Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (31755 avis)

Par Yann135
Note: 4/5
Couverture de la série Melvile
Melvile

Voilà deux albums exquis qui peuvent se lire indépendamment, même si Melvile, un bled paumé on ne sait pas trop où, est le lieu commun aux deux récits. Particularité originale, ces deux histoires sont accompagnées d’une bande son, la réalité augmentée, accessible via un QR code. Voilà un bonus sympathique à découvrir pour titiller vos oreilles. Le graphisme est particulièrement réussi avec une colorisation sépia alternant le froid et le chaud. Le mot juste serait envoutant ! Une réussite indéniable. L’atmosphère oppressante voulue pour ces deux albums est une prouesse visuelle bluffante. ---------------------------------- L’histoire de Samuel Beauclair : un romancier en panne d’inspiration retourne dans la maison de son père, perdue au milieu des bois, avec sa jeune épouse enceinte. Il espère que ce lieu si riche en souvenirs va lui permettre de retrouver un second souffle. Mais ses démons l’habitent toujours. Suspens assuré et dénouement inattendu. Un final de haute volée que je n’ai pas vu venir. ---------------------------------- L’histoire de Saul Miller : un retraité, ex astrophysicien renommé, vit paisiblement dans sa maison recluse dans la forêt. Son quotidien il le partage avec une petite fille qu’il aide pour ses devoirs. Tout serait parfait, si des chasseurs inquiétants ne rodaient pas autour de sa propriété. Les altercations sont nombreuses. Le décor est planté. Ca va partir en cacahuète pour notre plus grand plaisir ! Un thriller grandiose alambiqué admirable. ---------------------------------- Deux histoires, un seul lieu. Une immersion dans une forêt séduisante. On plonge avec délice dans la paranoïa des personnages. Nous sommes à la frontière du fantastique. Visuellement vous serez scotchés. Vous pouvez y aller ! Vous pouvez vous perdre à Melvile et je suis sur que cela va bien se passer.

16/05/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
Couverture de la série Forçats
Forçats

J’adore ! Voilà une bande dessinée instructive particulièrement réussie. C’est l’histoire d’Eugène Dieudonné accusé à tort d’être un membre de la bande à Bonnot. Il est dans un premier temps condamné à la peine capitale avant que Raymond Poincaré commue sa peine en travaux forcés à perpétuité au bagne de Iles du Salut en Guyane. Les conditions sont horribles. Sa vie est un enfer. Son seul espoir ? S’évader pour fuir ce cloaque putride. Il sera finalement gracié après les campagnes d’Albert Londres venu à sa rencontre. Nous sommes immédiatement sous le charme de ce journaliste d’investigation. Sa pugnacité et sa volonté de justice est juste incroyable. Quel homme cet Albert ! Il respire l’honnêteté, la respectabilité et la bienveillance. Et peu importe les conséquences. C’est grâce à ses articles dénonçant le scandale carcéral de la Guyane dans le petit parisien, que les autorités françaises ont décrété le glas du bagne. Je regrette un peu d’avoir découvert ce diptyque à travers l’intégral en noir et blanc. Je pense que j’aurais encore mieux apprécié le récit dans sa version colorisée mais bon, je vous rassure, cela ne fait pas trop mal aux yeux. Avec cette histoire, on tergiverse entre le récit historique et récit d’aventure. Et vous savez quoi ? c’est juste magnifique d’avoir en parallèle le travail effectué par Albert Londres et d’un autre côté le quotidien nauséabond d’Eugène Dieudonné. Que dire de plus si ce n’est que de vous précipiter sur cette série que je recommande chaudement.

16/05/2021 (modifier)
Couverture de la série Le Patient
Le Patient

L'auteur réussit à créer une atmosphère trouble entre les différents personnages. Des touches d'érotisme malsain, des liens familiaux dysfonctionnels, des vies brisées se mélangent dans le département de rééducation de cet hôpital. Le tout est mené au rythme d'une enquête longue, des flashbacks du héro, des péripéties présentes, qui dévoilent lentement l'intrigue. C'est une lecture prenante qui au final doit plus à l'ambiance et au mystère entourant les protagonistes qu'à l'enquête policière.

16/05/2021 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 4/5
Couverture de la série Les Délices d'Aphrodite
Les Délices d'Aphrodite

Bonne petite BD sans prétention autre que de nous faire rire et sourire. Celle-ci n'est pas à mettre dans toutes les mains, le sujet étant assez adulte, mais point de grosses cochonneries, rien de pornographique. C'est gentiment coquin et c'est très bien ainsi. Avec cette histoire de déesse parachutée (disons-le ainsi) sur terre, ignorante des us et coutumes modernes, découvrant les joies d'Internet et de l'épilation, vous comprendrez aisément qu'il ne faut pas trop être pointilleux sur la vraisemblance. Le but est de s'amuser avec ces petits strips qui s'enchaînent pour raconter toute une histoire. Les 3 autres colocataires ne sont pas tristes non plus dans leur genre respectif. Graphiquement, c'est mignon tout plein et très lisible. L'auteur/dessinateur sait dessiner les courbes féminines, ce qui n'est pas un mal dans ce genre d'histoire. Parfois les arrière-plans sont un peu vides, mais dans ce genre d'histoire, on ne demande pas la même précision historique pour un Alix ou un Jhen... Léger reproche sur des visages qui changent parfois un peu. Bref un bon moment ! Un double achat que je ne regrette nullement ! A quand le volume 3 ? (mais j'ai des doutes)

14/01/2016 (MAJ le 16/05/2021) (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5
Couverture de la série S.O.S. Bonheur
S.O.S. Bonheur

C'est un peu suite à cette période de crise sanitaire que j'ai décidé de sortir de mes étagères et relire la série SOS Bonheur. J'avais le souvenir d'un récit basé sur le contrôle abusif des faits et gestes du citoyen, de méthodes de préventions sanitaires excessives et de diverses élucubrations qui font étonnament un peu penser à ce que l'on vit actuellement. Alors certes, nous n'y sommes pas encore à 100 %, heureusement, mais la situation actuelle reste inquiétante, on vit quand même dans un monde de plus en plus bizarre. Tout en parcourant la lecture, je me suis posé des questions sur l'état d'esprit de Van Hamme lors de l'élaboration de son histoire. Où a-t-il été cherché toutes ces idées ? Sont-elles le fruit de son imagination fertile ? A-t-il été influencé par la lecture d'oeuvres diverses ? Cela restera un mystère d'auteur mais il n'en reste pas moins que ces pensées visionnaires sont toutes plus pertinentes les unes que les autres. Plusieurs fois, j'avais le sourire jaune en coin face à ce scénario tordu et pourquoi pas plausible dans le pire des cas. Croisons les doigts que le bon sens humain l'emporte sur des dérives étatiques qui peuvent s'avérer dangereuses et irréversibles. Mais que dire de ce chapitre où à défaut de ne pas souscrire à une assurance et surveillance santé, de vouloir garder sa liberté, une des protagonistes se retrouvent rejetée du système sans le droit au soin médicaux. Le chapitre sur les vacances nationales organisées par l'Etat et la fin des libertés sur l'organisation de nos propres vacances annuelles. Le chapitre sur la régulation des naissances avec l'abandon d'enfants....Les concepts décrits par Van Hamme à travers trois tomes valent le détour et je vous laisse le soin de les découvrir si ce n'est encore fait, certaines font vraiment froid dans le dos et laissent bien songeur. Le dessin de Griffo accompagne tout cela à merveille, son trait à la bonne idée de ne pas trop faire dans le séduisant et ses couleurs froides n'édulcorent pas la gravité des thèmes abordés. Un premier cycle génial. 28 ans plus tard, les éditions Dupuis ont décidés de repartir pour une saison 2 avec cette fois-ci, Stephen Desberg au scénario et je dois dire que les sujets décrits sont tout aussi interpellants, fous et potentiellement crédibles (préférence nationale, discrimination, isolement des étrangers dans des cités à l'écart de la grande ville, milices privées...) Seule, la conclusion m'a parue beaucoup plus faible et pas à la hauteur de celle de Van Hamme. Le dessin est toujours de Griffo mais la qualité a baissé drastiquement, dommage.

15/05/2021 (modifier)
Par fuuhuu
Note: 4/5
Couverture de la série Berserk
Berserk

Enfin je suis à jour dans ma lecture de ce manga dont j'avais tant entendu parlé. C'est le genre de manga où il est difficile d'arrêter sa lecture. Le genre de manga dont on rêve encore la nuit. Le genre de manga dont on parle à la pause clope/café/ jus de fruit/mariokart/ce que vous voulez. Le genre de manga dont on est profondément dégouté de certaines scènes. Le genre de manga dont les dessins nous scotchent, tellement ils sont travaillés. Le genre de manga dont certaines scènes sont tellement épiques et mémorables que je m'en souviendrais toute ma vie. Le genre de manga où le héros donne une véritable définition au mot "badass". Le genre de manga qui te fait ressentir une immense palette d'émotions dont les deux premières qui me viennent en tête sont la haine et la tristesse. Le genre de manga qui arrive à nous faire vraiment rire, tout en restant adulte et mature. Bref, c'est le genre de manga qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie. Même ma femme l'a lu et adoré, alors qu'elle ne lit jamais de manga. Si je ne met "que" 4 étoiles, c'est à cause du fait que la série tire à rallonge, elle surfe un peu trop sur son succès et donc la série perd en intérêt. Il est grand temps que l'auteur mette un terme à son histoire. Mais noter bien que les tomes 4 à 14 font partie des meilleurs mangas que je n'ai jamais lu. Je crois que je relirai cet arc au moins une fois par an. 4 étoiles MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

15/05/2021 (modifier)
Couverture de la série Jours de sable
Jours de sable

Voilà un excellent album ! Tout d’abord, il y a le thème. Aimée De Jongh nous plonge en plein Dust Bowl durant la grande dépression, et cet univers est de ceux qui m’ont toujours hypnotisé. De plus, elle s’appuie sur un personnage de photographe. Or les photographies d’époque sont pour beaucoup dans ma fascination pour ce lieu et cette période, et comme elle agrémente cet album de plusieurs photographies (qui ouvrent chaque chapitre et illustrent le dossier de fin d’album), le charme opère on ne peut mieux. Ensuite, il y a le dessin et la mise en page. Exceptionnels ! Je n’ai pas d’autre mot. Non pas qu’ils soient d’une finesse hors norme mais Aimée De Jongh a réussi à retranscrire le caractère désolé, fantomatique, aride, et bien entendu poussiéreux de cet univers tout en gardant une pureté et une lisibilité sans faille dans son trait. L’ensemble est très agréable à lire comme à regarder, l’artiste nous plonge vraiment au cœur de son univers, et comme elle prend son temps (280 pages, tout de même !) pour nous raconter son histoire, les grandes illustrations s’enchainent pour nous immerger encore plus au cœur du récit. C’est bien simple : une fois ma lecture entamée, il m’a été impossible de l’abandonner avant la dernière ligne du dossier de fin d’album. Cet album est d’un point de vue graphique, fluide et élégant. L’aspect historique est également intéressant puisque Aimée De Jongh s’appuie sur des faits réels pour construire son intrigue. Le récit y gagne donc encore en authenticité tout en éclairant cette époque sous un angle original (et au passage, il rend un bel hommage au travail des photographes mandatés par la FSA). Finalement, seule l’intrigue centrale reste un cran en dessous. Non pas qu’elle soit mauvaise mais elle est cousue de fil blanc. Les rebondissements sont très prévisibles et, par conséquent, le final ne prend pas autant aux tripes qu’il aurait pu. Mais rien que pour l’univers, la qualité du dessin et de la mise en page et l’aspect historique du récit, c’et album est hautement recommandable.

15/05/2021 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série La Fée Assassine
La Fée Assassine

Oh le bel ouvrage tout en délicatesse que voilà. Enfin "délicatesse", il faut le dire vite car cette histoire va faire preuve d'une violence assez inouïe mais je n'en dirai pas plus... J'entends par "délicatesse", la façon dont est racontée l'histoire tout en subtilité et surtout la beauté du trait d'Olivier Grenson ainsi que sa manière de représenter ses personnages. J'aime m'attarder sur leurs gestes, leurs regards expressifs, touchants parfois terrifiants suivant les circonstances et leurs postures justes qui communiquent beaucoup de chose en ce qui me concerne. Je ressens cela aussi avec le style de Servais, c'est ainsi, question de sensibilité personnelle sans doute. Grenson avait déjà fleurter avec le drame psychologique dans La Femme accident parue au éditions Dupuis en 2008 et il récidive ici en compagnie de son épouse Sylvie Roge dont c'est la première bande dessinée. Pour une première, c'est assez réussi, la lecture se fait sans accroc, la mise en scène est soignée, claire et la tension dramatique monte de plusieurs crans au fil de la lecture. Celle-ci est fort attractive, on apprend à connaître doucement les divers protagonistes, on se prend d'affection pour eux, particulièrement ces deux soeurs jumelles qui paraissent si réelles et on se dit que cette histoire a déjà dû exister de par le monde. Il suffit de voir les faits divers dramatiques du quotidien. Par ailleurs, les thèmes abordés sont vastes et finement élaborés, il est question de l'enfance, de l'amour fraternel, du rejet parental avec toutes les frustrations qui en découlent... les choses de la vie en somme. Ce n'est pas un énième récit larmoyant, cela va plus loin et les auteurs évitent la caricature qu'on peut parfois rencontrer dans le style "drame sociale". Coup de cœur pour moi car la fin possède une belle force émotionnelle.

15/05/2021 (modifier)
Par Ubrald
Note: 4/5
Couverture de la série Retour sur Aldébaran
Retour sur Aldébaran

Bon bah moi, j’adore ! Cela fait au moins 15 ans que j’ai lu les cultissimes Aldébaran, Bételgeuse, Antarès et je m’aperçois que le charme des bd de Léo opère toujours sur moi. Je viens de lire cette histoire complète en 3 tomes (heureusement qu’il y a un résumé des cycles précédents sur le T1 sinon j’aurais été complètement paumé) et c’est comme si je n’avais jamais quitté Kim et les autres, j’ai eu plaisir à les retrouver. Ses récits d’aventures extra-terrestres me font toujours énormément voyager, si ce n’est rêver (parce qu'il n'y a plus de terre vierge à explorer sur Terre), avec ses intrigues, ses univers et créatures totalement exotiques, vénéneuses et improbables. J’ai manifestement un point commun avec lui, une aversion totale des religions ultra prosélytes, dogmatiques et liberticides, parce que c’est un sujet d'actualité et récurrent dans ses bd. J’aime bien aussi le fait qu’il n’y ait pas que 2 ou 3 personnages principaux mais toute une galerie. Voilà, son cocktail aventure en jungle matinée de science-fiction extra-terrestre m'a de nouveau séduit ! Je me retrouve totalement dans l'avis d'Agecanonix sur Survivants - Anomalies quantiques qui dit ne pas faire attention aux petites imperfections pouvant être relevées, que l'important c'est de prendre plaisir à lire une bonne histoire et que de ce point de vue là, Léo est un formidable conteur et sait toujours nous accrocher. Après, rapport à la suggestion SF de la BD quant aux origines de l'homme, cela me rappelle la lecture de l'intéressant livre "Le Serpent Cosmique" de l'anthropologue canadien Jeremy Nardy, ou il cite des scientifiques pour lesquels le brin d'ADN ne pouvait pas être le fruit biologique d'une évolution naturelle terrestre et avait donc une origine extra terrestre...bon on y croît ou pas...ce n'est pas darwiniste...

15/05/2021 (modifier)
Par PAco
Note: 5/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Célestin et le coeur de Vendrezanne
Célestin et le coeur de Vendrezanne

Ahhhhh !!! Quel plaisir de retrouver cet univers unique qu'est en train de développer Gess au fil des tome ! J'avoue que ce plaisir ne va que grandissant tant l'envergure et la richesse de ces contes de la Pieuvre s'intensifient et se répondent ! Avec ce troisième opus, c'est donc Célestin que nous allons suivre et découvrir. Jeune orphelin, il trouve du boulot à l'auberge de la Pieuvre où il évolue au milieu de cette arène de façon innocente, personne n'étant au courant de son don rare et un peu particulier : celui de Discerneur. Il est capable de voir la vraie nature des gens... Mais l'Oeil, une des quatre personne à la tête de la Pieuvre est sous la coupe d'une malédiction, celle du Coeur de Vendrezanne, qui lui fait perdre tous les enfants que sa femme met au monde. Rien n'y fait, malgré une surveillance serrée de l'être à l'origine de cette malédiction et une troupe armée jusqu'au dents, le drame se répète... Jusqu'au jour où découvrant par accident le pouvoir de Célestin, ce dernier va tenter de mettre un terme à cette malédiction et changer à jamais la face de la Pieuvre... Que c'est bon de se laisser bercer par un album aussi singulier, mêlant avec bonheur les influences et les genres, les références historiques et littéraires pour réussir cette parfaite alchimie que je recherche dans toute série culte qui se respecte. Car oui, avec ce 3e opus, pas de doute, j'ai là une série qui rentre avec plaisir dans mon petit panthéon des séries "cultes" sur BDthèque. Que ce soit l'inventivité dont elle fait preuve au niveau scénario et le graphisme si particulier mais tellement adéquat à l'univers que Gess développe, je suis sous le charme et j'en redemande ! Longue vie à la Pieuvre et à cet univers tentaculaire mais excitant que nous livre Gess au fil des tomes !

15/05/2021 (modifier)