Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Belem

Note: 3/5
(3/5 pour 12 avis)

Ce premier ouvrage du célèbre voilier long-courrier français se lit comme une aventure aux multiples rebondissements, avec pour toile de fond le rude quotidien des matelots de la voile.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Vieux gréements

Voici, le résumé fourni par l'éditeur, mais qui ne raconte pas l'album que j'ai lu... sans doute le suivant... Le 31 juillet 1896, Le Belem, de l'armement Crouan, commandé par le capitaine Lemerle, dont c'est le dernier voyage, appareille de Nantes. Après 50 jours de mer, le trois-mâts fait escale à Montevideo où il embarque 121 mules pour le compte de la chocolateire Menier. Il gagne ensuite Belem pour y livrer les animaux, mais ceux-ci périssent dans un incendie à bord, qui provoque la révolte de l'équipage qui supporte mal l'intransigeance du vieux capitaine. C'est à la suite de négociations houleuses que le navire finit par revenir à Nantes, le 26 janvier 1897, après 46 jours d'une traversée difficile. Racontée par Eric Adam et dessiné par Jean-Yves Delitte, ce premier ouvrage du célèbre voilier long-courrier français se lit comme une aventure aux multiples rebondissements, avec pour toile de fond le rude quotidien des matelots de la voile. Texte : Glénat

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Novembre 2006
Statut histoire Une histoire par tome 4 tomes parus
Couverture de la série Belem © Glénat 2006

08/11/2006 | ArzaK
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Habitant Nantes, port d'attache de ce fabuleux trois mats, et adepte quand l'occasion se présente d'aller tirer quelques bords sur nos côtes, je ne pouvais décemment pas passer à côté de ce livre de J. Y Delitte qui nous conte quelques évènements auxquels est lié ce navire. Premièrement encore une fois le dessin est somptueux, l'auteur n'est pas peintre officiel de la marine pour rien, le seul bémol déjà noté dans d'autres œuvres de l'auteur, une propension à nous proposer des visages quasi identiques, du moins sur le même morphotype. Les évènements qui nous sont contés s'appuient sur des faits historiques avérés, seul bémol de cette aventure et déjà noté par mes prédécesseurs la difficulté de s'identifier aux personnages et à leurs péripéties. Pour autant si on aime la voile et ces magnifiques bâtiments d'un autre siècle il faut faire l'acquisition de ces deux volumes qui sentent bon l'iode et le vent du large.

23/05/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je trouve l’idée de départ intelligente. En se focalisant sur l’histoire d’un voilier, Jean-Yves Delitte peut retracer les grands événements traversés par celui-ci. Et le Bélem, dont il est question ici, a souvent été le témoin d’événements d’importance. Entre naufrageurs, éruptions volcaniques et bagnes de Guyane, les trois premiers tomes nous promènent sur des thèmes mythiques de l’époque (fin XIXème, début XXème) et des lieux (l’Amérique du Sud et la mer des Caraïbes, en particulier). Malheureusement, a contrario, le Bélem n’est qu’un témoin de ces événements, et, à son image, je suis resté quelque peu à l’extérieur de ces récits (exception faite du premier). Peut-être l’apparition d’un personnage central (humain) permettrait-elle une plus grande implication de ma part, mais le personnage central de ce récit, c’est bel et bien le voilier, avec son quotidien et son univers. Ce léger manque d’immersion, cette absence d’empathie n’empêchent pas de ma part une bonne appréciation de l’ensemble. Une bonne appréciation autant due à la qualité graphique qu’à la rigueur historique de son auteur. Car graphiquement, une fois de plus, c’est excellent de réalisme, de précision mais aussi de diversité dans la composition des planches. De plus, je trouve que Delitte utilise ses grandes illustrations avec autant de parcimonie que de pertinence. Ces planches aèrent les récits dans des moments d’accalmie, sans casser le rythme narratif. Quant à la rigueur historique, elle est indiscutable. Très académique, elle risque de déplaire à certains, mais, personnellement, j’adore. Et j’aime d’autant plus que cette évocation est toujours englobée dans un contexte romancé et évite l’afflux de dates, toujours fastidieux. Agréable à voir, agréable à lire mais qui m’a laissé dans un rôle de spectateur plutôt que d’acteur, cette série n’est, à mes yeux, pas mal du tout. Achat conseillé pour tous les amateurs de la marine à voile ... et de récits historiques.

18/11/2009 (modifier)
Par kalish
Note: 3/5

Je ne suis pas un grand fan du style Jean-Yves Délitte. On a souvent fait remarquer ses visages copiés-collés et ses proportions corporelles pas souvent maîtrisées. Le même personnage peut avoir l’air fin de profil et se taper une magnifique culotte de cheval de dos. Mais j’ai toujours aimé son souci du détail concernant l’architecture et les véhicules. Dans la collection chasse-marée, il narre les campagnes de magnifiques voiliers qui ont réellement eu lieu. Je dois dire que pour ce qui est du voilier, il est vraiment très bon. Ce n’est pas du Bourgeon mais presque. Les deux histoires parus jusqu’à présentes sont assez intéressantes et bien racontées. Plus particulièrement la seconde se passant en Martinique. Pour les amoureux des vieux voiliers, ces albums sont à posséder. De toute façon, il est évident qu’ils ont été réalisés pour eux.

29/05/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Le Belem ?… un bon vieux trois mâts qui a plus d’une histoire dans son sac. Se basant sur des faits réels, Delitte signe ici une bien belle série des aventures du bateau. Mais il « joue » plus sur les hommes que sur le navire en lui-même. Et c’est ce qui fait l’attrait des deux histoires. Il s’attache ainsi à décrire l’impuissance des hommes face -à chaque fois- à un désastre annoncé. Et le narratif est bellement mis en scène par un dessin précis, minutieux, réfléchi, dense où le senti de la documentation se révèle page après page. Texte et graphisme forment ainsi une vraie osmose qui invite à l’aventure. Je m’en voudrais de ne pas citer la très belle palette de couleurs utilisées ; les tons employés par Patricia Faucon donnant une véritable vie aux cases. Le premier tome était déjà une « belle bête ». Et le second est tout aussi bien réalisé. Du bien bel ouvrage.

17/10/2008 (modifier)

Quelle BD froide et endormante. Brr... Les personnages ne sont tout simplement pas attachants et leur quête est sans intérêt. L'histoire est très unidirectionnelle et ne contient aucun élément accrocheur ou déroutant. Les dialogues sont insipides et sonnent faux. En fait, cette BD m'a vraiment semblé un immense prétexte pour dessiner des bateaux. Parce que pour ça, chapeau ! (c'est mon 2 sur 5) Les bateaux sont exquis. Les décors, les éléments marins, tout est superbe. C'est un dessin minutieux. Mais pour raconter quoi ? Je l'ignore encore après avoir lu la BD. Et les personnages sont hideux. Plusieurs personnages sont à peu près identiques. Les expressions faciales sont souvent ratées. Surtout quand un personnage crie, on dirait qu'il tire la langue comme un singe. Les batailles semblent au ralenti par un manque de maîtrise du mouvement par le dessinateur. Bref, cette BD ne vaut pas le détour. Mais pas du tout.

30/05/2008 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Voilà une aventure maritime assez sympathique. Elle mélange habilement la réalité historique et des éléments de fiction. On suit la première traversée du célèbre navire le Belem. On voit peu à peu que quelque chose de louche se prépare à bord. C’est cette partie là de l’intrigue que j’ai trouvée intéressante et qui a éveillé mon attention. Il faut bien reconnaître que j’ai trouvé ça un peu plus passionnant que les passages narratifs et plutôt descriptifs sur la vie du bateau à cette époque. Les dessins sont pas mal et les couleurs bien adaptées. L’ensemble se lit bien, mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable. Pour l’achat conseillé, j’hésite. A vous de voir selon votre degré d’affinités avec les histoires de bateaux et de traversées au long cours.

12/07/2007 (modifier)
Par biglolo
Note: 2/5

Bon, je l'ai acheté, je l'ai lu et maintenant je vais le ranger et sûrement l'oublier. L'histoire de la première traversée du Belem n'est ni originale, ni captivante. Par contre les dessins sont très jolis et le Belem est très bien mis en valeur... c'est ce qui m'empêche de mettre 1/5.

11/07/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Se basant sur l'histoire réelle du Bélem, j'ai entamé cette lecture en pensant aborder une BD documentaire, qui aurait pu être certes intéressante mais sans doute trop académique à mes yeux. Je me trompais. Car l'auteur a vraiment su transformer en fiction prenante une histoire vraie, en y ajoutant des éléments cruciaux dont je ne saurais dire s'ils sont véridiques ou non. Cette histoire, à même de plaire à tout amateur de la mer, est en outre servie par un dessin excellent. Face à des images d'océan et de grands voiliers, on pense immédiatement à du Bourgeon. Eh bien, je crois que le dessin de J-Y Delitte tient vraiment la comparaison avec celui de la série Les Passagers du vent. Très proche du trait de Bourgeon, il est impressionnant de soin et de réussite, tant dans les personnages que les paysages et le Bélem lui-même. Il lui manque juste une petite dose d'atmosphère, de ce quelque chose qui donne une âme et une ambiance de rêverie aux meilleures oeuvres de Bourgeon. Les aquarelles y sont peut-être trop sages ? Je suis également un peu frustré par le fait que les vues éloignées du Bélem soittrop souvent prise au niveau de la mer : j'aurais aimé de plus nombreux angles de vue, notamment aériennes. Une lecture qui m'a vraiment intéressé et captivé, mettant en scène avec brio des marins et un voilier d'exception.

11/03/2007 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Encore un album de Delitte ! Décidément, c’est certainement l’auteur le plus prolifique que je connaisse dans le monde de la BD (3 albums en une année !) ! Mais cette fois-ci , J.Y Delitte a réalisé un one-shot basé sur un fait historique réel : celui du premier voyage du « Belem » qui est, jusqu’à ce jour, le seul trois mâts français en activité issu du XIXème siècle. Tout d’abord, je tiens à préciser que le « Belem » est un magnifique navire qui me tient à cœur. Il a séjourné plusieurs fois dans ma ville natale où j’ai pu l’admirer. C’est donc naturellement avec intérêt que j’ai feuilleté cet album d’autant plus qu’il aborde un fait historique qui semble avoir été caché jusqu’à maintenant. Les lecteurs habitués à lire les BD de J.Y. Delitte ne seront pas dépaysés par son nouvel album : les personnages surtout les adultes ressemblent beaucoup aux héros de ses autres séries, de même que la mise en page et les cadrages demeurent typiquement « delittiennes », les décors sont fouillis. Malgré un scénario inspiré d’un fait réel et un dessin que j’apprécie beaucoup, je suis ressorti moyennement convaincu par cet album. Pourtant, la BD comporte quelques pleines pages, signes que l’auteur a voulu réaliser un récit à grand spectacle… sans vraiment y parvenir hélas. En fait, c’est surtout la mise en couleurs ne m’a pas vraiment enthousiasmé : la mise en place des ambiances ne m’est pas apparue adaptée à de nombreuses situations malgré une bonne maîtrise de l’aquarelle. De même, je pense que le récit aurait gagné en intensité s’il avait été plus romancé. « Belem » est finalement un album intéressant à lire car il aborde un récit historique (vraiment ?) réel que de nombreux fans d’histoires maritimes apprécieront certainement. Pour le reste, il est à mon avis un peu regrettable que la mise en couleurs ne soit pas assez adéquate à certaines situations et que le récit ne soit pas suffisamment romancé. Sans ces défauts, cette BD aurait été incontestablement une grande réussite.

03/12/2006 (modifier)
Par Cedricval
Note: 4/5

Je suis depuis longtemps un grand fan de Jean-Yves Delitte. Depuis Le Neptune encore plus... Pas de déception pour ce nouvel opus du dessinateur/scénariste, qui nous emmène dans l'univers rude et dangereux de la marine marchande. Un dessin époustouflant pour décrire avec une telle authenticité ce magnifique voilier. Un scénario assez fort pour nous captiver et nous enivrer. Album qui, sans conteste, est à conseiller.

15/11/2006 (modifier)