Bomb Road

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Da Nang, Sud-Vietnam, 1967. Bradley "Redneck" Towsend rejoint le VMFA-314, l'escadron des Black Knights, aux commandes d'un F-4 Phantom. Mais en 1967, la guerre du Vietnam prend déjà une sale tournure pour les troupes US...


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Aviation Indochine Les Guerres d'Indochine et du Vietnam Paquet

Le Colonel Bradley « Redneck » Towsend, pilote du corps des Marines, 68 ans, vit retiré dans son chalet des Rocky Mountains. Malade, il passe ses journées à regarder les infos, inquiet pour son fils, pilote d’hélicoptère Apache en Irak. L’arrivée d’un « aide de camp », un jeune pilote qu’on punit ainsi pour avoir crashé son F-22 tout neuf en voulant faire le malin, va être l’occasion pour le vieux pilote de revenir sur son expérience en Extrême-Orient : Towsend a lui aussi connu la guerre, une guerre tout aussi impopulaire que celle en Irak. En 1967, il arrive au Viêt-Nam pour rejoindre l’escadron des Blacknights, basé à Da Nang. En 67, la guerre prenait déjà une sale tournure pour les troupes US.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Avril 2010
Statut histoire Série terminée (Un cycle complet terminé, en fait) 3 tomes parus
Couverture de la série Bomb Road
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

05/05/2010 | Le pénitent
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Si je n’ai pas accordé un 4/5, cela s’est joué à peu de choses. En fait, c’est surtout la narration par moments « cliché » qui m’empêche de monter encore la cote. Car, pour le reste, je n’ai presqu’aucun reproche à formuler. J’ai apprécié le fait que cette série délaisse les deux conflits les plus exploités par le petit monde de la bande dessinée pour se consacrer à la guerre du Vietnam. J’ai trouvé la technique du flash-back certes très classique mais bien exploitée. J’ai aimé l’approche choisie par Michel Koeniguer qui a permis au lecteur que je suis de se plonger au sein même d’une escadrille tout en ayant un aperçu d’ensemble du conflit et, surtout, de l’évolution négative de celui-ci. L’auteur, en trois tomes, illustre intelligemment trois époques du conflit, ce qui permet donc de voir les mentalités évoluer. J’ai également ressenti du respect de la part de Koeniguer vis-à-vis de ces pilotes et des militaires en général. Enfin, l’emploi de nombreux termes militaires risque peut-être de désarçonner quelques lecteurs (malgré le lexique de début d’album) mais je trouve que ce souci de véracité constitue lui aussi un plus pour la série. Avec ces qualités, la série plaira certainement aux amateurs du genre mais risque de laisser sur sa faim le lecteur qui aurait voulu découvrir un récit à la « Deer Hunter » (voyage au bout de l’enfer, en français…) Ici, les pires travers du conflit ne sont pas abordés et les personnages principaux se comportent en professionnels de la guerre, avec rigueur et apparente froideur (mais non sans émotions). Enfin, le dessin de Koeniguer est d’une belle qualité tant pour les engins que pour les personnages (même si ceux-ci peuvent paraître un peu « glacé » à l’occasion). Les décors ne sont pas négligés et eux aussi semblent s’appuyer sur une documentation précise. Une belle réussite dans cette catégorie. Certainement à lire et même à posséder pour les amateurs du genre !

15/09/2012 (modifier)
Par bonnet
Note: 3/5

Pour celui qui aime les avions, il sera servi. Ils sont très réalistes et les mouvements donnent l'impression d'y être. Toutefois le scenario est juste un prétexte pour mettre en scène ces phantoms mais aussi toute une série d’hélicoptères qui rappelle bien la série de "L'enfer du devoir". Pour ma part j'ai appris quelques petites anedoctes de cette guerre (d'habitude on voit toujours l'infanterie qui ne comprenait pas leur engagement, la on voit les réflexions des pilotes). En plus, j'ai rencontré l'auteur au BDboum 2011 avec 2 dédicaces chouettes. Une bien belle collection que celle de cockpit.

11/12/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Quel album franchement ennuyeux ! Certes, il s'agit encore d'une histoire de pilote d'avion de guerre. On n'en retiendra pas grand chose au final. Un ancien pilote des marines raconte ses exploits au Viet-Nam alors qu'il est mourrant. Il y a un parallèle qui est effectué par l'auteur entre la situation en Irak et celle du Viet-Nam alors que ces deux conflits semblent bien différents sauf à faire de l'amalgame à tout prix. Et puis, les traumatismes de la guerre du Viet-Nam ont déjà été maintes fois évoqués. Il y a saturation ! Pour dire quand même des choses plus gentilles, j'avoue que le style graphique très réaliste me plaît d'autant que les avions sont magnifiques. Pour autant, l'auteur n'est pas à mon sens un bon scénariste car il ne parvient pas à insufler à son récit un brin de souffle épique. On ne se rappelle plus des situations et des hommes qui composent l'histoire sitôt la dernière page refermée. Il faut quand même le faire.

11/06/2011 (modifier)

Inconditionnel du F-4 Phantom II, je ne pouvais rater cette série ! Bomb Road est une nouvelle mini-série des éditions Paquet qui se déroule lors de la guerre du Viêt-Nam. Deux tomes sont prévus. Premières impressions après la lecture du Tome 1 : Le scénario et les dessins sont de Michel Koeniguer, un auteur que je découvre. Coté scénario, le fana d’aviation que je suis est resté accroché jusqu’au bout. L’histoire, certes classique, est prenante et me semble tout à fait crédible. L’auteur visiblement s’est bien documenté. Un bon point ! Le contexte politique et l’ambiance de l’époque sont bien restitués. En 67, la Guerre du Viêt-Nam est de plus en plus impopulaire. La psychologie des principaux personnages est suffisamment fouillée (du moins pour une BD en 2 volumes). Un bémol cependant. J’aurais aimé avoir quelques rappels ou précisions sur les différents acronymes utilisés par les pilotes de chasse et l’argot militaire « Viêt-Nam » (par exemple Victor-Charlie désigne le Viet-Cong, R.I.O. pour Radar Intercept Officer, etc.). Coté dessins, les avions sont vraiment magnifiques : le Phantom quelle splendeur ! Les proportions me semblent correctes. Les personnages sont en revanche un peu moins réussis. Il est parfois difficile de reconnaitre au premier coup d’œil les différents protagonistes. Enfin, la colorisation – informatique – de Wes Hartmann est superbe. L’ensemble, même s’il est un cran en dessous de la série Le Grand Duc du même éditeur, est, compte tenu des remarques citées plus haut, tout à fait agréable à lire. Bomb Road est une série sans prétention ni prise de tête qui n’a d’autre but que de divertir le lecteur. Pari gagné ! J’ai passé un bon moment en compagnie des pilotes de la VMFA-314 et j’attends donc la suite et fin de leurs aventures avec impatience. Scénario : 4/5 Dessins : 3/5 Couleur : 4/5

05/05/2010 (modifier)