Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (3 avis)

Par doumé
Note: 4/5
Couverture de la série La Fuite du cerveau
La Fuite du cerveau

Un auteur qui nous fait sourire dès la préface et qui nous emmène dans un périple au pas de course. Un trio qui s'enfuit avec à ses trousses des hordes prêtes à tout pour s'emparer du cerveau d'Albert. Et notre brave Albert avec le crane vide, notre héros avec le cerveau d'Albert sous le bras et une chercheuse en neurologie parcourent le pays pour effectuer d'hypothétiques recherches. Toute cette histoire n'a vraiment rien de rationnelle, mais l'auteur a le talent pour nous emmener avec naturel dans cette aventure invraisemblable. Pas une seconde nous ne croyons à cette histoire mais nous sommes captés sans discontinuer jusqu'à la fin. Un ton humoristique tout au long de cette aventure y compris pour nous décrire la vie d'un hôpital ou d'une morgue, un enchainement d'évènements sans temps mort, des personnages hauts en couleur qui sont volontairement caricaturaux. Les situations nous réservent toujours des surprises avec des dialogues percutants et très drôles. Virevoltant, jubilatoire, un moment de lecture synonyme de plaisir. Avec cette bd Pierre Henry Gomont démontre qu'il est un conteur d'histoire vraie ou fausse et qui confirme que tous ses albums méritent d'être lus.

28/11/2020 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
Couverture de la série Le Château des Animaux
Le Château des Animaux

C'est un peu méfiant que je me suis lancé dans la lecture de cette série qui semble faire l'unanimité de la critique depuis sa sortie. D'une, je me méfie de ce genre d'album adulé qui souvent mène à la déception quand on le lit après tout le monde (on a tendance à en attendre beaucoup trop), et secondo je ne suis pas un grand fan des séries où les personnages sont des animaux anthropomorphes ; sorti de Blacksad, je reste très réservé. Mais force est de constater qu'il faut parfois se faire un peu violence et sortir de ses zones de confort pour tomber sur ce genre d'album des plus agréables. Rien que pour le dessin de Félix Delep (que je découvre), cette BD vaut le détour ! Son sens des décors et l'expressivité qu'il arrive à insuffler à ses animaux est magistrale ! Tout cela transpire déjà le vivant. Et quand on exploite tout cela dans une sorte de huis clos tendu, on obtient une petite pépite saisissante d'émotions. Que ce soit la peur, la colère, la révolte, mais aussi la joie, l'amour, la dérision, notre duo d'auteurs s'amuse avec cette basse cour à poser une palette de sentiments et d'émotions impressionnantes avec ces animaux pour personnages principaux. Il faut dire que le travail de personnalisation des animaux est très réussi. Cette "suite imaginaire" ou cette histoire inspirée de La Ferme des animaux d'Orwell fleure bon la très bonne série, espérons que Xavier Dorison saura mener à bien sa quête au fil des trois tomes suivants annoncés. Le pari est audacieux : renverser un pouvoir violent en place par la non-violence et la dérision, mais pourquoi pas... Je suis juste curieux de savoir comment et si tout cela peut être crédible. Alors messieurs, vite ! la suite ! *** tome 2 *** Après un premier tome très convaincant malgré mes réserves, j'attendais donc cette suite avec une certaine curiosité. Comment notre basse-cour inféodée à la poigne de fer de Silvio allait-elle réagir à la répression et la poigne de fer persistante et implacable de ce taureau despote ? Car l'option pacifiste étant de mise et un objectif central, dur de trouver les failles pour enfoncer le coin qui finirait par faire tomber cette main mise... Dans cet opus, les animaux de la ferme vont devoir tester leurs limites pour tenter d'arracher quelques droits et libertés. Maintenir la cohésion de groupe dans la souffrance, ravaler sa colère et ses rancœurs, dur quand la poigne de fer du pouvoir reste implacable et que chacun tremble non pas pour lui mais pour les siens. Miss Bengalore qui chapeaute cette insurrection pacifique aura bien du mal à se faire entendre et à aller au bout de ses convictions. Ce nouveau chapitre continue de nous faire réfléchir de façon intelligente sur la dictature et la résistance légitime qui en découle tout en nous faisant réfléchir. De prime abord, si tout un chacun se dit horrifié par ce système et prêt à luter contre (et encore...), combien serions nous à continuer la lutte quand nos proches ou des innocents paieraient cash le prix de notre insubordination ? C'est toute cette mécanique de la domination que dissèque cette série de façon fine et captivante. Le dessin de Félix Delep reste tout aussi magistral que dans le premier tome, nous faisant presque oublier que les personnages principaux sont des animaux. Un réel bonheur visuel qui nous réserve quelques planches de toute beauté ! Voilà un 2e tome tout aussi réussi que le premier et qui augure d'une série des plus réussies si la suite reste sur la même verve.

21/08/2020 (MAJ le 28/11/2020) (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
Couverture de la série RIP
RIP

Vous pensiez avoir le boulot le plus chiant ou difficile du monde ? Cette BD est faite pour vous ! Avec RIP, bienvenue chez les nettoyeurs de la mort ! Derrick et ses potes passent vider les maisons des personnes décédées sans famille de leurs effets personnels pour les vendre ensuite aux enchères. Travail de merde, vie de merde et collègues/potes qui suivent la même tangente : Derrick survit sa vie jusqu'au jour où lors d'une de ces journées de taff il tombe sur une bague de grande valeur, il décide de la voler... Et là, tout dérape... Ce premier tome de RIP est plus qu'une agréable surprise, tant au niveau graphisme que scénaristique. Julien Monier au dessin nous propose un coup de patte très personnel qui insuffle au récit concocté par Gaet's une atmosphère générale très réussie. Que ce soient les tronches des personnages ou les ambiances en fonction des lieux et de l'action, tout cela se tient et nous accroche au bout de quelques pages pour nous tenir en haleine jusqu'à la dernière page. Et la suite c'est pour quand ???!!! Car là, grosse frustration en refermant ce premier tome ! On veut savoir !!! Vous l'aurez compris, voilà un premier tome très réussi et qui n'appelle qu'une suite du même acabit pour nous ravir ! *** Tome 2 *** Ahhhh !!! Enfin la suite ! Car effectivement, si comme moi le premier tome vous a tapé dans l'oeil, vous ne pouviez que mourir d'impatience de découvrir cette suite ! Après Derrick, c'est au tour de Maurice. L'idée intéressante de cette série c'est justement de découvrir autour d'un même événement qui relie nos "nettoyeurs de la mort" le passé ou la face cachée de chacun d'entre eux. Et on peut dire qu'avec Maurice on a du lourd ! Le p'tit vieux effacé que tout le monde connaît en a sous la semelle et l'histoire de son passé nous fait mieux comprendre son côté taciturne et son comportement à la fin du premier album. Mais ça, je vous laisserai le plaisir de le découvrir. C'est là que Gaet's est très fort au scénario, car non seulement il nous éclaire avec cet album sur les événements passés du premier album, mais il relance également une intrigue plus large en semant tel un petit Poucet ses petits cailloux pour les tomes à venir. Comme pour le premier opus, il s'amuse à égrener au fil des chapitres qui divisent l'album de citations bien senties et toutes plus diverses de par leurs origines pour nous mettre en appétit. Voilà une narration très maîtrisée ! Côté dessin, Julien Monier rempile de façon toujours aussi efficace avec ce trait singulier qui fait sa marque de fabrique pour cette série, en distillant des ambiances qui assoient tranquillement mais sûrement l'histoire de notre équipe de choc. Il ne reste plus qu'à espérer que les prochains tomes annoncés soient du même acabit pour notre plus grand plaisir ! *** Tome 3 *** Avec "Ahmed ", nous avons le bonheur de retrouver notre folle équipée sauvage, mais cette fois-ci par la bande. C'est en effet le mystérieux Ahmed qui va se dévoiler et nous permettre de comprendre un peu mieux ce qu'il fait au milieu de cette troupe hétéroclite. Je ne vous gâcherais pas le plaisir de le découvrir par vous même, mais une fois de plus avec ce troisième opus, Gaet's et Julien Monier nous montrent une nouvelle facette de leur savoir faire et enfoncent le clou de leur récit choral. Chaque face cachée d'un personnage permet de mettre en lumière les autres et de faire avancer la trame principale. C'est malin, finement construit, avec toujours en fil conducteur cette ambiance assez délétère qui caractérise cette série. Une belle mise en lumière de la noirceur de l'âme humaine... Ahmed l'apprendra a ses dépends. Voilà en tout cas un troisième tome qui assied tranquillement cette série en imposant sa marque de fabrique avec une construction au cordeau, des personnages bien sentis et ce petit côté irrévérencieux qui transpire au fil des chapitres.

02/12/2018 (MAJ le 28/11/2020) (modifier)