Courtney Crumrin

Note: 3.69/5
(3.69/5 pour 26 avis)

Courtney Crumrin déménage. Et ce n'est pas fait pour lui faire plaisir. Après avoir vécu des années au-dessus de leurs moyens, son père et sa mère ont enfin trouvé une solution à leurs difficultés financières. Ils partent en banlieue, dans la maison de leur très riche oncle, le Professeur Aloysius Crumrin. L'immense manoir victorien du vieux Crumrin ne détonne pas dans le quartier huppé de Hillsborouh. Toutefois, Courtney va bientôt découvrir que l'oncle Aloysius a une sinistre réputation et que de sombres rumeurs courent sur lui et sa maison.


Akileos D'un monde à l'autre Néo Gothique Noir et blanc Oni Press Urban Fantasy

Courtney Crumrin déménage. Et ce n'est pas fait pour lui faire plaisir. Après avoir vécu des années au-dessus de leurs moyens, son père et sa mère ont enfin trouvé une solution à leurs difficultés financières. Ils partent en banlieue, dans la maison de leur très riche oncle, le Professeur Aloysius Crumrin. L'immense manoir victorien du vieux Crumrin ne détonne pas dans le quartier huppé de Hillsborouh. Toutefois, Courtney va bientôt découvrir que l'oncle Aloysius a une sinistre réputation et que de sombres rumeurs courent sur lui et sa maison. Et, bien que cet arrangement donne à ses parents l'apparente ascension sociale qu'ils désirent tant, Courtney a pour sa part l'impression d'atterrir en plein cauchemar. Un cauchemar où elle se voit rejettée par ses camarades de classe plus aisés. Et comme si ça ne suffisait pas, le vieux manoir poussiéreux semble abriter des créatures encore plus étranges que son père, sa mère ou l'oncle Aloysius. Elles rampent dans les couloirs sombres. Elles rongent des os dans les coins. Et parfois, elles grimpent sur le lit et observent Courtney pendant qu'elle dort. Son père et sa mère ne les remarquent même pas, mais l'oncle Aloysius sait tout sur elles. Il les appelle... "Les Choses de la Nuit"

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2004
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Courtney Crumrin
Les notes (26)
Cliquez pour lire les avis

10/10/2004 | ThePatrick
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Elle me plait bien cette petite Courtney. C'est un peu par hasard que j'ai fait sa connaissance à l'occasion d'un vide grenier puis elle à sagement attendu noyée dans la pile de choses à lire. Finalement c'est fait et c'est une heureuse surprise, je ne dirais pas que ce qui m'a le plus emballé est le dessin que je trouve tout de même un peu raide. La colorisation plutôt sombre ne me gêne pas car elle correspond finalement bien à l'ambiance des récits proposés. Les scénarios sont malins et nous entraînent dans des aventures abracadabrantesques peuplées de tous les monstres que notre imaginaire connait bien. S'il n'y avait que cela l'on pourrait se dire que c'est un brin léger mais il faut y ajouter les états d'âmes de notre brave Courtney pré ado en mal d'amour et de reconnaissance. Avec son caractère déluré, anticonformiste elle fonce, va de l'avant sans se soucier des conséquences de ses actes. Pas d'horreur sanguinolente, finalement des histoires que l'on pourrait lire aux enfants sans craindre qu'ils fassent d'horribles cauchemars.

04/03/2018 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Pour ma part, j’ai littéralement dévoré les six tomes de la série. Je vais faire court car il y a déjà de nombreux avis très complets. Je tiens tout de même à manifester mon enthousiasme pour cette belle série. L’univers de Courtney Crumrin, que ne renierait sans doute pas Tim Burton, est particulièrement riche et envoutant. Le monde des choses de la nuit est foisonnant, doté d’un bestiaire soigné et divers. Inquiétant, onirique, cynique, cruel ou mélancolique, ce monde gagne en complexité au fur et à mesure de la série. Le personnage ce Courtney Crumrin, une gamine au sale caractère mais profondément humaine, héritière et apprentie du plus grand sorcier d’Hillsborough est extrêmement réussi et attachant. On suit ses pérégrinations, aventures et évolutions avec une certaine jouissance. L’intrigue générale n’est pas en reste. La série est construite sur plusieurs histoires connectées les unes aux autres par un fil rouge, dans lesquelles se croisent et s’impliquent les mêmes personnages. Certaines sont justes agréables, d’autres sont incroyables et l’ensemble se révèle bien construit et passionnant à suivre. Coup de cœur pour moi !

28/06/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série que j’ai découverte sur le tard, et qui possède d’indéniables qualités – même si je la placerai moins haut que la majorité de mes prédécesseurs. Je trouve que le personnage de Courtney est très intéressant, une petite fille à la forte personnalité, qu’elle a forgé avec des parents égoïstes et desquels elle ne se sent pas vraiment proche. D’ailleurs, ces parents, leurs ambitions, sont ce qui rend parfois drôles et amères certaines parties (surtout dans le premier tome, que j’ai bien aimé) : l’auteur, au travers du regard de Courtney, se moque clairement des préventions et prétentions de la bonne société, de la grande bourgeoisie d’Hillsborough, cet aspect « critique sociale » est plutôt bien vu. Courtney est donc un personnage attachant et réussi, mais qui hélas vaut bien souvent mieux que les histoires dans lesquelles elle se trouve embarquée, qui sont inégales (j’ai par exemple nettement moins aimé le tome 4). Avec elle, on en sait peu à peu davantage sur l’oncle Aloysus, sur l’assemblée des sorciers et sur leur implantation dans la région d’Hillsborough. Sur les « choses de la nuit » aussi. Quelques personnages récurrents, d’autres qui s’agglomèrent autour de Courtney (comme Holly Hartley), permettent à l’auteur de ne pas trop ronronner, dans une histoire d’apprentie sorcière assez différente de celle d’Harry Potter. Le dessin de Ted Naifeh utilise très bien un Noir et Blanc stylisé, lui donnant une impression de jeux d’ombres, de papiers découpés et collés : le rendu convient bien à l’ambiance de la série. Seul bémol pour le côté graphique : ces mains avec des doigts bizarres.

29/04/2017 (modifier)
Par dut
Note: 4/5

Difficile de ne pas lire "Courtney Crumrin" sans penser à Harry Potter qui aurait été raconté par Tim Burton ! Une histoire d'un enfant qui découvre un monde de sorciers par le biais de son oncle, le tout dans un univers assez sombre et donc très burtonien. Le tout est servi par un dessin en noir et blanc parfait pour retranscrire l'ambiance de cette BD. J'ai trouvé les 2 premiers tomes plutôt bons en guise d’introduction mais les petites histoires courtes ne permettaient pas de développer des intrigues assez poussées. Cela change par la suite et du coup les histoires montent vraiment en qualité ! Le bestiaire, le monde imaginé est hyper intéressant, sombre, et on sent qu'il regorge d'encore plein de mystères. Une chouette série !

01/01/2014 (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pasukare

En voilà une héroïne de BD pas banale avec son cynisme chevillé au corps, sa curiosité maladive et son regard complètement désabusé sur sa famille et ses semblables. Courtney Crumrin débarque un jour avec ses parents dans la maison d'un vieil oncle taciturne et découvre alors qu'elle est la descendante d'une famille de sorciers, évoluant dans un monde où l'on croise à chaque coin de forêt des créatures de la nuit plus ou moins sympathiques, des chats qui parlent, des vampires, des gobelins et des loups-garous pour ne citer qu'eux. Jeune fille quasi incapable de cohabiter avec ses semblables, attachée à mais parfois accablée par sa solitude, elle se découvre alors une affinité bienvenue pour ce nouvel univers, qu'elle va chercher à explorer et à comprendre en bravant tous les interdits et dangers pouvant se dresser sur sa route (au grand dam de son oncle, qui apprécie l'arrivée de cette nièce dans sa vie, mais beaucoup moins sa témérité…). Gare à qui se met en travers de son chemin (humain ou pas) ! Les histoires mettent en scène des monstres pour la plupart peu sympathiques (c'est le moins que l'on puisse dire) et parfois sanguinaires mais ne sont pas dénuées d'humour pour autant (noir ou pas). Le fort (et sale) caractère de Courtney rend le personnage très attachant et les personnages secondaires récurrents (comme le tonton ou Butterworm le gobelin) ne sont pas en reste non plus. L'arrivée en ville d'une jeune fille au caractère aussi bien trempé que le sien au T5 est une nouveauté presqu'aussi surprenante pour Courtney que de croiser un gobelin sanguinaire au fond d'une mare putride… Trois petits bémols cependant : dans le T4, la lecture des dialogues avec l'accent teuton, amusante au début, finit par être lassante et lourdingue à la longue… Dans le T5, mis à part le personnage de la gamine nouvelle venue, l'histoire n'est pas très intéressante. Le spin-off sur l'oncle A est sans grand intérêt non plus. Le dessin est un très joli noir et blanc sans nuance ou presque, assez anguleux, torturé ; au premier abord je n'aurais pas spécialement été attirée mais il faut reconnaître à Monsieur Naifeh un talent certain pour la mise en scène d'ambiances pour le moins lugubres. Certaines créatures de la nuit sont d'une beauté saisissante, tant par leur physique atypique que par leur sinistre expressivité. Un coup de cœur pour le sale caractère de Courtney et pour le ténébreux et silencieux Skarrow.

29/08/2012 (modifier)
Par McClure
Note: 3/5

J'ai beaucoup apprécié ma lecture de Courtney Crumrin, alors que je ne suis pas du tout dans la cible. Le contexte fantastique à monstres est un des environnements que j'aime le moins, que ce soit en BD, livres ou films. Ajoutons à celà un dessin très comics et un noir et blanc assez particulier, la petite blondinette avait tout pour me rebuter. Et bien que nenni. J'ai d'abord trouvé les historiettes dynamiques, modernes, avec un second degré délicieux. Elles sont par contre inégales dans la qualité et l'intérêt. Malgré tout, ce mode de narration avec un fil conducteur sur le personnage et sa famille est bien trouvé et permet de renouveler l'intérêt assez vite, c'est bien ficelé. Le dessin, même s'il ne rentre pas dans mon cœur de prédilection est malgré tout réussi, grâce principalement à ce jeu d'ombres savamment orchestré. Que j'ai aimé retrouver mes frayeurs d'antan, avec cette chambre où tout est immobile mais semble en perpétuel mouvement, où chaque ombre recèle son pesant de monstres rampants. Par ailleurs, les personnages sont assez bien troussés, même si caricaturaux. Cela peut sembler de prime abord décevant mais c'est en harmonie avec le dessin, la narration, on est dans la série US pour adulescent et cela se ressent aussi au niveau des personnages. J'ai bien aimé aussi le décalage d'une enfant précoce donc différente dans un monde où la norme est systémique (systématique). La principale déception vient plutôt du manque de profondeur des différents monstres, de leur monde etc. On reste très superficiel là-dessus, focalisés que nous sommes sur la petite sorcière. C'est dommage car c'est à mon sens ce qui distingue cette jolie série agréable d'une œuvre véritablement aboutie. Mais ceci étant, je pense que ça colle bien à la cible.

17/12/2011 (modifier)

Pour commencer, la sempiternelle comparaison avec Harry Potter ne s'impose pas du tout à mes yeux, d'autant que celui-ci me laisse de glace alors que Courntey Crumrin a emporté mon adhésion. Il ne suffit pas de parler de sorciers, d'une gamine et de créatures fantastiques pour croire que l'assimilation de l'un à l'autre est naturelle. La BD de Ted Naifeh nous parle de la solitude d'une fille intelligente, caustique, touchante, et (hélas pour elle) suffisament précoce pour recevoir de plein fouet toutes les cruautés, médiocrités et bassesse du monde réel en général et de celui des adultes en particulier. C'est le constat un peu triste d'une gamine qui oscille entre une naïveté propre à son âge et une lucidité douloureuse, qui ne trouve pas sa place dans notre monde, baladée entre des gosses assez crétins d'un côté et des adultes souvent très prosaïques (ses parents sont assez représentatifs de ce côté-là) ou peu communicatifs (l'oncle Aloysius). Courtney Crumrin est plus proche du Holden Caufield de L'attrape-coeurs de J.D. Salinger (dans une version plus fantastique et gothique, bien entendu) que de Harry Potter et ses amis apprentis-sorciers. Par ailleurs, la série évite le plus souvent (pour ma plus grande satisfaction) l'attirail puéril et désuet du petit sorcier à la baguette et les effets pyrotechniques. S'il y a de la magie dans la série de Naifeh, elle est autrement plus subtile. Aussi, lorsque Courtney fait connaissance avec le monde fantastique des "choses de la nuit", de la sorcellerie, du surnaturel, elle s'y trouve naturellement plus à l'aise qu'au contact du triste et décevant quotidien, non à cause d'une tendance à la morbidité que parce que la "monstruosité" de cet univers-là est somme toute moins mesquine et désespérante que la réalité. Plus poétique, aussi. Et Ted Naifeh s'y entend parfaitement pour retranscrire, dans un noir et blanc contrasté à la Didier Comès, l'atmosphère envoûtante de la nuit qui bruisse de créatures à la fois inquiétantes et fascinantes, et toujours incontestablement moins dangereuses que l'homo sapiens. Les passages de l'un à l'autre monde sont aussi (mon avis diverge avec celui de Miranda) l'autre aspect que j'ai trouvé positif à la série car la platitude de l'un permet justement de donner plus de valeur et de relief, de consistance, à l'autre. Bien que divertissante, Courtney Crumrin est au final une série assez grave, à l'humour d'ailleurs peu présent si ce n'est celui - assez acide - de sa jeune héroïne, pour qui j'ai eu tout de suite une forte symathie/empathie. Une oeuvre noire qui interpelle autant pour sa dimension sociale, existentielle, que pour son contenu fantastique et devrait donc plaire aux adolescents/adultes plutôt qu'aux enfants. Je crois que cette précision est importante.

29/06/2011 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

J’apprécie énormément la petite Courtney, son intelligence et sa répartie, par contre ses aventures m’ont laissée plus ou moins indifférente au fil des tomes. En voici les raisons : Tout d’abord parce que ces histoires se déroulent essentiellement dans le monde actuel, empruntes de magie certes, mais alors que Ted Naifeh aurait pu nous balader dans d’autres mondes il se cantonne au nôtre. J’ai adoré par exemple lorsque Courtney se retrouve justement dans celui des êtres fantastiques, dont je ne me souviens pas du nom, mais cela n’arrive malheureusement que deux fois, et encore que... On y va une première fois dans le tome 2 et comme si l’auteur avait trouvé de nouvelles idées à y introduire, il nous refait la même ballade au tome 3, avec un scénario très similaire en y apportant juste quelques améliorations. Ensuite, je trouve que si l’idée de départ est bonne et les personnages plutôt intéressants, sans aller jusqu’à dire que l’ensemble manque d’imagination, tout au moins les choses les plus intéressantes sont les moins développées, comme tout ce qui touche aux êtres fantastiques. On a aussi droit à quelques répétitions sous couvert de situations différentes. Pour finir, par moments, le récit prend un ton un peu trop naïf à mon goût. La lecture est toutefois agréable, surtout que le dessin est plutôt intéressant, dans un style assez original propre à l’auteur, mais une relecture est d’ores et déjà exclue, les bds étant sur ma pile de bds à vendre.

16/03/2011 (modifier)
Par AqME
Note: 4/5

Courtney Crumrin est une série qui au départ a surtout plu à ma chérie pour les dessins, pour l'univers, mais aussi pour l'allure générale de Courtney. Niveau scénario, le premier tome est plutôt en-dessous des autres, mais il met en place l'univers et le caractère curieux et rebelle de l'héroïne de la série. On retrouve tout ce qui fait le charme d'une BD fantastique avec de l'humour, mais pas trop, de la magie et des mythes et légendes redécouvert et parfois transformés (vampires, loup-garous et autres créatures de la nuit). Ce qui est bien, c'est que l'on ne se retrouve pas dans une suite d'aventures sans réel lien, au contraire, à chaque fois on a des références à ce qui s'est passé antérieurement (comme avec Tommy le décharné au design horrifiant) et les attitudes, réflexions et émotions de Courtney sont vraiment très bien travaillées. On obtient donc un bon mélange entre aventure personnelle et aventure magique. Au niveau du dessin, Ted Naifeh ne sait toujours pas faire les doigts des personnages, et les yeux sont souvent bâclés. Mais on retrouve sur certaines planches des détails ébouriffant et des visages criant de vérité et d'émotions ! De ce fait, on passe outre les doigts et certains personnages secondaires un peu passés à l'as. En bref, on a une très bonne série qui nous rappelle nos cauchemars d'enfants et qui nous fait vivre une belle aventure mêlant habilement émotion et magie. Je conseille vivement !

13/02/2010 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

J’adore ! Le dessin est superbe, le noir est blanc est très propre, et le style vraiment unique. Ted Naifeh maîtrise vraiment son encrage, c’est impressionnant. L’histoire n’est pas forcément très originale, mais fonctionne très bien. Des histoires de sorcières, magie, créatures de la nuit et autres légendes, on en a déjà lu des brouettes, mais moi personnellement j’en redemande, surtout quand elles sont aussi captivantes. Le 3eme tome arrive même à introduire des réflexions philosophiques sur la place de l’homme sur notre planète. C’est drôle, captivant, envoûtant, facile à lire et bien dessiné… Une excellente BD donc ? Ben oui, surtout à partir du 2eme tome (le 1er est « juste » bien). A conseiller à tous les amateurs de Harry Potter et autres histoires de magie. Tome 1: Tome 2: Tome 3: Tome 4:

22/05/2005 (MAJ le 08/08/2009) (modifier)