Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (61 avis)

Par Yann135
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Le Tueur
Le Tueur

Je suis sûr que vous êtes tous pareils. Quand vous êtes dans une librairie, chez un bouquiniste ou à la médiathèque, vous êtes en quête d’un album qui va aiguiller vos sens. Vous cherchez la perle à 4 ou 5 étoiles. Pour vous aider il y a mieux que farfouiller ou fureter. Il a les conseils d’un pro et me concernant ce sont ceux de Paco qui m'ont aidé à trouver une série admirable ! C’est magnifique d’avoir un poteau qui travaille au sein d’une médiathèque et d’être accompagné. « Tu as déjà lu cette série ? Ben non. Prend cela va te plaire » C’est rapide, directif et diablement efficace. J’ai dévoré les albums les uns après les autres. Il me connait bien le bougre. C’est ma came cette série. J’adore. J’ai l’impression de retrouver le frère de Léon, le tueur à gages de Luc Besson. Il refroidi les cibles désignées sans trop se poser de questions existentielles. C’est pour lui un boulot comme un autre même si l’hémoglobine est souvent présente. Il est seul et sans ami. Il n’y a que le pognon qui l’intéresse. Notre héros est froid mais je l’avoue attachant au final. Pas au point quand même de le trouver sympathique. C’est toute l’ambivalence de cette série. C’est parfait. Cette série est un bijou terrible. Pas de temps mort. Il y a du rythme. Les rebondissements sont nombreux qui font que tu ne peux pas lâcher cette lecture palpitante. Les flashbacks sont nombreux mais cela ne va pas casser la cadence de lecture. Juste une petite pause pour reprendre son souffle avant de repartir de l’avant. Le graphisme n’est pas magique. C’est simple mais terriblement efficace. Peut-être un trait peu trop saccadé. Le découpage par contre est très étudié avec un cadrage comme au cinéma. Très efficace. Paco encore un grand merci de m’avoir fait découvrir cette série. J’étais passé complétement à côté. A découvrir ou à re découvrir. 4 étoiles bien sur.

19/09/2021 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Le Banquier du Reich
Le Banquier du Reich

Le premier mot qui me vient après ma lecture : waouh. J'aime les bd historiques et plus particulièrement celles qui racontent la "petite histoire" avec ses conséquences sur la "grande histoire". Ce diptyque raconte la vie de Hjalmar Schacht de 1923 à sa mort en 1970. Personnage énigmatique, Schacht était un banquier et un économiste de renom, qui après la défaite de l'Allemagne en 1918 et le traité de Versailles, va essayer de remettre son pays sur le devant de l'échiquier mondial. Pour cela il ira jusqu'à être le ministre des finances d'Adolf Hitler. Quelle maestria dans la narration, Boisserie et Guillaume ont la merveilleuse idée de nous compter cette histoire sous la forme d'un interrogatoire entre Schacht et un agent du mossad, ce qui permet de faire cogiter nos méninges. L'agent du mossad, dont nous l'identité nous sera dévoilée à la fin du tome deux, fait contre poids aux dire du banquier. Chacun aura sa propre idée sur cet économiste. Deux couvertures austères qui mettent de suite dans l'ambiance. Le dessin rétro nous transporte de suite dans ces années d'entre deux guerres. Ce n'est pas m'ont style, mais il est tout à fait en harmonie avec le récit. Une petite merveille que je conseille vivement.

19/09/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
Couverture de la série Histoire de la Grande Chartreuse en BD
Histoire de la Grande Chartreuse en BD

Je fais partie du public cible de cette BD : j’ai grandi aux pieds de la Chartreuse, et je m’intéresse un peu à l’Histoire locale. J’ai d’ailleurs acheté cette BD dans la boutique de l’Abbaye Notre-Dame-de-Chalais… A ce titre je ressors ravi de ma lecture. Laurent Bidot (qui a également réalisé Le Secret de la Chartreuse) nous livre un album certes très académique au niveau de la narration et du dessin, mais très instructif et intéressant. Tous les événements historiques importants y sont racontés (incendies, persécutions, évictions) et même l’athée que je suis ressent beaucoup d’admiration pour ces individus extraordinaires. Le dessin permet par ailleurs de reconnaître et visiter des sommets bien connus du massif de la Chartreuse. Mon seul reproche sera le format même de la BD : 48 pages, c’est bien peu pour résumer plus de 900 ans d’histoire, et on survole forcément les événements. Un album académique, mais qui intéressera sans doute les férus d’Histoire du Dauphiné.

19/09/2021 (modifier)
Par doumé
Note: 4/5
Couverture de la série Perramus
Perramus

Parti pour découvrir un monument de la bd , un symbole de la bd engagée contre les régimes totalitaires, je suis à la fin de ma lecture enchanté par les premiers tomes et déçu par le dernier tome de la série. Un sentiment final mitigé mais Perramus est globalement une bd à lire absolument. Ce réquisitoire contre toutes les juntes militaires d’Amérique du Sud mises en place pour combattre le communisme dénoncent les dérives des pays dirigés par des militaires. Les auteurs prennent comme exemple leur propre pays, l'Argentine victime d'un dictature de 1982 à 1989, ils témoignent de l'impact sur la population. Ce récit nous fait vivre et comprendre la peur des habitants traqués. Un héros qui décide d'oublier pour survivre dans cette société. Le dessin orignal en noir et blanc est tellement réussi qu'il donne encore plus de force au message envoyé par l'auteur. Les visages, les décors sont comme le scénario aux frontières du réel et de l'irréel pour dénoncer les crimes de la junte au pouvoir. La complémentarité entre le scénariste et le dessinateur nous transporte dans une ambiance oppressante, dans un monde déshumanisé où les événements nous paraissent irréels et les auteurs exploitent avec talent ces situations pour faire évoluer leurs personnages aux frontières du réel. Merci à Futuropolis pour la réédition en intégrale de la série.

19/09/2021 (modifier)
Couverture de la série On peut toujours rester amis
On peut toujours rester amis

A l'Est, rien de nouveau? Mais si !! Des jeunes créateurs nés en RDA comme Mawil font souffler un vent de fraicheur sur la bd occidentale. Une œuvre autobiographique où il n'y a ni action, ni sexe, ni violence, ni couleur, ni décor et un dessin que certains diront simpliste. Alors quoi ? C'est que justement ces ados ont vécu une expérience pacifique unique au monde. En une nuit, le 9 novembre 1989, ils ont changé de passeport, ce qui était interdit est devenu officiellement permis ( notamment dans la culture). Sans un coup de feu. Incroyable pour toute une génération Une chose n a pas changé quand on a treize, seize ou vingt ans , c'est la tendre découverte de l'autre sexe. Le mystère des filles quand on est un ado plutôt timide. Il faut trouver des lieux où se rencontrer et puisque Jésus était banni par la STASI pourquoi ne pas aller écouter son message. Surtout pour les fêtes du patronage avec de la nouvelle musique, où les camps en vélo sur la mer Baltique. On transgresse avec du vin français mais pour aller plus loin, une occasion manquée... On finit dans un squat international, une vraie tour de Babel Mais concrétiser n'est pas si facile!!!! Je trouve ce petit album tendre et drôle. Il me rappelle un monde où autour d'un feu, nous pouvions passer une soirée à nous regarder en riant sans avoir le nez vers un écran. Dans ce monde de brutes, ça fait du bien.

18/09/2021 (modifier)
Par fuuhuu
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Jours de sable
Jours de sable

Une véritable claque visuelle ! Dès les premières pages, nous sommes subjugués par des pleines planches magnifiques, puissantes et pleines d'émotions. On sent que rien n'a été fait au hasard. Les détails, les décors, les expressions des personnages, les couleurs,.. tout cela mis ensemble, forme un tout qui dégage un "je-ne-sais-quoi" indescriptible, mais en tout cas, très émouvant et prenant. Concernant le scénario, la aussi, l'auteur est épatant. Nous accompagnons un photographe envoyé faire un reportage photo sur le "Dust Bowl". D'un point de vue historique, l'album est très enrichissant. Ayant 26 ans, je n'avais pas spécialement connaissance de ce point de l'Histoire et j'en ai beaucoup appris. Cette BD m'a également donné envie d'en apprendre plus sur ce phénomène, elle a attisé ma curiosité. De plus, le personnage principal est agréable à suivre. Nous partageons ses questionnements et ses doutes. Nous nous remettons en question avec lui. Il y a une véritable évolution dans sa perception des choses, et la conclusion du héros m'a été très satisfaisante. Enfin, la bd est ponctuée de nombreuses "mini-histoires" grâce aux nombreux personnages secondaires. Cela m'a permis de mieux saisir les enjeux du "Dust Bowl". Je ne sais pas si cet album deviendra culte avec les années, mais dans tous les cas, visuellement c'est un chef d'œuvre. Gros coup de cœur 4,5 étoiles MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

18/09/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
Couverture de la série Lonely Betty
Lonely Betty

Nous voici plongés dans l'ambiance d'une petite ville du Maine à la veille de Noël, c'est également la veille des cent ans de Betty Holmes une pensionnaire de l'hospice de la bourgade. Ancienne institutrice elle fut mise à pied il y a soixante ans suite à la disparition de trois enfants dont elle avait la charge. Depuis elle n'a pas prononcé un mot, seul le shériff entretient avec elle un lien ténu. A l'approche de l'anniversaire la sulfureuse et sexy adjointe au maire s'affaire pour que l'anniversaire de la vieille dame soit une réussite. Peu avant la fête Betty souhaite parler avec le shériff, elle met en cause un écrivain célèbre responsable selon elle de ce qui s'est passé. Au début du récit, il faut bien le dire tout cela est fort erratique et ce n'est que peu à peu que les éléments s'emboitent, parfois à l'aide de flashbacks qui peuvent aider à s'y retrouver. Si l'on y ajoute un dessin que j'ai du mal à qualifier autrement qu'en disant que je le trouve très moche avec des couleurs qui semblent faites au Crayola, vous comprendrez aisément la difficulté à rentrer dans cette histoire. Et puis au final non tout cela est bien huilé comme une bonne grosse mécanique dont sait user l'écrivain célèbre dont il est question vers la fin de l'histoire. Est-ce parce que j'apprécie beaucoup le dit écrivain? Est-ce parce que je suis touché par l'histoire de cette vieille dame qui pendant soixante ans ne peut dire l'indicible ? Au final si je fais abstraction du dessin, voilà une histoire hautement recommandable.

17/09/2021 (MAJ le 18/09/2021) (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5
Couverture de la série Peau d'Homme
Peau d'Homme

Que voilà une belle surprise. En empruntant cet album je ne savais pas à quoi m'attendre. Lecture d'une seule traite. Un très joli conte qui nous fait découvrir Bianca une semaine avant son mariage. Mariage arrangé entre deux "bonnes" familles. Plusieurs thèmes sont abordés dont l'identité sexuelle, la condition féminine et la religion. Sujets toujours d'actualité. Bianca séjourne chez sa marraine avant son mariage et celle-ci va lui remettre une "peau d'homme" afin qu'elle puisse connaître la vie et les sensations de l'autre sexe. Elle va ainsi découvrir son futur mari sous des angles surprenant. Hubert fait défiler des personnages truculents, une Bianca assez dévergondée, un Giovanni arrogant et "mignon", Angelo le moine inquisiteur et une pléthore de seconds rôles attachants. Sans oublier le fameux Lorenzo ou plutôt Bianca sous sa peau d'homme. J'ai été embarqué dans cette folle histoire, Hubert distille avec malice les scènes osées et plus conventionnelles. Il trouve un juste équilibre et Il s'en dégage un souffle de liberté. Effectivement on voit de suite où veut en venir l'auteur avec ses gros sabots, mais cela n'a pas gêné ma lecture. Zanzim que je découvre réalise de magnifiques planches, son dessin est lisible et tout en mouvement. Ses scènes d'amour sont réalistes mais sages. Il apporte un ton léger au scénario. Bref, une belle ode à la liberté sexuelle. Forcément, à découvrir. Viva Lorenzo.

17/09/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
Couverture de la série Trap
Trap

Quel drôle d'objet que ce Trap sans paroles qui sous un aspect que d'aucuns pourraient qualifier de foutraque est une ode un brin déjanté au retour à des choses simples, primaires pour ne pas dire primales. Déjanté, amusant avec la légère pointe de fantastique, ou plutôt de chamanisme. L'ensemble se lit ou plutôt se regarde de manière très fluide, il n'y a pas de temps mort et finalement l'on se prend au jeu afin de savoir où tout cela va nous mener. L'histoire n'est pas si simple qu'il y paraît de prime abord avec un final qui est comme une sorte de passation qui nous montre que les choses continuent. Un petit album dont on n'est pas obligé de faire l'achat, mais fort sympathique la lecture en est chaudement recommandée.

17/09/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
Couverture de la série Yellow Cab
Yellow Cab

J'ai beaucoup apprécié le travail graphique de Chabouté sur l'adaptation d'un récit de Benoit Cohen que je ne connaissais pas. D'autres avis ont comparé son travail en noir et blanc à celui de Will Eisner et évidemment, immanquablement l'on pense au fil des pages à Scorsese. Autant j'ai bien aimé la première partie où l'on voit notre héros se battre pour obtenir sa licence de taxi, autant dans une deuxième partie, j'ai trouvé un peu vaines les interrogations de notre "taxman" qui se livre à une sorte d'introspection sur lui-même, sa future héroïne. J'aurais pu mettre la note de pas mal, mais ce qui fait gagner une étoile supplémentaire à cet album c'est comme je l'ai déjà dit le trait de Chabouté et cette galerie de personnages dont j'aurais aimé que certains soient plus fouillés. Moins la folie du personnage principal j'ai envie de revoir Taxi Driver.

17/09/2021 (modifier)