Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (7116 avis)

Par Yann135
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Sangoma - Les Damnées de Cape Town
Sangoma - Les Damnées de Cape Town

Je vous le dis tout de go … cet album est magnifique ! je l’ai découvert un peu par hasard au gré de mes déambulations dans les allées de quai des bulles à St Malo. Une lecture d’un seul trait. Et me voilà scotché littéralement par cette BD. L’histoire est juste incroyable. Et les dessins sont particulièrement séduisants et réalistes. Vous pouvez me croire, je vais régulièrement en Afrique du Sud et en quelques planches je me suis retrouvé à Cape Town sous le soleil au bord de la plage. Bidonvilles, Montagne de la Table, sorcellerie, vignobles sont les ingrédients de ce thriller décapant avec une kyrielle de rebondissements. Ça pulse. C’est brutal. L’atmosphère post apartheid est bien peinte et reflète malheureusement toujours le fossé existant entre les blancs et les noirs. Assurément vous allez attraper un coup de chaud à la lecture de cet album. Les destins s’entrecroisent pour votre plus grand plaisir. Les auteurs tentent de vous aiguiller sur de fausses pistes. Vous reprendrez votre respiration et vous replongerez avec avidité dans votre lecture même si le climat est suffoquant et la cruauté sous-jacente. Délicieuse découverte que je recommande chaudement. Mon coup de cœur du moment.

06/11/2021 (modifier)
Par Josq
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Spirou chez les Soviets
Spirou chez les Soviets

Vu comme Spirou est tombé bien bas, autant dans les épisodes officiels que dans les hors-séries, je n'attendais rien de celui-ci. Pourtant, force est de constater qu'il s'agit d'une bonne surprise ! Si l'album n'est pas exempt de certains défauts, il faut reconnaître qu'aucun album depuis certains Tome et Janry (pas tous, loin de là) n'avait réussi à renouer à ce point avec le style Franquin. A ce titre, l'introduction de l'album est exemplaire. Toute la séquence au château de Champignac et au sein des éditions Dupuis avant de partir pour la Russie fonctionne à merveille. L'humour est typique de ce qu'un Franquin aurait fait, bourré d'allusions bien placées, pas trop lourdes, et le scénario nous immisce dans ce que Spirou et Fantasio a de plus classique, on y prend un plaisir fou. Ensuite, nos héros s'envolent pour la Russie, et là, les deux auteurs prennent la distance nécessaire pour faire un vrai pastiche, mais sans tomber dans la pâle copie. Ainsi, les péripéties prennent le pas sur l'humour (qui reste néanmoins toujours assez drôle), de nouveaux personnages - surtout féminins - sont introduits, et l'ensemble fait mouche. Du côté des reproches, je trouve que le scénario aurait pu être légèrement plus travaillé, mais surtout qu'il manque de scènes d'action alors que les péripéties en appelaient plusieurs qui ne viennent pas. Je pense notamment à l'évasion du camp (je pensais que la couverture annonçait une jolie séquence sur le train, mais non) ou de l'infiltration sur la base de lancement de la fusée. Néanmoins, la fin n'est pas trop décevante, grâce à quelques twists malins et inattendus, légèrement politiques mais pas de manière trop appuyée, typiquement dans la lignée de ce que Franquin aurait fait, mettant à la fois le communisme et le capitalisme face à leurs contradictions. Enfin, il… (lire plus)

05/11/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Scurry
Scurry

Cette BD, étonnant croisement entre Légendes de la Garde et Walking Dead, fut d’abord publiée en ligne, avant d’être imprimée en album suite à une campagne Kickstarter… Delcourt a acquis les droits des 3 tomes parus. Le background postapocalyptique est certes classique, mais vu d’un point de vue original : les humains ont disparu (on apprend pourquoi dans le 3eme tome, même si on devine bien avant), et les souris « civilisées » ayant toujours vécu de leurs déchets se retrouvent affamées et bien désemparées. On retrouve les thèmes habituels au genre : la survie face à l’adversité (les autres animaux plutôt que des zombies), le manque de nourriture et la faim omniprésente, les décisions difficiles pour assurer la survie de la colonie, et les désaccords internes. Les paraboles entre comportements humains et animaux sont subtiles et pertinentes, par exemple les interprétations mystiques des évènements qui les dépassent. La narration est efficace, l’intrigue est prenante, je me suis laissé emporter par l’histoire. La mise en image est très informatisée, et à ce titre me rappelle un peu une autre BD postapocalyptique : Gung Ho. En tout cas les planches ont de la gueule (les animaux sont superbement dessinés), et surtout le trait est très lisible et dynamique. Une série certes classique, mais qui possède beaucoup de charme, grâce notamment à sa galerie de rongeurs attachants. Bon, j’avoue être bon public pour ce genre d’œuvre (j’adore « Légendes de la Garde »). Notez que cet avis porte sur les 3 tomes, puisque l’intégralité de l’histoire est lisible en ligne (en anglais).

03/11/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Bad mother
Bad mother

Si vous ne le savez pas encore, le danger peut surgir de n’importe où ! Prenons cet album. L’histoire se situe dans une zone résidentielle d’une ville quelconque. Il y a des rues larges, des familles avec des enfants qui jouent dans le jardin, des commerces de proximité … Banalité du quotidien. On imagine mal dans un décor aussi ordinaire qu’un malheur puisse se produire. Et pourtant … c’est dans un quartier de ce type qu’un cauchemar va poindre le bout de son nez ! April Walters est une mère de famille. Son existence n’est pas très épanouissante mais elle s’écoule plutôt paisiblement. Du moins jusqu’au jour où sa fille disparait. Deux options s’offrent à elle. S’en remettre à la police ou agir de son côté. Vous avez sûrement compris celle qu’elle va choisir ! Au fil des pages, elle va plonger de plus en plus profondément au cœur d’un monde inconnu dont elle ignore les règles et dominé par une reine du crime. La violence est bien présente. Ca valse dans tous les sens. La maman est prête à tout pour retrouver sa progéniture … et elle sera impitoyable. On ne touche pas à sa gamine ! Les recoins les plus obscurs sont explorés. Vous aurez votre dose de sang bien évidemment. Ca déménage. Suspens garanti même si au final le scénario n’est pas très original. Le graphisme est au top. Ca déchire ! Le découpage est rythmé. Les scènes d’actions sont impressionnantes. C’est du très bon au final cette BD. L’amour d’une mère est sans limite ! Et je peux vous assurer que vous ne verrez plus les quartiers résidentiels de la même manière. Cette virée vengeresse est à découvrir rapidement.

01/11/2021 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Dernier souffle
Dernier souffle

Cette bd est née le 4 août 2018 avec le ressenti de Thierry Martin de lâcher prise. Pour cela il va publier un dessin par jour sur son Instagram et de fil en aiguille ses deux cents dessins vont former ce magnifique album. Nous avons là un bel objet au format italien, lequel vient se glisser dans un superbe étui et ainsi pouvoir se placer sans problème sur une étagère de la bibliothèque. Une narration faite d'un dessin par planche qui aide à s'imprégner de cette atmosphère pesante qui suinte tout le long du récit. Une narration muette qui accentue cette sensation de grand vide de la forêt enneigée. Scénario bâti au fil de l'eau mais qui tient la route. Une traque Impitoyable et violente sous forme de vengeance. Passons au point fort de ce one shot : le dessin. Un trait gras, tantôt fouillé tantôt minimaliste mais d'une beauté à couper le souffle. Un noir et blanc sublimé par des tons bleus/gris. Un noir crasseux. La forêt est lugubre et sauvage. Les visages semi-caricaturaux sont expressifs. Les personnages ont des gueules à faire peur. Bref, je suis là, caché derrière un arbre à regarder impuissant cette tragédie. Une lecture rapide mais j'en ai pris plein les yeux avec de nombreux arrêts sur images. Je ne peux que vous recommander ce voyage au fin fond d'une forêt où le silence règne

27/10/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série A.D. After Death
A.D. After Death

Je continue mon exploration du travail de Jeff Lemire, même si Scott Snyder s’occupe ici du scenario… et je me retrouve carrément dans l’avis de Mac Arthur ! Le format de l’album est déroutant. Il alterne des passages de BD traditionnels (qui racontent le présent) et des passages typés romans / journal intime (qui racontent le passé). La narration est volontairement nébuleuse, et le lecteur rassemble graduellement les pièces du puzzle, jusqu’à arriver à une compréhension (presque) complète. En tout cas l’histoire m’a passionné. J’ai adoré la réflexion sur la mort (et sur le sens de la vie), j’ai beaucoup aimé le mystère ambiant, et la révélation finale a réussi à me surprendre. Je la trouve bien amenée et parfaitement logique. Jeff Lemire est fidèle à lui-même, on reconnait bien son style classieux et ses couleurs aquarelles. Voila, un album original, et une lecture longue et stimulante en ce qui me concerne.

25/10/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Joker - Fini de rire
Joker - Fini de rire

Un album qui contient deux histoires des années 90 mettant en vedette le Joker. Je mets la note maximale pour la première qui est vraiment excellente. J'avoue que la première fois que je l'avais lue, je ne l'avais aimée qu'à moitié. Je trouvais que le récit était un peu trop prévisible: Joker pense qu'il a tué Batman et décide de vivre une vie normale sauf que Batman n'est pas mort et je pense que vous pouvez deviner la suite. L'histoire romantique que Joker vit avec une femme fait cliché, surtout que la femme en question n'a pas une grande personnalité et semble exister uniquement pour qu'on soit triste que le Joker ne soit pas capable de vivre une vie normale. Puis, j'ai relu le récit parce que malgré tout j'adorais certaines scènes et au fil du temps je les relu plusieurs temps avec un plaisir de plus en plus grand au point que je me suis mis à un peu aimé ce que j'ai décris plus haut. Le coté tragique du Joker, qui sans son accident aurait pu être un homme normal et qui ne le peut pas même s'il le voulait, est bien exploité. J'adore particulièrement comment DeMatteis décrit la personnalité de Joker, c'est un Joker que j'aime, à mille lieu du tueur en série pas marrant que l'on voit dans plein de comics modernes. La mise en scène est grandiose et le scénariste maitrise tellement son récit qu'il peut faire des allers-retours dans le temps sans rendre son récit confus. Il reste tout de même quelques éléments qui me font sourciller (Alfred fait rien sauf pleurer, la docteure qui soigne Batman ne semble pas se rendre compte que c'est Bruce Wayne, une personnalité pourtant bien connue), mais le reste est tellement excellent que je m'en moque. Si vous… (lire plus)

28/08/2020 (MAJ le 24/10/2021) (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Pretty Deadly
Pretty Deadly

C'est en fouinant sur ce merveilleux site que j'ai découvert ce petit bijou. Une couverture à couper le souffle. L'intérieur de l'album n'est pas en reste, de la dynamite. Emma Rios nous offre des planches de toute beauté, un trait fin, gracieux et fluide. Un découpage dynamique, de superbes couleurs et une inventivité omniprésente. Graphiquement c'est une tuerie. Kelly Sue Deconnick nous livre un western fantastique avec un scénario dense et complexe. Il faut rester concentré tout le long de la lecture. Chaque chapitre commence par une planche où un lapin et un papillon échangent sur nos héros. Leur conversation continue en voix off tout le long du récit sans alourdir celui-ci. Même si le tome deux n'est pas encore publié en France, je ne peux qu'en conseiller la lecture. Ce premier opus peut se lire comme un one shot.

24/10/2021 (modifier)
Par Benjie
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Gaston Lagaffe
Gaston Lagaffe

Une envie me trottait dans la tête : relire Gaston ! Bon ben, c’est fait ! Un grand moment plaisir, une bonne rigolade de temps en temps (je les ai relus tellement souvent que je les connais par cœur et je ris un peu moins souvent, je l’avoue). J’ai retrouvé avec délectation cet employé de bureau indolent, plus motivé par ses inventions que par les réponses aux lecteurs. J’ai trouvé que cette observation fine du monde du travail résonnait plutôt bien avec le monde d’aujourd’hui, c’est vrai aussi pour la place des animaux. Gaston ne rate pas une occasion de défendre leur cause. Le chat, la mouette rieuse, le poisson rouge et la souris sont traités comme des rois. A la rédaction, ils sont chez eux et aucune limitation de leur liberté n’est pas admise par Gaston. Bref, beaucoup de bonnes valeurs !! Un coup de coeur sans hésiter.

23/10/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
Couverture de la série Meadowlark - Un récit noir et initiatique
Meadowlark - Un récit noir et initiatique

Wouaw!! Ça c'est de la BD et de la bonne en plus. Comme un coup de poing en pleine face et sans concessions. Scénario aux petits oignons et dessin juste parfait. J'ai lu sur un site concurrent que le scénario pourrait se résumer sur un ticket de tram. Que l'on en juge. Jack "Meadowlark" Johnson est un ancien boxeur, petite gloire de ce sport. Il vit séparé de sa femme et de son fils et pour subsister il exerce le métier de gardien dans la prison du comté. Un jour qu'il est venu voir son fils son ex-femme lui subtilise sa voiture puisqu'il n'a pas réglé sa pension alimentaire, il est donc contraint d'aller au travail dans la voiture d'un collègue et son fils Cooper est du voyage. Ce dernier est ravi il va voir son père en action. l'arrivée à la prison se passe bien, mais cela bien sûr ne peut durer. C'est en effet le jour où trois détenus ont choisi de se faire la belle. Inutile de préciser que nos trois lascars sont tout sauf des prisonniers-modèles , ils tapent plus dans la catégorie sérial killer psychopathes. S'ensuit une mutinerie dans la prison, et des poursuites agrémentées de rixes ultra violentes, etc.. Pour ce qui est du ticket de tram l'on repassera. La relation père fils est très bien vue même si elle s'opère et se vit dans un contexte particulier de violence, pour autant elle est très forte et l'on comprend bien la manière dont Cooper quitte l'adolescence pour l'âge adulte. Et puis il y a le dessin véritablement très bon voire éblouissant de Greg Ruth avec un trait réaliste (superbe couverture) sublimé par une colorisation dans les tons beiges. Quelques planches muettes très cinématographiques, bref de la belle ouvrage. Personnellement j'ai été happé par ce… (lire plus)

23/10/2021 (modifier)