Les derniers avis (34602 avis)

Par GREG
Note: 4/5
Couverture de la série Le Grizzli
Le Grizzli

Un sympathique petit polar qui nous ramène dans la France des années 50-60. Plantons le décor : nous sommes en 1967, un braqueur nommé Bébert sort de prison suite à un vol qui a mal tourné. Son butin a disparu, il est persuadé qu'un de ses anciens complices, rangé des voitures, l'a trahi (Un certain Jo). Celui-ci fait appel à deux autres repentis (l'un d'eux étant le fameux "Grizzli") pour l'aider et l'empêcher de visiter sa tombe plus tôt que prévu. Le point fort de la BD, c'est de reprendre tout l'argot de l'époque, mais sans pour autant caricaturer : c'est un peu comme si on visionnait un film de gangsters de l'époque, sans les Gabin, Ventura &co qui cabotinent au milieu. Une expérience plaisante en somme, on sent que les auteurs se sont bien documentés, et les dessins sont assez bien. Le seul bémol, c'est que Bébert et le Grizzli se ressemblent un peu trop à mon goût. Mais ce n'est qu'un petit détail.

23/05/2023 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Europa
Europa

Quand nous voyons Rodolphe, nous voyons souvent aussi Léo ! Un tandem particulièrement incroyable et prolifique. Ils savent y faire les bougres ! Là encore avec cette série le duo est de nouveau réuni accompagné de Zoran Janjetov au graphisme pour nous proposer une nouvelle histoire qui fonctionne parfaitement. Encore une fois ! Aucune appréhension à avoir. Les ingrédients des recettes passées sont toujours là (Alderaban – Antarès – Kenya – Namibia – Amazonie …). Vous avalerez les tomes les uns après les autres. Aucune seconde de répit. Le suspens monte crescendo. C’est merveilleusement bon. L’intrigue est prenante. On navigue entre complotisme et dérives religieuses. Charles Darwin doit se retourner dans sa tombe ! A lire. A découvrir. Vous ne pouvez qu’être séduit. C’est un ravissement je vous dis. Un super voyage séduisant dans l’espace en perspective. Un succès assurément. J’attends le tome 3 avec impatience. J’en redemande !

23/05/2023 (modifier)
Par Charly
Note: 4/5
Couverture de la série Balade au bout du monde
Balade au bout du monde

J'ai récemment plongé dans l'univers envoûtant de "Balade au Bout du Monde". Les quatre premiers tomes de cette série captivante m'ont transporté dans un monde mystérieux et m'ont offert une expérience de lecture des plus palpitantes. Dès les premières pages, j'ai été happé par le scénario astucieusement conçu par Makyo. L'histoire met en scène Garen, un héros solitaire, qui se retrouve entraîné dans une quête épique à travers des terres inexplorées. J'ai été captivé par les rebondissements inattendus et les révélations surprenantes qui ponctuaient le récit, me maintenant constamment sur le qui-vive. Les illustrations somptueuses de Vicomte ont ajouté une profondeur visuelle remarquable à cette aventure. Les détails minutieux des paysages, des personnages et des scènes d'action m'ont immergé dans cet univers fantastique. J'ai particulièrement apprécié le jeu subtil d'ombres et de lumières qui créait une atmosphère sombre et mystérieuse, parfaitement en accord avec l'histoire. Vicomte a su capturer l'essence de chaque personnage et rendre leurs émotions palpables à travers son trait artistique. Cependant, j'ai parfois ressenti une légère confusion dans l'enchaînement des événements et des relations entre les personnages. Certains moments du récit semblaient manquer de clarté, me laissant avec des interrogations temporaires. Malgré cela, la narration fluide et le rythme soutenu m'ont permis de rester immergé dans l'histoire sans trop de difficulté. Dans l'ensemble, ce premier cycle a été une expérience de lecture captivante et immersive. La combinaison d'un scénario astucieux, d'illustrations magnifiques et de personnages intéressants a créé un univers fantastique qui m'a ensorcelé. Malgré quelques moments de confusion, cette série mérite une solide note de 4/5 pour son ambiance envoûtante et son pouvoir d'évasion. Je suis impatient de poursuivre ma balade au-delà du premier cycle et de découvrir ce que le reste de l'histoire me réserve.

22/05/2023 (modifier)
Couverture de la série Les Formidables Aventures de Lapinot
Les Formidables Aventures de Lapinot

À la lecture d'avis aussi divergents je trouve assez amusant que les aventures du petit lapin et de ses amis soient aussi clivantes. Perso, j'ai découvert une série qui m'a beaucoup plu. J'ai lu la série de Trondheim comme un véritable essai moderne sur l'amitié. Le fait de se retrouver dans des époques et des contextes différents confère au récit une valeur universelle assez intéressante. Ces quatre amis et Nadia qui prennent la vie comme elle vient avec leurs personnalités si différentes sont bien touchants et drôles à mes yeux. J'ai trouvé un fort côté poétique dans ces situations banales du quotidien qui cachent souvent des questionnements moraux et philosophiques. Richard, Pierrot et Lapinot abordent chacun à leur manière des questions existentielles profondes : Dieu, la mort, l'éthique, la justice et l'amour parcourent les épisodes de la série. Trondheim y introduit tellement d'humour et de doigté que ce n'est jamais lourd ni ennuyeux. Le graphisme est à l'image du récit. Il vise l'essentiel tout en étant vif, léger et dynamique. C'est un minimalisme si expressif que j'ai n'ai pas eu besoin de plus de détails graphiques pour adhérer à la série. Pour moi cette série est un grand bain d'optimisme dans un environnement qui ne nie pas les difficultés. On peut reprocher quelques épisodes inégaux mais je me suis régalé de mes lectures.

22/05/2023 (modifier)
Par Charly
Note: 5/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Silence
Silence

"Silence" est une véritable pépite de la bande dessinée. Cette oeuvre magistrale m'a captivé et émerveillé avec son mélange unique de chronique paysanne, d'onirisme et de fantastique. L'histoire nous transporte dans le village fictif de Beausonge, immergé dans l'atmosphère envoûtante de l'Ardenne. Au coeur de cette aventure se trouve Silence, un jeune homme muet au cœur pur, qui devient l'homme à tout faire de l'odieux Abel Mauvy. Mais à travers sa rencontre avec une sorcière aveugle, Silence découvre ses origines et les raisons de se venger de son maître tyrannique. Ce qui rend "Silence" si exceptionnel, c'est le talent artistique de Comès. Son trait graphique en noir et blanc est d'une beauté saisissante, utilisant habilement les contrastes et les jeux d'ombre pour créer une ambiance sombre et mystérieuse. Chaque page est une véritable œuvre d'art, avec des détails minutieux et des expressions émotionnelles qui transpercent l'âme des personnages. Les personnages de "Silence" sont profondément complexes et nuancés. Silence lui-même est un protagoniste attachant et vulnérable, dont la force réside dans sa pureté et son innocence face à la cruauté du monde. Abel Mauvy, en tant qu'antagoniste, incarne la brutalité et la méchanceté, créant un contraste saisissant avec Silence. Les autres personnages, tels que la sorcière aveugle Sara et le mystérieux Blanche-neige, ajoutent des dimensions fascinantes à l'histoire, apportant des éléments de destinée, de vengeance et de quête d'identité. Au-delà de l'histoire captivante, "Silence" explore des thèmes profonds tels que l'intégration sociale, la superstition et les relations familiales. Comès nous invite à réfléchir sur la nature humaine, la dualité entre le bien et le mal, et les chemins tortueux de la destinée. Tout en étant ancrée dans la réalité paysanne, l'histoire bascule dans le fantastique, offrant une dimension onirique qui transcende les limites de la bande dessinée.

21/05/2023 (modifier)
Par Charly
Note: 4/5
Couverture de la série Les Démons d'Alexia
Les Démons d'Alexia

"Les Démons d'Alexia" est une série de bande dessinée belge qui captive les lecteurs avec son intrigue mêlant mystère, exorcisme et magie. Cette série en trois cycles offre une aventure palpitante centrée autour d'Alexia, une jeune femme douée dans l'art de l'exorcisme. L'histoire débute avec le recrutement d'Alexia par le CRPS (Centre de Recherche des Phénomènes Surnaturels), une organisation secrète chargée de protéger le monde des forces occultes. Dès le premier album, l'existence de sorcières maléfiques et de phénomènes surnaturels est révélée, plongeant Alexia dans un univers sombre et mystérieux. Le premier cycle de l'histoire présente une intrigue captivante où Alexia découvre ses propres origines et le pouvoir qui sommeille en elle. Les liens familiaux et l'héritage ancestral ajoutent une dimension intéressante à l'histoire, renforçant le développement du personnage principal. Les personnages de la série sont bien développés et complexes. Alexia, en tant qu'exorciste et sorcière, fait face à des dilemmes moraux et à des conflits intérieurs, ce qui rend son évolution tout au long de l'histoire fascinante. Les relations entre les personnages, tels que Paolo Capaldi, Bérénice et Harold Pleston, apportent également une dynamique intéressante à l'ensemble de l'intrigue. L'univers créé par les auteurs est riche en détails et en références historiques, notamment avec les sorcières de Salem. L'utilisation d'un mélange de fiction et de vérité donne une dimension authentique à l'histoire et renforce l'immersion du lecteur. Bien que "Les Démons d'Alexia" soit une série passionnante et bien construite, quelques moments de l'intrigue peuvent sembler complexes et nécessiter une attention particulière de la part du lecteur pour pleinement les apprécier. Cependant, cela n'entrave pas l'expérience globale et ajoute même une certaine profondeur à l'histoire.

21/05/2023 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
Couverture de la série Un loup pour l'homme
Un loup pour l'homme

Début du 20e siècle, dans une riche propriété rurale, le maître des lieux tente d'abuser de sa servante et la tue quand elle se rebelle, masquant sans vergogne son forfait sous la forme d'un suicide. La fille de cette dernière se retrouve alors bannie et forcée de vivre en pleine nature. Huit ans plus tard, elle a grandi et en veut toujours au meurtrier de sa mère mais elle s'est bien adaptée à la vie sauvage, notamment grâce à l'aide du jeune mécano de la propriété qui vient lui apporter des cadeaux régulièrement. Mais entre le vil propriétaire terrien, son fils tout aussi jaloux, et ces loups de plus en plus menaçants, la situation ne va pas en rester là. Un loup pour l'homme est un récit fantastique assez classique sur le fond. Une histoire de vengeance, de malédiction et... le spoiler ne tiendra pas très longtemps, de lycanthropie. L'aspect fantastique de l'intrigue est assez rapidement dévoilé dans l'album mais c'est pour mieux prendre le lecteur par surprise quand il découvre qui est qui. Le dessin de Valérie Verney est tout à fait agréable. Elle avait déjà réalisé La Mémoire de l'eau avec Mathieu Reynés et on se retrouve ici dans une ambiance assez proche de secrets enfouis et de surnaturel. Les décors forestiers, les couleurs et les personnages sont tous bien réussis ici. Seuls les bâtiments sont un peu simples sur la forme, mais ils sont rares et ça n'a rien de dérangeant. C'est un joli album, avec une belle couverture aussi d'ailleurs. L'histoire est prenante, légèrement convenue mais elle réussit toutefois à surprendre une ou deux fois. Je suis heureux que le scénario ne suive pas quelques chemins trop attendus. Il évite notamment la jalousie basique de la fille du propriétaire amoureuse du héros qui voudrait se venger sur celle qu'il aime vraiment. Et la fin n'est pas non plus celle que j'imaginais, ce qui aurait été trop prévisible. Je n'ai pas été totalement emporté par l'histoire, notamment car dans l'ensemble, elle a bien des aspects déjà-vus, mais je l'ai parcourue avec plaisir, admettant sans hésitation que c'est une BD de belle qualité tant pour son dessin que pour la bonne tenue de son intrigue. Note : 3,5/5

21/05/2023 (modifier)
Par Benjie
Note: 4/5
Couverture de la série Nevada (Delcourt)
Nevada (Delcourt)

A l’heure où sévit la prohibition américaine, Nevada travaille pour Hollywood pour lequel il est chargé de ramener vers les studios des acteurs et des actrices qui oublieraient un peu vite qu’ils ont signé un contrat qui les engage. J’ai trouvé le premier tome vraiment très bon. Le héros (ou plutôt anti-héros) est bien planté, le scénario bien maitrisé et le dessin de qualité. Les deux tomes suivants continuent d’aiguiser notre curiosité autour de l’histoire des deux héros principaux et d’un troisième personnage bien mystérieux. Dans le tome 4, on commence à comprendre les dessous de l’affaire. Les personnages secondaires ont de vrais caractères, un parcours dramatique bien écrit et ils donnent de l’épaisseur au scénario. Du côté du dessin, on est dans l’ambiance. Chaleur et poussière sont au rendez-vous pour un résultat réussi.

20/05/2023 (modifier)
Couverture de la série Par la force des arbres
Par la force des arbres

Crise de la quarantaine ? Burn-out ? Dépression ? Edouard Cortès est dans une impasse. Désespéré, il est plus proche du suicide que d’un nouveau départ. Il décide alors de trouver refuge dans un arbre, au cœur de la nature. Le temps d’un printemps, le temps d’une renaissance, le temps de prendre le temps, de revenir à l’essentiel, à la nature qui nous entoure… Le temps surtout de délier ces nœuds qui lui tordent l’estomac. Ce récit autobiographique a été agréable à lire. Edouard Cortès est un être sensible et cultivé. Son écriture est travaillée, riche. Son besoin de se recentrer sur lui-même l’ouvre à l’infiniment proche et lui permet de nous montrer ce qui, pour lui, est essentiel à cet instant de sa vie, alors que tout lui paraît vain, même sa propre existence. Dominique Mermoux nous propose des planches agréables à lire. Elles illustrent parfaitement le long monologue d’Edouard Cortès. Elles délivrent surtout de très beaux dessins naturalistes. Oiseaux, insectes et autres habitants de la forêt sont joliment croqués. Durant ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que, moi aussi, j’aimerais faire ça : prendre le temps quelques mois de pouvoir regarder la vie passer, de réfléchir au sens que je donne à la mienne, dans un grand dénuement mais sans contraintes financières ou matérielles. Vivre l’instant présent, ne pas penser aux problèmes accumulés, ne pas angoisser sur un avenir insaisissable… C’est vraiment une belle expérience que nous fait partager Edouard Cortès, qui parlera très certainement à beaucoup de monde. En tous les cas, elle m’a parlé, à moi.

20/05/2023 (modifier)
Couverture de la série Les Vous
Les Vous

J'ai trouvé beaucoup de qualités à cette série ado bien réussie. Pourtant je suis assez sévère avec la littérature BD ado qui nous abreuve de situations souvent peu crédibles et coupées du monde adulte. Comme souvent quand le scénario adapte un roman, ici celui éponyme de Davide Morosinotto, j'ai perçu un cadre narratif solide et travaillé. Le décor de ce petit village alpin italien nous invite à une sorte de monde en huis clos où les secrets restent entre soi. Une situation initiale bien stable avec des ados et des adultes aux personnalités bien établies dans leur routine quotidienne. Cette routine va être bouleversée par l'arrivée d'étrangers humains et extraterrestres. Cela permet d'installer une ambiance intimiste ado (langage, séduction, transgression ou rapport avec l'autorité parentale) et une ambiance fantastique dans laquelle nos jeunes héros se coulent parfaitement. Contrairement à Ro j'ai bien aimé le rôle du méchant solitaire et alcoolique que je trouve assez convaincant. Le scénario est construit pour rendre crédible une montée dramatique qui autorise plusieurs finals possible. Il faut évidemment accepter le parti pris fantastique à la E.T pour rentrer dans l'histoire, mais j'ai trouvé la narration suffisamment aboutie et fluide pour me laisser porter par le récit. J'ai découvert le très beau graphisme de Nicolas Pitz dans Sombres citrouilles. L'auteur a un vrai talent pour dessiner des ados qui soient des ados et pas des pseudo enfants d'une dizaine d'années trop précoces. Tout dans le trait des expressions, des gestuelles et des attitudes corporelles tombe juste pour cette tranche de 14-16 ans. Pitz est pile dans l'esprit du récit de Morosinotto ce qui renforce la cohérence de la série. Il est a noté que Pitz excelle dans les scènes nocturnes et les transparences d'êtres "invisibles". De plus le choix de ce petit village italien permet une mise en couleur vraiment agréable et en harmonie avec l'histoire. En conclusion une bonne lecture pour ado qui allie aventure, suspens, ouverture et valeurs positives.

20/05/2023 (modifier)