Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (25 avis)

Par grogro
Note: 5/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Rébétiko
Rébétiko

J'ai vraiment accroché avec le dessin de Prudhomme avec cette BD précisément. Encore aujourd'hui, je l'ouvre régulièrement, et je suis sidéré à chaque fois par le talent de l'auteur pour capter des mouvements. Très proche du cinéma pour ce qui concerne le découpage et les angles de vue (ce qui est valable selon moi pour la bande-dessinée en général, mais particulièrement vrai pour Rébétiko), chaque case est un arrêt sur image qui parvient à capter un geste, un élan, une intention, un regard, une expression. Outre le fait que Rébétiko a fait parvenir à mes oreilles une musique dont j'ignorais l’existence même, j'ai vraiment aimé partager cette journée (la BD se déroule sur 24H) avec cette joyeuse bande d'anarchistes qui ne disent pas leur nom. Ils emmerdent le pouvoir, en maintenant leur art vivant. En vivant, tout simplement, appliquant en cela les précieux conseils d'un certain Baudelaire qui écrivait : "Enivrez-vous. Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous. Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'oiseau, l'horloge vous répondront il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse, de vin, de poésie, de vertu, à votre guise." Alors c'est ce que s'appliquent à faire les "rébètes", et c'est un peu ce que l'on fait un peu soi-même en déambulant avec eux jusqu'au petit matin. En guise de fin, Prudhomme nous offre une scène de toute beauté au cours de laquelle les protagonistes traversent un bras de mer (ou descendent un fleuve, on ne sait pas mais qu'importe), accompagnés par le jour qui point peu à peu. Cette scène me renvoie à mes jeunes années de beuverie où encore saouls, nous regardions le soleil passer l'horizon, l'atmosphère nous grisant davantage de sa douce quiétude et nous conférant le sentiment d'avoir vaincu la nuit. Le sentiment d'être immortels.

30/03/2020 (modifier)
Par AlainM
Note: 5/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Les Pestiférés
Les Pestiférés

J’ai découvert cette BD il y a peu et le moins qu’on puisse dire est qu’elle prend une dimension particulière dans le contexte actuel de pandémie et de confinement. Cette œuvre inachevée de Pagnol a pu être terminée grâce au fait que celui-ci avait raconté la fin à sa femme et c’est grâce à Nicolas Pagnol, petit-fils de Marcel, que la BD a pu être réalisée. La trame de l’histoire se base sur un fait réel : l’épidémie de peste qui sévit à Marseille en 1720 et qui eut des conséquences dramatiques. On y suit les habitants d’un quartier isolé qui tentent de survivre au fléau contre lequel il n’existait aucun remède à l’époque. On y retrouve bien sûr le style de Pagnol avec sa truculence, son anticléricalisme et ses personnages hauts en couleur mais le propos est assez différent de ses autres œuvres car il s’agit ici d’un drame basé sur des événements qui se sont réellement passés et où l’on côtoie sans cesse la mort, ce qui n’empêche pas des touches d’humour à certains moments. L’intrigue est extrêmement bien construite, les motivations de chacun sont très plausibles et les rebondissements nombreux jusqu’à un final inattendu. Vous l’aurez compris : cette BD est un chef d’œuvre qui montre ce qu’était une épidémie au début du XVIIIème siècle. Lecture à conseiller à tous - sauf aux âmes sensibles et stressées par la pandémie actuelle, qui, même si elle est sévère et dramatique pour beaucoup, n’est en rien comparable avec ce qui pouvait se passer à une époque où la médecine était encore embryonnaire.

26/03/2020 (modifier)
Couverture de la série El Paso
El Paso

Il y a ici clairement un style propre à cette oeuvre tant graphique que scénaristique. Le dessin est difficile à décrire. Représentations simplistes, paysages contours et personnages un peu flous, souvent baignés de jaune, orange, rouge. Mais il retranscrit à merveille ce que l'on imagine de ces routes américaines qui traversent déserts poussiéreux et patelins paumés. Au final, avec un découpage qui suit bien le rythme de l'aventure ou des moments plus intimes, l'ensemble reste compréhensif et se lit facilement. L'histoire du road trip du père et de son fils semble assez classique voir banale : ce voyage leur donne l'occasion de se découvrir et peut-être de nouer un amour père-fils? Mais la spécificité de ce voyage est comme dans la vraie vie, on ne donne pas toutes les clefs en une fois, non, il faut être patient et écouter, regarder, attendre. Il n'y a pas de grands discours mais plutôt des petites attentions discrètes. Et c'est comme cela, au long du voyage que l'on comprend leur histoire et qu'on s'attache à ce petit garçon triste et ce père paumé.

18/03/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Voix de la Nuit
Voix de la Nuit

Je me suis mis en tête de référencer sur le site l’intégralité du catalogue des éditions Cà et Là (notamment grâce à mon abonnement Izneo, qui propose de nombreux albums de cet éditeur). Ce genre d’exercice complétiste un peu fastidieux fait que je tombe sur des œuvres en tout genre, et que de temps en temps, au détour d’albums moyens ou bizarroïdes, je me prends une grosse baffe dans la gueule. Et BAF. Mince, je ne l’avais pas vu venir celle-là. J’ai entamé ma lecture sans grande conviction, rebuté par le nombre de pages (364 quand même), et par un début d’album un peu abscons. Mais une fois que l’histoire décolle, je n’ai plus vu passer les pages. La double narration suit deux personnages aux destins amenés à se croiser : Hermann Karnau, un acousticien obsédé par les sons humains, qui finira par mettre ses services (et sa folie ?) aux services des nazis dans des expériences scientifiques qui font froid dans le dos. Et Helga, ainée du ministre de la propagande nazie, qui tente tant bien que mal de s’occuper de ses 5 frères et sœurs dans des circonstances de plus en plus difficiles, à l’approche de la défaite Allemande. C’est cet aspect du récit qui m’a le plus marqué, presque traumatisé par moments : ces enfants naïfs et innocents pris dans une tourmente dont ils ne comprennent rien. Mon cœur se serre juste à l’écriture de ces lignes, en repensant à certains passages. La réalisation même est superbe. Le dessin est beau et plein de petites trouvailles graphiques, et les couleurs aquarelles sont non seulement superbes, mais participent aussi judicieusement au jeu narratif, avec ces deux tons chromiques (sombre pour l’acousticien, rose bonbon pour les enfants) qui se rejoignent petit à petit. Si je devais chipoter, je dirais que la narration semble inutilement lourde et confuse par moment. Je n’ai pas lu le roman, je ne peux donc pas juger du travail d’adaptation, mais je note quand même des passages assez lourds en textes, défaut inhérent à ce genre d’exercice. Mais rien de bien grave, et en tout cas rien qui n’ait gâché ma lecture. Un album coup de cœur, et surtout « coup de poing dans le bide » en ce qui me concerne.

11/03/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
Couverture de la série L'Instant d'après
L'Instant d'après

Ah que j'aime le dessin d'Eric Maltaite ! Il me rappelle tellement celui des grands maîtres de l'Ecole de Marcinelle qui ont bercé ma jeunesse. Et son trait maîtrisé, clair et élégant s'adapte parfaitement à un récit comme celui-ci se déroulant dans la France de la fin des années 60. L'Instant d'après est un polar fantastique. Un couple sort d'une aire d'autoroute où ils se sont un peu disputés devant témoins. Ce n'est rien de grave puisque quelques instants plus tard, en voiture, ils se sont rabibochés. Sauf qu'en pleine discussion entre les deux, la femme disparaît brutalement, comme par enchantement, et le mari, sous le coup de la surprise, part dans le décor. Une fois réveillé à l’hôpital, tout le monde le soupçonne d'avoir tué son épouse et d'avoir fait disparaître le corps puisque personne ne l'a retrouvée. La sœur de cette dernière, revenue en France sur une intuition presque magique, va essayer de démêler le vrai du faux et découvrir que le cas de sa sœur n'est pas isolé. Avez-vous vu le film Gone Girl ? Celui-ci partage avec cette BD le même concept initial d'une femme qui disparaît sans laisser de trace et d'un mari que tout accuse bien malgré lui. Autant Gone Girl se révélait plus tard une intrigue réaliste et sombre, autant l'Instant d'après joue volontairement la carte du fantastique. Avec une idée qui tient le récit : "S'il y a bien une chose que les gens refusent de croire en face, c'est l'irréalité". Qui irait en effet croire que des gens disparaissent vraiment ainsi d'une seconde à la suivante ? La crédibilité voudrait qu'ils aient fugué discrètement, se soient faits enlever subrepticement ou aient été tués en cachette. Et si la réalité était bien plus incroyable, au sens strict du terme ? Zidrou et Maltaite donnent une vraie atmosphère à leur récit. J'ai beaucoup aimé la manière dont ils font revivre l'époque de la fin des années 60. C'est une foule de détails, des véhicules, des vêtements et un état d'esprit. Et Maltaite met cela parfaitement en images, c'est un régal visuel. On y note également quelques clins d’œil, comme l'apparition de Martin Milan notamment. L'intrigue est prenante et tient plutôt bien la route. C'est avec appréhension que j'ai vu les dernières pages arriver car l'enquête battait son plein et que je l'imaginais mal atteindre une conclusion satisfaisante en si peu de pages. Les auteurs y parviennent cependant par une pirouette bien trouvée même si un peu trop pratique sur le plan scénaristique pour ne pas laisser un léger sentiment de frustration. C'est pourtant bien là une BD vers laquelle je reviendrai et que je relirai avec plaisir.

06/03/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Les 5 Terres
Les 5 Terres

J'attendais une série comme celle-là depuis bien longtemps. Il faut dire qu'elle a tout pour plaire avec ces personnages animaliers anthropomorphes, dans un univers médiéval-fantastique. Il y a également un croisement avec une intrigue à la Game of Thrones dont les auteurs s'inspirent sans se cacher. Le premier tome se termine sur un coup de théâtre ahurissant. A chaque fois, le lecteur est pris de court. Il croit s'imaginer qu'une scène se terminera comme il se l'imagine mais ce n'est pas le cas. Il y a un véritable effet de surprise à de nombreuses reprises qui déjoue les pronostics. Le second tome se poursuit en complexifiant davantage la situation entre les différents protagonistes. Il faut dire qu'il y a une multiplication de personnages et chacun joue un rôle bien particulier qu'il nous faut suivre pour bien comprendre l'intrigue qui gagne d'ailleurs en profondeur. On peut dire que le scénario est assez bien ficelé, avec également des personnages qui sont très intéressants. Mention spéciale également pour un graphisme digne d'intérêt. C'est franchement splendide. Au final, une saga qu'il nous faut suivre en espérant que la qualité se maintienne toujours.

24/02/2020 (modifier)
Couverture de la série Daddy's Girl
Daddy's Girl

Comme beaucoup l’ont souligné, c’est d’un sujet lourd que traite cet album, dans lequel Debbie Drechsler dévoile la part voilée, franchement très noire, de son enfance et de son adolescence. Et elle le fait de façon presque dépassionnée, alors même que ce qu’elle nous montre, par petites touches (l’inceste, le viol, etc. qu’elle subit) relève d’une rare violence. A part les deux derniers, l’album regroupe les chapitres quasiment dans l’ordre inverse de leur rédaction – je ne sais pas si ce choix fait sens. Il n’y a de toute façon pas « d’ordre », puisque les anecdotes distillées ici s’accumulent plus qu’elles ne s’expliquent. Et d’ailleurs le point de vue change parfois, ainsi que les prénoms des jeunes filles. Même si nous suivons Lilly, sa mère et son père, ainsi que ses sœurs, dans des histoires où la tristesse est souvent très forte, saturant la lecture : la façon dont son père l’empêche de connaître des petits moments de bonheur (lorsqu’une copine de Lilly vient voir avec elle les étoiles par exemple) est assez terrible. J’ai vraiment bien aimé le dessin, qui use très bien du Noir et Blanc. La colorisation parfois utilisée (dans les derniers chapitres uniquement) est elle aussi très belle je trouve. Au final, c’est un album fort, qui ne joue ni sur le pathos ni sur le sous-entendu hypocrite : un « équilibre de la terreur » qui ne peut laisser indifférent le lecteur. Mais c’est une lecture que je vous recommande.

19/02/2020 (modifier)
Par Canarde
Note: 4/5
Couverture de la série Payer la terre
Payer la terre

Un documentaire complet sur le déracinement organisé par les pouvoirs publics du peuple Déné au Canada. Je n'avais jamais lu de BD de Sacco, et les sujets précédents me paraissaient tellement durs que je ne me sentais pas le courage de commencer par ça... En réalité, celui-ci l'est tout autant (dur). Le plus étonnant c'est qu'il m'a renvoyé finalement à ce qu'a dû subir ma mère née en Auvergne en 1945. Ses parents parlaient patois et à 7 ans, elle a été mise en pension chez les "bonnes sœurs", puis est partie étudier à Lyon. Avec ce nouveau formatage, il n'a plus été question pour elle de revenir à la ferme, elle est "montée dans l'échelle sociale" mais a perdu sa langue et la responsabilité de son territoire, dont elle héritera pourtant, et sans doute moi après elle.. Le parallèle peut sembler exagéré, mais regardons les choses en face, les auvergnates sont toutes parties à la ville, les hommes, en charge des fermes ont cherché des épouses sur les petites annonces du chasseur français (de l'est ou d'outre-mer), certains se suicident, bref, ce n'est pas très reluisant quand-même. L'éducation forcée organisée par l'état canadien pour tous les enfants Dénés qui ont été arrachés à leur culture de chasseurs cueilleurs (et non d'éleveur comme en Auvergne) a créé un désastre culturel dont Joe Sacco et sa chauffeuse Shauna, sont venus observer les détails, et sonder les motivations. Les motivations : arracher les peuples à leur terre, pour pouvoir exploiter les forêts de manière industrielle. Les détails : alcoolisme, chômage, incompréhensions et divisions à l'intérieur des familles, les enfants revenant incapables d'allumer un feu, de peler un orignal ou de construire une barque avec sa peau. Bref cette lourde somme de 263 pages d'interviews d'autochtones de tous avis racontant leurs expériences, à l'âge de l'enfance dans le monde traditionnel et nomade, puis l'internement forcé dans des écoles "civilisatrices", et leur vies aujourd'hui, salariés dans des boîtes d'exploitation forestières ou minières, ou chômeurs, instituteurs, travailleurs sociaux, ... Le dessin, très précis, en noir et blanc, avec des visages en gros plan, des véhicules, des paysages, des machines d'extraction, est une représentation touffue et appliquée. On sent la volonté de faire référence, que tout cela soit visible à la face du monde. Lisez "Payer la terre", vous verrez que toutes nos familles paysannes françaises ont été soumises au même chantage au progrès : Votre culture va mourir, mais en échange vous aurez l'argent. So what ?

16/02/2020 (modifier)
Couverture de la série Le Serpent et la Lance
Le Serpent et la Lance

Les Bd sur la civilisation aztèque ne sont pas nombreuses, la plus connue étant celle de Mitton, Quetzalcoatl qui fait partie de mes Bd préférées, car je suis depuis très longtemps passionné par les civilisations précolombiennes qui vivaient au Mexique avant l'arrivée des conquistadores. Dans mon avis sur Quetzalcoatl, je crois avoir tout dit sur cette civilisation, je ne vais donc pas me répéter, disons que à mon retour d'Angoulême, je passe chez mon pote de la Fnac, on discute de quelques nouveautés, et il me tend cet album en me disant : "connaissant ta passion, tu dois absolument lire ça !". Et d'un coup, je me souviens que l'ami Paco m'a montré le même album à Angoulême que j'ai trouvé d'emblée très beau ; du coup, je l'ai lu très rapidement, et j'en sors ravi, mais attention, sans tomber non plus dans l'excès car ce premier album d'un futur triptyque n'est pas en tous points parfait. Le travail est monumental, ça se sent quand on a le nez dedans, on sent que Hub s'est particulièrement documenté, il a dû y passer un temps fou. Ne connaissant pas son style graphique car n'ayant pas encore lu Okko, cette lecture a donc été pour moi une découverte qui s'avère positive. Le format choisi avec ses 180 pages, incite à quelques longueurs, à des scènes peu utiles qui n'auront sans doute pas d'incidence sur le final ; le scénario est de qualité, il s'agit d'une sorte d'enquête policière, un peu comme le Nom de la Rose, une intrigue prenante dont on a envie de connaître le dénouement, Hub le qualifie lui-même de thriller aztèque. De plus, Hub a fait le bon choix de situer son récit au moins 50 ans avant l'arrivée des Espagnols, les autres Bd sur les Aztèques montrant toujours le choc culturel entre Aztèques et Espagnols, comme dans les conquérants du mexique. La narration est foisonnante, dense, complexe, et pleine de ramifications, il faut donc suivre très attentivement à cause des nombreux flashbacks qui interrompent le présent pour comprendre qui est qui, qui fait quoi et qui est devenu quoi. Il y a une sorte de faux rythme car les personnages sont nombreux, ils ont des noms imprononçables, et une fois qu'ils sont introduits, il ne se passe finalement pas grand chose, le récit a tendance à traîner un peu, ça manque d'un truc un peu plus pêchu. Comme Mitton, Hub abuse un peu des mots aztèques en nahuatl, je sais que ça donne un côté authentique, mais ça peut parfois ralentir la lecture. De plus, le découpage n'est pas toujours très clair par endroits. Bon malgré ces défauts, je me laisse aller à un enthousiasme car l'ensemble, l'ambiance et surtout le décor aztèque sont une grande réussite. Le dessin est très bon, l'aspect très documenté des décors de Tenochtitlan, ses canaux, ses habitations, ses temples, de même que les coutumes traditionnelles sont bien évoquées, et les costumes bien reproduits, tout ceci témoigne d'un sacré boulot de recherche ; à ce stade, Hub se hisse au niveau de Mitton, la seule différence c'est que ce dernier y collait du sexe à outrance, ici il n'y en a pas parce que l'intrigue va vers une autre direction, mais tous deux s'inspirent du roman Azteca de Gary Jennings que Hub dans sa postface révèle avoir lu dans son adolescence. C'est pourquoi j'y retrouve plein d'éléments qui m'ont enchanté car ce roman basé sur des faits historiques est absolument fascinant. Le seul bémol sur le dessin, c'est la colorisation qui me dérange un peu par endroits : c'est beaucoup trop sombre dans certaines cases, mais sinon c'est du beau travail, certaines scènes de foule ou d'ensemble, et de grandes cases témoignent d'un travail soigné et appliqué. Un bel album.

04/02/2020 (modifier)
Couverture de la série Le Voyageur
Le Voyageur

Ce one shot est un récit de science-fiction sobre et simple sans être simpliste. Koren Shadmi nous propose de suivre la quête d’un homme devenu immortel. Le voyageur parcourt les États-Unis pour comprendre ce qui lui est arrivé et pourquoi. Le récit est découpé en chapitres qui traitent chacun d’une époque différente. Après un premier saut dans le passé, le lecteur découvre des bribes du parcours du voyageur, dans un futur toujours plus lointain. Il se dégage de l’histoire une ambiance presque lancinante, légèrement angoissante, cohérente avec le monde qui va inéluctablement à sa perte… comme le nôtre ? Le dessin est à l’image du scénario : plus profond et complexe qu’il n’y paraît. Pour l’anecdote, l’apparence du voyageur n’est pas sans me rappeler celle du protagoniste principal dans « Les Derniers jours d'un immortel ». Faut-il être un homme ténébreux et mystérieux pour être immortel ? Au final, la qualité est là, c’est certain. Il m'aura juste manqué une pointe d'émotion, le caractère impassible du héros ayant déteint sur moi au fur et à mesure de la lecture. Note réelle : 3.5/5

30/01/2020 (modifier)