Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les derniers avis (235 avis)

Par Yann135
Note: 4/5
Couverture de la série Forçats
Forçats

J’adore ! Voilà une bande dessinée instructive particulièrement réussie. C’est l’histoire d’Eugène Dieudonné accusé à tort d’être un membre de la bande à Bonnot. Il est dans un premier temps condamné à la peine capitale avant que Raymond Poincaré commue sa peine en travaux forcés à perpétuité au bagne de Iles du Salut en Guyane. Les conditions sont horribles. Sa vie est un enfer. Son seul espoir ? S’évader pour fuir ce cloaque putride. Il sera finalement gracié après les campagnes d’Albert Londres venu à sa rencontre. Nous sommes immédiatement sous le charme de ce journaliste d’investigation. Sa pugnacité et sa volonté de justice est juste incroyable. Quel homme cet Albert ! Il respire l’honnêteté, la respectabilité et la bienveillance. Et peu importe les conséquences. C’est grâce à ses articles dénonçant le scandale carcéral de la Guyane dans le petit parisien, que les autorités françaises ont décrété le glas du bagne. Je regrette un peu d’avoir découvert ce diptyque à travers l’intégral en noir et blanc. Je pense que j’aurais encore mieux apprécié le récit dans sa version colorisée mais bon, je vous rassure, cela ne fait pas trop mal aux yeux. Avec cette histoire, on tergiverse entre le récit historique et récit d’aventure. Et vous savez quoi ? c’est juste magnifique d’avoir en parallèle le travail effectué par Albert Londres et d’un autre côté le quotidien nauséabond d’Eugène Dieudonné. Que dire de plus si ce n’est que de vous précipiter sur cette série que je recommande chaudement.

16/05/2021 (modifier)
Couverture de la série Le Patient
Le Patient

L'auteur réussit à créer une atmosphère trouble entre les différents personnages. Des touches d'érotisme malsain, des liens familiaux dysfonctionnels, des vies brisées se mélangent dans le département de rééducation de cet hôpital. Le tout est mené au rythme d'une enquête longue, des flashbacks du héro, des péripéties présentes, qui dévoilent lentement l'intrigue. C'est une lecture prenante qui au final doit plus à l'ambiance et au mystère entourant les protagonistes qu'à l'enquête policière.

16/05/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
Couverture de la série Spider
Spider

Sonnez hautbois, résonnez musettes! une série de Christophe Bec en seulement deux tomes et terminés qui plus est, même si le final pouvait laisser supposer une suite (on ne se refait pas ). Ici point des marottes habituelles de l'auteur à savoir en vrac, les extraterrestres, un quelconque complot de la CIA, etc... Par contre ça ne fait pas dans la dentelle au niveau gore. Prenons une ville des États-Unis en pleine décadence et gangrénée par la nouvelle drogue à la mode la Spider qui ne fait effet qu'après l'ingestion d'une araignée vivante. Si l'ensemble est plaisant à lire il n'évite pas des poncifs vus ailleurs, le vieux flic revenu de tout et la jeune recrue qui va forcément damer le pion au vieil ours. Ça mêle le genre "Seven" à une touche de fantastique, au final un moment de lecture assez agréable et divertissant, le genre n'en sera pas révolutionné.

16/05/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
Couverture de la série Angeline
Angeline

Angeline est un polar en quatre tomes dans la lignée de ce que l'on a déjà pu voir ici ou là. Ce n'est pas révolutionnaire mais se laisse lire gentiment sans prise de tête, j'ai peur que d'ici un an ou deux je n'ai oublié quelques lambeaux de l'histoire. Attention Angeline n'est pas le nom de l'héroïne avec qui nous faisons connaissance au début de l'histoire, non en fait elle s'appelle Julie Nash et travaille comme enquêtrice dans une agence, qui s'appelle Angeline, nous y voilà. Ladite Julie remplit des contrats pour l'agence en tuant des maris volages. En fait les maris en question trompent leurs femmes avec la belle Julie. A ce stade vous vous dites que les auteurs ont fumé un truc, aucun remords chez la belle tueuse dont ont nous dit sans doute pour contrebalancer la chose que sa fille dont elle a perdu la garde est placée en internat ( tu m'étonnes! ). Au fil des pages nous suivons donc la belle Julie qui fait des rencontres forcément intéressantes sinon y auraient plus d'histoires. Ça finit avec un père alcoolique retrouvé un télévangéliste violeur, une horde de rednecks et tutti quanti. Au final ce n'est pas inintéressant quoique parfois fortement capillotracté, voir le riche fermier mettant aux enchères des femmes, oui c'est un très vilain esclavagiste. Lecture à conseiller en emprunt et pour les dimanches de pluie.

16/05/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
Couverture de la série Amen
Amen

En 2019 Georges Bess avait frappé très fort avec une adaptation du Dracula de Bram Stoker qui alliait une qualité du graphisme à la justesse de la narration. Un sublime noir et blanc, bref nous n'étions pas loin du chef-d’œuvre. C'est dire l'attente d'une nouvelle production de la part de l'auteur. Et la G. Bess change de style. Un trait plus épais, un dessin un brin caricatural; quelque chose qui se veut une très libre adaptation de la nouvelle de Conrad "Au cœur des ténèbres". Nous sommes dans un futur lointain où règne une coalition dont une Inquisition est le bras armé, inutile de vous dire que cette institution ne cotise pas à la ligue des droits de l'homme. En effet c'est à coup de laser et autres "joyeusetés" que ladite inquisition aide la coalition à s'installer sur de nouveaux mondes. Réquisitoire finalement assez puissant sur la bêtise crasse de l'humanité qui quoi qu'elle fasse reproduit siècle après siècle les mêmes comportements. Nul ne trouve grâce aux yeux de l'auteur sauf peut être les autochtones de la planète. Ce premier tome a tendance à trainer un peu en longueur sur certaines planches, mais je n'ai pas boudé mon plaisir tant cette charge anticléricale fait plaisir à l'heure ou sur notre bonne vieille Terre des conflits meurtriers font la une. Pour ma part j'attends la suite avec impatience, j'ai hâte de rencontrer le colonel Kurtz de ce récit.

16/05/2021 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 4/5
Couverture de la série Les Délices d'Aphrodite
Les Délices d'Aphrodite

Bonne petite BD sans prétention autre que de nous faire rire et sourire. Celle-ci n'est pas à mettre dans toutes les mains, le sujet étant assez adulte, mais point de grosses cochonneries, rien de pornographique. C'est gentiment coquin et c'est très bien ainsi. Avec cette histoire de déesse parachutée (disons-le ainsi) sur terre, ignorante des us et coutumes modernes, découvrant les joies d'Internet et de l'épilation, vous comprendrez aisément qu'il ne faut pas trop être pointilleux sur la vraisemblance. Le but est de s'amuser avec ces petits strips qui s'enchaînent pour raconter toute une histoire. Les 3 autres colocataires ne sont pas tristes non plus dans leur genre respectif. Graphiquement, c'est mignon tout plein et très lisible. L'auteur/dessinateur sait dessiner les courbes féminines, ce qui n'est pas un mal dans ce genre d'histoire. Parfois les arrière-plans sont un peu vides, mais dans ce genre d'histoire, on ne demande pas la même précision historique pour un Alix ou un Jhen... Léger reproche sur des visages qui changent parfois un peu. Bref un bon moment ! Un double achat que je ne regrette nullement ! A quand le volume 3 ? (mais j'ai des doutes)

14/01/2016 (MAJ le 16/05/2021) (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
Couverture de la série Le Protocole du tueur
Le Protocole du tueur

Un diptyque d'honnête facture qui n'est pas sans me rappeler le cinéma de Chabrol, mais en beaucoup moins incisif. Le récit s'étire sur deux tomes et peut-être qu'un seul aurait suffi, mais il est des scénaristes qui aiment à tirer à la ligne, ce qui nous vaut ici moult rebondissements dont personnellement je me serais bien passés. Les personnages sont assez peu charismatiques, à commencer par l'inspecteur de police. Si j'étais méchant je dirais que cette histoire ferait un excellent téléfilm où la fameuse ménagère ne trouverait rien à redire. Si l'on ajoute à cela un dessin que je trouve un brin figé, vous comprendrez ma note, ça se laisse lire gentiment

16/05/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
Couverture de la série Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) ?
Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) ?

Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) ? Visiblement, la réponse est "ce n'est pas possible". C'est en tout cas le cas pour l'auteure qui, malgré un séjour en Israël dédié à la compréhension de ce pays en ressort complètement déboussolée et sans avoir réussi à se faire une opinion. Nous suivons donc cette jeune femme juive américaine, démocrate et laïque, participant à un séjour organisé par une association Israélienne. Elle cherche à savoir comment les choses se déroulent pour de vrai entre Israéliens et Palestiniens, et si les autorités sionistes vont tenter de lui inoculer leur propagande. Elle va découvrir à la fois le pays, les escales imposées par l'organisme en question mais aussi les quelques exposés et conférences organisés par ce dernier sur la politique et la vie en Israël. Sur la forme, nous sommes donc confrontés à un carnet de voyage dessiné sans fioritures, un témoignage relativement intéressant sur comment s'est passé le séjour de l'auteure d'une part, et sur ses états d'âme au fur et à mesure de celui-ci. Elle se retrouve en effet perdue entre sa conviction que l'état sioniste et les colons sont responsables de la situation malheureuse des palestiniens, et ses racines juives, le fait que les juifs qu'elle rencontre ne sont pas les fanatiques anti-palestiniens qu'elle pouvait imaginer, et le projet de construction et de développement d'un état où les juifs pourraient vivre en paix et en sécurité. A travers elle, on partage également vaguement les opinions de quelques autres personnes rencontrées au cours de voyage mais jamais de manière très approfondie. Et puis malgré ses intentions initiales, elle n'arrive finalement jamais à visiter les territoires palestiniens et avoir une vision concrète de leur situation à eux pour la confronter à celles des Israéliens. J'étais assez intéressé par cette lecture pour deux raisons. D'abord parce que j'ai brièvement visité Israël également et que j'étais curieux de revoir les mêmes lieux au travers de cette BD. Ensuite parce que moi aussi j'aimerais bien comprendre ce pays et l'état d'esprit des Israéliens vis-à-vis de la situation palestienne. Malheureusement, comme l'auteure visiblement, je n'ai pas appris grand chose ici car on n'obtient pas les réponses aux questions qu'on peut se poser. On obtient des informations, des bribes de témoignages, des discours dont on ne sait pas plus que l'auteur la part de propagande et de vérité ils contiennent, mais rien de suffisamment profond et concret pour se forger une opinion. C'est assez frustrant. Donc avis mitigé, mais malgré tout je ne me suis pas ennuyé.

15/05/2021 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5
Couverture de la série S.O.S. Bonheur
S.O.S. Bonheur

C'est un peu suite à cette période de crise sanitaire que j'ai décidé de sortir de mes étagères et relire la série SOS Bonheur. J'avais le souvenir d'un récit basé sur le contrôle abusif des faits et gestes du citoyen, de méthodes de préventions sanitaires excessives et de diverses élucubrations qui font étonnament un peu penser à ce que l'on vit actuellement. Alors certes, nous n'y sommes pas encore à 100 %, heureusement, mais la situation actuelle reste inquiétante, on vit quand même dans un monde de plus en plus bizarre. Tout en parcourant la lecture, je me suis posé des questions sur l'état d'esprit de Van Hamme lors de l'élaboration de son histoire. Où a-t-il été cherché toutes ces idées ? Sont-elles le fruit de son imagination fertile ? A-t-il été influencé par la lecture d'oeuvres diverses ? Cela restera un mystère d'auteur mais il n'en reste pas moins que ces pensées visionnaires sont toutes plus pertinentes les unes que les autres. Plusieurs fois, j'avais le sourire jaune en coin face à ce scénario tordu et pourquoi pas plausible dans le pire des cas. Croisons les doigts que le bon sens humain l'emporte sur des dérives étatiques qui peuvent s'avérer dangereuses et irréversibles. Mais que dire de ce chapitre où à défaut de ne pas souscrire à une assurance et surveillance santé, de vouloir garder sa liberté, une des protagonistes se retrouvent rejetée du système sans le droit au soin médicaux. Le chapitre sur les vacances nationales organisées par l'Etat et la fin des libertés sur l'organisation de nos propres vacances annuelles. Le chapitre sur la régulation des naissances avec l'abandon d'enfants....Les concepts décrits par Van Hamme à travers trois tomes valent le détour et je vous laisse le soin de les découvrir si ce n'est encore fait, certaines font vraiment froid dans le dos et laissent bien songeur. Le dessin de Griffo accompagne tout cela à merveille, son trait à la bonne idée de ne pas trop faire dans le séduisant et ses couleurs froides n'édulcorent pas la gravité des thèmes abordés. Un premier cycle génial. 28 ans plus tard, les éditions Dupuis ont décidés de repartir pour une saison 2 avec cette fois-ci, Stephen Desberg au scénario et je dois dire que les sujets décrits sont tout aussi interpellants, fous et potentiellement crédibles (préférence nationale, discrimination, isolement des étrangers dans des cités à l'écart de la grande ville, milices privées...) Seule, la conclusion m'a parue beaucoup plus faible et pas à la hauteur de celle de Van Hamme. Le dessin est toujours de Griffo mais la qualité a baissé drastiquement, dommage.

15/05/2021 (modifier)
Par fuuhuu
Note: 4/5
Couverture de la série Berserk
Berserk

Enfin je suis à jour dans ma lecture de ce manga dont j'avais tant entendu parlé. C'est le genre de manga où il est difficile d'arrêter sa lecture. Le genre de manga dont on rêve encore la nuit. Le genre de manga dont on parle à la pause clope/café/ jus de fruit/mariokart/ce que vous voulez. Le genre de manga dont on est profondément dégouté de certaines scènes. Le genre de manga dont les dessins nous scotchent, tellement ils sont travaillés. Le genre de manga dont certaines scènes sont tellement épiques et mémorables que je m'en souviendrais toute ma vie. Le genre de manga où le héros donne une véritable définition au mot "badass". Le genre de manga qui te fait ressentir une immense palette d'émotions dont les deux premières qui me viennent en tête sont la haine et la tristesse. Le genre de manga qui arrive à nous faire vraiment rire, tout en restant adulte et mature. Bref, c'est le genre de manga qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie. Même ma femme l'a lu et adoré, alors qu'elle ne lit jamais de manga. Si je ne met "que" 4 étoiles, c'est à cause du fait que la série tire à rallonge, elle surfe un peu trop sur son succès et donc la série perd en intérêt. Il est grand temps que l'auteur mette un terme à son histoire. Mais noter bien que les tomes 4 à 14 font partie des meilleurs mangas que je n'ai jamais lu. Je crois que je relirai cet arc au moins une fois par an. 4 étoiles MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

15/05/2021 (modifier)