Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (5 avis)

Par DCD
Note: 2/5
Couverture de la série Le Patient
Le Patient

Une bande dessinée intéressante avec une scène glauque à souhait mais avec une fin floue. L'histoire : Pierre Grimaud, l'unique survivant du massacre de sa famille, se réveille de 6 ans de coma, à l'âge de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d'amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie, qui s'occupait de sa sœur, accusée du massacre, avant que celle-ci ne se suicide... L'atmosphère ambiguë et pesante, est bien retranscrite par des cases supplémentaires du décor des pièces, qui ralentissent la lecture et retranscrivent ce que voit Pierre, cloué sur son lit. Puis la mise en page évolue en même temps que sa rééducation porte ses fruits, ainsi que le nombre de personnages s'étoffe et que l'intrigue installe le doute sur la culpabilité de la sœur défunte. Le dessin est précis avec quelques airs de manga. A lire au moins une fois.

24/11/2020 (modifier)
Par DCD
Note: 2/5
Couverture de la série Antarès
Antarès

J'étais impatient de connaître ce troisième cycle et si mon amie qui me prêtait la série l'avait trouvé trop long, j'avoue de mon côté l'avoir trouvé répétitif : nouveau monde, nouvel environnement, nouveaux "monstres" et nouveaux prétendants pour l'héroïne (je ne les compte plus mais il doit y en avoir 5 ou 6 à être tombé amoureux d'elle depuis le début de la série). Les rebondissements finaux avec la sphère et le cube pimentèrent cependant ma curiosité et surpassèrent (un peu) ma lassitude.

24/11/2020 (modifier)
Par DCD
Note: 2/5
Couverture de la série S.A.M.
S.A.M.

Bof ! Mon fils est fan et je crois que c'est normal, car cela est destiné à des enfants de son âge (12 ans et demi). Le découpage et le dessin sont inspirés manga mais sans les traits destinés au noir et blanc, ce qui donne une belle BD colorisée mais aux dessins peu détaillés. L'histoire, sans avoir un rythme soutenu, brûle les étapes. Elle est linéaire et emprunte une route droite et lisse. J'aurais aimé plus de tournants, d'aspérités et d'à côtés pour pimenter cette histoire assez fade. La fin est improbable et gâche le peu qu'il y avait de bon selon moi.

24/11/2020 (modifier)
Par DCD
Note: 2/5
Couverture de la série The Authority (Warren Ellis)
The Authority (Warren Ellis)

J'avais beaucoup aimé Planetary dans un épisode duquel les membres de "Autorithy" intervenaient spectaculairement. J'avais donc décidé de me faire plaisir, mais pour une fois que je m'achète une bande dessinée (d'habitude j'attends mon anniversaire, Noël ou la Saint-Valentin, que ma femme tape dans la liste que je lui ai écrite), je suis déçu. Le tome 1 n'a pas la finesse de Planetary et même pas une intrigue de fond pour lier toutes ces histoires. Les super-héros sont bruts et brutaux, leurs adversaires aussi, et les combats de fin du monde à 100 contre 1 gagnés en 2 coups de cuillères à pot, également. Le tome 2 à peine plus subtil, n'est même pas écrit par Ellis Warren et il a quelques incohérences en plus d'une baisse de qualité du dessin. En fait, "Autorithy" est un mélange raté entre le cynisme de Transmetropolitan et l'univers de Planetary.

24/11/2020 (modifier)
Couverture de la série Atalante - La Légende
Atalante - La Légende

J’ai lu les trois premiers tomes, « pour voir ». Et je l’ai fait sans réel enthousiasme. Il faut dire que je ne pense pas être le cœur de cible d’une série, découverte sur le tard, et qui me parait viser surtout un lectorat adolescent. Même si l’intrigue prend corps au cœur de la mythologie grecque, cela bascule rapidement dans de la fantasy classique, rejoignant des univers proches dans une foule de séries typées « Lanfeust » de chez Soleil, que ce soit au niveau graphique, ou au niveau du scénario et des dialogues (avec des tentatives humoristiques plus ou moins réussies). L’héroïne est elle aussi à l’image de ses consœurs de chez Soleil, hyper sexuée, à tel point qu’on a l’impression de voir Pamela Anderson téléportée dans la Grèce antique (Crisse cultive quand même pas mal la ressemblance !). Pourquoi pas ? Mais comme ce n’est pas publié chez Tabou ou qu’il n’y a pas l’humour qui relève parfois le goût chez Dany, eh bien je n’ai pas trouvé mon compte dans cette histoire. Bon, donc, c’est du divertissement calibré – pas pour moi hélas – et qui peut plaire, mais ce n’est pas ce qui m’attire. Ma lecture fut laborieuse.

23/11/2020 (modifier)