David Boring

Note: 3.24/5
(3.24/5 pour 17 avis)

Le jeune David Boring est amoureux d'une fille qui correspond exactement à son idéal féminin. Ils sortent ensemble quelques temps, avant qu'elle ne disparaisse brutalement, sans véritable explication...


Comix Cornélius

Bien qu'il parvienne a attirer dans son lit des filles que d'autres jugeraient très attirantes, David Boring semble éternellement insatisfait par sa vie sexuelle. Il collectionne dans un album des photos et dessins de jeunes filles qui le font fantasmer. Un jour, il rencontre une étudiante qui ressemble comme une soeur à l'une des filles de son album, sa préférée. David tombe évidemment amoureux de la jeune fille, et va s'efforcer de la séduire.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série David Boring
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

20/09/2002 | Cassidy
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

L'album de Daniel Clowes qui m'a le moins enthousiasmé jusqu'à présent. Je dois reconnaître que l'auteur a un certain talent car il a bien représenté le comportement d'un type névrosé qui est complètement détaché de tout et qui ne montre pas beaucoup d'émotions. Le problème c'est que la narration est aussi sans émotion et je me suis vite ennuyé, même lorsqu'il y a enfin des trucs incroyables qui arrivent dans la deuxième partie (je n'ai lu que quelques pages de la troisième partie avant d’arrêter). Il semblerait que la fin du monde arrive et le héros s'en fout ? Et ben moi aussi ! J'ai rarement vu une BD qui porte aussi bien son nom. Bref, je ne suis jamais rentré dans cette BD qui fait parti des dizaines de BD que la majorité des lecteurs aiment pour des raisons que je ne comprends pas. Cet auteur ne doit pas être pour moi.

19/10/2017 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Faire un résumé de cette histoire au scénario tortueux relève du défi. Et je confesse mon manque de motivation pour m’y atteler. D’ailleurs, rien que le nom du héros éponyme, ou plus exactement antihéros, montre clairement qu’on n’est pas là pour s’éclater. Il est fort probable que Daniel Clowes se soit inspiré de sa propre expérience, misant à fond sur l’analyse introspective, et du même coup, sur la patience du lecteur. L’histoire est lisible, assez réaliste par rapport à ce que j’ai pu lire du même auteur (par exemple Comme un gant de velours pris dans la fonte, sorte de folie hallucinée mise en images), encore faut-il se souvenir des nombreux personnages, mais là n’est pas la question. Les digressions et autres états d’âme de Clowes sont bien trop nombreux à mon sens pour faire en sorte que « David Boring » (l’œuvre) fasse ressortir quelque chose de vraiment marquant. On ne retiendra que quelques images fugaces sans arriver vraiment à savoir où l’auteur a voulu en venir, si ce n’est évoquer de façon erratique ces thèmes éternels que sont la quête de l’âme sœur et du désespoir amoureux. Dans cette narration très clinique et dépourvue d’émotion, avec des personnages figés et en proie à leurs névroses, il y est fait allusion à des attentats bactériologiques alors que le pays semble en état de guerre larvée contre un ennemi invisible, sans que l’on sache exactement de quoi il retourne. Plusieurs meurtres émaillent le récit, renforçant cette atmosphère vaguement inquiétante, sans volonté d’accentuer l’aspect « thriller » mais au contraire en les banalisant. David Boring lui-même échappera miraculeusement à une tentative d’assassinat, dont on ne connaîtra ni l’auteur ni le mobile. De plus, le sexe y est décrit comme triste et l’amour comme source de jalousie hystérique. Bref, si vous souhaitez avoir des réponses sur le sujet, c’est raté, vous n’aurez que des questionnements en plus. Et n’espérez pas mieux goûter la vie après une telle lecture, seuls les éternels insatisfaits ou les désenchantés seront comblés ! Sauf peut-être à la dernière page où émerge une touche d’apaisement, presque trop tard, presque incongrue. En cela l’œuvre s’inscrit sans aucun doute dans le genre alternatif, ce que vient renforcer cette ligne claire en noir et blanc bien trop sage et bien trop cérébrale pour n’avoir pas quelque chose à cacher. Pour résumer, David Boring serait une sorte de Woody Allen jeune sans l’humour.

08/07/2015 (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Comme tant d'autres bouquins, cela faisait longtemps qu'un exemplaire de David Boring trônait dans ma collection avec cette même volonté pour ma part de le l'engloutir très rapidement et de le repousser en même temps par peur d'en être déçu ou exclu. Il faut dire qu'avec un titre pareil évoquant à la fois le leader des Naive New Beaters, celui de David Bowie (dont les consonances orales résonnent comme un miroir) ou tout simplement de l'ennui dont Boring est l'exacte traduction et une couverture peu engageante, je me doutais d'une certaine prise de risques. Daniel Clowes est un de ces auteurs discrets et ô combien talentueux sachant utiliser l'ordinaire de toute situation pour en faire ressortir quelques souvenirs enfouis en chacun de nous. Reste à percevoir quelle sensibilité remonte le plus à la surface après analyse et ce n'est pas forcément ce qui nous honore le plus. David Boring c'est exactement cela, une couverture donc représentant le visage du "héros", à la coiffure classique impeccable, moue triste, deux visages de femmes contrariées, deux flingues pointant vers le lecteur et une ombre ou un fantôme nous représentant une inconnue de dos. Tout est un peu résumé dans cette couverture. Il n'est peut être pas dès lors indispensable d'aller plus loin si elle nous place dans une situation anxiogène car ce sera le cas le long des 3 actes suivants. Et pourtant j'ai trouvé plutôt plaisant le premier acte nous narrant les déboires amoureux d'un jeune homme maigrelet, pas totalement attirant ni sur de lui et partageant ses expériences sexuelles avec sa colocataire lesbienne Dot, la seule personne qui lui sera fidèle d'un bout à l'autre du récit. Sa quête de la femme ultime, David Boring, puisque c'est bien de lui dont on suit les traces, va la trouver dans les premières pages de ce premier acte en la présence de Wanda, une jeune fille à la coiffure d'un autre temps et au postérieur jugé trop imposant selon ses dires. Son départ précipité et sans explications sera donc le point de départ d'une recherche de David Boring, perdu entre une mère trop possessive qu'il fuit et le souvenir d'un père, auteur de sombres comics sans succès, qu'il n'aura pas connu. Cette recherche d'identité sexuelle et de valeurs familiales trouvera une pause vers le refuge d'une petite île vers le second acte où les protagonistes vont se déchirer tel un récit d'Agatha Christie avant de revenir vers le troisième et dernier acte où nombre de questions trouveront leur réponse, pas nécessairement celles que le lecteur attend mais celles que l'on peut trouver soi même dans notre propre vécu avec une part de réflexion ou d'introspection. Aucun des personnages n'est réellement attachant ou fascinant. David Boring subit plus qu'il ne contrôle sa propre existence, portant un regard triste et passif sur son vécu. La voix off qu'il anime lui même permet d'introduire une bonne dose d'humour noir et quelques renvois sur des pages précédentes, des personnages apparaissant ici ou là comme des fantômes pour ne revenir que bien des pages plus tardivement comme les hasards de notre propre existence. La menace d'une invasion terroriste renvoie curieusement à un souffle d'apocalypse. Écrit à la fin des années 1990 et curieusement en avance sur les tristes événements du 11 septembre 2001, Daniel Clowes a simplement posé sur papier les préoccupations toujours légitimes d'ailleurs d'une époque pas si lointaine et d'ailleurs le passage à l'an 2000 se passe bien dans les dernières pages de son David Boring presque comme par défaut sans aucun autre bouleversement. Daniel Clowes, l'air de rien, maitrise toutes les situations de son récit. Son dessin en noir et blanc, juste magnifique, est une succession de regards fuyants comme sa couverture l'évoquait déjà. Ses personnages semblent raides et dénués de vie mais ce n'est pas la faute à son coup de crayon. Sa ligne claire est aussi puissante que celle d'un Burns dont il partage également l'hommage au maitre Hergé (l'arrivée sur l'ile est un clin d’œil à la couverture de l'ile mystérieuse sans aucun doute). On ressort de ce David Boring complètement abasourdi, pas le cœur léger tellement certaines situations renvoient au vécu d'un chacun je suppose. La construction en trois actes complètement différents perturbe un récit se faisant l'hommage de l'ennui, sentiment que je n'ai jamais retrouvé à la lecture tant je m'y suis finalement appliqué à le lire en une seule traite avec plaisir et effectivement il s'agit typiquement d'une lecture pouvant diviser comme rassembler. Assurément David Boring est une grande œuvre de notre époque malheureusement par ailleurs car ses réponses sont ailleurs. A ne pas louper pour le meilleur comme pour le pire.

23/11/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Une amie m'a fait découvrir les Bd de cet auteur dont je n'ai pas tout apprécié. Pour moi, c'est du comics expérimental, en marge des gros comics violents ou de super-héros que j'ai pu lire jusqu'ici, bref des trucs que je ne lisais jamais avant et que je n'aurais sans doute jamais lus si on ne m'y avait invité. Daniel Clowes passe son temps à explorer les tourments intérieurs de ses personnages ; leur incertitude, leur désarroi, leur questionnement les empêchent toujours de grandir ou de s'extérioriser. David Boring, cet étrange garçon obsédé par sa quête de l'idéal féminin et se réfugiant dans un univers de fantasmes, est de ceux-là. Ce récit qui provoque une curieuse et peut-être malsaine sensation, emprisonne le lecteur dans les méandres psychologiques du héros, en déroulant des images parfois assez glauques, mais en utilisant un bon dialogue. A ma grande surprise, j'ai finalement bien réagi devant cet album qui est une démonstration réaliste d'un cas d'asocial torturé psychologiquement et assez minable. Je n'aurais jamais cru pouvoir apprécier ce genre d'histoire. Mais attention, je n'en raffole pas pour autant et je n'ai pas envie de l'acheter pour l'avoir dans ma bdthèque ; lire un récit de ce type, c'est une chose, en lire plus souvent, je ne crois pas que je pourrais parce qu'au bout d'un moment, ça me saoulerait. Mais je suis en fin de compte assez satisfait d'avoir essayé ce genre de comics marginal, ne serait-ce déjà que pour damer le pion à cette amie qui me jugeait trop exclusif dans mes choix. Bon après tout, chacun son truc... Ce qui m'a intéressé dans ce comics, c'est le personnage de Boring complètement détaché de tout, qui ne s'offusque pas à la vue de certains événements, il y a là-dedans une dose de surréalisme assez étrange, avec un type déconnecté de la réalité. Tout ceci est accentué par le dessin de Clowes, au noir et blanc d'une froideur élégante, que je compare à celui d'Adrian Tomine, leurs styles graphiques étant très proches. Un comics original et dérangeant, avec une vraie profondeur, même si c'est quand même pas ma tasse de thé.

18/11/2014 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Oulala, c’est très "boring", en effet. Y a pas à dire, David porte bien son nom. En plus d’être ennuyeux, il est froid, indifférent et distant. David Boring relate sa vie comme s’il était étranger aux événements vécus, un peu à la manière d’un journaliste rapportant un fait divers. Et ce qu’il vit est plutôt spécial. Il y est question d’amour, de mort et de fin du monde. Le dessin est propre et précis mais manque de souplesse. Non, ce qui m’a bloqué, outre la bizarrerie de l’histoire, c’est le ton monocorde du protagoniste principal qui accentue le détachement à ce qu’il vit. A souligner l’excellente qualité d’édition. Si je viens de lire le meilleur de Daniel Clowes, je crois que je vais en rester là avec cet auteur.

24/04/2012 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Etrange et déroutante BD que ce "David Boring" de Daniel Clowes... Mais loin de m'avoir rebuté, j'ai finalement apprécié cette immersion dans un univers qui n'est pas sans rappeler celui de Charles Burns ou la série Le Roi des Mouches de Mezzo et Pirus. David Boring n'a rien pour lui, mais il va pourtant réussir par un jeu de focales et d'événements à titiller notre curiosité de façon constante. Clowes maîtrise bien sa narration et pousse son récit dans des recoins pas toujours reluisants, mais qui étayent parfaitement son histoire. Ajoutez à cela un dessin noir & blanc très particulier mais complètement maitrisé, et vous obtenez une BD de la plus belle facture, comme savent si bien le faire les éditions Cornélius (Encore faut-il adhérer à ce graphisme, j'en conviens.). Alors, si un récit un peu sordide et ce genre de graphisme très proche de Charles Burns ne vous rebute pas, ce "David Boring" devrait vous plaire !

01/10/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Avec Clowes, on sort des sentiers battus. Certes il y a des thèmes récurrents mais l'ensemble se révèle toujours être original. On dirait une histoire pour adolescents mais l'auteur vire rapidement dans le trash avec des morts, du sexe, de l'inceste, etc... L'univers est peu reluisant, le personnage principal est un anti-héros mou et peu charismatique. Pourtant il lui arrive énormément de choses. Il y a un décalage entre l'image qu'il véhicule et les évènements qu'il vit. C'est agréable à lire mais j'ai trouvé le troisième acte décevant. Les deux premiers étaient trop riches pour que l'on ait un final complet. Le dessin est bon, stylisé. Il faut avoir l'esprit ouvert avant de s'attaquer à ce volumineux one shot au risque d'être dérangé par des passages sans concessions. Une bonne lecture mais sans plus à cause d'une fin en dessous.

26/07/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C’est un bien étrange roman graphique que celui-ci. On ne s’attache pas du tout au héros mais on le suit bien volontiers dans ses aventures sexuelles. La narration est volontairement détachée à l’image de ce David Boring qui paraît bien étrange dans ses réactions. C’est à la fois un récit intimiste et légèrement décalé. Il y a une atmosphère de fin du monde où l’on se demande ce que les protagonistes font là. Ce mélange a un peu du mal à passer. Il y a trois parties et j’avoue nettement avoir préféré la première. Il est question également d’assassinat et de tentative de meurtre. On aura droit à des explications ; cependant des ombres demeurent. Les interrogations demeurent… Le scénario est torturé à souhait et les intrigues se multiplient. On aurait aimé plus de linéarité bien que cela soit tout à fait abordable. Néanmoins, je dois bien avouer que ma lecture a été quand même agréable. Les dialogues ne sont pas insipides et il y a suffisamment de mystère pour nous captiver. Et surtout une authenticité dans les relations entre les personnages qui fait du bien. On était un peu en manque de tout cela. La conclusion n’est pas vraiment à la hauteur de cette œuvre originale ou peut-être à contre-courant de ce qu’on pouvait en attendre. Le dessin reste également figé. Cependant, on pourra essayer pour se faire une idée.

13/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Rah ! Pourquoi Thorn n'a-t-elle pas écrit son avis 2 jours plus tôt, avant que j'achète à un prix franchement cher cette BD que je n'ai vraiment pas appréciée ? Car 22 Euros prix éditeur pour s'ennuyer pendant plus d'une heure de lecture, ça fait cher l'addition ! Et maintenant que je lis l'avis de Thorn, je me rends compte qu'on a ressenti cette BD exactement de la même manière. Comme Thorn, je n'accroche pas au dessin. Je le trouve souvent moche, notamment concernant les personnages. Les corps des hommes et des femmes donnent l'impression que tout le monde qui entoure David Boring est moche et laid, de quoi avoir du mal à comprendre les obsessions sexuelles du héros pour telle ou telle femme. Quant à l'histoire, non seulement tout du long je l'ai trouvé aussi "pénible" et "ennuyeuse" que la traduction du mot "Boring", mais au final j'ai également un ressenti d'une histoire glauque et pessimiste. Franchement le genre d'histoire que je n'aime pas lire. Ca m'a fait un peu le même effet que quand j'ai lu Attends de Jason : les originalités narratives en moins, je suis resté sur une histoire que j'estime sinistre et dont l'intérêt global m'échappe totalement, une histoire que j'ai lue en faisant la gueule du début à la fin tant elle ne m'a inspiré ni sourire ni émotion. Je peux néanmoins sortir quelques petites qualités à cette BD. La narration admet quelques originalités par moments, rien de bien transcendant mais pas vraiment de déjà-vu. Le scénario est assez original également par moments car je m'attendais à une histoire simplement intimiste sur la vie privée de David Boring, mais à cela s'ajoute des histoires de meurtres, de fin du monde, d'enquêtes, de huis-clos à la 10 petits nègres, comme le fait remarquer Thorn ci-dessous... Bref, un scénario qui peut surprendre par moments. Mais à côté de ça, le héros n'est pas attachant du tout pour moi, il a un comportement à la fois distant et réfléchi tout en étant un "obsédé de la croupe" (ce sont ses mots) et un obsédé tout court prêt à faire des transferts amoureux sur une femme puis l'autre sans soucis. De même, le scénario aussi parait très distant : on nous annonce la fin du monde, tout le monde qui meurt empoisonné, et la minute suivante, le héros qui a l'air de s'en foutre complètement discute de sa vie sexuelle médiocre avec son oncle. Et c'est sans arrêt comme ça : - son meilleur ami meurt; il pense alors qu'il n'a pas envie de revoir sa mère - son amie lui apprend que la police cherche à le foutre en prison; il va alors chercher son rival amoureux pour retrouver sa petite amie qui l'a plaquée - des terroristes vont gazer la ville; il se dit que le cul de cette femme est bien gras et tombant comme il les aime - il se prend une balle en plein front; il peste alors parce que sa mère tente de le ramener près de lui Et le tout sans que le héros se départisse de son visage d'éternel gamin pessimiste et glauque. Boring... Et déprimant aussi... Et franchement cher pour une telle tranche d'ennui...

04/04/2005 (modifier)
Par Thorn
Note: 1/5

ôO Je n’ai pas l’impression d’avoir lu le même album que celui décrit ci-dessous. Dès le début, le graphisme m’a un peu rebutée. Le trait est à la fois simple et réaliste, et convient vraiment à cette histoire sombre et intimiste, mais les personnages ne sont pas beaux, et les rares fois où leurs visages sont expressifs, il s’agit d’émotions négatives (colère, déprime, ennui). Mais bon, je voulais quand même voir un peu plus loin, et je me suis lancée dans la lecture. Et bien c’est… surprenant. Déjà, la première partie est vraiment « boring ». Ce n’est pas qu’il ne se passe rien, mais c’est tout comme, car ce qui s’y passe nous est conté d’une telle manière, totalement détachée, que même l’histoire d’amour semble arriver à un autre qu’au narrateur. Et pourtant vu comme il est accroché, David pourrait tenter de faire partager un peu de son émotion. Mais non, il décrit tout ce qui lui arrive sur un ton d’objectivité scientifique complètement ennuyeux. Le personnage de son amie est beaucoup plus intéressant, plus vivant, mais pas vraiment exploitée par l’auteur. Puis dans la deuxième partie, on ne peut plus prétendre qu’il ne se passe rien : tentative d’assassinat, menaces de fin du monde, morts mystérieuses en huis clos à la « Dix petits nègres », ... Les personnages sont mieux décrits, l’ambiance devient palpable. Mais rien n’y fait, je n’accroche pas. Tous ces éléments ne suffisent pas à me faire rentrer dans le récit, tellement le personnage central est apathique. Ce narrateur qui ne vit pas sa vie mais se contente de l’observer et de la décrire rend tellement peu crédible ou sans relief ce qu’il nous montre :( C’est dommage, parce qu’entre le portrait psychologique des personnages et la folie du monde décrit, il y avait vraiment quelque chose d’intéressant. La dernière partie m’a plus plu, peut-être parce que Dot y est moins prévisible, peut-être aussi parce que David me semble plus impliqué dans son histoire d’amour. Mais cela ne m’a pas empêché de refermer l’album soulagée de l’avoir fini… Bon voilà, cette BD n’est vraiment pas mon truc. J’ai hésité à poster un avis aussi négatif, vu que je me dis que j’ai dû passer à côté de quelque chose et que cette BD a des qualités évidentes, mais au moins comme ça, le lecteur éventuel de mon avis saura que c’est très particulier comme BD, et en tout cas pas à acheter les yeux fermés. (au fait, je me rends compte que je mets 1/5 à des BD de bien meilleur niveau que d'autres aux quelles j'ai mis 2/5... parce que 2 étoiles, c'est un truc que j'ai trouvé médiocre bien que ça se laisse lire, alors que une étoile, c'est que je n'ai "vraiment pas aimé"...)

04/04/2005 (modifier)