Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Démon

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Et si l'une des 4 religions majeures n'avait jamais existé...


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens L'Atlantide Les Roux ! Les Uchronies

En l’an 1213, l’Atlantide est découverte par des marins, révélant de nombreux trésors et recélant autant de mystères. Car si un volcan n’a pas détruit cette cité, quel mal a donc pu décimer la population ? Deux ans plus tard, la France est touchée par un fléau maléfique ramené par ces mêmes marins, bientôt surnommé le Mal des esprits. Alaric, jeune membre des Missi Dominici, l’armée de l’Empereur, se retrouve confronté à cette épidémie qui ravage la population, faisant perdre la raison à ses victimes. Devant enquêter sur la mort d’un prêtre à Carcassonne, Alaric va plonger peu à peu dans les ténèbres.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Février 2012
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Plus de 2 ans
Couverture de la série Démon
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

21/02/2012 | Pasukare
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Depuis le début du "Clan des Chimères", je suis de près le parcours de Michel Suro. Continuant son exploration de l'univers des Stryges, il se lance également dans cette série, avec un féru de paranormal, Richard D. Nolane. Il est vrai que l'introduction, avec ces personnages qui posent les pieds sur ce qui semble être la légendaire Atlantide, est assez prometteuse, et disons-le, inattendue. Le récit fait ensuite un bond dans le temps et l'espace, et nous sommes dans le sud de la France, au sein d'un comté aux prises avec le Mal des damnés... Pas de lien apparent entre ces deux fils narratifs, et même si la fin de l'album laisse apparaître quelques éléments, elle laisse le lecteur un peu frustré. Bizarrement cette structure narrative -et les sujets abordés- m'ont fait penser à la série Nicolas Eymerich Inquisiteur. Cependant c'est plutôt bien construit, on sent que le personnage d'Alaric a du potentiel. Au tome 2, qui est sorti plus de 5 ans après le premier, l'intérêt s'est un peu émoussé, même s'il se passe pas mal de choses, avec la résolution du Mal des Esprits et une alliance entre le Vatican et le Diable lui-même. Cela va vite, trop vite. On a la nette impression que Richard D. Nolane a dû boucler sa série en deux tomes plutôt qu'en trois, et du coup tout m'a semblé un peu artificiel... J'espère toutefois revoir Alaric de Rhedae revenir dans d'autres aventures... Pour en revenir au dessin, je trouve que Michel Suro a encore franchi un cran. Son trait est beaucoup plus assuré, il a perdu quelques tics graphiques qu'il avait encore sur Le Siècle des Ombres, et cette progression fait de lui l'un des meilleurs dessinateurs de l'époque médiévale à l'heure actuelle. On sent qu'il s'éclate à dessiner des châteaux nimbés de brume, des costumes de chevaliers ou des culs-de-basse-fosse. Ca fait plaisir.

04/04/2012 (MAJ le 03/03/2019) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette série se présente d'emblée comme une uchronie, une France moyen-âgeuse parallèle où le saint empire franc de Charlemagne a survécu jusqu'au 13e siècle ainsi que ses Missi Dominici, où les mongols de Gengis Khan ont pris le pas sur les Arabes en Terre Sainte et où les ruines de l'Atlantide pourraient être trouvées au milieu de l'océan. C'est un récit médiéval-fantastique mettant en scène un enquêteur officiel de l'Empereur aux prises avec une maladie tenant de la possession démoniaque, une haine communautaire entre Catholiques, Cathares et Juifs, et un meurtre mystérieux dont bien des gens cherchent à lui cacher les tenants et aboutissants. Le tout est servi par un dessin plutôt agréable malgré quelques drôles de perspective et un réalisme un peu approximatif dans les décors. Les couleurs aussi sont un peu étranges et peu vraisemblables. Mais le tout se lit bien donc je n'ai pas trop de reproche à leur faire. Au niveau narratif, la lecture est fluide et coule bien. Je n'ai pas trop apprécié cependant les pensées de certains personnages apparaissant dans des bulles çà et là au long de l'album qui donnent un côté un peu artificiel ou naïf à la narration. Il y a aussi quelques petites facilités notamment plusieurs évènements importants qui se déroulent pile quand le héros arrive dans un nouvel endroit, comme par hasard. Hormis cela, le scénario tient quand même bien la route et la lecture est assez prenante. Je ne sais pas ce que donnera la suite, si elle existe un jour, mais c'est pour le moment une BD divertissante et attisant plutôt la curiosité du lecteur que je suis.

24/05/2012 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Voici une petite série pas inintéressante qui débute, mais qui s'est avérée un peu frustrante pour moi tellement la part laissée au mystère de l'Atlantide est faible alors que le thème, dans lequel on plonge dès la première page, m'avait séduite d'emblée. Il est question ici d'une épidémie du mal des esprits, mal qui affecte irrémédiablement celui qui en est victime et le rend fou, et qui serait donc en rapport avec de surprenantes découvertes faites deux ans plus tôt par une expédition ayant découvert les ruines de l'Atlantide. C'est du moins ce que laissent supposer les dernières pages de ce premier tome qui bouclent, "enfin" serais-je tentée de dire, la boucle avec son introduction. Le héros de l'histoire, Missus Dominicus incorruptible et fraichement "diplômé", va tenter d'éclaircir le mystère qui plane autour de cette épidémie et qui, de surcroît, a touché aussi sa jeune sœur. Ce personnage n'est pas d'un charisme fou, il est droit et avide de justice, et sans défaut apparent, un peu fade en quelque sorte… Difficile du coup de s'y attacher. Le dessin est plus que correct, même s'il est perfectible et pas dans le style que je préfère. On va dire que je n'ai pas été éblouie par le style graphique mais qu'il fait son office. Une série à suivre, sans aller forcément plus loin que l'emprunt dans un premier temps, et en espérant que le tome 2 retournera plus généreusement du côté des Atlantes et de leur mystérieuse île disparue, seul point réellement attrayant en ce qui me concerne dans cette introduction.

21/02/2012 (modifier)