Les derniers avis (17666 avis)

Par Gaston
Note: 2/5
Couverture de la série Visions
Visions

Un album qui regroupe trois œuvres d'Alan Moore et ça sent vraiment le fond de tiroir qu'on glorifie parce que c'est produit par un auteur connu. En fait, il faut savoir qu'il y a deux bandes dessinées et un essai et l'essai est la seule partie 100% Alan Moore. Les deux autres ce sont des textes de Moore adaptés par Anthony Johnston au scénario et c'est un habitué de ce genre d'exercice parce qu'il avait déjà fait le même type de travail pour ''Fashion Beast'' pour le même éditeur américain (Avatar Press). Évidemment, il y a uniquement Alan Moore qui a droit à son nom en gros sur la couverture. Vous avez déjà lu des adaptations de chansons en BD ? Vous avez surement remarqué que la plupart du temps le dessin ne sert à rien et que cela serait suffisant s'il y avait juste le texte ? Ben c'est l'impression que j'ai lu en lisant le premier récit qui est franchement sans grand intérêt. La seconde bande dessinée est un peu mieux, c'est l'adaptation d'une nouvelle et les personnages parlent par moment donc cela fait plus bande dessinée et en plus le sujet, la télévision, m'intéresse sauf que le texte devient vite trop intellectualisant comme c'est souvent le cas avec Moore et j'ai fini par m'ennuyer. Il reste l'essai où Alan Moore décrit la conception d'une bande dessinée en prenant des exemples de son propre travail. Là c'est intéressant sauf que bon ce n'est pas de la bande dessinée et c'est 40 pages dans un album qui en fait plus de 200... À la limite on aurait pu sortir cet essai tout seul comme petit album. Donc voilà un album dispensable sauf si on veut vraiment tout collectionner d'Alan Moore. Je conseille un emprunt et la lecture de l'essai uniquement.

17/05/2022 (modifier)
Couverture de la série Curriculum BD
Curriculum BD

Cet album est un recueil d’histoires courtes, qui sont sans doute les premiers travaux publiés par Annie Goetzinger dans diverses revues, seule ou aidée au scénario (voir fiche de l’album pour plus de détails). Forcément l’ensemble est très hétéroclite, étant données les scénaristes différents, et relativement frustrant, la plupart des histoires étant vraiment courtes. Inégal donc, mais aussi globalement décevant. Seules quelques histoires m’ont réellement intéressé et convaincu. Surtout la dernière, Xacooma, dont le scénario est signé de Lob, avec une chute vraiment bien fichue (en plus c’est une des plus longues !). D’autres histoires possèdent des qualités (dont, une fois n’est pas coutume, une histoire scénarisée par Goetzinger elle-même – il est vrai que j’ai rarement été convaincue par son travail de scénariste – avec une chute amusante), ou une histoire usant d’un fantastique et d’un mystère léger, sur une idée de Giraud. L’histoire intitulée Edelweiss est surprenante (je n’ai rien compris à ces trois pages où l’on passe de façon abrupte d’une nuit d’amour à un assassinat dans un camp de concentration ?). C’est un album qui intéressera avant tout les amateurs complétistes de Goetzinger. Car pour le coup ce recueil est intéressant, montrant ses hésitations au niveau de son style graphique. Un trait assez gras dans les premières histoires (avec quelques couleurs parfois psychédéliques, époque aidant), puis qui s’affirme et s’affine au fur et à mesure, pour se rapprocher enfin du style classique, fin et un peu figé qui sera le sien pour la plupart de ses futures publications. Note réelle 2,5/5.

16/05/2022 (modifier)
Couverture de la série La Belle Mort
La Belle Mort

Des dessins sublimes. Cependant le scénario est confus, le message n'est pas clair, les personnages développés très superficiellement... C'est dommage.

15/05/2022 (modifier)
Couverture de la série Galopinot
Galopinot

Une bd dessinée à 4 mains par Trondheim et Konture, la rencontre improbable entre 2 univers bien marqués. Le résultat est assez moyen, je trouve que l’album est surtout porté par Lewis, Mattt se contentant juste d’être provocateur et n’apporte pas grand chose à l’exercice de style à mes yeux. Finalement, un mariage pas si heureux, ce n’est pas loupé mais ça n’est pas non plus réussi. Une curiosité dont on peut se passer aisément. J’avoue ne pas être un grand admirateur de l’œuvre de Mattt Konture aussi.

15/05/2022 (modifier)
Couverture de la série On a pas des vies faciles...
On a pas des vies faciles...

Mouais. Ce groupe de potes, scénaristes ou dessinateurs, qui travaillent en atelier sont plutôt sympas. Leurs galères pour trouver des idées, et pour ensuite être publiés (et déjà pour produire leur fanzine) ont des côtés rigolos. Mais, si ça se laisse lire facilement (et très rapidement il faut le dire !), je suis quand même un peu resté sur ma faim. C’est que l’humour manque souvent de percussion, de surprise. Sur les affres de la création, de la page blanche, du métier de bédéiste « qui n’en est pas un » (voir les remarques de la grand-mère d’un auteur : « et sinon, du travail, tu en as trouvé ? », qui font assez déjà vu), d’autres en ont fait quelque chose de plus caustique (Larcenet ou Boulet par exemple). A emprunter à l’occasion. Note réelle 2,5/5.

15/05/2022 (modifier)
Couverture de la série Le Spirou de Tehem, Makyo & Toldac - La Grosse Tête
Le Spirou de Tehem, Makyo & Toldac - La Grosse Tête

La Grosse Tête prouve que revisiter un couple de héros aussi célèbre n'est pas si simple. Les auteurs rendent hommage à Franquin en se basant principalement sur deux ouvrages de la série mère écrits par le maître. Le problème, comme le souligne Gaston, c'est que cela nous fait deux histoires assez différentes avec un lien quelque peu rocambolesque pour cimenter l'ensemble. La cohérence globale du récit s'en ressent fortement pour moi. Cette faiblesse est accentuée par les gags qui soutiennent les deux critiques, celle du star-system et celle d'une dictature, qui sont assez convenus. J"aime bien le dessin qui sort du clacissisme de la série. C'est dynamique mais cela manque de détails à mon goût. On a l'impression que les auteurs partent sur des bonnes idées mais ont du mal à tenir l'album. Un opus plutôt moyen pour moi.

15/05/2022 (modifier)
Couverture de la série African Night Flight - Une aventure de Kriss Delux
African Night Flight - Une aventure de Kriss Delux

C’est une histoire sans prétention, qui décline certains thèmes qui plaisaient chez les Humanos de l’époque (le rock, de l’aventure exotique privilégiant le rythme aux développements psychologiques). Mais j’ai trouvé cette histoire un peu longuette, manquant de rythme et de surprises. Kriss Delux, star de la musique moderne venu en tournée dans un pays africain, se retrouve pris en otage, au cœur d’un bras de fer entre le dictateur et ses opposants armés. On le voit, on est au cœur de certaines problématiques des années 1980. Au passage pas mal de points communs avec l’intrigue et certains personnages du dernier OSS 117 – l’humour en moins, hélas ! C’est de l’aventure pure et dure (le titre de la collection annonce la couleur il est vrai), qui se laisse lire (le dessin de Kent Hutchinson est lisible et dynamique, même si je ne le trouve pas extraordinaire), mais qui m’a quand même laissé sur ma faim. D’ailleurs, à propos de fin, je l’ai trouvée un peu bâclée, ou plutôt je n’ai pas tout saisi. Bref, un album quelque peu moisi, à la couverture peu engageante (je la trouve même moche !), à lire par curiosité, sans trop en attendre (je ne crois pas que Bernalin ait publié autre chose ensuite).

14/05/2022 (modifier)
Couverture de la série Kwika !
Kwika !

Carali est un auteur assez prolifique, adepte d’humour très con et absurde, parfois trash (ce dernier aspect n’étant pas présent ici), qu’il développera ensuite au sein de Psikopat. C’est ici sous l’égide de Charlie-Hebdo et de Cavanna (qui signe une préface) qu’il publie ce recueil, une de ses premières publications en album. L’ensemble est inégal, et globalement décevant. C’est un peu loufoque, avec des personnages aux formes étranges, hybrides, côtoyant des humains « normaux », avec le trait habituel de Carali, pas forcément joli (mais cet aspect est secondaire dans ce genre d’entreprise – son frère Edika l’a bien montré), mais quand même lisible et dynamique. Quelques gags m’ont amusé, mais la plupart des histoires (surtout les plus longues, autour du personnage de Robert) m’ont laissé froid. Cela passait peut-être mieux à petite dose, disséminé dans plusieurs numéros de revue, je ne sais pas. Mais je suis sorti déçu de ma lecture. A noter que Carali a été épaulé sur 2 histoires/gags par sa compagne de l'époque Gudule, et sur une autre par Léandri.

14/05/2022 (modifier)
Couverture de la série Visite express
Visite express

Bof, ça ne me laissera pas un souvenir impérissable. Trondheim se met en scène dans un court récit réalisé à l’occasion des 24h de la bd à Angoulême, ayant comme contraintes d’être muet et de se passer dans un musée. C’est très linéaire et ça manque cruellement d’humour, pas évident comme exercice, ce n’est pas raté mais l’auteur nous a habitué à mieux Vite lu, vite oublié.

13/05/2022 (modifier)
Par Cacal69
Note: 2/5
Couverture de la série Les Chemins de Vadstena
Les Chemins de Vadstena

Une lecture rapide qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. Une histoire fantastique qui revisite le mythe de la dame blanche. Rien de nouveau dans ce récit qui se laisse lire facilement, mais à qui il manque de nombreux ingrédients pour la sortir du lot. Les personnages sont basiques, la chute finale ne m'a pas convaincu et l'intrigue est légère, mais je dois reconnaître à Sylvain Runberg une narration qui accroche. Après le tome 26 de La Geste des Chevaliers Dragons, je recroise Thibaud de Rochebrune et son style ne me laisse pas indifférent sans pour autant m'enthousiasmer. Des faciès qui se ressemblent énormément, mais un trait précis tout en fluidité et de beaux décors en sont les points forts. Note réelle : 2,5. Allez hop, direction le frigo pour une dame blanche qui saura me régaler.

13/05/2022 (modifier)