Monsieur Jules

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Le métier de ce vieux monsieur ? Rentier pour dames.


Maisons closes et prostitution Nouveautés BD, comics et manga

Dans le quartier, tout le monde connaît le maussade Monsieur Jules. Pourtant beaucoup ignore qu’il continue d’exercer son métier, apparu avec le plus vieux métier du monde… Au moment où tous les jours éclosent de nouvelles fleurs de pavés venues d’Afrique ou de l’Est, lui partage sa vie avec Solange et Brigitte, deux vieilles tapineuses. Une nuit, Monsieur Jules découvre le corps inanimé de Tina. Mais en l’aidant, Monsieur Jules attire l’attention des réseaux de prostitution qui ont une tout autre conception du métier de proxo que lui.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Septembre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Monsieur Jules
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

26/09/2019 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je suis embêté avec cet album car je l'ai apprécié sur sa quasi totalité... sauf sa fin, son dernier quart en fait, que je n'ai pas comprise. Et du coup, je me sens bête... Monsieur Jules est le proxénète de deux prostituées d'expérience avec qui il vit en bonne entente dans une maison de banlieue. Malgré son caractère très bougon et colérique, c'est le bon gars. Il est juste malheureux suite à la mort de sa femme, elle-même prostituée à l'époque mais ayant succombé au cancer. Sa vision du proxénétisme est donc radicalement différente de celles des nouveaux venus, ces filières africaines qui trafiquent les jeunes noires et les exploitent en volant leurs passeports et en menaçant leurs familles restées au pays. Et c'est à elle qu'il va s'opposer presque par accident quand une jeune fille en fuite est retrouvée blessée dans son jardin. J'ai aimé la mise en scène de ce récit. Le dessin est très agréable et donne vie à une banlieue des années 90 en pleine mutation, symbole d'un monde qui change notamment au niveau de la prostitution elle-même. Les planches sont aérées, avec une belle narration graphique qui prend son temps pour installer son ambiance et pour permettre de s'attacher aux personnages. En parlant d'eux, les deux prostituées expérimentées sont très vite attachantes, avec des caractères affirmés, authentiques et plutôt originaux. La jeune sénégalaise qui les rejoint est aussi sympathique. J'ai eu plus de mal par contre à apprécier le personnage titre de Monsieur Jules car il m'a paru trop stéréotypé, le cliché classique du vieil ours râleur à priori désagréable mais en réalité protecteur et plein de bon cœur. Ce côté trop prévisible de son personnage et de son comportement m'a un peu déçu car on se doute trop vite de ce qu'il va décider de faire. Ceci étant dit, il sert bien le récit et celui-ci permet de nous faire découvrir deux facettes très différentes de la prostitution : celle traditionnelle et presque bon enfant de femmes ayant à peu près choisi d'en faire leur métier, et celle bien plus sordide de la prostitution forcée des immigrées clandestines. Là où j'ai eu un problème avec ma lecture c'est sur son final, au moment où le récit entre pour de bon dans l'action. Car la narration est en grande partie réalisée sur la base de non-dits, d'échanges convenus. Et autant j'avais connaissance et j'ai bien compris que les filières confisquaient les passeports des jeunes immigrées pour mieux les exploiter. Autant je n'ai pas compris le trafic autour de ces mêmes passeports, ni le pourquoi du rendez-vous étrange auquel se rend Monsieur Jules. Et surtout je n'ai pas compris la scène d'action nocturne qui s'ensuit. Qui sont ces filles et pourquoi agissent-elles ainsi ? Je vois qui les a envoyées là mais pourquoi ces filles agissent-elles ainsi ? Si elles cherchent les passeports, pourquoi sont-elles aussi radicales dans leurs actes ? Et idem pourquoi Monsieur Jules l'est également lui aussi plutôt que de simplement donner ces passeports si ce sont bien des filles comme la Sénégalaise qu'il a recueillie ? Pourquoi en arriver là ? J'ai eu beau essayer de me renseigner dans les interviews des auteurs ou dans les informations sur les filières de proxénétisme, je n'ai pas compris les motivations des protagonistes en présence lors de cette nuit là et ça m'a gâché mon plaisir de lecture. C'est dommage car sur la base des deux premiers tiers de l'album, j'aurais volontiers mis une meilleure note.

26/09/2019 (modifier)