Ghost World

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 21 avis)

Deux adolescentes, Enid et Becky, s'ennuient à mourir dans leur petite ville morne qu'un taggeur malicieux ou dépressif à surnommée "Ghost World".


Adolescence BDs adaptées en film BDs controversées Bichromie Comix Fantagraphics Books

Rebecca et Enid, deux ados plus trop loin de l'âge adulte, sont amies de longue date. Elles se sentent totalement étrangères à ceux qui vivent autour d'elles, tant le monde qu'elles se sont créé pour elles est différent du leur. Pour tromper l'ennui mortel généré par la petite ville où elles habitent, elles passent leurs journées à observer et commenter, avec leur regard cruel et caustique d'ados branchées et plus intelligentes que la moyenne, le "Monde Fantôme" qui les entoure. Oui mais voilà, glander et se moquer des autres, ça va bien 5 minutes, mais n'est-on pas censé faire quelque chose de sa vie, à un moment donné ? (P'tain, qu'est-ce que j'écris comme résumé pourri pour aller vite et être sûr que le record d'avis postés sur un mois soit battu !)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1999
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Ghost World
Les notes (21)
Cliquez pour lire les avis

24/10/2002 | Cassidy
Modifier


Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Dire que je n'ai pas été trop emballé par ma lecture serait un doux euphémisme. Qu'est ce que je me suis ennuyé avec ses deux copines Rebecca et Enid qui cherchent un sens à leur existence dans des longues journées où il ne se passe pas grand chose dans cette ville de province ! Certes, on est dans la banalité de la vie quotidienne mais j'aurais aimé pouvoir m'attacher à elles afin de partager un moment de réflexion à défaut de divertissement. Impossible de s'identifier ou d'avoir un peu de sympathie malgré un réel effort. C'est pourtant un vrai monument du comics américain version underground. Il est vrai que je n'aime pas trop cet univers. La thématique tourne autour du rituel de passage à l'âge adulte. Sur ce coup, je passe mon tour car l'ennui n'est jamais une bonne conseillère.

10/06/2019 (modifier)
Par Jetjet
Note: 1/5
L'avatar du posteur Jetjet

Mais quelle déception que ce livre pourtant si apprécié et qui a fait la notoriété de son auteur ! Ayant vu le film en salles (que j'avais pourtant beaucoup aimé pour sa vision juste d'une certaine forme de mélancolie avec des acteurs touchants, non non pas la jeune Scarlett uniquement voyons mais surtout la prestation de Steve Buscemi), je pensais franchement arriver en terrain connu en lisant le bouquin du papa de David Boring mais boum patatras !!! Le film est une adaptation fort libre de ce roman graphique et c'est tout à son honneur ! Daniel Clowes a voulu écrire une chronique de deux ados si détestables et imbues de leur personne qu'on a juste l'envie de leur foutre une bonne paire de claques pour qu'elles cessent de balancer leurs grossièretés tout au long de leurs états d'âme à deux balles. Si c'était le but initial de Clowes, alors il est parfaitement réussi alors que le film avait su éviter ce genre de poncifs en rendant les héroïnes finalement attachantes. Le fait d'avoir découpé le récit en épisodes si hachés (à chier ? oups) ne rend pas non plus la lecture aisée et on a la désagréable sensation de passer du coq à l'âne tout en se contrefoutant royalement de leurs objectifs (qui sont d'ailleurs ?) Reste le dessin et les couleurs de Clowes, peut être pas aussi définitifs que dans ses autres oeuvres, pour se régaler mais cela fait finalement bien peu pour une bd que je vous suggère de zapper directement soit pour lire un autre Clowes, soit pour voir l'adaptation en film. Une immense déception donc.

27/11/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’avais découvert il n’y a pas longtemps Clowes, avec Mister Wonderful, que j’avais plutôt aimé, malgré quelques appréhensions en début et quelques réserves en fin de lecture. Ici aussi j’ai, dès le départ, eu quelques réticences. Sauf que cette fois-ci celles-ci n’ont fait que s’accentuer, au point que je n’ai fini l’album que très difficilement, lisant parfois les dialogues en diagonale… D’abord, si le dessin est techniquement bon, je trouve les personnages trop figés, statiques. Et la colorisation n’est franchement pas extraordinaire ! De plus, je n’ai pas du tout accroché aux dialogues et états d’âme des deux donzelles, que rien ne venait dynamiser. Je me suis ennuyé ferme (sûrement plus qu’elles) ! Bref, je me vois mal vous recommander ce petit album…

16/10/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je ne suis pas parvenu au bout de cet album. Déjà, le dessin n’avait pas grand-chose pour me plaire. Raide, fade, sans nuances, il m’est de plus apparu figé et sans âme. Mais alors que dire des personnages principaux. Elles sont tout sauf attachantes. Leur vanité, leur suffisance et tous leurs autres défauts ne sont même pas amusants. Non, ce sont juste des têtes à claques sans intérêt. Alors, oui, peut-être que le but de l’auteur, c’était de nous dresser le profil de deux filles tellement mal dans leur peau qu’elles cachent ce mal-être derrière un cynisme déstabilisant… mais ce que j’ai surtout vu, ce sont deux pouffes sans intérêt. Enfin, l’histoire… Je la cherche encore. Le récit est bavard et se concentre sur des dialogues entre les deux héroïnes, sinon, circulez, il n’y a rien à voir. Pas d’intrigue, pas de progression dans le récit… … pas d’intérêt à mes yeux.

03/05/2012 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Clowes a les défauts de ses qualités sur cette BD. Son dessin bichromique typique des comics indépendants est maîtrisé mais il devient lassant au fil des lectures. Le scénario s'appuie sur deux adolescentes vivant de façon superficielle ce passage de la vie tant redouté. Tout se tient sur la forte amitié mise à mal par des conflits d'intérêts les amenant à une opposition directe. Jamais concerné par l'histoire, j'ai quand même été au bout du récit sans difficulté grâce aux talents de narrateur de Clowes qui sait retenir l'attention avec rien ou du moins très peu. Clowes a fait bien mieux à côté, "Ghost World" est clairement dispensable.

10/07/2010 (modifier)

Pas terrible ! La première chose qui frappe avec ce comic book, c’est cette horrible teinte azure qui gâche toutes ses pages. Un simple noir et blanc aurait été bien plus indiqué ! Concernant le scénario, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne se passe pas grand-chose dans la vie d’Enid et Becky. Les deux jeunes blasées passent ainsi le plus clair de leur temps à échanger des commentaires cyniques au sujet d’à peu près tout ce qui les entoure. Personnellement, ça m’a paru trop gratuit, trop puéril. Je m’attendais à des réflexions plus profondes. La relation entre les deux amies est plutôt intéressante et leurs disputes notamment m’ont semblé tout à fait crédibles et, partant, relativement touchantes. Elles sont très différentes toutes les deux, mais aussi complexes l’une que l’autre, je crois. Aussi aurais-je préféré que Becky occupe autant de place qu’Enid dans le récit. La chute se révèle désespérante et m’a paru franchement bâclée. Je viens d’enchaîner l’album et le film et, à mon sens, le second sonne bien plus juste et a davantage de rythme que le premier.

06/06/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Note approximative : 2.5/5 Ce n'est pas un mauvais comics, mais il possède beaucoup trop de défauts pour être vraiment intéressant. Les répliques des deux copines sont souvent intéressantes, mais comme il ne se passe jamais rien de leur vie, c'est un peu dur à lire après quelques pages tellement ça me rend blasé. De plus, je n'aime pas trop quand elles jugent les gens uniquement sur leur physique. C'est franchement méchant et puis avec la tête qu'elles ont, on pourrait facilement dire qu'elles se sont évadées d'un film d'horreur.

01/05/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Ghost World ?… j’ai apprécié cette chronique qui met en scène Rebecca et Enid ; deux ados au caractère assez sarcastique qui se posent moult questions sur la vie « d’après »… à savoir celle qui suivra le lycée… Elles croient, comme bon nombre d’entre-nous l’ont cru, que cette vie sera facile, qu’elles pourront enfin vivre l’indépendance qu’elles souhaitent. Mais, hélas, cette indépendance sera d’abord désillusion, et il faudra exécuter des petits boulots vraiment pas bien payés… pour en payer le prix… Une bonne (petite) série car, comme beaucoup de personnes que j’ai connu, et une fois les études terminées, l’apprentissage de la vie d’adulte remet souvent en cause les rêves de jeunesse : rêvent qui passent… ou qui cassent… Ghostworld ?… une chronique douce amère où de nombreuses situations, ou détails, m’ont fait remémorer certains pans de ma jeunesse… celle où l’on ne repasse jamais par la case départ…

07/12/2007 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Difficile de noter « Ghost World », et à ce titre je ne suis pas surpris que les avis soient aussi partagés. D’un coté on peut effectivement dire qu’il s’agit d’une BD où il ne se passe rien, ou presque. On suit les vacances de deux ados américaines, et force est de constater qu’elles n’ont pas une vie bien passionnante, et ne font pas grand chose de leur temps. De plus elles sont vraiment claquables, vaines, méchantes, pathétiques, horripilantes, bref, difficile de s’attacher aux personnages. Mais d’un autre coté comment ne pas saluer le talent de Daniel Clowes, qui arrive à parfaitement retranscrire le coté désespéré, paumé et pseudo-rebelle de nos 2 héroïnes. On peut effectivement y voir une critique de la société américaine, et de sa jeunesse en particulier, qui semble vraiment avoir perdu tout concept de vie sociale, de courage et d’humanité… Bref, une BD que l’on pourra apprécier ou détester au point de ne pas en arriver au bout. Moi j’ai bien aimé mais sans plus, ma lecture a été plaisante mais pas vraiment marquante.

10/04/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai un avis assez mitigé sur cette série mais ce qui ressort surtout c'est que je me suis franchement ennuyé à sa lecture. Il ne se passe rien, le rythme est plat, il n'y a rien de vraiment accrocheur dans le récit, les dessins sont très moyens, l'ambiance un tout petit PEU malsaine avec cette passion de nos deux jeunes rebelles pour tout ce qui est bizarre (creep, weird). Mais à côté de ça, je dois reconnaître que le traitement des affres de l'adolescence et la psychologie des personnages est assez réussi. Les dialogues, même s'ils sont sans interêt dans leur contenu, sont suffisamment réalistes et bien réalisés pour vraiment représenter cet âge troublé où on se cherche, on a des certitudes qui se brisent, on se pose des questions, etc. Bref, le portrait psychologique de Rebecca et Enid, ces deux adolescentes dans une ville paumée, est assez réussi. Mais à côté de ça, ben, ce n'est vraiment pas le genre de BD que je lis pour le plaisir et j'ai franchement dû me retenir pour ne pas zapper certains passages ennuyeux.

20/02/2006 (modifier)