Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (92314 avis)

Par fuuhuu
Note: 3/5
Couverture de la série Seuls
Seuls

Plusieurs enfants se réveillent un matin seuls, sans aucun adulte, livrés à eux mêmes. Ils vont devoir apprendre à (sur)vivre ensemble et surtout, tenter de comprendre où sont passés les adultes. Le postulat de départ est vraiment intéressant et m'a directement fasciné. L'auteur pose également plusieurs autres mystères tout au long des albums, nous donnant envie de lire tous les tomes sans jamais nous arrêter. Une certaine tension est également présente, rendant impossible le fait de décrocher ses yeux de la BD. Cependant, une fois le plus grand mystère résolu, c'est à dire le pourquoi ils sont seuls (tome 5 ou 6), et bien je me suis lassé. Premièrement parce que selon moi, le fait qu'ils soient seuls est la trame principale de la série. La résolution de cette question aurait dû être le point final de cette série. Deuxièmement, l'auteur parvient à relancer la saga, en ajoutant de nouvelles intrigues, de nouveaux mystères. Mais aucun ne m'a plus jamais tenu en haleine. On commence à être habitué, les énigmes sont nouvelles mais l'histoire ne se renouvelle pas pour autant. J'ai eu le sentiment que tous les albums suivants sont sortis principalement pour l'appât du gain, et non pour nous raconter vraiment quelque chose. La série se serait limitée à son premier cycle, j'aurais peut être mis un bon 4,5 étoiles. Mais la suite me déçoit tellement, que c'est un 3 étoiles. MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

10/05/2021 (modifier)
Couverture de la série Les Déserteurs (Autheman)
Les Déserteurs (Autheman)

Voilà une histoire assez brinquebalante, dans laquelle nous suivons un groupe de personnages des plus hétéroclite : un para macho et grande gueule, un prolo de banlieue, un intello gringalet, et un vieux bourgeois fils à maman homosexuel (qui ne cesse de raconter sa vie d’avant, avec môman). Le casting balaye large ! Ces quatre types semblent fuir on ne sait quoi, aller on ne sait où, cherchent à survivre en marge de la société. Le cadre reste flou jusqu’au bout, l’essentiel se concentrant sur les échanges – parfois musclés (dans tous les sens du terme !) – entre nos quatre héros. Les quatre gus se déplacent dans un décor quasi vidé ses autres habitants, les rares maisons sont vides (comme un TGV abandonné en pleine cambrousse !). C’est assez déroutant. L’ensemble est inégal et parfois un peu trop verbeux. Mais ça se laisse lire, on oublie facilement le côté absurde et n’import’nawak de l’ensemble, pour se focaliser sur la succession de situations et de dialogues étonnants.

09/05/2021 (modifier)
Par cac
Note: 4/5
Couverture de la série Bathtub Brothers
Bathtub Brothers

A la lecture, je me suis dit mais WTF ce scénario. Et il se trouve que c'est justement le nom de la collection. Dans les mangas ils ont le chic pour inventer de ces scénar improbables. Donc là il s'agit de deux frères qui se retrouvent embarqués dans une baignoire pour survivre face à une soudaine et inexpliquée montée des eaux dans la ville. Ajoutons à cela qu'ils doivent cohabiter, ou co-baignorer, alors qu'ils ne peuvent pas s'encadrer. L'un est un hikikomori bedonnant, c'est-à-dire une personne qui vit recluse depuis des années dans sa chambre sans jamais sortir et son cadet d'environ 10 ans est un jeune ado qui ne pense qu'à son dépucelage. La montée des eaux survient le jour des 17 ans de ce dernier et au lendemain de sa tentative de coucherie avec la fille la moins jolie du lycée. Ca m'a rappelé aussi la très risible série cinématographique des Sharknado et consorts avec tous ces énormes requins. Le dessin est comment dire expressif, avec plein de petites gouttes de sueur et des grosses veines gonflées quand les personnages s'énervent. Au-delà de ça il est de très bonne facture. Bref j'ai trouvé cela très drôle et j'irai sûrement plus loin que ce premier tome.

09/05/2021 (modifier)
Par cac
Note: 3/5
Couverture de la série Empire State - Une histoire d'amour (ou pas)
Empire State - Une histoire d'amour (ou pas)

Jason Shiga est un auteur que j'aime beaucoup. Dans son style graphique qu'on reconnait au premier coup d’œil, il met en scène un jeune homme qui n'est jamais sorti de son bled dans une banlieue californienne et vit encore avec sa mère. Il s'est attaché à une jeune femme un peu bourrue qui après avoir fini ses études déménage à New York. Et un jour il se décide pour de bon à sortir de son cocon et prendre quelques jours pour la retrouver. Pour cela il donne d'abord une excuse bidon à sa mère prétextant qu'il va passer des entretiens d'embauche chez Google et prend un bus qui mettra plusieurs jours à faire le trajet, en se disant que ce serait plus sympa que l'avion, sauf que ses compagnons de route sont des ex-taulards pas très rassurants. C'est inspiré de la propre vie de Shiga comme expliqué dans la postface où il est dit qu'il a réellement réalisé ce très long voyage en bus entre divers détails sur le crayon et le type de papier utilisé. L'album est assez drôle avec cette histoire d'amour (ou pas) de deux êtres pas spécialement assortis, le jeune geek qui ne connait pas grand chose à la vie et la dévergondée. La mise en page est originale avec une alternance de couleurs selon l'époque temporelle de la scène. Une bonne lecture.

09/05/2021 (modifier)
Par cac
Note: 4/5
Couverture de la série Les Nouvelles Aventures de Lapinot
Les Nouvelles Aventures de Lapinot

J'ai lu le tome 4 que j'ai pris pour un one-shot. Il peut tout à fait se lire indépendamment, il s'agit d'une suite de strips mais avec une continuité entre eux. Déjà j'étais très étonné de voir écrit "L'Association" sur la couverture cartonnée d'un format standard 48 pages... Peut-être pour garder la continuité avec la série précédente dans la collection Poisson Pilote de Dargaud. Je ne connais pas la série "mère" des Formidables Aventures de Lapinot, un manque qu'il faudra combler un jour. Cela fait des semaines que j'ai commencé Lapinot et les Carottes de Patagonie du même auteur sans trouver le courage d'aller au bout. En tout cas j'ai bien aimé cet album, les gags font souvent mouche. Mais il y a aussi du suspense et des rebondissements quand Lapinot se prend à vouloir éditer les pensées d'un clochard féru de littérature et finit par se demander s'il n'est pas trop gentil, s'est-il fait blouser comme un lapin de Pâques par sa coéditrice bibliothécaire ?

09/05/2021 (modifier)
Par Benjie
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Blacksad
Blacksad

Une relecture de Blacksad pour redécouvrir le superbe dessin, les ambiances, les détails et tous ces personnages que l'on finirait vraiment par confondre avec des humains tellement les postures et les expressions des visages sont naturelles. Cette série est une très belle réussite. Le scénario est très bon dans le premier tome et bon dans le second, même s'il est déjà moins intéressant et plus confus. Ensuite il s'affaiblit, perdant parfois en cohérence, avec des raccourcis étranges. Dans les deux derniers tomes, on se retrouve à la fin de l'histoire sans avoir bien suivi ce qui s'est passé. Dommage, car le dessin reste un vrai régal pour les yeux. Cette série fut une révélation à sa sortie, elle continue à bien tenir la route quand on la relit.

09/05/2021 (modifier)
Couverture de la série Dans l'abîme du temps (Tanabe)
Dans l'abîme du temps (Tanabe)

J'avais découvert Gou Tanabe avec Kasane il y a longtemps, qui m'avait laissé peu enthousiaste. Depuis un certain temps déjà, ces adaptations de Lovecraft me faisaient de l'oeil, sans que j'ose franchir le pas. C'est désormais chose faite. En toute première impression, l'objet est atypique et beau. Certes on en paie le prix, mais l'aspect de ces livres rappelle les reliures en cuir (à quand un Necronomicon relié en peau humaine ?!). Doux au toucher et "gravés", ils se démarquent et sont très agréables et reconnaissables. On les ouvrira sans problème et on pourra les lire sans en casser le dos. Si tout cela relève sans doute de l'argument marketing, il est tout de même dommage que lesdits ouvrages soient systématiquement emballés sous plastique et qu'on ne puisse donc les feuilleter. Maintenant, pour ce qui concerne le sujet à proprement parler, il suffit de comprendre qu'on a ici un croisement entre l'oeuvre de Lovecraft, fondatrice de tout un pan de la littérature fantastique et qui a marqué durablement la culture populaire et qu'on ne peut donc que considérer comme remarquable, et le graphisme de Tanabe, lui aussi remarquable et parfaitement adapté au sujet. Une fois cela dit, la déception est difficilement possible. Je ne connaissais pas le récit dont est tiré ce livre. Si son rythme est un peu étrange, et si on a l'impression que des choses sont dévoilées trop tôt, il parvient sans problème à tenir en haleine tout au long de ces 350 pages, et ce depuis le tout début. Je dois tout de même reconnaître une petite déception à la fin, lorsque l'horreur ultime nous est dévoilée... Et bien en fait après tout ce qu'on avait ingéré jusque là, elle n'était pas si horrible que ça. Dommage. On pourra aussi peut-être regretter les visages assez figés, sur lesquelles la gradation de l'angoisse ou de l'horreur peine à se faire sentir, alors même que les épisodes de changement de personnalité du professeur Peaslee étaient assez époustouflants. Au final, j'ai beaucoup aimé cette lecture, peut-être aussi parce qu'il s'agit de ma première des adaptations de Lovecraft par Tanabe. Originale, atypique, et superbement illustrée, elle rend fort bien hommage à l'oeuvre de Lovecraft.

09/05/2021 (modifier)
Par cac
Note: 4/5
Couverture de la série Les Classiques de Patrique
Les Classiques de Patrique

Voici un bon album qui fourmille de références littéraires et les présente avec humour. Je l'ai emprunté sans savoir à quoi m'attendre, le titre m'a fait sourire. Le dessin est simple et naïf mais me va bien. Patrique est une simple motte de terre qui parle et nous explique Madame Bovary puis l'Iliade d'Homère mais aussi d'autres classiques. On a plus contemporain avec Virginia Woolf, Agatha Christie, Colette et Marguerite Duras. Bref un petit album drôle, où on apprend des choses car personnellement je n'ai pas lu Homère, ni même les autres d'ailleurs... Bon bien sûr c'est ultra résumé ou pris à travers une anecdote quand l'auteur explique que Duras par exemple a écrit 3 livres sur le même sujet, basés sur sa jeunesse en Indochine, mais de façon différente donc où se situe la vérité de la fiction, seule Mme Duras le sait. Donc ne pas se fier au dessin, c'est une lecture pour tous.

09/05/2021 (modifier)
Par Cacal69
Note: 5/5
Couverture de la série Tanka
Tanka

Tanka est la première bd de Toppi que j'ai eue dans les mains et ..... une claque visuelle. L'histoire se situe dans un Japon médiéval loin des clichés habituels, cinq histoires qui se lisent rapidement avec chacune sa morale. Une préférence pour Tanka et Le retour d'Hishi, mais cela reste subjectif. Le dessin en noir et blanc, tout en finesse, fait de hachures, est un plaisir pour les yeux. Les nombreux fonds blancs mettent en relief les personnages. De nombreuses planches avec un decoupage vertical qui me ramène en adolescence, avec le Daredevil de Franck Miller. Pour ma note, j'ai hésité entre 4 et 5, mais le dessin me fait pencher pour le 5. Je conseille évidemment la lecture et l'achat.

09/05/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
Couverture de la série Le Serment de l'acier
Le Serment de l'acier

Je suis ressorti déçu de ma lecture. Ce premier tome commençait plutôt bien pour moi: au lieu d'une énième série de fantasy qui ne fait que recopier Tolkien (les personnages partent faire une quête et tout ça) ou Lanfeust, on a un truc plus original qui met l'accent sur les intrigues politiques et ça m'attire plus. Sauf que voilà il y a un peu trop de personnages et je me suis vite perdu dans le scénario sans jamais retrouver mon chemin. De plus, je n'ai pas vraiment accroché au peuple Romanis ou plutôt je n'ai pas accroché à ces personnages. Le dessin m'a laissé indiffèrent, ce n'est pas un style qui me plait trop, mais ce n'est pas laid. Je pense laisser une seconde chance à la série et relire ce tome lorsque le second sera disponible à la bibliothèque.

09/05/2021 (modifier)