Le Voyage de Phoenix

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

A travers le récit tragique et humaniste de plusieurs destins croisés, Jung évoque la guerre fratricide entre les deux Corées.


Corée Quadrants

3 destins s’entrecroisent : Jennifer, fille d’un soldat américain passé en Corée du Nord. Fille d’un père absent, communiste et traître, l’Amérique la rejette. Elle consacre sa vie à un orphelinat de Séoul. Aron adopte un petit garçon et s’attache tant à lui qu’il délaisse sa fille ; il s’enfonce dans la dépression lorsque son fils tombe gravement malade. Doug, le meilleur ami d’Aron, est militaire et orphelin depuis longtemps. C’est lui qui a poussé Aron d’adopter. Il se sent responsable de ce qui se passe.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Octobre 2015
Statut histoire 1 tome paru
Couverture de la série Le Voyage de Phoenix
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

14/11/2015 | Blue Boy
Modifier


Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Encore une fois après Couleur de peau : miel, cet auteur a réussi à m'émouvoir avec ce voyage du Phoenix. Encore une fois, j'ai été pris aux larmes devant cette histoire dramatique très touchante. C'est encore un véritable coup de coeur car cet album est véritablement sublime. Il concerne ceux qui ont perdu un être cher, ceux également qui ne sont jamais arrivé à combler le vide laissé par l'abandon, mais également ceux qui arrivent à pardonner les erreurs et enfin ceux qui fuit l'oppression. Oui, cela fait beaucoup de monde et autant de thèmes qui sont traités autour de deux histoires parallèles qui ont quelques points communs. Le dessin en noir et blanc est de toute beauté avec une délicatesse du trait hors du commun. Jung parvient à entrer dans le coeur des gens grâce à cette sensibilité hors du commun qui se manifeste par de petits détails tel par exemple le nombril d'un enfant adopté qui constitue le dernier lien visible entre la mère et son fils. Il a le don de transcrire magnifiquement les émotions que traversent les personnages que l'on va croiser du Minnesota à la Corée du Sud. Le voyage de Phoenix nous entraîne certes vers la mort mais également vers une forme de rédemption. C'est tellement beau et puissant !

17/04/2016 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Pour son second roman graphique, le dessinateur d’origine sud-coréenne Jung nous raconte de petites histoires humaines affectées par la grande Histoire : celle d’une guerre froide bloquant quasiment tout échange entre la Corée du Sud et sa voisine du nord « communiste », dirigée d’une main de fer par un régime militaire impitoyable. Kim vient de trouver la mort dans un accident de voiture. Jennifer, à la fois narratrice et personnage principal, est sous le choc. C’est elle qui avait géré le dossier d’adoption du garçonnet lorsqu’elle travaillait en Corée du Sud. Cet événement tragique va raviver le souvenir douloureux de ce père qu’elle n’a pas connu et qui y était allé pour assurer la sécurité face à la menace du voisin communiste. Le thème dominant de ces récits croisés est la résilience face la douleur résultant d’un drame en apparence insurmontable. Celle de Jennifer d’abord, qui pleure ce père inconnu mort dans des circonstances tragiques. Celle des parents de Kim ensuite, qui vivront un cauchemar dans les mois suivant le décès du jeune garçon. Celle de son mari San-Ho enfin, qui a fui la Corée du Nord après avoir supporté l’enfer des camps de rééducation. Et quoi de mieux que le phœnix, cet oiseau légendaire qui a le pouvoir de renaître de ses cendres, pour donner corps à cette notion et servir de fil rouge au récit. Si la narration peut avoir tendance à se diluer dans la kyrielle de personnages, bien campés au demeurant, elle est parfaitement servie par le dessin raffiné et sensible de Jung. Avec ses lavis insufflant sans lourdeur ce qu’il faut de tension ou d’anxiété à l’histoire, le noir et blanc convient bien au propos. Par l’entremise de ces tragédies dénuées de pathos, « Le Voyage de Phoenix » peut être vu comme un don de l’auteur, un hommage à la vie malgré son âpreté, tout simplement. A l’image de San-Ho, « ce grand enfant » au sourire lumineux découvrant la vie après avoir survécu aux pires épreuves dans son propre pays.

14/11/2015 (modifier)