la démarche est exactement le même : la nature n'a pas pu produire seule ce que nous voyons aujourd'hui. Il y a beaucoup d'approximations très rapides, dans les flots de dialogues, sur la "soupe initiale" notamment. A partir des expériences de Stanley Miller, les recherches en chimie prébiotiques ont énormément progressé, même si elles sont encore loin d'aboutir. Elle sont totalement négligées. Il n'y a non plus aucune considération sur l'école de Milet - Thalès, Anaximandre, Anaximène - que les historiens des sciences présentent comme les premiers précurseurs de la démarche scientifique, par la sécularisation de leur démarche. Par rapport à l'histoire des sciences, ils apparaissent comme des précurseurs beaucoup plus sérieux. Il y a un apport très réel de la foi juive et de la Bible : la transcendance de Dieu, et la séparation entre Dieu et le monde créé, immanent, à la différence des mythologies antiques.

28/04/2021 (modifier)
Par Ashibaal
Note: 1/5
Couverture de la série Lanfeust de Troy
Lanfeust de Troy

C'est cucul, c'est concon, c'est bêbête et c'est débile, c’est Lanfeust de Troy ! Bon, je sais qu'on est supposé critiquer une série dans son entièreté, mais je n’ai pas réussi à aller au-delà du premier tome. Du cul, du cul, du cul. Entre le fessier rebondi de Cixi qui occupe le devant de la scène une planche sur deux et l’humour grivois omniprésent, j’ai rarement vu quelque chose d’aussi graveleux. Alors certains vont reconnaître à demi-mots que c’est pas bien finaud, mais que voulez-vous mon bon Monsieur, il faut bien que jeunesse se fasse et puis on passe un bon moment, au moins c’est « facile à suivre » et on se prend pas la tête. Je suis très loin d’être un féministe enragé, mais soyons honnêtes deux minutes, cette BD est sexiste à en crever. Et ne venez pas me faire le coup de « oui mais Cixi est une femme forte et libérée qui n’a pas peur d’user de ses appâts gnagnagna », nan nan, elle est objectifiée à 200%. Et Ci’an n’est pas mieux traitée ; en fait, c’est pire qu’elles soient deux : on tombe dans le dichotomie sainte/pute. Je suis du reste scotché que presque aucun des commentaires ci-dessous n’aborde la question ; la représentation de la femme dans les comics (et les jeux vidéo), ça fait pourtant bien depuis 2012 qu’on en a parlé avec beaucoup de justesse. Même quand il s’agit de provoquer un troll, Lanfeust insulte sa virilité, le traite d’impuissant et de lopette (et une insulte homophobe, une !) ; qu’est-ce que c’est que ce troll qui n’ose même pas violer les deux belles pucelles que voilà ? Et c’est comme ça sur chaque page… Pour couronner le tout, l’univers a même un problème de cohérence interne avec la série dérivée Trolls de Troy ; ici, le troll fait toutes sortes de réparties piquantes et élabore des ruses complexes, comme faire le mort pour prendre l’ennemi à revers... A comparer avec les innombrables bourdes des Trolls de Troy, trop bêtes pour ne pas faire s’effondrer sur eux les fortifications qu’ils veulent abattre. Peut-être pire, il y a une vanne où Hebus est le seul à avoir repéré les bandits qui n’ont pas osé attaquer la troupe, et le troll de préciser qu’ils étaient « deux cent soixante-treize » ! On dirait Perceval qui connaît le nombre de pierres du château dans Kaamelott ! Les trolls de Troy en ahuris lunaires mais dotés de connaissances aussi insoupçonnées que farfelues ? Ah, et le dessin se paye le luxe d’être moche. Il paraît que ça s’améliore par la suite… quant à moi, je ne peux parler de ce que je connais. Pitié, ne mettez pas ça entre les mains de vos pré-ados. Et dire que c’est dans toutes les bibliothèques municipales de France… Dans le genre « high fantasy parodique pour ados », redécouvrez plutôt la série audio du Donjon de Naheulbeuk !

24/04/2021 (modifier)