Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (2 avis)

Couverture de la série Open space, pandémie, télétravail et autres contrariétés
Open space, pandémie, télétravail et autres contrariétés

Je suis très partagé sur ce recueil de gags. J’aime bien James et son humour mais, pour deux raisons principalement, cet album ne m’a pas souvent fait sourire (et jamais fait rire). Première raison, il s’agit de la compilation de gags parus auparavant dans une revue économique française. Des gags qui, par conséquent, collent avec l’actualité économique et politique française. Or, je ne suis pas Français et soit je n’ai pas connaissance de certaines lois, soit je me fiche un peu de ce que les autorités françaises ont pondu à tel moment de l’année 2019 ou 2020. Malheureusement, sortis de leur contexte, ces gags ne sont que rarement universels et par conséquent le temps passé depuis l’écriture du gag et l’éloignement géographique privent celui-ci d’une bonne part de sa force d’impact. Deuxième raison : le monde de l’entreprise très bureaucratique qui sert de cadre à ces gags m’est relativement inconnu. Je n’ai donc pas d’accroche naturelle, pas de gags qui me rappellent mon quotidien, et je regarde donc ces personnages avec très peu d’empathie (en règle générale, je les trouve juste cons). Par ailleurs, le titre est trompeur volontairement pour le rendre vendeur. En réalité, l’ordre logique aurait dû être « autres contrariétés, télétravail et pandémie » dans cet ordre-là puisqu’il n’est pas question de pandémie sur les 100 premières planches et qu’ensuite la majeure partie des gags va surtout parler des conséquences du télétravail. Au final, il me reste quelques gags aux thèmes plus universels ou du moins qui me parlent plus mais je n’ai pas dû réellement rire une seule fois à cette lecture. Bof, donc, mais le talent de James n’est en rien responsable de cette faible appréciation. Cet album n’était juste pas fait pour moi.

18/05/2021 (modifier)
Par pol
Note: 2/5
Couverture de la série Banquiz
Banquiz

Album petit format au pitch loufoque et prometteur, Banquiz nous emmène en Antarctique sur fond de réchauffement climatique. On rentre immédiatement dans le vif du sujet avec des manchots qui sirotent un apéro dans leur transat et qui se plaignent qu'ils n'y a plus de glaçons... Du coup ils en commandent sur Aglazon se souciant peu du bilan carbone catastrophique que cela va engendrer. Toute inspiration avec un comportement humain bien dans l'ère du temps ne serait que fortuite, évidemment. Une première touche d'humour rigolote qui laisse espérer un album bien marrant. D'autant que le récit se poursuit avec une belle brochette de personnages, de la fervente écolo au couple de télé-réalité, qui s'apprête à partir en mission sur la banquise. Hélas leurs aventures ne seront pas tout à fait à la hauteur. On met du temps à rentrer dans le vif du récit, la préparation de cette opération s'éternise un peu trop. Les clichés sont parfois un peu trop appuyés et au final l'album est inégal. Le décalage entre la climatologue en panique et les manchots moyennement concernés n'amène que peu de situations amusantes au final. Le message de fond sur les travers de notre société et la catastrophe climatique qui nous attend se ressent plutôt bien, mais l'humour ne fonctionne pas toujours. Le dessin est agréable, en tout cas il correspond bien au ton léger de cet album. Les premières pages s'ouvraient de manière marrante, ce qui laissait espérer un album globalement plus rigolo.

18/05/2021 (modifier)