Sabine

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

C’est l’histoire d’un voyage. Celui de deux enfants et d’une jeune fille, qui décident de quitter leur village suite à la mort de leur doyenne - la grand mère, gardienne de toute leur histoire.


C’est l’histoire d’un voyage. Celui de deux enfants et d’une jeune fille, qui décident de quitter leur village suite à la mort de leur doyenne - la grand mère, gardienne de toute leur histoire. Pour cela, ils souhaitent rejoindre la ville de « Sabine », là où cette doyenne est née, et dont ils ignorent tout. Ils quittent ainsi leur enfance colorée et sage, et croisent sur leur route quelques personnages qui seront pour eux comme des traits d’unions vers le monde réel... Un parcours universel, mais un peu surréaliste. Texte auteur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Mars 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sabine
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

18/03/2011 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Sabine est un bel album. Le graphisme de Maya Mihindou est beau et très original. Ses illustrations aux styles et techniques assez variés s'offrent, alanguies, au fil des pages. Oniriques et organiques, elles sont soutenues par de douces couleurs pastel. Malheureusement pour moi, ce dessin est mis au service d'une narration qui a eu bien du mal à me toucher. Concrètement, l'histoire est un conte mettant en scène une sorte d'Afrique imaginaire où des enfants quittent un jour un paradis originel pour partir en voyage initiatique et se retrouver au final confronté à la cruauté sordide de la guerre et de la modernité. L'histoire est simple et présente bien des beautés, mais la façon dont elle est racontée m'a rebutée. Le récit s'entame dans une ambiance de lyrisme poétique qui m'a semblé forcée. Les dialogues et les textes narratifs sont plutôt jolis mais trop souvent ampoulés et abscons. Ce fut pour moi comme d'entendre un interlocuteur qui ne parlerait que par le biais de citations ou de phrases mystérieuses jetées en l'air dans le but qu'elles ressemblent à de la poésie au moment de retomber. J'ai trouvé cela un peu gnangnan. Mais surtout, c'est le choix narratif qui m'a dérangé. Quand je lis une bande dessinée, j'aime à ce qu'elle reste autant que possible une bande dessinée. Or cet album mélange allègrement planches de bandes dessinées, illustrations et pages de textes illustrés. Le tout forme certes une seule et même histoire mais le rythme s'en révèle très haché. D'autant plus que les longues plages de textes m'ont trop vite lassé. Ces histoires que le texte raconte, j'aurais aimé les lire en bande dessinée. J'ai l'impression d'une solution de facilité à ne garder que de la prose, aussi lyrique soit-elle, et ne pas l'accompagner d'art séquentiel. Avec tout cela, j'ai mis un gros tiers de l'album à entrer enfin dans l'intrigue qui met du temps à se mettre en place. Au fil des pages, j'ai fini par m'y faire et à m'intéresser au récit, à y trouver sa part d'intelligence, de beauté et de réminiscences d'une Afrique fantasmée où j'ai moi-même vécu. J'ai de nouveau un peu décroché vers la fin, avec l'apparition heureusement vite éludée des enfants soldats puis du ghetto au pied du mur. J'ai trouvé leur utilisation parasite et trop facile pour appuyer le fait que les enfants avaient quitté leur paradis natal alors qu'ils auraient mieux fait d'y rester. C'est un conte empli de poésie et très joliment mis en image. Hélas pour moi, je n'ai pas suffisamment été touché par son contenu et son choix narratif m'a déçu.

18/03/2011 (modifier)