Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les dernier avis (87498 avis)

Par vinyloup
Note: 4/5
Couverture de la série Angel Wings
Angel Wings

A lire pour la beauté du dessins des avions et une histoire inhabituelle.

21/01/2020 (modifier)
Par vinyloup
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Le Grand Duc
Le Grand Duc

Une série pour les amateurs d'avions à lire: de magnifiques dessins d'avions, une histoire attachante et romantique mais pas ennuyante.

21/01/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
Couverture de la série Tout va bien (Delcourt)
Tout va bien (Delcourt)

Je vais être très gentil dans la notation de cette oeuvre. Pour autant, qu'est-ce que l'héroïne Ellie m'a un peu tapé sur le système. J'avoue aisément que je ne serais sans doute pas resté très longtemps avec ce genre de femme. Je tire mon chapeau au petit ami très compréhensif qui devrait sans doute avoir un prix Nobel ou une récompense bien méritée. Maintenant, la dépression chronique est une maladie qui peut être assez handicapante dans les relations sociales. Il faut avoir un peu de compassion. J'ai mis plusieurs jours pour venir à bout de ce long pavé car il m'a fallu reprendre de l'énergie car cela vide les dernières réserves après une longue journée de travail. Le lecteur n'aura pas forcément envie. Cependant, c'est un témoignage assez touchant car c'est sincère. C'est d'ailleurs ce qui m'a plu malgré tout. Le graphisme au ton bleuté passe très bien également. Et dire que c'est la première oeuvre de son auteur en tant qu'artiste complet. Là encore, je dis que c'est vraiment bien. J'ai été captivé et ce n'était pas gagné d'avance.

21/01/2020 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
Couverture de la série Champignac
Champignac

Le dessin est séduisant, à l’image de celui d’un Gazzotti. Côté récit, on explore un pan de l’univers de Spirou encore peu exploité (et on en profite pour remonter le temps par la même occasion). Le compte Champignac méritait d’être sous le feu des projecteurs et c’est maintenant chose faite. L’embrigadement de Pacôme dans des faits historiques véridiques donne une dimension supplémentaire au personnage. L’intrigue tourne en effet autour de la fameuse machine Enigma utilisée par les Nazis pour crypter leurs messages. Les explications sont particulièrement bien fournies, sans plomber la narration pour autant. Les choses avancent vite, … sans doute un peu trop par moment. Mais c’est sans nul doute pour se concentrer sur l’essentiel. Au final, le récit est intéressant et instructif. A découvrir.

21/01/2020 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
Couverture de la série Walter Appleduck
Walter Appleduck

J’apprécie toujours autant les réalisations de ce duo de Fabrice. Le dessin, servi à la façon Jacovitti, convient parfaitement pour illustrer ce récit où l’instruction et le savoir-vivre ne semblent pas avoir encore percolé au far-west. Mais cela, c’était avant que Walter Appleduck n’arrive pour civiliser cette contrée lointaine … Dans les faits, et on peut s’en douter (sinon ça aurait été moins drôle), cette quête se révélera bien vite quelque peu vaine. L’histoire est donc jalonnée de comiques de situations et de quiproquos. C’est un humour un peu absurde qui jongle avec les mots (et les maux pour certains protagonistes). Bref, ça peut saouler mais moi j’en redemande. A lire !

21/01/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
Couverture de la série Riverdale présente Archie
Riverdale présente Archie

2.5 Je précise que je n'ai lu que le premier tome. Des séries modernes d'Archie comics, c'est celle-ci qui m'a le plus convaincu jusqu'à présent. Cela reste tout de même moyen. Le dessin est 'moderne' (ce qui veut dire que c'est moche vu que les grands éditeurs américains semblent maintenant détester les dessinateurs qui ont un beau dessin) et je ne l'aime pas trop, mais j'ai fini par m'habituer au style. Le scénario est pas mal au niveau des personnages vu que même si c'est un reboot qui change certaines choses, les personnages gardent leur personnalité intacte et agissent de la manière dont je les ai toujours connus. Le scénario s'étire sur plusieurs chapitres et donc c'est plus développé que les vieilles histoires d'Archie qui duraient la plupart du temps 5-7 pages. Malheureusement, le premier tome manque de surprise pour un lecteur comme moi qui connait bien l'univers d'Archie. Par exemple, Reggie va tout faire pour ruiner la relation entre Archie et Véronica et pour ce faire il va se servir de son père qui n'aime pas du tout Archie parce qu'il est maladroit...Ce sont des éléments de scénario que j'ai vus plein de fois dans cet univers. Il y a aussi un truc qui m'a ennuyé, c'est qu'Archie fait la présentation des personnages. Ça peut aider un lecteur français qui ne connait pas la série, mais elle a été écrite en premier pour les Américains qui connaissent bien les personnages. C'est comme si on faisait un reboot de Gaston Lagaffe et qu'il passerait son temps à nous expliquer qui sont Prunelle, Lebrac, mademoiselle Jeanne et tous les autres. Bref, le scénario n'est pas mauvais, mais je ne le trouve pas palpitant pour le moment. Je vais lire la suite si je tombe sur le second tome à la bibliothèque, mais disons que ça ne me dérangerait pas de ne jamais lire la suite.

21/01/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
Couverture de la série A.D. After Death
A.D. After Death

2.5 Un récit qui m'a moyennement convaincu. Et oui comme le dit Mac Arthur ce n'est pas une lecture facile. Il faut bien s'accrocher pour tout retenir et aussi ne pas trop se perdre parce que la narration n'est pas trop claire par moment. Ce n'est pas le genre d'album qu'on peut lire en une vingtaine de minutes et où c'est pas grave si on saute un passage (donc si vous lisez cet album, ne sautez pas les parties roman illustré). Personnellement, si j'ai bien aimé le dessin, le scénario a du bon et du mauvais. En gros, j'ai bien aimé le mystère et je voulais lire jusqu'à la fin afin d'avoir les explications qui me feront comprendre complètement le récit... sauf qu'après les avoir lues, je ne suis pas certain de bien comprendre les motivations et les agissements des personnages. Peut-être que je vais mieux comprendre durant une relecture, sauf que je ne pense pas relire l'album un jour. Il y a des bons moments, mais je trouve que le scénario est un peu long et globalement je n'ai pas ressenti beaucoup d'émotions durant ma lecture. Le sort des personnages me laissait indifférent, je voulais juste savoir les réponses à mes interrogations. Un récit spécial qui risque de mieux plaire à d'autres lecteurs.

21/01/2020 (modifier)
Couverture de la série Karga, le 7ème univers
Karga, le 7ème univers

J'ai découvert cet album que je ne connaissais pas, et j'ignorais ou j'avais oublié que André Beautemps avait dessiné un autre héros que Michaël Logan. Ceci m'a paru intéressant de le découvrir, et même si ça n'est pas un univers que j'affectionne particulièrement, j'ai trouvé cette lecture pleine d'intérêt. Henri Vernes, plus connu pour Bob Morane, imagine un monde hostile et irréel, une sorte de fantastique étrange, difficilement identifiable ou approchant d'une autre Bd, pour l'époque, c'est assez original en France et en Belgique ; je crois qu'on peut y voir un monde de nulle part, un peu comme ce que fait Corben dans Den, mais en moins cru et sans érotisme, il y a des créatures étranges, des monstres, des êtres avides et une certaine violence, certes modérée car ce récit est paru en 1976 dans le journal Tintin alors dans sa formule Nouveau Tintin. La première édition en album est celle de Bedescope en 1979, avant une réédition au Lombard en 1986 avec une nouvelle couverture dessinée par Marc-Renier, c'est cet album que j'ai acheté à un prix modeste. Je crois savoir que cette aventure était destinée à connaître une suite, mais comme on le sait, le décès brutal de Beautemps en 1978 mit un terme définitif à cette Bd tout comme à Michaël Logan. C'est sûrement dommage, car le héros est attachant, l'univers est riche et aurait mérité d'être développé, c'était une série fantastique prometteuse. J'ai toujours apprécié le dessin de Beautemps, c'est un joli trait réaliste qui hésite entre ceux de Vance, Giraud et Hermann, mais qui a su trouver un style tout à fait personnel ; ici ses cadrages et son découpage annoncent un peu les BD modernes qu'on verra éclore dans les années 80, notamment dans les séries historiques et fantastiques de chez Glénat. Voila donc une Bd sympathique qui mérite la découverte.

21/01/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
Couverture de la série Sang noir - La catastrophe de Courrières
Sang noir - La catastrophe de Courrières

La catastrophe de Courrières, c'est un incendie suivi d'un gros coup de grisou dans une mine du Nord de la France qui tua plus de 1000 mineurs, enfants inclus, en 1906. Résultat d'un laisser-aller en matière de sécurité et d'une course à la productivité de la part de la direction de la mine, elle a donné lieu ensuite à des manifestations et une grève des mineurs à l'échelle quasiment nationale durant les semaines qui suivirent. J'ai aimé la façon dont l'auteur place bien le contexte de cet événement. Son premier chapitre de quelques pages nous présente en effet la vue d'ensemble de la France à cette époque, rappelant où elle en était en terme d'évolution scientifique, médicale, sociale, diplomatique et gouvernementale. J'apprécie vraiment qu'on plante ainsi le décor d'un récit historique pour le mettre en perspective et ne pas plonger directement le lecteur néophyte dans un rapport des faits dont il n'aura qu'une vue tronquée. La suite de l'album est plutôt bien faite aussi mais je ne la trouve pas sans défaut. J'ai assez facilement confondu les personnages, me demandant plusieurs fois si celui-ci était le même dont j'avais vu l'introduction quelques pages plus tôt ou si c'était un autre, si celui-ci que je suivais à un moment donné était mort ou s'il était encore en vie, etc. Cela m'a empêché de rentrer émotionnellement dans le récit. Géographiquement aussi, j'étais un peu perdu. Au fond de la mine, je n'arrivais pas à savoir où en étaient les gens, ce qui les bloquait vraiment, s'ils avaient accès à des sorties ou pas, s'ils pouvaient changer d'étage à pied ou pas, quels tunnels communiquaient avec lesquels, etc. Il me manquait une vue d'ensemble des lieux pour comprendre mieux les enjeux et à quel point la situation était désespérée ou pas. En résumé, cet album m'a instruit sur cette catastrophe et ses conséquences en France et pour les mineurs en général, mais je suis assez distant du récit et frustré de ne pas pouvoir mieux le ressentir et le comprendre de l'intérieur malgré la très bonne mise en place de la situation historique de l'époque.

21/01/2020 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
Couverture de la série Le Club des Huns
Le Club des Huns

Attila est Hun … mais seul, difficile d’envahir la Gaule. Et gaulé comme il est, mieux vaut bien choisir ses compagnons d’Hun-fortune et, si possible, pas (que) des Huns-béciles. La rareté des recrues l’oblige à composer avec une équipe de bras cassés (mais entièrement dévouée à sa cause). Et heureusement, dirais-je, car sans eux, cette bd aurait été bien moins jubilatoire ! J’ai littéralement adoré ces strips d’un Attila vieillissant mais toujours aussi hargneux, un peu à l’image d’un Joe Dalton. J’ai découvert cette bande hirsute d’Hun-battables dans le Spirou Mag et elle me faisait déjà bien marrer. L’humour idiot centré autour de running gags (sans être répétitifs pour autant) et associé au trait nerveux de Dab’s m’a vraiment accroché. « Plus c’est con, plus c’est bon » serais-je tenté d’ajouter. A noter que l’album se termine par un insoutenable cliffhanger … Attila arrivera-t-il à se décrocher de cette mauvaise posture ? Bref, voici des strips humoristiques qui, je l’espère, vous feront infléchir vos zygomatiques dans le bon sens.

21/01/2020 (modifier)