Les derniers avis (6 avis)

Couverture de la série Goudard
Goudard

Quelle déception que cette série. Berroyer et Gibrat nous livrent une sorte de rapport social bourré de clichés. Nous sommes avec David sorte de Ksoce ado d'une banlieue des années 70/80. Certaines scènes sont assez bien observées comme celle de la piscine, d'autres sont assez grotesques comme la fabrication du skate ou ses frasques dans le garage aveyronnais. Certains passages me paraissent même lourds et invraisemblables. C'est graphiquement que j'ai été le plus déçu. On est très loin du Sursit ou de Matteo. Je trouve qu'il a un manque d'unité graphique au long de la série. On commence par de la caricature N&B avec l'adjonction de célébrités à contre-emploi pour faire comique mais elles sont là comme un cheveu sur la soupe. L'épisode Coluche est grotesque et simplement mis là pour caser le célèbre humoriste. D'une manière générale je trouve le dessin laid voire très laid dans "La Parisienne". Le N&B nous évitait ces couleurs criardes qui abîment les quelques pauvres paysages dessinés. Ensuite le trait devient plus réaliste et on entrevoit Cécile ou sa soeur derrière Valérie. Pas du tout mon truc. Oui Goudard avait de la chance aujourd'hui pour trois fois moins on se retrouve en garde à vue.

18/05/2022 (modifier)
Couverture de la série L'Incal - Kill Tête de Chien
L'Incal - Kill Tête de Chien

Je suis un inconditionnel de L'Incal, j’aime beaucoup Kill - Tête de chien. Alerté par les 2 précédents avis, je ne me suis pas rué dessus à sa sortie, et fort heureusement j’ai envie de dire. Qu’est ce que c’est nul !! Déjà, j’ai pas pipé grand chose à l’histoire, et le peu déchiffré m’a ennuyé au possible. J’avais envie de donner des claques au scénariste à chaque fin de chapitre. Vraiment dommage pour le personnage, il méritait mieux. Le dessin et couleur font comics moderne, ça passe encore. Par contre, la narration n’aide pas et le format des planches m’a paru un peu bizarre, je ne saurais dire trop pourquoi (trop haute et pas assez large ?!), bref un truc m’a gêné durant la lecture. Une déception, embrouillé et confus, à éviter !! A noter que 2 autres tomes sont annoncés, à priori sur d’autres persos de l’univers : Capitaine Kaiman et Mental Incal. À voir si ceux sont les mêmes auteurs aux manettes, mais le présent album m’a quelque peu échaudé.

17/05/2022 (modifier)
Couverture de la série Gerard Schaefer - Sex beast
Gerard Schaefer - Sex beast

Grosse déception que cette biographie d’un célèbre tueur en série. Déjà le fait que cette collection soit dirigée par un personnage ambigu (Stéphane Bourgoin) me laisse un arrière-goût amer. Je ne doute pas que le gars soit passionné par les serial killers, mais il est aussi de notoriété publique qu’il aime enjoliver son curriculum vitae. Et il est donc difficile de discerner le vrai du faux dans ce qu’il se vante d’avoir vécu. Aussi lorsque cet album prend la forme d’un entretien qu’il aurait eu avec Gerard Schaefer le jour même du meurtre de ce dernier par son compagnon de cellule, et bien j’ai un doute sur la véracité des faits. Je veux bien croire qu’il ait rencontré Schaefer mais là, le timing me parait un poil too much (A en croire Wikipedia, Bourgoin aurait rencontré Schaefer en 1991 et Schaefer a été assassiné en 1995). Ensuite, la manière dont cet entretien nous est relaté ne sonne pas juste. Tout cet entretien semble avoir été réécrit de telle sorte que les auteurs puissent revenir sur une bonne partie de la « carrière » du serial killer. Si cette interview nous avait été présentée comme une fantaisie scénaristique créée pour permettre justement d’évoquer l’ensemble de la biographie de Gerard Schaefer, j’aurais pu l’accepter mais ce n’est pas le cas. Cette quête de sensationnalisme, ce besoin de Bourgoin de se mettre en avant alors qu’il n’est pas le sujet du livre me dérangent grandement. Si encore cette biographie avait été complète, j'aurais pu passer outre cette fantaisie, mais elle met l’accent sur les crimes (et leur côté pervers) au détriment de la personnalité du tueur ou de l’enquête policière qui a permis de l’appréhender. Or, ce sont ces deux aspects qui m’attirent le plus dans ce genre de sujet. Ici, on ne sait même pas comment Schaefer a été arrêté. Quant à son profil, il ressemble tellement à celui de la plupart des tueurs en série (enfance traumatisante, mutilation d’animaux avant de passer aux êtres humains, personne méthodique, etc… ) que je n’arrive pas à voir en quoi il serait si « remarquable ». Par ailleurs, le dessin, réalisé par une équipe de dessinateurs (ce qui pour moi n’est jamais bon signe) m’est apparu approximatif et dénué d’émotion. Je pourrais pourtant dire que ça se laisse lire. Le scénario de Jean-David Morvan est fluide et le découpage est bon, mais je n’ai vraiment pas retiré ce que j’attendais de ma lecture. Tout me semble sonner faux.

17/05/2022 (modifier)
Couverture de la série La Jeunesse d'Achille
La Jeunesse d'Achille

Trouvé cet album dans une brocante en plein air, il est tellement peu épais et son contenu est tellement léger et vite lu que j'ai eu le temps de le lire sur place. Le gros défaut de ce petit album souple, c'est que sa narration est mal foutue, ce n'est pas une vraie Bd puisque que l'album propose une forme de bande dessinée proprement dite, avec des cases et des bulles, alternant avec des pages illustratives assorties d'un texte récitatif. Je n'ai pas apprécié du tout cette forme hybride qui en plus n'aborde que très partiellement les jeunes années du plus grand héros grec de la guerre de Troie, même le Achille de Cosimo Ferri est plus fidèle à la Mythologie grecque. C'est dommage car cet album avait un sujet en or et aurait pu être mieux conçu, dans une forme de véritable bande dessinée. Seul le dessin de Ruffieux empêche le rejet total, sauf qu'ici c'est un dessin de style gouache utilisé pour des illustrations de livres didactiques, contrairement à un dessin classique franco-belge vu sur Guillaume le Maréchal que j'avais bien apprécié, ou sur Hérode le Grand.

08/05/2022 (modifier)
Couverture de la série Histoire d'O
Histoire d'O

Pas pour moi, tout est à mes yeux rédhibitoire dans cet album (lu que le 1er tome). Découvert à l’époque, en même temps que le 1er tome du Déclic, la comparaison ne joue pas en sa faveur, niveau style Manara c’est chaud, Crepax c’est froid. Alors en plus le sujet ne m’intéresse absolument pas, une lecture dérangeante, je n’aime pas cet érotisme. Par contre les amateurs devraient s’y retrouver.

06/05/2022 (modifier)
Couverture de la série The Black Hawk Line
The Black Hawk Line

Oups mauvaise pioche !! Je suis tombé sur le tome 3 et je n'irai pas plus loin. Encore un BD pseudo-historique à base de combats aériens. Les "Tigres volants" à l'instar des "Brigades Internationales" ont fait fantasmer nombre de créateurs artistiques souvent au détriment de la réalité historique. Ici le scénario est assez flou sur les dates or jusqu'à Pearl Harbor les USA étaient officiellement neutres dans le conflit sino-japonais. Donc les pilotes américains étaient des mercenaires civils et il n'y avait pas de présence de soldats américains en Chine (pour preuve les cocardes des avions Curtis). Les Tigres étaient probablement plus en Chine pour intervenir sur une partie de la Birmanie anglaise que pour aider les Chinois. Cela a sûrement permis de former un noyau de pilotes aux conditions réelles de combat et de tester le matériel en vue d'un conflit probable. Comme l'explique Mac Arthur dans son avis, il y a deux histoires qui se juxtaposent. Dans le tome3 nous avons droit pour le passé à un long combat typé duel de chevalerie moderne avec un atterrissage ventral final sans une égratignure et deux adversaires qui s'embrassent presque, au sol. Coup de bol l'officier japonais parle un américain impeccable, encore plus de chance la patrouille chinoise qui arrive parle aussi américain. L'officier japonais préfère la honte d'être prisonnier d'un civil qu'une mort d'officier de l'armée impériale comme c'était presque un devoir. Quant au présent, nous avons des dialogues approximatifs sur la politique américaine au Japon et une fille qui se jette dans les bras de son envahisseur le soir de la mort de son père. Trop fort. Si on ajoute des dessins où le mont Fuji tient lieu de décor d'ensemble pour montrer que nous sommes au Japon et des couleurs franchement sans relief et blafardes, je trouve cette série vraiment médiocre.

01/05/2022 (modifier)