Hé les mecs !

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Recueil d'histoires déjantées datant des débuts de ce grand de la BD made USA.


Fluide Glacial, le best-of Magazine Fluide Glacial

Un sheriff absurde qu'une fiancée énamourée n'arrive pas à embrasser, des histoires d'inventions idiotes, du n'importe quoi proche parfois de Tex Avery: bienvenue dans l'univers d'Harvey Kurtzman, dans ses débuts (histoires des années 1940).

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1977
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Hé les mecs !
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/07/2018 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai connu le nom de Kurtzman par le biais de Goscinny, qui a toujours reconnu la dette qu’il avait envers lui, et qui a été son ami lorsqu’ils se sont connus aux Etats-Unis. Pilote doit beaucoup à ce qu’a fait Kurtzman avec Mad. Gotlib est aussi un auteur qui a beaucoup dit son admiration pour cet auteur américain adepte d’un humour décalé qui ne pouvait que lui plaire. On comprend pourquoi les premiers Fluide Glacial ont publié des gags de Kurtzman, et pourquoi celui-ci a eu les honneurs d’une des premières publications des éditions Audie, avec cet album donc, qui reprend des histoires courtes et strips publiés initialement dans de petits magazines à la fin des années 1940. Une première réédition avait existé aux USA avec une préface/déclaration d’amour/hommage de Crumb, ici reprise. Si je peux déplorer quelque retenue dans l’humour – époque oblige ! – le travail de Kurtzman est étonnamment moderne pour des bandes ayant près de 80 ans. On voit déjà bien le côté déjanté, assez corrosif et parfois nonsensique de ces histoires, dont certaines sont assez proches du travail du génial Tex Avery. A noter que dans les deux histoires mettant en scène, de manière totalement absurde, le sherrif Pot-Shot Pete, son cheval (qui parle) s’appelle Jumpy Joller. Je ne sais si c’est le traducteur français qui lui a donné ce nom, ou si c’est celui de la version originale : on aurait alors là l’origine du nom du cheval de Lucky Luke (ce qui ne serait pas étonnant, Morris ayant lui aussi, comme son ami Goscinny, connu Kurtzman aux Etats-Unis dans les années 1950). Les amateurs d’humour décalé peuvent sans problème jeter un œil à cet album, peu courant, mais dont les gags ne font vraiment pas leur grand âge. Note réelle 3,5/5.

27/07/2018 (modifier)