Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (43 avis)

Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Karmen
Karmen

BAM ! C'te claque ! Ça c'est LA BD qui m'aura marqué cet été ! C'est en allant trainer chez mon libraire pour récupérer une commande que j'ai été attiré par cette couverture intrigante et un petit papillon "coup de coeur"... Feuilletage rapide et là, WOW !, rien que certaines planches m'ont fait ouvrir les yeux bieeeen grands ! Allez je prends ! Et j'ai bien fait ! Alors oui au début on comprend pas grand chose à ce qui se trame avec cette intro en flash back dans la jeunesse de notre future héroïne... Encore moins quand apparaît notre fameuse Karmen dans l'appartement où vient de se tailler les veines notre Catalina... Mais on se fait très rapidement happer par ce qu'on croit être un bad trip tant le dessin et la narration de Guillem March sont envoûtants. Son trait maîtrisé, sa colorisation un brin surannée dans les tons pastels roses, ses découpages et surtout ses cadrages... WOW !!! C'est juste hallucinant ! Et cette maîtrise de l'anatomie sous toutes ses coutures ! Impressionnant ! Mais sorti de ces qualités graphiques, Guillem March nous propose également une petite réflexion assez intéressante et bien amenée sur nos petites vies, nos sentiments, nos relations avec nos proches et bien sûr la mort. Tout cela est amené intelligemment, sans que cela soit trop lourd ni pesant. Ajoutez à cela un "personnage" original en la ville de Majorque qui sert de décor omniprésent au récit permettant à l'auteur de rendre un hommage assez vibrant à sa ville et vous obtenez ce petit bijou dont j'ai failli rater la lecture pour n'avoir pas entendu parler de cet album alors qu'il aurait mérité davantage. A découvrir ! (4.5/5)

05/08/2020 (modifier)
Par doumé
Note: 4/5
Couverture de la série Le Collectionneur
Le Collectionneur

Une série dont le héros est un chercheur d'objets non pas d'art mais avec soit un pouvoir magique soit une symbolique historique. Ils ont tous un point commun, ils ont appartenu à un grand chef guerrier ou un homme de pouvoir. Notre héros parcourt le monde avec une avidité sans borne pour retrouver ces objets. J'ai lu l'intégrale qui se compose de 5 aventures, le scénario est toujours construit sur le même schéma avec à chaque fois un continent différent et un objet recherché qui possède un pouvoir spécifique. Ces aventures situées aux quatre coins du monde avec un héros qui se déplace sans arrêt m'ont rappelé Corto Maltese mais la comparaison s'arrête là, leurs personnalités sont complètement différentes. Le dessin en noir et blanc est juste incroyable, une précision des traits, des décors avec des perspectives qui vous donnent envie de voyager, la plupart des planches pourraient servir de couverture. La représentation des personnages est proche du portrait y compris pour les personnages secondaires, les panoramas de montagnes sont tous travaillés avec des détails qui démontrent le talent et le travail de TOPPI. Pour le dessin en noir et blanc cette bd est une référence. Toppi est un auteur qui à chaque lecture m'a enchanté, pour l'ambiance avec Blues pour le scénario avec Sharaz-De et maintenant " Le collectionneur " pour le dessin.

30/07/2020 (modifier)
Couverture de la série L'Homme qui tua Chris Kyle
L'Homme qui tua Chris Kyle

Brüno étant l’un de mes dessinateurs préférés, mon attention a logiquement été attirée lorsque je suis tombé sur cet album. Mon intérêt s’est retrouvé grandement renforcé quand j’ai réalisé que l’album parlait du même Chris Kyle qu’« American Sniper » de Clint Eastwood. En 2014, j’avais déjà bien aimé le film, malgré le biais ultra patriotique - à l’américaine - choisi par ce cher Clint. Quand j’ai compris que Fabien Nury avait opté pour un documentaire, je n’ai plus hésité une seule seconde. Je précise encore avoir lu l’édition en noir et blanc. Après avoir feuilleté la version couleur, je ne regrette pas mon choix. Les couleurs n’apportent en effet pas grand-chose et atténuent selon moi la puissance de certaines planches. Graphiquement, les amateurs de Brüno voyageront en terres connues. Épurés, nets et tranchants, les dessins sont une réussite. Ces caractéristiques sont encore renforcées par la version B&W, ce d’autant plus que les planches sont plus grandes. Everything is bigger in Texas ! Le scénario est linéaire, mais rappelons qu’il s’agit ici d’un documentaire. Une temporalité classique est donc non seulement prévisible, mais adaptée et bienvenue. Ici et là, j’ai lu plusieurs critiques qui comparaient cet album à la série Tyler Cross, autre œuvre des mêmes auteurs. Autant le dire tout de suite, ces deux histoires n’ont rien en commun, ce qui est tout à fait normal. Tyler Cross est une fiction policière façon gangster, alors que « L’Homme qui tua Chris Kyle » relate des faits réels, avec tout ce que cela implique en terme de narration. Le suspense ne disparaît pas pour autant, surtout dans le chapitre qui traite d’Eddie Ray Routh. Nul besoin d’avoir vu le film pour comprendre et apprécier ce beau one shot. Toutefois, la lecture me paraît bien plus intéressante après l’avoir regardé. La différence de point de vue est frappante, même si prévisible. Nury et Brüno remettent l’église au milieu du village. Ils livrent sans doute ici l’histoire de Chris Kyle que Clint Eastwood aurait racontée, s’il n’était pas un américain made in Hollywood et républicain de surcroît. Si le ton reste neutre, le lecteur restera perplexe devant ce patriotisme primaire teinté de religion, cet amour irrationnel pour les armes et ce capitalisme à tout épreuve. Les interviews télévisées sont particulièrement inquiétantes… merci Fox news… Dieu pourtant sait si j’aime ce magnifique pays que sont les États-Unis. Contrairement au film, l’album couvre un spectre beaucoup plus large, puisqu’au contexte et à la vie de Chris Kyle s’ajoute le parcours de son meurtrier et l’exploitation de sa mort par son épouse, qui semble encore plus dangereuse que son défunt mari car moins primaire. « L’Homme qui tua Chris Kyle » est un bel album et une très bonne lecture que je recommande chaudement.

24/07/2020 (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Far South
Far South

Composé d'histoires courtes ayant pour fil rouge un bar sordide dans une Amérique latine de début XXième siècle, Far South ravira à coup sur les amateurs de polar violent façon Sin City ou Torpedo auquel l'éditeur fait également référence. Ce mélange inédit de western sauce tortilla et de trafic de grappa met en scène une multitude de personnages récurrents aux trognes patibulaires. Qu'il s'agisse de la blonde mafieuse n'hésitant pas à payer de sa (jolie) personne pour commanditer quelques exactions peu catholiques, d'un duo de tueurs à l'humour sarcastique et à la gachette facile ou d'une armoire à glace increvable, les chapitres commencent toujours dans le tripo de Montoya pour généralement dans un bain de sang. Rodolfo Santullo tisse ainsi un univers noir sur base de flashbacks et de légendes urbaines avec le redoutable tueur mystérieux Carpincho Lopez. La sauce prend ainsi forme avec un final assez dantesque et choral plutôt inattendu mais réjouissant. Tout cela ne pourrait être qu'un joli divertissement pour adultes mais le trait de Leandro Fernandez déjà aperçu dans Northlanders ou The Old Guard décuple doublement le plaisir en rappelant celui de Risso dont il fut le disciple. Chaque chapitre possède également sa propre colorimétrie dans une bichromie vraiment jolie. Petit divertissement malin ou grosse claque graphique, Far South remplit brillamment toutes les cases de son contrat et ne devrait pas passer si inaperçu pour les amateurs de polar un rien provocateur... Une bien bonne pioche.

17/07/2020 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Notre part des ténèbres
Notre part des ténèbres

J’ai farfouillé à la librairie, au coin BD et … j’ai découvert « Notre part des ténèbres ». Et je peux vous l’annoncer haut et fort, cet album m’a procuré un intense moment jubilatoire. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas trouvé autant de plaisir à lire une bande dessinée. Le dessin est juste magnifique et le scénario captivant. Je suis très enthousiaste pour cet album qui mérite de sortir de l’anonymat. En cas de conflit social, il y a un lieu commun dont le patronat use et abuse… nous sommes tous dans le même bateau, scellant théoriquement l’alliance entre patrons et ouvriers dans la difficulté, dans la tempête. Passée cette déclaration rituelle vient l’annonce de l’arrêt de la production, la fermeture d’unités, la liste des licenciements, cyniquement appelés plan de sauvegarde de l’emploi ! Dans « Notre part des ténèbres », le personnel de Mondial laser, vendu à un fond spéculatif, délocalisé, vidé de ses salariés et de ses machines, décide de donner corps aux métaphores maritimes des dirigeants et des actionnaires réunis sur un navire de luxe pour célébrer le jour de l’an et les bénéfices records de l’année. C’est alors un jeu de cache-cache qui commence. Au cœur d’un cauchemar polaire, par force 10 avec des creux de dix mètres, ce n’est pas la nef des fous, mais la nef du capitalisme qui fait naufrage. S’ils sont tous dans le même bateau, pour une fois, ceux qui seront épargnés ne seront pas ceux qui d’ordinaire attendent leur salut du dieu Profit. Pour résumer, nous sommes sur un thriller social politique entre le loup de Wall Street et Titanic. C’est évidemment séduisant et cela m’a harponné tout le long de ma lecture. Je recommande vivement cet album.

10/07/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Konosuba - Sois Béni Monde Merveilleux !
Konosuba - Sois Béni Monde Merveilleux !

Enfin, sort en langue française l'adaptation en manga d'un des meilleurs light novels jamais créés ! Habituellement, je ne suis pas du genre à mettre 5 étoiles à une série qui vient de sortir, particulièrement pour les longs mangas, j'attends au moins qu'une dizaine de tomes soient disponibles, mais là Konosuba est l'exception à la règle avec Iruma-Kun qui va sortir à la rentrée. Oh joie cette année ne sera pas totalement merdique ! J'ai découvert la franchise avec la première saison de l'anime. Au début, j'ai regardé par curiosité et sans grande conviction et puis au fil des épisodes je suis complètement tombé amoureux de cet univers. J'ai alors recherché le light novel sur internet et aussi les différents mangas et spin-off de la série dont celui-ci, qui adapte bien la série mère. J'ai ensuite écouté avec plaisir la seconde saison et aussi le film qui est un des meilleurs films d'animation que j'ai vus ! D'ailleurs, le scénariste de Pulp Fiction adore le film donc ça prouve que j'ai bon goût ! De quoi parle Konosuba ? Et ben un jour un jeune Japonais meurt et va se réincarner dans un univers de fantasy rpg et il va sauver le monde. En gros, l'intrigue la plus banale depuis une dizaine d'années au Japon, où on retrouve ce schéma dans des centaines de séries à travers différents médiums. En plus, le gars il se retrouve entouré de belles filles, que c'est cliché tout ça ! Sauf que la série est avant tout une comédie et tourne les clichés du genre en ridicule. Ainsi, Kazuma, le héros, est très loin du modèle style du jeune héros japonais valeureux et chaste. C'est un pervers qui agit souvent comme un gros con, même s'il a bon cœur par moment, et les filles qui l'entourent sont vraiment les pires compagnons qu'on puisse imaginer. Par exemple, Megumin la mage est très bonne avec un sort d'explosion et c'est le seul truc qu'elle sait faire, et en plus elle ne peut jeter le sort d'une fois par jour ! Il y a de l'originalité dans le scénario, les situations sont imprévisibles et le scénario est vite prenant. Même si c'est avant tout une comédie, il y a tout de même des moments sérieux et des scènes d'action, comme dans toute bonne fantasy qui se respecte. Les personnages vont se développer au fil des tomes et ne sont pas juste là pour faire les mêmes blagues encore et encore comme c'est le cas avec certaines séries japonaises. On n'hésite pas à aller à l'encontre de certains clichés. Par exemple, Kazuma est entouré principalement par trois femmes, Aqua, Darkness et Megumin. Si les deux dernières vont développer des sentiments amoureux pour lui, cela prend plus de temps qu'avec un manga harem normal où parfois les filles tombent amoureuses du héros juste parce qu'il a été gentil avec elles ou parce qu'il les a sauvées d'une situation dangereuse. Pour ce qui est d'Aqua, alors qu'elle a le rôle désigné de la fille qui passe son temps à détester le héros alors que dans le fond elle l'aime, et ben ici ils vont juste rester des amis. J'ai lu les 8 premiers tomes de ce manga (la traduction est un peu en retard) et c'est vraiment fidèle à la série. L'humour est excellent et se renouvelle bien, il y a de l'imagination, notamment au niveau des ennemis et la manière dont le groupe les bat. Le dessin est bon, bien mieux que certaines adaptations de light novels qui ont un dessin vraiment moyen. Bref, j'adore cet univers, les personnages sont attachants malgré leurs défauts, et c'est une de mes séries cultes que je suis content de partager sur ce site !

29/06/2020 (modifier)
Couverture de la série Les Oiseaux lumineux
Les Oiseaux lumineux

Je découvre avec cet album la maison d’édition, et cet auteur roumain, dont le travail – graphique en particulier – mérite indéniablement d’être connu et reconnu. C’est en effet ce qui saute aux yeux dès qu’on ouvre l’album (et ce qui me l’a fait acheter – j’allais dire les yeux fermés, mais ce serait plutôt les yeux écarquillés !) : j’ai vraiment trouvé très beau l’univers créé par Andrei Puica ! Un univers qui fait la part belle à l’onirisme, à un fantastique merveilleux, tout en développant en parallèle un monde quasi post apocalyptique, une cité dans l’espace sans ancrage (géographique, sidéral ou temporel), sur laquelle une sourde fatalité oppresse quelques rares survivants. Et ce qui magnifie vraiment ce dessin et cet univers, c’est la colorisation, qui joue sur toutes les nuances du mauve, du violet, en allant parfois vers des verts pâles. Un univers noir et lumineux à la fois, d’une grande beauté, très géométrique (quelque chose des décors d’Escher parfois). L’histoire est, elle, moins facile à appréhender, et surtout à résumer. Certains aspects la font pencher vers un public jeune, mais en fait ce n’est pas vraiment le public cible. Car il y a, par-delà la poésie de l’ensemble (un peu du "Roi et l’oiseau" de Prévert et Grimault, dans certaines séquences – les décors, un peu la colorisation, mais aussi l’omniprésence de plumes m’y ont fait penser), un conte philosophique qui se révèle plus difficile d’accès et ne livre pas facilement tous ses secrets. Mais peu importe, je me suis laissé porter par le courant, sans chercher à le remonter pour en trouver la source. Mais c’est clair que l’intrigue peut rebuter certains lecteurs. Une chouette découverte, achat d’impulsion que je ne regrette pas. Note réelle 3,5/5.

27/06/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Les 5 Terres
Les 5 Terres

J'attendais une série comme celle-là depuis bien longtemps. Il faut dire qu'elle a tout pour séduire avec ces personnages animaliers anthropomorphes, dans un univers médiéval-fantastique. Il y a également un croisement avec une intrigue à la Game of Thrones dont les auteurs s'inspirent sans se cacher ce qui n'est pas pour me déplaire tant que la qualité est bien présente sur le fond et la forme. Tome 1 : De toutes mes forces Le premier tome se termine d'ailleurs sur un coup de théâtre ahurissant que je n'avais pas vu venir. A chaque fois, le lecteur est pris de court. Il croit qu'une scène se terminera comme il se l'imagine mais ce n'est pas toujours le cas. Il y a un véritable effet de surprise à de nombreuses reprises qui déjoue tout les pronostics. J'aurais cependant deux bémols sur la forme à apporter : - Dans la postface, on nous indique qu'il y a eu une bataille à Drakhenor. Or, dans le récit, il s'agit bien de Dhakenor. Une petite faute de frappe est venue se glisser ce qui peut entraîner le lecteur dans une petite incompréhension. - Par ailleurs, une carte des 5 terres est dessinée ce qui nous permet de prendre connaissance de la typologie des lieux d'action. On remarquera un point désignant une ville non nommée sur le continent d'Ithara. Or, on remarquera que ce point a totalement disparu dans la carte du second tome. C'est vrai que ce ne sont que des détails mais c'est cela qui fait ou pas la qualité d'une oeuvre. C'est dommage qu'il n'y a personne de compétent pour relire et signaler ces fautes qui alourdissent l'oeuvre avant sa publication. Tome 2 : Quelqu'un de vivant Pour autant, je suis très enthousiaste sur le scénario qui m'a littéralement subjugué. Les dessins sont également extraordinaires jusque dans les détails. On y croit à ces animaux qui ont des comportements si humains. Le second tome se poursuit en complexifiant davantage la situation entre les différents protagonistes. Il faut dire qu'il y a une multiplication de personnages et chacun joue un rôle bien particulier qu'il nous faut suivre pour bien comprendre l'intrigue qui gagne d'ailleurs en profondeur. On peut dire que le scénario est assez bien ficelé, avec également des personnages qui sont très intéressants. Cependant, comme dans la célèbre série Game of Thrones, les prétendants au trône ou les occupants à ce poste suprême ne font pas long feu. Le final est encore une fois assez surprenant. Tome 3 : L'amour d'un imbécile Il faut apprécier ce genre de saga médiévale sur fond de complots politiques et de manigances pour accéder au pouvoir. Ce troisième tome sera aussi riche que fascinant à bien des égards. Je rehausse la note à 5 étoiles en accordant le maximum pour une série ambitieuse qui le mérite incontestablement. C'est également mon coup de coeur du moment. Les lions envisagent un putsch pour faire tomber les tigres déjà durement éprouvés. Néanmoins, le jeune héritier Méderion a bien plus d'un tour dans son sac pour délivrer une leçon digne de ce nom afin de se débarrasser de la totalité de ses adversaires internes. Pour l'instant, la part belle a été consacrée à l'île d'Angléon qui domine les 5 terres. On a hâte de voir ce qui se passe sur les autres continents. Au final, une saga qu'on ne manquera pas de suivre tant la perfection semble être atteinte grâce aux talents des auteurs. Note Dessin : 4,5/5 – Note Scénario : 4,5/5 – Note Globale : 4,5/5

24/02/2020 (MAJ le 21/06/2020) (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
Couverture de la série Nellie Bly
Nellie Bly

J'avais vaguement entendu parler de Nellie Bly, considérée comme l'une des pionnières du journalisme d'investigation, et une figure féministe de premier plan, mais je n'en savais pas grand-chose. Cet album vient à point pour combler, au moins de manière superficielle, mes lacunes. Car cette femme a eu un destin exceptionnel. Repérée par le propriétaire d'un quotidien après sa lettre d'indignation concernant un éditorial masculiniste, elle se voit mise au défi d'infiltrer différents milieux dans lesquels les femmes sont victimes de violence ou d'injustice. A force de persévérance, d'énergie, de convictions, elle parvient à se faire engager dans le milieu journalistique, alors ultra-massivement masculin, puis à se faire remarquer par les professionnels et le public. Le point culminant de sa carrière sera ainsi sans doute son tour du monde en moins de 80 jours (un peu plus de 72, en fait), réalisant le roman de Jules Verne (qu'elle rencontra en cours de route, à Amiens) à une époque (la fin du XIXème siècle où voyager seule était impensable. La BD, qui compte tout de même près de 150 pages, ne s'attache pas à retracer de manière exhaustive ces hauts faits, mais à les inclure dans un récit sur sa vie, qu'elle eut la gentillesse de raconter à deux apprenties journalistes à quelques mois de sa disparition. L'itinéraire hors du commun d'une femme proactive, déterminée et libre, qui a surmonté les handicaps et les préjugés inhérents à son sexe, au nom de sa seule passion : le journalisme. Quelques (très rapides) portraits de femmes journalistes qui ont compté et comptent encore. Nellie Bly a ouvert une voie, c'est une figure à admirer pour les jeunes femmes d'aujourd'hui. La journaliste italienne Luciana Cimino nous propose donc un album essentiel, accompagnée au dessin par son compatriote Sergio Algozzino, qui indique dans les bonus avoir mis du temps à trouver la technique adaptée à son récit ; après avoir essayé l'aquarelle il s'est rabattu sur le numérique, lequel lui a permis de nuancer son trait et ses ambiances de bien des manières ; et je dois avouer que son trait "épaissi", tel qu'il le décrit, permet de bien saisir les expressions des personnages, et que sa mise en scène est fort réussie. Un album que je recommande.

20/06/2020 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 4/5
Couverture de la série Fanny et Cie
Fanny et Cie

Une BD injustement méconnue, tout comme Bob et Bobette, dont on retrouve l'esprit en plus adulte. Le dessin est classique, clair et net, avec des décors assez bien détaillés. Rien de transcendantal, mais du boulot correct. Les histoires sont très variées, mais souvent avec une pointe de critique envers certains événements. Certains scénarios sont très prévisibles, mais toujours avec une grosse louche d'humour qui n'évite pas forcément la facilité ou la lourdeur, c'est de l'humour flamand un poil absurde parfois, pas toujours bien vu des francophones. Le but de cette BD est de divertir, point barre. Il y a beaucoup de jeux de mots, parfois difficilement traduisibles en Français. Au départ plutôt axée sur le père, la BD se recentre très souvent sur la fille (ce qui explique le titre français mais aussi à l'export dans d'autres pays), ce qui permet parfois certaines situations coquines, mais rien de répréhensible puisque nous sommes dans une BD familiale. Merho produit avec une bonne régularité les albums de cette série depuis 1977. Plus de 130 opus ont vu le jour, sans compter certains demi-albums publicitaires. Depuis quelques années, l'auteur est en train de passer la main à ses successeurs. Par contre, en Français, il semblerait qu'il n'y ait que 3 albums (2 Fanny et Cie, 1 Les Marteaux), et 4 demi-albums publicitaires.

08/06/2020 (modifier)