Les derniers avis (172 avis)

Couverture de la série Jukebox motel
Jukebox motel

Lecteur d'avis, depuis quelques mois, je franchis le pas et donne mon premier ressenti sur cette bd choisie après consultation de bdtheque. Au niveau des dessins, c'est toujours très subjectif (nous avons toutes et tous une notion du "beau" différente). Je trouve que le mélange peintures psychédéliques (à travers les cauchemars du héros) et croquis réalistes pour le reste la bd est intéressant et agréable à parcourir. Le scénario, lui, comme dit dans l'avis précédent est très cinématographique. On a vraiment envie d'aller au bout du récit pour voir où va nous mener ce peintre et les gens qui l'entourent. Plusieurs personnages sont bien construits et éveillent l'intérêt : Joan le barman, le voisin, le marchand d'art.... Notre peintre maudit croise le chemin de personnalités connues du tout public : Johnny Cash, Andy Warhol, Bob Dylan (enfin presque!) ces clins d'œil apportent humour et tendresse à un récit étrange qui nous mène au bout de ce diptyque avec une petite larme au bord de la joue, comme en écoutant certaines balades tristes de l'homme en noir. Je lis des bds depuis mon plus jeune âge. Depuis que j'ai la chance d'être à la retraite, je dévore de plus en plus de papier imprimé et je suis toujours heureux d'en découvrir de nouvelles, qui me surprennent : Juke box Motel fait partie de celles-ci. Bonne lecture à toutes et tous.

23/01/2023 (modifier)
Couverture de la série La Lune est blanche
La Lune est blanche

On apprend beaucoup de choses sur les expéditions en Antarctique dans ce grand volume (plus de 200 pages) de François et Emmanuel Lepage. Il s'agit d'un photographe et d'un dessinateur qui décident de suivre "le raid", ce convoi qui, tous les six mois, livre des tonnes de matériel aux stations scientifiques du Pôle sud. C'est une tâche très difficile, et le froid met à l'épreuve autant les machines que les scientifiques. Au-delà de l'intérêt culturel, la BD est superbe, en niveaux de gris et parfois des couleurs pour les étapes importantes, mais aussi pour insister sur l'aspect hypnotisant des variantes infinies des motifs et des couleurs de la glace. Pas besoin d'en apprendre plus pour foncer sur ce qui est un coup de cœur de ma médiathèque, mais je détaille quand même: Emmanuel Lepage retrace donc la totalité du projet, depuis les premières rencontres jusqu'au raid en lui-même. Le début présente même un récapitulatif des conquêtes historiques de l'Antarctique. Certains équipages du XXème siècle sont restés plusieurs années piégés au milieu des glaces. Ces conquêtes se terminent sur un accord scientifique qui permet de geler les revendications territoriales. Avec des milliers de données partagées en temps réel entre plusieurs pays, c'est l'une des plus grandes collaborations scientifiques, et un exemple rare d'humanité, où les frontières ont été abolies pour un dessein plus vaste. L'aventure est éprouvante de bout en bout, ne serait-ce que l'attente d'un an à cause du projet retardé, mais aussi le mal de mer, la difficulté pour Emmanuel de dessiner par un climat glacial, mais aussi une intégration complexe. Le dessinateur a failli ne pas partir, car il est difficile de justifier la présence dans le raid de conducteurs qui ne sont pas parfaitement experts. Un dessinateur et un photographe sont un peu incongrus dans cette équipe de colosses, ils doivent faire leurs preuves. Emmanuel parvient tout de même à négocier sa place sur le raid et à dompter les machines. A la fin de la BD, le format se diversifie en interviews, dessins, photographies qui donnent plus d'informations sur la genèse du projet. Une douzaine de photographies en double page permettent de voir à quel point les frères Lepage se complètent artistiquement, et ont retranscrit la beauté hostile des lieux. Décidément j'aime beaucoup les BD-reportages (voir Jours de sable) et la diversité des formats, le mélange de photographies et de dessins.

22/01/2023 (modifier)
Couverture de la série Aya de Yopougon
Aya de Yopougon

Je ne pouvais pas passer à côté de la série à succès de Marguerite Abouet. Ce "Dallas" made in Abidjan mérite à mon avis tout le bien écrit et dit sur cette série. Ce type de récit soap n'est pas l'apanage des tv mexicaines ou brésiliennes. Les producteurs nigérians, camerounais ou ivoiriens savent très bien en proposer à leurs publics qui en sont friands. Il n'est donc pas surprenant que l'autrice ait pu puiser dans cette veine. Ici les auteurs s'adressent avant tout à un public français qui ne possède pas forcément toutes les clés de compréhension des traditions familiales africaines. La magie du scénario de Marguerite Abouet est que son récit possède une vitalité, une authenticité et une fraicheur qui suffisent à captiver le lecteur. Il y a une prouesse au niveau de la mise en scène et du découpage pour faire intervenir quatre familles principales plus des personnages (importants) isolés sans que cela ne devienne un horrible imbroglio incompréhensible. On pourrait un peu reprocher à l'autrice, pour des raisons scénaristiques, de réduire les fratries à quelque chose de rare en Afrique, voire quelque chose d'incongru. En effet un homme d'importance peut difficilement accepter de se contenter d'un ou deux enfants. C'est un peu la seule entorse à l'authenticité africaine du récit que je note. Pour le reste, c'est un vrai régal. Maguerite Abouet fait rentrer pendant les six premiers tomes, le pays, le quartier et le village dans nos froids salons européens. Tout y est, l'autorité par strate générationnelle, les relations au sein d'un même groupe horizontal (les frères et soeurs au sens africain), les problèmes avec le village et son chef qui possède une autorité incontournable. Il y a beaucoup d'autres thématiques développées avec un plein d'humour, ce qui alimente le rythme de la série. Le tome 7 ne m'a pas autant enthousiasmé car les auteurs reprennent la série avec des thématiques plus européennes à mon goût (politique et manifs). Il y a aussi une perte dans la personnalité de certains personnages comme Moussa, Adjoua ou Mamadou. Car dans les six premiers tomes on suit le parcours d'un nombre important de personnages avec un équilibre remarquable. Aya n'est même que secondaire dans beaucoup de parcours. J'ai beaucoup aimé les récits autour d'Innocent, de Moussa et particulièrement celui du retour forcé de Félicité. Bien sûr le plus de la série tient dans les dialogues truculents et fruités que nous délivre l'autrice. Entendre chanter cette langue franco-ivoirienne m'a procuré des émotions dignes des meilleures poésies et des rires à n'en plus finir. Le graphisme de Clément Oubrerie n'est pas, pour moi, à ce niveau d'excellence, mais il fait bien le travail dans un style humoristique. Les personnages sont bien reconnaissables, leurs gestuelles sont bien dans les rôles attribués à chacun. Le travail des regards est très bon et donne une formidable expressivité aux intervenants. La mise en couleur participe au récit en soulignant les différences entre Paris et Abidjan. Cette série est une vraie réussite et procure une lecture plaisir qui réchauffe le coeur.

14/01/2023 (modifier)
Par lazino
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série RIP
RIP

J'ai connu cet ouvrage par le biais des Bulles de Sang d'encre où RIP était finaliste en 2019. Il ne m'a pas fallu longtemps pour comprendre que le duo Gaet's/Julien Monier allait remporter ce titre haut la main. Mesdames et messieurs, nous avons ici à faire à un chef d'œuvre. Tout d'abord, l'originalité du scénario avec Derrick (pour le T1) et ses collègues qui composent une équipe chargée de nettoyer les logements des personnes mortes sans héritiers. Un thème glauque et d'une noirceur sans nom qui accompagne un scénario passionnant avec une fin qui vous laisse sans voix (pour le T1). Ensuite, la construction des six volumes, où chaque tome reprend la même histoire avec un angle différent selon la narrateur choisi, est divinement orchestré. Pour terminer, le style d'écriture avec des dialogues courts mais salement géniaux, des dessins aux couleurs particulièrement maîtrisées qui vous plongent aisément dans l'univers de la mort et de ses odeurs répugnantes, font de RIP mon coup de cœur de ces dernières années. En d'autres termes, en attendant le numéro 6, foncez acheter ces œuvres!!!

06/01/2023 (modifier)
Par grogro
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Les Pizzlys
Les Pizzlys

Wash ! Il est trop fort ce Jérémie Moreau ! Ça fait mine de rien des années qu'il enquille les chefs d'œuvre. C'est comme avec le gars Gomont, sauf qu'au lieu de travailler un style, Jérémie explore. Il est en mouvement permanent. Il le prouve une fois encore avec Les Pizzlys qui se trouve en même temps être sa meilleure Œuvre à ce jour. Punaise ! Que de bonnes choses parues cette année ! Que de "meilleures BD" ! Rochette a sorti cette année sa meilleure, tout comme Inker... Les Pizzlys est une œuvre en lien avec l'ambiance de fin de monde que nous connaissons actuellement. A travers les personnes d’Étienne et Zoé, frère et sœur tous deux incapables de lâcher leur téléphone portable, Moreau parle de notre civilisation qui s'oublie dans le numérique dont l'industrie est à ce jour le plus gros émetteur de CO2. Le propos est tragique, on-ne-peut-plus réaliste. Ça glace les sangs. Néanmoins, Moreau capte un truc, comme une possibilité, un espoir, une étincelle. On n'évitera rien, mais on peut s'y préparer, et préparer l'après qui est déjà là, en fait. Côté dessins, Moreau reprend grosso modo ce qui avait conféré tant de poésie au Discours de la panthère, son œuvre précédente, à savoir des couleurs très psychédéliques mais avec lesquelles il drape ici un scénario qui monte lentement vers une acmé paroxystique où la réalité des choses se confronte à une sagesse extrêmement mature. On sent des choses qui étaient en germe sur Penss et les plis du Monde mais que, sans doute, la maturité aidant, il est parvenu à déployer dans une histoire très accrocheuse qu'il fait fleurir avec la puissance du printemps. Je ne sais pas pourquoi j'ai écrit ça ; ça m'est venu tout seul. C'est ce que je ressens. Zou !

30/12/2022 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Cages
Cages

Une bd qui divise. Après une première lecture en début d'année, le temps de la digestion, je viens de terminer ma deuxième lecture. Elle était nécessaire pour capter ce qui m'avait échappé en janvier. D'ailleurs, une troisième lecture ne sera pas de trop, ce comics est une bouteille de "paic citron", on croit qu'il n'y a plus rien à en tirer, mais non il reste toujours quelques gouttes au fond de l'écrin. Comment résumer ce comics ? Ben juste avec son titre : "Cages". Tout est dit ! Ce pavé va essayer d'ouvrir toutes les cages qui enferment les artistes. Pas celles avec des barreaux, mais celles qui les emprisonnent dans la création à travers Dieu, la mort et l'amour. Ce qui divise, c'est la capacité à trouver les clefs pour en ouvrir les serrures. Mais le jeu en vaut la chandelle et derrière ces portes, il souffle un vent de liberté, mais chacun pourra en faire son interprétation. Une narration déconcertante, mystique avec pour fil conducteur un chat noir, il ne faut pas forcément y voir l'animal de mauvais augure qui a accompagné les sorcières, mais plutôt l'emblème de fécondité (artistique) qu'il fût en Égypte. Bref, rien ne vas vous tomber tout cuit dans le bec, il faudra gratter derrière le texte et l'image pour pouvoir picorer les "trésors" qui s'y cachent. Cages est aussi une aventure graphique, Dave McKean mélange toujours des styles très différents, mais avec talent. Merveilleux et envoûtant. Une expérience extraordinaire ! A vous de voir ....

25/12/2022 (modifier)
Couverture de la série Carbone & Silicium
Carbone & Silicium

(Coucou, ça va spoiler un peu / beaucoup.. vous êtes prévenus). Alors tout d'abord, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée de laisser quelques mots ici après avoir fini la lecture il n'y a que 24h. Pour rentrer directement dans le vif du sujet, ce C&S est la quintessence de SF que j'aime. Alors oui, Bablet emprunte des routes scénaristiques connues, mais de mon côté j'étais persuadé que l'un des 2 protagonistes allait e rebeller de manière plus agressive vis à vis du système et des hommes. Ici Bablet est sur un autre créneau, celui de la préservation et du respect des droits. On y retrouve d'ailleurs quelques clins d'œil à certaines situations que l'on pourrait qualifier de "woke" en 2022. J'ai trouvé ces cent premières pages parfaites. La relation avec la scientifique, le fait qu'elle même se coupe de son monde (celui des humains, avec ce mari qui à juste titre sent la dérive de sa femme) au profit de son "œuvre" jusqu'à sa mort exclusivement corporelle était pour moi une étape tellement forte que je me suis demandé ce qu'allait pouvoir nous proposer la BD ensuite. Je me suis senti un peu comme dans ces rares séries qui arrivent à m'emporter d'épisodes en épisodes sans forcément tout mettre dans les 90 dernières secondes. Alors oui cet "après" pourra paraitre long à chacun... mais cela a pour but de renforcer la connexion entre les 2 protagonistes. Là encore Bablet m'a agréablement surpris à ne pas tomber dans la facilité du déjà-fait / déja-vu et à faire des bonds temporels exponentiels. L'œuvre est condensée en 250 ans (soit 17/18 vies de chat ;)) et cela rend encore plus impactantes les "évolutions" humaines et leurs interconnexions avec les machines, jusqu'à ne faire plus qu'un. J'ai retrouvé un souffle d'Asimov mais aussi de K. Dick et de son adaptation la plus connue dans ces pages, les thèmes de la durée de vie et donc de la survie lorsque l'on a la "connaissance" de l'amour, mais aussi de la vision complexe du progrès et de la déliquescence technologique des corps mais également des esprits. Chose assez rare me concernant, j'ai noté bon nombre de phrases que j'ai réellement trouvées magnifiques, sans tomber dans le pathos ou la leçon de morale. Je finirai cet avis décousu sur les dessins. J'ai vu quelques avis négatifs sur ce point et je les comprends. Le parti pris ici n'est pas de faire une nouvelle œuvre de SF-sombre. Bablet utilise parfaitement toute la palette graphique (certaines utilisations des couleurs m'ont fait penser au traitement de Villeneuve dans Blade Runner 2) mise à disposition. Ce n'est certes pas mon trait de crayon de prédilection, mais le principal (les expressions, les volumes, les modifications, les ambiances...) est présent. Pour finir, clairement Bablet a réalisé une œuvre qui restera en haute place dans ma bédéthèque, et que je reprendrais plaisir à lire sous un olivier (ah non zut, on en a pas beaucoup en Picardie).

14/12/2022 (modifier)
Par Patoun
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Moon deer
Moon deer

J'ai découvert cette BD grâce au commentaire posté par gruizzli qui était à ce jour l'unique avis posté. Fait surprenant au vu des nombreux échos que j'ai pu entendre ici et là sur Moon Deer... Je me rappelle avoir été interpelé par cette première de couverture mettant en scène un petit être au regard dubitatif porté vers le ciel. Le texte est quasiment absent de cette BD et les rares interventions sont d'une grande pertinence. En effet, certains dialogues prennent tout leur sens une fois l'histoire terminée ! J'ai plusieurs fois fait marche arrière durant la lecture après avoir reçu des indices permettant une meilleure compréhension des textes (ou des dessins d'ailleurs) jusqu'alors mystérieux. Je noterai tout de même un point négatif qui a son importance surtout quand l'auteur fait le choix d'un récit par l'image: certaines cases sont trop chargées ce qui porte préjudice à la clarté du dessin et donc intrinsèquement de l'histoire. Je pense en priorité aux pages relatives aux biotopes des planètes et à celles des signaux d'alerte. Il s'agit (apparemment) de la première BD de l'auteur qui a pu réaliser cet ouvrage via un financement participatif. c'est top ! Les contributaires sont d'ailleurs remerciés un à un à la fin de la BD. Il est difficile d'en dire d'avantage sous peine de gâcher la découverte pour les prochains lecteurs. 3.5/5 que j'arrondis au supérieur pour cette première prometteuse de Yoann Kavege :)

06/12/2022 (modifier)
Par Hervé
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série 1629, ou l'effrayante histoire des naufragés du Jakarta
1629, ou l'effrayante histoire des naufragés du Jakarta

La première chose que l'on remarque avec cette bd, c'est sa qualité éditoriale, une couverture remarquable, et un album de 135 pages qui pèse plus d'un kilo ! Certes, le prix est assez élevé, et un choix éditorial autre à un moindre coût aurait pu l'emporter mais c'est vrai que cette option, assez luxueuse, est discutable mais passons... Ce qui frappe en ouvrant cet album, c'est le dessin de Thimothée Montaigne. J'avais découvert cet auteur avec la série Le Troisième Testament - Julius qu'il avait repris au pied levé avec un certain brio, il faut l'avouer. Certes son dessin lorgne sans ambiguïté aucune, vers celui de Mathieu Lauffray, avec lequel il avait collaboré sur Long John Silver. Il n’y a rien à dire sur le dessin, c'est superbe, on en prend plein la vue avec quelques pleines pages ou doubles pages incroyables (je pense notamment à la découverte du Jakata, pages 22 et 23.) En débutant la lecture, j'ai immédiatement songé au personnage de Lady Hasting de Long John Silver avec Lucretia Hans, qui veut rejoindre son époux, au delà des mers. Je reste subjugué par la beauté des planches, malgré la noirceur de l'intrigue, au fil des pages. Le scénario de Xavier Dorison n'est pas en reste, l'intrigue est très sombre, les personnages très tourmentés, et ce premier volume retrace avec une efficacité remarquable, l'atmosphère qui règne sur un navire où une mutinerie couve.... Parti d'un choix éditorial très discutable sur le coût, cet album rejoint, à mes yeux, un des meilleurs albums que j'ai lus cette année, bref un incontournable de cette année.

28/11/2022 (modifier)
Par MacKott
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Barbe-Rouge
Barbe-Rouge

Bon, Barbe-Rouge... Là on touche à du très lourd, d'abord car c'est Charlier au scénario, et aussi parce que le dessin de Hubinon est magnifique. Mais d'abord c'est quoi Barbe-Rouge ? Un pirate, le "démon des Caraïbes", qui va adopter un enfant dont les parents ont été massacrés pendant l'attaque d'un galion espagnol. Ce sont les aventures d'Eric que nous verrons tout au long de ces aventures. Le cadre temporel est peu précis, entre 1740 et 1760 en gros puisque quelques évènements historiques seront évoqués voire mis au centre de certaines histoires. A noter d'ailleurs que si Eric est le héros de l'histoire, c'est souvent barbe-Rouge qui est à l'origine des aventures (Trésors à découvrir, évasions, explorations ou pièges tendues au célèbre pirate seront la source de nombreuses aventures). On notera aussi la présence de Baba et Triple-Pattes, fidèles acolytes et amis d'Eric et de son père adoptif. Bon alors que dire du dessin ? Commençons par celui de Hubinon. Je le trouve très joli, mieux que dans Buck Danny. Les navires sont superbement réalisés, on a d'ailleurs souvent droit à de grandes cases au début ou en fin d'album qui montrent tout le talent du dessinateur. Il faut dire aussi que Hubinon n'en est pas à son premier essai, il avait déjà dessiné la série Surcouf au début des années 1950. Côté personnages, si les mouvements peuvent avoir l'air parfois peu naturels, ils ne me dérangent pas tant que ça. En effet, les personnages semblent souvent figés, même si cela tend à s'améliorer dans les scènes d'actions. A la mort de Hubinon en 1979, c'est Jijé qui reprend le flambeau avec son fils Lorg. A la première lecture, je n'aimais pas du tout le dessin de Jijé en général, mais je suis revenu sur ma décision. Même s'il est en dessous de Jerry Spring à mon sens, on ne peut pas le critiquer sur la fluidité et le dynamisme des dessins. Mention spéciale aux navires qui sont très bien dessinés d'ailleurs. C'est ensuite Gaty et Pellerin qui reprennent le dessin. Je n'ai rien à dire sur les deux albums de Pellerin, ils sont très bien dessinés mais les personnages (surtout Eric) changent beaucoup de physionomie, il faut le savoir. Pellerin ne dessinera que deux albums pour se concentrer sur sa célèbre série l'Epervier. Quant à Gaty, je n'ai lu que ses premiers albums. Son dessin s'approche de celui de Jijé, je lui trouve donc les mêmes qualités. A partir du 25, je n'ai pas lu les albums. Je ne peux donc pas me prononcer sur les dessins de Bourgne mais ils sont apparemment très beaux. Côté scénario, on retrouve du pur Charlier. Déjà les cycles à rallonge, comme dans Buck Danny ou Blueberry. J'aime beaucoup ces histoires qui tiennent en deux, trois ou quatre albums. Ca permet de bien poser l'histoire, ne pas se précipiter. Je trouve quand même quelques albums en dessous, comme le trésor de Barbe-Rouge, mais dans l'ensemble c'est du très bon. Pillages, abordages, missions secrètes et chasses aux trésors constituent l'essentiel des albums de Barbe-Rouge scénarisés par Charlier, mais on aura droit à des histoires plus originales, comme la révolte des esclaves de la Jamaïque en deux tomes (les deux dessinés par Pellerin) qui atteindra des sommets. Evidemment, qui dit Charlier dit aussi bandeaux explicatifs et dialogues à n'en plus finir. Beaucoup maintenant trouvent que c'est un défaut et que ça ralentit l'action. Et bah moi j'aime bien. D'abord, parce que la BD ne se finit pas en 20 minutes (à une époque où les BD sont de plus en plus chères et de plus en plus rapides à lire, c'est bon de retrouver des vieilles histoires qui tiennent 45 minutes voire une heure pour les plus lents), mais aussi car comme dit précédemment, ils aident à bien structurer l'histoire. Les albums que je recommande vivement : Le démon des Caraïbes, le cycle Vaisseau fantôme/L'île de l'homme mort, le cycle La mission secrète de l'épervie/Barbe-Rouge à la rescousse, le cycle de Khaïr le More jusqu'au Raid sur la Corne d'Or, et enfin le cycle Pellerin. (Tous ces albums représentent la majorité des 25 premiers tomes) Vous l'aurez compris, Barbe-Rouge est une BD que j'adore. Je recommande donc vivement la lecture de cette série CULTE. Pour ceux qui voudraient juste la découvrir, je recommande la lecture des nouvelles intégrales dont les dossiers sont bien fournis et nous apprennent pleins de choses sur la vie des auteurs et leur manière de travailler. Pour ceux qui seraient très intéressés après leur première lecture, j'ajouterai qu'il faut prendre ABSOLUMENT les vieilles éditions (ou rééditions) rien que pour les magnifiques couvertures d'Yves Thos, puis celles de Pellerin. BD indispensable donc !

26/11/2022 (modifier)