Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (17028 avis)

Couverture de la série L'insurrection de 2046
L'insurrection de 2046

L’auteur est semble-t-il un activiste actif dans plusieurs projets mêlant art et revendications politiques. Cela se sent dans ce volume, qui situe l’histoire dans un avenir relativement proche, dans lequel la société est entièrement sous la coupe d’entreprises privées, le monde ayant été ravagé par de multiples conflits. Si ce volume respecte le cahier des charges de la collection, l’immeuble qui sert de décor est en ruine, comme ses habitants habillés de guenilles montrent une certaine régression de la société. Mais la révolte gronde contre « les riches ». Certes, le format empêche de pouvoir développer une histoire consistante, mais le propos de l’auteur manque de nuance (et la dernière case atténue fortement la violence des propos tenus auparavant, en ridiculisant presque les révoltés, qui se calment en dansant dans les sous-sols). Le dessin, mélange d’underground et de franco-belge plus classique, sort de l’ordinaire (j’ai juste eu un problème avec les nez…). Je suis ressorti décontenancé par cette lecture, qui m’a un peu laissé sur ma faim.

18/04/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
Couverture de la série Super Mickey
Super Mickey

Une autre création originale de Disney sortie chez Glénat qui est franchement dispensable. Je connaissais pas cet auteur et après avoir regardé les planches de son autre série postée sur le site, il est clair que ce Disney est différent de ce qu'il fait habituellement. Il n'y a pas de trash et tout est bien sage pour plaire au standard Disney. S'il n'y avait pas le style de dessin très différent d'une production Disney habituelle et le fait que ça soit muet, j'aurais cru lire une bande dessinée Disney quelconque comme il en sort à la chaine pour remplir les publications Disney qui sortent à travers le monde. Le ton est enfantin et donc il ne faut pas s'attendre à une double lecture comme avec un Don Rosa, mais au moins les meilleurs auteurs Disney comme Carl Barks étaient capables de faire des récits d'aventure qui sont encore sympas à lire lorsqu'on est adulte. Ici, le scénario est trop basique à mon goût et ça traine en longueur. Les gags visuels ne m'ont pas fait rire du tout. Je n'ai lu que quelques récits mettant en vedette Super Dingo durant ma jeunesse, mais je me souviens que c'était plus palpitant que ce récit. L'auteur réussit l'exploit de rendre ennuyeux un récit où Dingo et Mickey sont des super-héros ! À noter que l'histoire est divisée en chapitres et qu'à la fin de chacun d'entre-eux il y a des mini-jeux et un strip. Je dois dire que l'un de ces strips (celui où Donald souhaite être un super-héros) est le seul gag qui m'a fait rigoler durant ma lecture.

18/04/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 2/5
Couverture de la série Eternum
Eternum

Je suis plutôt fan des scénarios de Christophe bec, mais avec cette trilogie j’avoue que je n’ai pas trop accroché. L’intrique ne casse pas trois pattes à un canard. L’histoire est mince comme du papier à cigarette et sans aucun intérêt. Aucun suspens. On imagine très rapidement la fin du récit. Le mysticisme voulu tombe à plat. Pas ressenti une once d’ambiance oppressante comme j’avais pu le ressentir dans the thing, film réalisé par John Carpenter. je fais ce parallèle car je trouve qu'il y a de nombreuses similitudes entre ce film et ce récit. Le graphisme avec sa colorisation acidulée n’est pas terrible visuellement même si certains décors tiennent vraiment la route. On peut avoir l’impression de se retrouver dans le film d’Alien par moment. C’est l’unique point très positif de ces albums. Vous allez côtoyer de nombreux personnages. Sans aucun intérêt mais Bec fait du Bec ! C’est sa marque de fabrique. Plusieurs époques, plusieurs lieux et une multitude de personnages. Aucune surprise de ce côté-là. Au final je reste sur ma faim à la lecture de ces albums sans saveur. Je ne dis pas que je me suis ennuyé mais j’attends plus. Bec devrait se renouveler un peu car là ça sent un peu le sapin.

18/04/2021 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 2/5
Couverture de la série Les aventures de Vick et Vicky
Les aventures de Vick et Vicky

Comment dire... Quand j'ai lu les aventures de Vick et Vicky, je me suis demandé si je n'étais pas victime d'un saut temporel. Les décors, les voitures, la date d'édition m'indiquaient bien les années 1990-2000, mais j'ai eu l'impression de lire une sorte de Bob et Bobette mâtinée de Gil et Jo (ou l'inverse), dans une forme d'humour bien différente, nettement plus Totor, C.P. des hannetons que Les Aventures de Tintin, idée générale renforcée par diverses allusions parsemées ci et là. Bref, la curieuse impression de lire une ancienne BD modernisée sauce boy-scout, très gentillette. Honnêtement, j'ai du mal avec la bouille des protagonistes. C'est de la BD artisanale, auto-éditée, un produit assez local et accessoirement bretonnant. Je n'ai rien contre les produits locaux, un peu amateurs dans le sens étymologique du terme, j'en ai quelques uns dans ma collection, et je les montre souvent, afin de faire voir qu'il existe des BD hors des grands circuits classiques (Un type de métier = une BD / Donzelle quasi-dévêtue avec une grosse épée / Reprise d'héro(s) existant depuis + de 50 ans). En clair, je n'accroche pas des masses, mais les plus jeunots si, à prime vue. Mais pas tous les jeunes, non plus. Graphiquement, je préfère les 1ers albums, plus touchants en quelque sorte, l'impression que l'auteur y a mis tout son cœur, ce qui est moins visible par la suite. J'avoue ne pas avoir tout lu et d'avoir limité mon exploration à 5 volumes.

17/04/2021 (modifier)
Couverture de la série Panique
Panique

Si j’aime toujours autant le concept et si j'apprécie d’avoir ce bel objet en main, c’est la première fois qu’un opus de cette collection me laisse réellement sur ma faim. En effet, dessin et scénario manquent d’originalité. Certes, ça se laisse lire et c’est fluide (lecture très rapide évidemment), mais seuls les lecteurs les plus jeunes y trouveront leur compte je pense. En effet, ça manque à la fois de fond et de surprise, la chute finale étant un peu gentille.

17/04/2021 (modifier)
Par Josq
Note: 2/5
Couverture de la série Les aventures de Vick et Vicky
Les aventures de Vick et Vicky

Souvenirs d'enfance... J'avoue, j'appréciais relativement cette lecture étant enfant, en tous cas, les tomes se déroulant au Mont Saint-Michel, que j'ai pas mal lu dans ma jeunesse. Néanmoins, ce qui passe bien quand on est enfant passe beaucoup moins bien quand on grandit, et il faut bien reconnaître que les qualités des Aventures de Vick et Vicky sont assez limitées. Le tout est un pur prétexte, on le comprend vite, à nous immiscer dans la culture scoute et à nous la faire découvrir plus ou moins en détails, le tout sur fond d'enquêtes policières plus ou moins bien ficelées. Le problème, c'est que généralement, l'intrigue policière est traitée assez rapidement (un peu moins dans le diptyque au mont Saint-Michel, forcément, l'auteur a plus de place pour dérouler son récit) et qu'on y retrouve un certain nombre de facilités qui ne peuvent faire illusion qu'auprès d'un public jeune. Néanmoins, sur souvenirs, les six premiers tomes étaient assez sympathiques et se lisaient agréablement. C'est surtout à partir des tomes sur les sorcières de Brocéliande que ça commence à devenir assez ridicule. Bizarrement, les scénarios deviennent de plus en plus pauvres au fur et à mesure que la saga avance, tout comme le dessin, qui n'était déjà pas incroyable au début, mais devient carrément indigent à partir d'un certain moment. Bref, je garde un souvenir légèrement nostalgique des premiers tomes de cette saga, car ils figuraient dans la bibliothèque familiale et que je les ai pas mal lus enfant, mais avec le recul, il est clair que cette saga s'adresse avant tout à un public de jeunes catholiques, scouts de préférence. Quand on est tout-à-fait extérieur au monde scout comme moi, en tous cas, ça ne donne pas spécialement envie de s'y intéresser. Et quand on a une perle telle que La Patrouille des Castors à côté, on ne trouve guère de raisons de s'attarder sur cette série-là...

17/04/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
Couverture de la série C'est la jungle ! (Le livre de la jungle de Harvey Kurtzman)
C'est la jungle ! (Le livre de la jungle de Harvey Kurtzman)

Je suis conscient de l'apport énorme d'Harvey Kurtzman au monde de la BD d'humour car je suis conscient d'à quel point le magazine MAD, dont il est le co-créateur et premier rédacteur en chef, a inspiré ensuite ceux que je considère comme les maîtres de l'humour franco-belge tels que Goscinny et Gotlib. C'était un style parodique et satirique sans aucun doute révolutionnaire dans les années 50. Mais pourtant, je n'ai jamais été un très grand fan de MAD dont les pages me font sourire mais finissent assez vite par m'ennuyer à la longue. Et c'est encore pire pour moi en ce qui concerne les 4 histoires que contient cet album d'Harvey Kurtzman. Deux d'entre elles sont des pastiches de films de genre ou de séries télévisées de l'époque, d'abord une histoire de polar noir, puis ensuite un western. Et les deux autres sont davantage des satires sociales, l'une sur le monde de l'entreprise éditoriale et de l'ambition professionnelle, l'autre sur les sudistes américains, texans plus précisément. L'humour fonctionne en partie sur une vision cynique des choses, tournant à la dérision, et en partie aussi sur un décalage entre des dialogues faussement sérieux et le délire de certaines situations. Quant au dessin, il est dynamique et sûrement très moderne pour son époque, avec un trait souple et énergique. Sur le fond, ce sont là des éléments qui pouvaient me plaire. Mais dans la pratique, je me suis ennuyé. D'abord parce que l'humour ne m'a pas franchement atteint. Outre quelques références d'époque que je n'avais pas ce qui est moyen quand on veut savourer un pastiche, je n'ai pas été sensible à ce mélange de délire et de satires pince-sans-rire. Mais c'est surtout la surabondance de texte et de dialogues qui m'a saoulé. Certaines planches me donnaient presque l'impression d'être du texte illustré, avec une tonne de dialogues et en dessous une vague illustration qu'on regarde après coup. C'est probablement une forme de paresse intellectuelle de ma part mais quand je lis une BD, j'aime que le texte et le dessin s'articulent davantage et ne pas d'abord devoir lire un long texte et ensuite seulement voir l'image qui s'y rapporte. Et quand tout un album est aussi bavard et que l'humour recherché est justement plus dans ces dialogues que dans les images qui ne se suffisent pas à elle-même, eh bien je m'ennuie. Ce fut le cas avec cet album qui ne m'a pas vraiment fait rire et que j'ai eu du mal à ne pas abandonner, n'étant poussé finalement que par la curiosité de voir ce que cet auteur culte pour les auteurs de BD du 20e siècle avait à proposer. Des quatre histoires, je ne retiendrais que celle sur le western qui est un peu plus dynamique et moins alourdie par son texte, et dont le gag récurrent du shérif qui se fait descendre m'a quand même amusé.

16/04/2021 (modifier)
Couverture de la série Généalo Jill
Généalo Jill

Christophe Cazenove et les éditions Bamboo sont des spécialistes pour imaginer et publier des séries humoristiques thématiques. Généalo Jill entre en plein dans cette approche et se consacre sans réelle surprise à la généalogie. J’avoue avoir emprunté cet album par curiosité. Comment les auteurs allaient-ils pouvoir à la fois parler de généalogie durant un album entier et, en plus, rendre leurs propos amusants ? C’était à mes yeux un vrai challenge, la généalogie consistant principalement à faire des recherches de rat de bibliothèque, soit via internet, soit via des archives papiers encore disponibles. Rien ni de drôle ni de vivant. Ça peut être captivant pour le généalogiste amateur mais de là à en faire une bande dessinée humoristique, je ne voyais pas vraiment le lien. Et le résultat est à l’image de mes craintes. Je n’ai ri à aucun moment. En même temps, cet album se destine prioritairement à un jeune public et celui-ci sera très certainement plus sensible à cet humour facile. Je pense cependant pouvoir affirmer que même les plus jeunes admettront que ces courts récits, s’ils peuvent les faire parfois sourire, sont tout de même loin d’être hilarants. Par ailleurs, Christophe Cazenove n’est pas loin du refus d’obstacle en ce qui concerne le thème central de la généalogie. Il articule en effet très fréquemment ses récits autour d’un ancêtre original, la généalogie n’étant plus abordée que pour monter un type de démarche ou une difficulté fréquemment rencontrée. Le dessin de Pica, un peu raide, m'a fait penser au style de Bédu. Pas désagréable et plutôt bien adapté à ce type de concept. Il ne sort cependant pas du lot et n'offre pas de scènes marquantes. Au final, je n’ai pas été convaincu. Cet album me semble trop léger pour susciter des vocations chez les jeunes lecteurs. Il a toutefois le mérite de mettre en avant un hobby dont on ne parle que très rarement.

15/04/2021 (modifier)
Couverture de la série Et vous trouvez ça drôle ?
Et vous trouvez ça drôle ?

Si quelqu'un vous a offert ce livre, vous feriez bien de vous poser des questions quant à ce que cette personne pense de vous. La présentation de ce livre est très bien faite, avec un humour grinçant qui fait saliver le lecteur impatient. 2ème et 4ème de couverture, préface, infos sur les personnes ayant participé à la conception de l'ouvrage, tout cela était de bon augure. A tel point d'ailleurs que j'avoue m'être demandé si derrière Hugleikur Dagsson ne se cachait pas Wandrille Leroy, fondateur des éditions Warum et Vraoum. Mais Google et Wikipedia ont cru bon de me détromper. Et vous trouvez ça drôle ? est un petit livre présentant des gags en une image. L'humour ici est toujours trash. Les quelques thèmes abordés sont le sexe, l'homosexualité, la mort, le suicide, la dépression, le mariage (souvent synonyme du précédent), les enfants (à relier au mariage, à la dépression, au suicide, au sexe), les sexes masculins (micro ou macro, mais pénis), l'accointance nazie, etc. Le dessin donne quant à lui une bonne démonstration de la notion de "strictement minimaliste". L'ennui avec ce livre, c'est que c'est quitte ou double façon roulette russe. En découvrant un nouveau gag, soit c'est trash et drôle, soit c'est trash et incompréhensible et/ou raté, et par conséquent ça n'arrache même pas l'ombre d'un sourire, ce qui est tout de même fort dommage, vous en conviendrez. J'avoue qu'un certain nombre de pages sur les enfants m'ont bien fait sourire, voire même rire, mais au moins autant de gags m'en ont touché une sans faire bouger l'autre. Au final un ouvrage trash, dont certains gags font mouche, mais avec un taux de réussite assez faible. Dommage.

15/04/2021 (modifier)
Couverture de la série Demain l'an 3000
Demain l'an 3000

Mouais, bof bof. Le casting est imposant (voir description), avec les habitués des Humanos ou de l’Echo des Savanes (dans lequel ces histoires ont été préalablement publiées), avec quelques auteurs en plus. Chaque auteur devait donner sa version du passage ou du bug de l’an 2000. C’est forcément hétérogène, inégal, ne laissant que peu d’espace à chacun pour tirer son épingle du jeu. Ce genre d’album collectif est rarement une réussite il faut dire. La plupart de ces courtes histoires m’ont laissé de marbre. La première, d’Edika est correcte, et celles de Tronchet ou de Vuillemin sont plutôt intéressantes (ce sont les meilleures du recueil à mon goût). De celle de Cromwell, je retiens surtout le dessin, que j’ai bien aimé. L’histoire d’Arleston avait un réel potentiel sous-exploité (cela pouvait partir vers plus de fantastique, d’érotisme, d’humour, en tout cas être davantage développé sans problème). Pour le reste, c’est décevant : moyen, voire même sans trop d’intérêt, malgré le pédigrée de certains auteurs.

15/04/2021 (modifier)