Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (6 avis)

Par PAco
Note: 4/5
Couverture de la série Bone Parish
Bone Parish

Voilà un comics qui ne donne pas dans la dentelle ! Amateur de récit horrifique, j'ai vraiment accroché à cette série qui part sur les chapeaux de roue ! Une famille de dealers habitant la Nouvelle-Orléans a réussi à mettre au point une nouvelle drogue aux effets surpuissants à partir des cendres de corps calcinés. Cette nouvelle drogue appelée "cendre" fait forcément des envieux, et la petite bande familiale va rapidement avoir sur le dos les gros gangs qui tiennent le marché et qui n'ont pas pour habitude de partager... Sans compter que la fameuse dope en question peut aussi avoir quelques effets secondaires non négligeables... L'idée de scénario de Culenn Bunn est très bien trouvée et son récit décapant est mené tambour battant ! Le dessin de Jonas Scharf est bon et même rudement efficace dans les scènes d'action. J'ai aussi apprécié le parti pris de la colorisation qui oscille entre des ambiances très noires en général et des couleurs très flashy quand les protagonistes sont sous l'effet de la "cendre". Certaines scènes bien gores donnent un peu de piment supplémentaire à l'histoire et ont pleinement leur place dans cette histoire (mention spéciale pour la scène du cimetière). Voilà donc une bonne surprise qui je l'espère tiendra toutes ses promesses dans les tomes à venir. J'attends la suite avec curiosité !

12/08/2020 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
Couverture de la série Malcolm Max
Malcolm Max

Londres fin XIXe, une grosse touche de fantastique mâtinée de steampunk, une bonne grosse enquête sur des voleurs de cadavres et un tueur en série ? Chouette !!! Déjà le pitch match une sacrée dose d'éléments propres à titiller ma corde sensible ! C'est donc dans ce Londres en pleine période Victorienne que Malcolm Max et sa belle acolyte Charisma mènent l'enquête sur des vols de cadavres. Mais cette enquête va trouver des ramifications dans une affaire beaucoup importante, celle du tueur en série surnommé Le Poète, qu'on croyait pourtant réglée depuis que ce dernier avait été exécuté... Petite précision, notre enquêteur est un expert du paranormal et de la chasse au démon ; quant à la belle Charisma, elle est pour sa part un demi-vampire. Voilà pour le décor ! Plutôt emballé par le programme je me suis lancé à corps perdu dans cette lecture et j'avoue qu'il m'a fallu un petit moment pour m'adapter à ce qui pour moi reste le point faible de cet album : le texte. Qu'est-ce que ça peut paraître bavard ! Peu habitué à ce genre de narration où le texte occupe une part importante des cases, cela surprend grandement au début. Et puis, je me suis laisser prendre, car heureusement l'histoire est très bonne et les personnages plutôt bien sentis. Le graphisme d'Ingo Römling étant lui aussi très efficace, on finit par se laisser totalement embarquer par cette enquête mouvementée et ésotérique. Les rebondissements s'enchaînent, les scènes de crimes très théâtrales sont assez fantastiques : j'en redemande ! Une belle découverte que cette série, j'attends la suite avec impatience.

12/08/2020 (modifier)
Par Yannis
Note: 4/5
Couverture de la série Maudit sois-tu
Maudit sois-tu

Philippe Pelaez est un passionné de cinéma et des classiques de la littérature anglaise notamment et cela ce ressent dans cette série. Il mêle habilement plusieurs personnages de la littérature : Zaroff, Shelley, Moreau... et construit finement une intrigue qui se dévoile juste assez pour nous faire attendre impatiemment la suite. Il sait en plus doser les rebondissements et les révélations. Le dessin de Carlos Puerta rend très bien l'ambiance qui se dégage de l'histoire même si j'ai toujours un peu de mal avec les visages sur ce type d'illustration mais il faut reconnaître que même à ce niveau la qualité et la précision sont incroyables. A voir sur les trois tomes mais c'est peut-être un futur classique

12/08/2020 (modifier)
Par Yannis
Note: 4/5
Couverture de la série Révolution (Locard / Grouazel)
Révolution (Locard / Grouazel)

Le premier tome de cette trilogie est assez époustouflant même s'il a quelque défaut. Le choix de suivre des personnages inconnus permet de présenter l'histoire sous un jour moins habituel. On est surpris de découvrir l'avancée de la Révolution car certains moments des évènements interviennent sans que l'on sache l'instant d'avant à quel moment de la chronologie nous nous trouvons, cela peut donc frustrer certains lecteurs. J'ai été personnellement happé par le récit mais d'autres le trouveront certainement plus hermétiques. Le dessin me rebutait un peu au départ mais finalement je m'y suis fait assez rapidement. A voir sur la longueur si cette trilogie tient ses promesses.

12/08/2020 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
Couverture de la série Voro
Voro

Après 4 tomes au compteur et un 5e qui devrait sortir incessamment sous peu, cette série s'installe plus que tranquillement dans le très bon ! "Tranquillement" n'est d'ailleurs certainement pas le bon mot, car notre jeune héroïne Lilya n'est pas du genre à se la couler douce, à se laisser faire et à fermer sa bouche. C'est d'ailleurs ça qui m'a surpris dans cette série fantasy au graphisme très orienté jeunesse mais qui petit à petit s'inscrit davantage pour un public ado voire adulte. C'est déjà le vocabulaire dans le premier tome qui m'a fait m’interroger sur le public cible et puis au fil des tomes la violence monte lentement mais surement en puissance pour arriver dans le tome 3 à du taillage dans le lard bien sanguinolent comme il faut lors d'une scène. Alors ok, c'est pas du Liberatore, mais chaud de ranger ça pour les moins de 12 ans. En tout cas, j'ai trouvé le premier cycle très bien construit, la narration impeccable et dynamique font oublier les quelques clichés qui peuvent être utilisés. Et puis la fraicheur et l'inconscience de Lilya qui font sa marque de fabrique ne sont pas non plus sans conséquences. Elle apprend lourdement à ses dépends qu'entre la théorie et la pratique, ça se passe rarement comme prévu et que ça peut coûter très cher... Côté dessin, Janne Kukkonen impose un style très "dessin animé" assez maitrisé et pleinement valorisé par la mise en couleur de Kevin Bazot. Découpages et cadrages servent parfaitement le rythme soutenu de la narration ce qui fait qu'on se laisse rapidement embarqué dans cette aventure épique. Une très bonne surprise, plus qu'à attendre le 5e tome !

12/08/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
Couverture de la série Shino ne sait pas dire son nom
Shino ne sait pas dire son nom

Le manga est un genre si variée qui nous fait découvrir les sujets les plus différents. Le thème abordée en l'occurence sera celui du trouble de la parole et de l'élocution. Ce sont malheureusement des choses qui arrivent. Notre héroïne Shino ne sait pas se présenter devant la classe malgré son entraînement intensif. Cela engendre bien des souffrances psychologiques tout d'abord à cause des moqueries des camarades puis de l'exclusion au groupe social. On se rappelle presque tous du film oscarisé Le discours d'un roi avec l'excellent Colin Firth dans le rôle du père d'Elisabeth II. A noter qu'il s'agit d'un one-shot ce qui tombe plutôt bien au milieu de ces longues et interminables séries de manga qui n'arrivent pas à conclure. Ce titre est intéressant car il aborde un sujet difficile sans tomber dans la mièvrerie et le misérabilisme. La mangaka reste quand même assez neutre dans son approche ce qui constitue un bon point car il n'est pas question non plus de dénoncer fermement le harcèlement à l'école lié à un handicap (d'autres titres comme par exemple A Silent voice s'en sont déjà chargés). En tout cas, un titre bienveillant invitant à la tolérance et à la persévérance.

12/08/2020 (modifier)