Champignac

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

Champignac encore jeune, inventeur doué, participe au déchiffrage du système de cryptage nazi - et donc à la victoire des Alliés.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Gobelins, l'École de l'Image L'univers de Spirou et Fantasio

Berlin, 1938. Des ingénieurs allemands présentent à Hitler Enigma, une machine à crypter des messages au code inviolable. Ni plus ni moins qu'une invention qui devrait permettre aux nazis de gagner la guerre... Juin 1940. L'Allemagne a attaqué la France et la Belgique, qui ont capitulé. Au château de Champignac, le comte, un jeune scientifique spécialiste des champignons, reçoit une étrange missive cryptée. Un défi excitant pour Pacôme (Hégésippe Adélard Ladislas), qui ne tarde pas à en découvrir la clé. Surprise : le message vient de son vieil ami Black qui lui demande de le rejoindre à Londres pour une mission de la plus haute importance. Alors que le château est réquisitionné par l'armée allemande, Champignac arrive à fuir et à traverser la Manche. À Londres, un nouveau message l'envoie dans le petit village de Bletchley où, aidé du professeur Black, d'Alan Turing et de Miss Mac Kenzie, il va s'attaquer au décryptage de la machine Enigma. Une aventure passionnante qui mettra ses facultés intellectuelles à rude épreuve mais qui lui permettra également de croiser Churchill, de découvrir l'amour (non, pas avec Churchill) et de changer le cours de la guerre. (site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Janvier 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Champignac
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

08/01/2019 | Noirdésir
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne savais pas qui était vraiment Champignac en lisant cette série qui fait partie de l'univers de Spirou. Je ne l'ai appris qu'après lecture. Donc, on peut apprécier cette oeuvre de manière tout à fait indépendante. J'ai même cru à un nouveau duo pour le départ d'une nouvelle série. Sur le récit de la machine Enigma, j'ai beaucoup vu sur le sujet depuis le film sur Alan Turing qui a réhabilité ce personnage singulier. A noter que ce génie méconnu a permit de sauver des millions de vies lors de la Seconde Guerre Mondiale en déchiffrant le code des nazis. En l'occurence, c'est un bon traitement réalisé par cette bd. J'aime bien le dessin ainsi que les personnages assez sympathiques. C'est une lecture divertissement vieille école mais assez réussie dans l'ensemble.

18/07/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un autre spin-off de l'univers de Spirou et qui se passe en plus durant la seconde guerre mondiale. C'est la seule période historique que Dupuis connait ou quoi ? L'intrigue est bien menée et montre un jeune Champignac qui va aider à décoder le code Enigma utilisé par les Allemands. Comme je ne connais pas trop l'histoire d'Enigma, en dehors de quelques connaissances superficielles, j'ai eu un certain plaisir à lire sur le sujet. Dommage qu'au final je n'aie pas réussi à trouver Champignac ou son entourage (particulièrement la jeune femme dont il va devenir très proche) particulièrement attachants alors que Champignac est un de personnages de Spirou que j'aime le plus ! Le scénario est bien maîtrisé et le dessin est pas mal. C'est considéré comme un one-shot, mais la fin est ouverte pour une suite je trouve (j'imagine qu'il va y avoir un tome 2 si les ventes sont bonnes).

18/03/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

OUI, oui, OUI !!! Depuis quelques année maintenant les Editions Dupuis ont décidé de décliner l'univers de Spirou, de l'ouvrir à d'autres auteurs que ceux de la série-mère, pour que toutes les bonnes idées créatrices puissent s'exprimer. Je mets bien sûr de côté le Marsupilami, qui vole de ses propres ailes de branche en branche en Palombie depuis longtemps. Mais après Zorglub, c'est son vieil ami et adversaire Champignac qui a les honneurs d'un one-shot, du moins pour l'heure, car si c'est un succès, j'imagine que l'essai sera reconduit. Et je dois avouer qu'à mon avis tous les voyants sont au vert pour que cela continue. Champignac est un personnage fascinant, riche de possibilités, d'autant plus que son passé a été assez peu exploité jusqu'à présent par celles et ceux qui se sont emparés de Spirou... et en effet, en faire un héros discret de la seconde guerre mondiale est une superbe idée. Suivie d'effet, car je me suis retrouvé à dévorer un excellent album, qui respecte à la fois l'univers de référence (avec de nombreux clins d'oeil aussi cohérents que crédibles) mais aussi, de manière globale on va dire, les évènements qui ont fait l'Histoire. Et sabre de bois, c'est diaboliquement bon ! Le duo Béka tient admirablement sur ses pieds dans ce numéro d'équilibriste, je ne me suis pas amusé à vérifier si les explications données sur le système de fonctionnement d'Enigma étaient exactes, mais il y a eu suffisamment de littérature, au sens large, sur le sujet depuis 40 ans pour que ça le soit. A côté de cela, on apprend que ce cher Pacôme a eu une vie sentimentale à cette époque, et on a hâte de savoir comment sa relation avec Miss Blair va évoluer... Un seul bémol, qui est le même que celui relevé par Ro : nonobstant les ajouts bienvenus de Ian Fleming, j'ai trouvé que le trait était un peu trop appuyé sur la fin de son intervention. Mais pour le coup, c'est anecdotique, car l'ensemble est vraiment réussi. Côté dessin David Etien se place dans la lignée de Tome & Janry, dont j'avais littéralement adoré le travail dans Spirou et Fantasio ; il est leur digne héritier en termes d'élégance, de dynamisme et de maîtrise graphique. Il est capable de tout dessiner, avec aisance. Je valide, je survalide ! Ah, ça fait du bien...

03/02/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

L'album Enigma met en scène un comte de Champignac à priori dans la trentaine ou quarantaine, en pleine Seconde Guerre Mondiale. On le retrouve souriant et débonnaire, avec son petit côté fantasque et sa passion pour la science et les champignons. Derrière sa moustache ici encore brune, on retrouve bien le personnage des aventures de Spirou, juste en un peu plus jeune. Il devra ici quitter son château annexé par les soldats nazis et rejoindre l'Angleterre et plus précisément le site de Bletchley Park où se déroulent en secret les tentatives anglaises de décryptage des communications de l'armée Allemande. Il côtoiera alors une part de la Grande Histoire, auprès du fameux Alan Turing notamment. Et il y fera aussi la rencontre d'une jolie écossaise, à l'esprit aussi vif et curieux que le sien, dont il tombera vite sous le charme. Ceux qui connaissent un peu le parcours du décryptage du Code Enigma et la vie d'Alan Turing ne seront pas dépaysés. Le scénario comporte bien des points communs avec celui du film The Imitation Game, avec Benedict Cumberbatch, ou encore avec le roman de Neal Stephenson, Cryptonomicon. J'ai néanmoins pris plaisir à l'explication bien plus didactique et claire du fonctionnement du décryptage et de la machine Enigma en particulier que celle du-dit Cryptonomicon où à l'époque de ma lecture je n'avais pas compris grand chose. L'explication avec des dessins permet de bien mieux comprendre. Cette partie didactique très présente lors de la première moitié de l'album et qui peut surprendre laisse cependant heureusement vite la place à un récit plus léger, mêlant aventure, humour et une part de romance. Et le fameux Alan Turing n'est ici qu'un personnage secondaire car c'est bien le souriant et aimable Champignac que l'on suit avant tout, et ce avec plaisir. D'autant plus que le dessin est proprement superbe. Les planches sont travaillées, belles, élégantes et dynamiques à la fois. Et la couleur est suffisamment sobre pour nous rappeler qu'il s'agit d'un récit s'inscrivant en partie dans la réalité historique, et joyeuse pour ne pas oublier que c'est une histoire légère et propre à amener le sourire. Je ne regrette que quelques clins d'oeil un peu trop lourdement appuyés, notamment celui à Ian Fleming. Mais j'imagine que c'est un choix réalisé dans l'optique d'un lectorat grand public pas forcément au courant du nom de l'auteur de James Bond. J'ai beaucoup aimé cet album. Champignac est annoncé pour le moment comme un one-shot mais si une suite pouvait être de cette qualité, j'apprécierais volontiers que cela devienne une série.

19/01/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Je ne suis pas forcément fan de ces séries qui tentent de surfer sur la réussite d’une série, en développant en parallèle un personnage secondaire de la série principale. Force est de constater que c’est rarement couronné de succès. Champignac est un des personnages iconoclastes, farfelus, que Franquin a apporté à Spirou et Fantasio. Son côté lunaire, avec quelques personnages du village sont pour beaucoup dans l’attrait de certains albums. Par curiosité donc, j’ai lu cet album, qui nous présente un Pacôme encore jeune – mais déjà châtelain passionné de champignons. Mais qui est embarqué dans la grande histoire – et la violence de la Seconde guerre mondiale. Même si, Spirou oblige, cela reste quand même soft, et parfois un chouia trop didactique (en particulier lorsque Turing ou d’autres expliquent le fonctionnement de leurs machines ou les systèmes de codage). On est en tout cas loin ici de la folie insufflée par Franquin, cela reste quand même assez sage (même si Champignac découvre l’amour – sans franchement conclure ?). C’est de l’aventure qui peut plaire au lectorat du Journal de Spirou (le dessin d’Etien est bien dans la ligne Dupuis modernisée). Et Champignac se trouve donc embarqué dans l’équipe de chercheurs qui, autour d’Alan Turing, vont chercher à décrypter le fonctionnement de la machine Enigma (si Champignac est bien sûr une invention, le rôle de Turing dans la victoire des alliés commence vraiment à être considéré à son juste – et haut – niveau). Mais Turing n’est ici qu’un personnage secondaire. On peut évidemment regretter quelques facilités (l’intervention rocambolesque de Champignac aux côtés de la résistance, certains dialogues ou allusions un peu lourdingue de Ian Fleming, la romance un peu fleur bleu de Champignac avec une Ecossaise travaillant elle aussi autour de Turing). Mais un lectorat plus jeune y trouvera sans doute davantage son compte que moi (d’où mon conseil d’achat). Je reste quand même circonspect par rapport à l’utilisation de ce personnage – qui donnera peut-être lieu à d’autres reprises -, assez éloigné ici de la personnalité créée par le génial Franquin.

08/01/2019 (modifier)