Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (81 avis)

Par Gaendoul
Note: 4/5
Couverture de la série Ghost Kid
Ghost Kid

Après la lecture, je dois avouer que j'étais un peu déçu... j'en attendais peut-être trop suite aux avis élogieux lus ici-même. Et puis vient le moment d'écrire l'avis...et là, finalement, j'opte pour un 4. Parce que même si le récit n'est pas parfait et que certaines facilités sont un peu regrettables (un vieux cow-boy qui voit à peine devrait galérer un peu plus à tirer sur ses ennemis), le scénario tient la route et l'ambiance est excellente. La quête de ce vétéran est d'autant plus plaisante qu'on s'attache facilement au personnage et cela nous aide à partager vraiment ses déboires. Les dessins sont très bons, comme souvent avec Tiburce Oger. Au final, je reste très satisfait de ma lecture car l'aventure est plaisante et surtout assez originale et mémorable. Les différents éléments sont pourtant relativement classiques mais le tout fonctionne très bien et forme une bd western intelligente et agréable à parcourir. J'aurais même aimé que l'aventure dure plus d'un tome!

18/05/2021 (modifier)
Par Seube
Note: 4/5
Couverture de la série Jason Brice
Jason Brice

Je possède cette petite série depuis sa sortie, et après une nouvelle lecture, je ne me lasse pas de la retrouver. Le tome 1 dépasse peut-être la qualité des deux suivants, ou bien je suis plus attaché par le style d'enquête pur que par la tendance vers le paranormal. Mais cette préférence n'enlève en rien la qualité globale que je donne à toute l'histoire. L'intrigue est super intéressante, vachement bien ficelée, tout est cohérent. Le scénario gagne en singularité et en intensité au fil des tomes. On découvre peu à peu l'histoire des personnages (secondaires ou principal) en même temps que l'on élucide l'enquête, c'est parfaitement calibré. Pas d'humour, ici c'est l'ambiance thriller d'un polar paranormal qui domine. Les dessins me plaisent tout autant. Les personnages sont dessinés de manière à ce que le lecteur se demande quels sont les secrets enfouis chez chacun d'eux, qui est le coupable, à qui faire confiance, etc. Je regrette simplement que ces visages introvertis soient si souvent appliqués dans le dessin, cela fait dégager la même émotion à trop de reprises : bouche fermée, sourcils froncés, regard énigmatique ou inquisiteur... Mais permet aussi de dégager une ambiance d'enquête vraiment prenante. Le dessinateur réussit parfaitement à traduire en images l'élucidation de cette sombre affaire. La fin n'est pas abracadabrante du tout, les fils se tissent entre eux... Le scénariste a eu le talent de rendre claire une intrigue qui a tout de même son lot de complexité. Ceci grâce peut-être à l'efficacité de l'écriture. Je trouve que les phylactères ont une présence aérée, avec des phrases claires, concises et bien tournées, et je me dis que tout cela doit résulter d'un scénario maîtrisé jusqu'au bout des doigts. Pour aimer vraiment cette série il faut, je pense, aimer (ou accepter) que la montée en puissance de l'histoire aille de pair avec la présence de plus en plus prononcée du style fantastique. Je conseille vivement la lecture, c'est un excellent travail effectué par les auteurs pour en venir à cette qualité d'intrigue, qui est agréable à lire et qui parvient à dégager une ambiance paranormale du plus bel effet.

17/05/2021 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5
Couverture de la série L'Espion de César
L'Espion de César

Pour mon premier avis, j'ai choisi une série qui parle de la Rome antique, période historique qui me plaît beaucoup. Ce qui saute aux yeux, c'est le dessin. Fafner a un style qui ressemble à celui de Mignola. Premier tome très convainquant, l'histoire se met en place et me donne envie de connaître la suite. Guerre, politique et intrigues. Coax a une ressemblance avec Conan sans sa moustache. Je conseille vivement. Tome 2 Côté dessin, c'est toujours aussi beau. Les couleurs sont superbes et ajoutent à rendre une atmosphère oppressante. C'est la famine à Rome. Coax, envoyé en mission, doit découvrir qui se trouve derrière cette machination. A qui profite le crime ? Un tome de transition avant le dénouement final. Petit bémol pour Titus, page 26, lorsqu'il jure "par Zeus" ..... Jupiter aurait été approprié. C'est avec impatience que j'attends la suite.

18/04/2021 (MAJ le 17/05/2021) (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
Couverture de la série Mémoires d'un incapable
Mémoires d'un incapable

Albert Laforge est sur le point de se donner la mort. Il a le canon de son fusil dans la boucle. Le compte à rebours a commencé. Dans quelques secondes sa cervelle va tapisser son salon coquet ! je tourne la page, et je m’attends à une planche bien sanguinolente ! Ben non ! Quelle déception ! il n’a pas eu le courage d’appuyer sur la gâchette. Au lieu de ça il va pisser tout en s’invectivant et en se reprochant d’avoir trucidé sa femme et ses deux gosses. Son double maléfique le pousse à aller jusqu’au bout de l’horreur. Ce n’est que le début de l’album. Donc vous avez compris que nos amis poètes et ceux qui cherchent des récits à l’eau de rose, vous pouvez passer votre chemin. Vous plongez donc dans les souvenirs d’Albert pour mieux appréhender le pourquoi de cette boucherie. Son alter égo pernicieux et malfaisant l’entraine vers les bas-fonds au point de devenir un meurtrier car vivre n’est plus envisageable pour lui. Mais il est plus facile d’abattre son prochain que de se donner la mort. Le graphisme est un peu grossier à mon goût mais cela le fait quand même. La colorisation tout en noir et blanc est agréable avec une alternance de cases sombres et de cases lumineuses. C’est glauque et poisseux bien évidemment. D’ailleurs j’ai les mains qui collent après la lecture de cet album. Ca va vous secouer. Donc si vous n’êtes pas neurasthénique, vous pouvez rejoindre Albert dans son délire sanguinaire !

17/05/2021 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 4/5
Couverture de la série Cadavre exquis
Cadavre exquis

Une mignonne histoire dont la progression est au début menée lentement mais sûrement. Pas très originale, la trame se laisse lire, aidée par un dessin plutôt mignon (girly diront les experts en la matière), mais certainement pas réaliste. On assiste au lent naufrage de l'héroïne (assez cruche, il faut le dire) puis à sa remontée vers la surface en compagnie d'un prince pas si charmant que ça, mais on fait avec ce qu'on a sous la main. Une grosse partie de la BD consiste en un huis-clos avec 3 personnages, quasiment une pièce de théâtre. C'est bien amené, et on lit vite les sentiments des protagonistes, les tenants et les aboutissants. Néanmoins, amis de la bonne et haute moralité, ce n'est pas ici que vous trouverez votre pitance. La fin est peu crédible, comme déjà indiqué dans les autres avis, il serait très facile pour l'écrivain de prouver le contraire, mais bon, ce n'est pas la 1ère BD qui contient une énormité scénaristique ou une ficelle plus grosse qu'un câble transatlantique. Et puis, à bien y réfléchir, cette façon de faire, c'est du court terme ! Néanmoins, c'est une belle pirouette qu'on sent quand même un peu venir vers les dernières pages. Je vais dire que la lecture a été plaisante durant la majeure partie de cette BD. C'est vers la fin que 2 choses me gênent un tantinet. J'en ai déjà cité une (la pirouette finale). L'autre est la "poupée" qu'on voit apparaître à la télé. C'est très cliché, surtout de la part d'une dessinatrice (en tout cas, je ne pense pas que ce soit intentionnellement satirique, quoique). Néanmoins, je vais mettre 4 étoiles (en réalité un 3.5), parce que la BD m'a plu et délassé. La pirouette finale m'a quand même beaucoup amusé (même si je l'ai vue venir) mais aurait pu être présentée autrement, ça gâche un peu.

18/01/2021 (MAJ le 17/05/2021) (modifier)
Par Gaendoul
Note: 4/5
Couverture de la série Batman - White Knight
Batman - White Knight

Ce comics ne s'inscrit pas dans la continuité des séries DC actuelles mais il part tout de même de la même base et y apporte un twist très intéressant...mais surtout par son traitement car l'idée en elle-même reste assez simple. "Et si le joker était guéri ?" est le pitch de base mais l'ensemble va bien plus loin. Le déroulement nous tient en haleine et après avoir lu le tout début, je m'attendais presque à voir Napier endosser le rôle du Batman (ou quelque chose d'approchant), bref, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. On approfondit l'histoire du dark knight et de Gotham à travers des subplots malins comme le fonds Batman, la relation de Batman avec la police (et Gordon), le système de tunnels, le passé des Wayne et du Baron Von Fries. J'ai été agréablement surpris par la cohérence de l'ensemble malgré les différentes inclusions (2 Harley Queen, on parle de Jason Todd, Il y'a Batgirl, Nightwing, les batmobiles des séries, films, dessin animé, etc. ). C'est très bien fait! Et je dois dire que le suspens est là du début à la fin de la lecture...(et il y a même quelques bonnes surprises que je préfère ne pas spoiler). Le dessin est bon, et assez original. J'aime beaucoup le parti-pris au niveau de la représentation des personnages et l C'est de plus en plus la tendance et on sent que l'ère Jim Lee est terminée (même si beaucoup de comics restent dans ce style). Bref, c'est rafraichissant et clairement une très bonne histoire de Batman que je recommande à tous les fans. Pour les lecteurs peu familiers de l'univers du dark knight, vous aurez peut-être plus de mal à rentrer dans l'histoire car connaître les références, le background des personnages et leurs relations avec nos héros seront nécessaires pour mieux apprécier la qualité de cette histoire. Réservez donc cette lecture à plus tard si vous commencez votre plongée dans le monde de Gotham...

17/05/2021 (modifier)
Par Josq
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Tromblon et Bottaclou
Tromblon et Bottaclou

Les années 1960 furent vraiment l'âge d'or de la bande dessinée... Je songe toujours avec nostalgie à cette époque où n'importe quel lecteur pouvait découvrir chaque semaine de nouvelles planches inédites des plus grands auteurs de bandes dessinées. Et même quand il s'agit d'œuvres considérées comme mineures, on a affaire à de vraies pépites ! Ainsi de cette série cosignée de Goscinny et Godard. Cette collaboration de deux auteurs détonants ne pouvait que produire des étincelles et c'est ici bien le cas. Le principe est simple : reprendre les codes du théâtre de Guignol et en faire des histoires courtes déclinant la rivalité entre un gendarme et un bandit, comme le fit pour le cinéma Ni vu... ni connu... (avec Louis de Funès et Moustache). Goscinny s'approprie ces codes avec une aisance habituelle. Certes, l'humour pourra parfois paraître facile, car les règles du Guignol n'ont jamais été très élaborées et fonctionnent toujours sur le même schéma : un gentil brigand cherche à échapper aux ruses d'un gendarme gentil aussi, mais un peu bête. Néanmoins, si les auteurs reprennent ce schéma avec beaucoup de fidélité, ils savent le faire évoluer pendant ces 8 histoires courtes : ainsi, on verra parfois le gendarme et le brigand s'allier provisoirement, ou bien le brigand tout faire pour entrer en prison (pour un motif bien particulier) tandis que le gendarme, vexé par cet apparent renoncement, fait tout pour l'en chasser. Le ton de tout cela est vraiment bon enfant, et nous propose des récits parfois attendus mais parfois plus surprenants. Le récit court Bottaclou mène l'enquête m'a d'ailleurs occasionné un de mes rares vrais fous rires en lisant une BD, de par son hilarante résolution. On voit que René Goscinny continue de rôder la mécanique comique qui le poussera à produire deux ans plus tard sa série la plus folle, le célèbre Iznogoud. Ainsi donc, on est dans de la BD purement humoristique, qui ne cherche pas à développer ses personnages ou ses enquêtes, mais c'est tout de même extrêmement bien ficelé, avec parfois même un souci du détail très poussé, que ce soit dans le scénario ou le dessin. Au niveau du dessin, d'ailleurs, rien à dire, la ligne est agréable à l'oeil, Godard est déjà entré dans sa période de maturité, et nous propose un dessin très sûr et très bon. Non, vraiment, ça s'appelle bel et bien une pépite méconnue, où deux des plus grands auteurs de la bande dessinée franco-belge illustrent toute l'étendue de leur génie comique. Ce n'est pas leur œuvre la plus incroyable, peut-être, mais cela ne l'empêche pas d'être d'un excellent niveau !

16/05/2021 (modifier)
Par Benjie
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Putain de guerre !
Putain de guerre !

Du très bon Tardi ! Conseillé par Jean-Pierre Vernet, un des plus grands collectionneurs d'objets de la première Guerre mondiale, Tardi peut y aller les yeux fermés et laisser parler son personnage. Il est certain de ne rater aucun détail et les détails, en histoire, c'est intéressant. J'aime le ton employé, le côté récit, le vocabulaire assez brut, la voix off. Cette façon simple de dénoncer les horreurs de la guerre vaut mieux que bien des discours. Chaque année de cette guerre qui devait être courte - on s'en souvient - a son lot de souffrances, d'ordres stupides et d'assauts inutiles. Le scénario chronologique est clair, facile à suivre. On y append pas mal de choses et ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant, ce sont toutes les petites scènes de la vie quotidienne du soldat, tout ce qu'on ne voit pas d'habitude. Dans ce dyptique, Tardi dessine la guerre en couleurs, je trouve que c'est réussi et percutant. Si les dialogues sont crus, les couleurs le sont aussi et le message passe. Tardi réalisa là un très bel album qui met les choses au point. Ca fait réfléchir...

16/05/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
Couverture de la série Comment faire fortune en juin 40
Comment faire fortune en juin 40

En juin 1940, alors que la banque de France a anticipé sans doute une brillante victoire de l’armée française face aux allemands, elle a prudemment évacué l’intégralité de ses réserves d’or loin de la capitale dès septembre 1938. 2400 tonnes d’or ont ainsi été transférées dans le plus grand secret vers les colonies et vers le Canada. A Paris, tous les coffres sont donc vides. Ou presque ! La boulette ! Il reste encore 2 tonnes d’or a évacuer en urgence. Les allemands sont aux portes de Paris. Ce transfert attise la convoitise de nombreux protagonistes qui souhaiteraient profiter de celui-ci pour faire main basse sur cet immense magot ! Que le braquage du siècle commence ! Pas aisé sur le papier ce hold-up, mais alors que le pays est en plein exode, à feu et à sang c’est envisageable. Avec cet album, c’est un bel hommage au film noir des années 60. Voilà un mixte des tontons flingeurs, des douze salopards et de ocean’s eleven. Des gueules magnifiques. Des dialogues savoureux de haute volée digne du tandem Lautner Audiard. Du suspens, des rebondissements et un zest d’humour. Si vous rajoutez un scénario bien ficelé qui tient la route, vous comprendrez pourquoi je n’ai pas lâché l’album avant la fin. Un truc visuellement très agréable, l’alternance d’un fond blanc pour les scènes de jours et d’un fond noir pour les scènes de nuit. C’est très simple mais il fallait y penser. Visuellement c’est impeccable. Au final, avec cet album ce n’est pas bien, c’est du très bien !

16/05/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
Couverture de la série Melvile
Melvile

Voilà deux albums exquis qui peuvent se lire indépendamment, même si Melvile, un bled paumé on ne sait pas trop où, est le lieu commun aux deux récits. Particularité originale, ces deux histoires sont accompagnées d’une bande son, la réalité augmentée, accessible via un QR code. Voilà un bonus sympathique à découvrir pour titiller vos oreilles. Le graphisme est particulièrement réussi avec une colorisation sépia alternant le froid et le chaud. Le mot juste serait envoutant ! Une réussite indéniable. L’atmosphère oppressante voulue pour ces deux albums est une prouesse visuelle bluffante. ---------------------------------- L’histoire de Samuel Beauclair : un romancier en panne d’inspiration retourne dans la maison de son père, perdue au milieu des bois, avec sa jeune épouse enceinte. Il espère que ce lieu si riche en souvenirs va lui permettre de retrouver un second souffle. Mais ses démons l’habitent toujours. Suspens assuré et dénouement inattendu. Un final de haute volée que je n’ai pas vu venir. ---------------------------------- L’histoire de Saul Miller : un retraité, ex astrophysicien renommé, vit paisiblement dans sa maison recluse dans la forêt. Son quotidien il le partage avec une petite fille qu’il aide pour ses devoirs. Tout serait parfait, si des chasseurs inquiétants ne rodaient pas autour de sa propriété. Les altercations sont nombreuses. Le décor est planté. Ca va partir en cacahuète pour notre plus grand plaisir ! Un thriller grandiose alambiqué admirable. ---------------------------------- Deux histoires, un seul lieu. Une immersion dans une forêt séduisante. On plonge avec délice dans la paranoïa des personnages. Nous sommes à la frontière du fantastique. Visuellement vous serez scotchés. Vous pouvez y aller ! Vous pouvez vous perdre à Melvile et je suis sur que cela va bien se passer.

16/05/2021 (modifier)