Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Raven

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

"Le monde des pirates de Caraïbes est un rêve. Une parenthèse de cette liberté qui se savoure après les tourments et les servitudes. Son prix est élevé car elle vous prend tout, nation, famille, avenir, mais elle permet l'essentiel : la chance de montrer qui l'on est et ce que l'on sait faire, de choisir sa vie avant de franchir le Rubicon. Pour le pirate, seul le présent compte. Face à cela, la mort elle-même est impuissante." (Mathieu Lauffray)


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Caraïbes Nouveautés BD, comics et manga Pirates

Au XVIIe siècle, alors que le pavillon de l'Union Jack flotte sur la mer des Caraïbes, Raven, un jeune et impétueux pirate décide de mettre la main sur un prétendu trésor, promis à l'infâme gouverneur de Tortuga qui fait appel à lady Darksee, une redoutable femme pirate, en échange du pardon royal. Mais Raven, qui assiste à la scène, décide de les devancer et d'agir seul grâce à un plan de l'île où se situerait le trésor. L'île volcanique, perdue dans les Caraïbes et peuplée par une tribu cannibale, s'avère pourtant dangereuse... Et c'est précisément sur celle-ci que le nouveau gouverneur de Tortuga et sa famille, venus de France, ont échoué après un long voyage...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Juin 2020
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Raven
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

05/06/2020 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

Un peu pessimiste avant de commencer en raison des commérages lus à droite à gauche, j’y ai finalement trouvé mon compte et passé un super moment de lecture. Alors oui, d’une certaine façon, « gnagnagna c’est pas du Long John Silver, gnagnagna il manque Xavier Dorison, gnagnagna Long John par-ci Long John par là »… maintenant que je peux analyser le truc à tête reposé, autant je pense que les appréhensions qui entouraient la sortie de Raven étaient inévitables, (oui c’est sûr on allait comparer à Long John Silver), autant j’ai un peu de mal sur la critique s’appuyant constamment sur la comparaison entre les 2 séries pour justifier que la nouvelle est moins bonne (voire carrément mauvaise) que l’ancienne. Est-ce qu’on juge le film Léon de Luc Besson par rapport à Nikita par exemple ? Ne peut-on pas prendre l’œuvre pour ce qu’elle est au lieu de sans cesse comparer avec ce qui a été fait avant ?… Bref, cette mise au point faite, et ben ouaip, de mon côté je me suis plutôt bien éclaté sur cette aventure de pirates. Raven est plus une histoire d’aventure « légère », sans aller jusqu’à dire que c’est la grosse déconnade façon Pirates des Caraïbes, ouf le héros nous épargne le cabotinage de Johnny Depp ; qu’une histoire où la noirceur transpirait parfois du papier dans Long John Silver. Non pas que ce ne soit pas violent, ça envoie du steak sur certaines planches, et d’ailleurs le prochain tome qui se déroulera probablement une bonne partie dans la jungle cannibale devrait aller un peu plus loin dans l’obscurité. D’ailleurs, petite parenthèse, ça va me rappeler certains travaux de l’auteur quand il dessinait un projet d’adaptation de Tarzan et le cycle de Pellucidar d’Edgar Rice Burroughs. Visuellement, pour ce que ça veut dire, voilà c’est du Lauffray, on reconnaît son style, ses gimmick de dessinateurs, il y a des trucs qui plaisent : ses dessins en pleine et double pages, l’encrage, la couleur, le style dynamique et cinématographique, etc. des trucs qui plaisent moins : toujours les mêmes faciès de personnages qui fait qu’on se dit que Lauffray est un poil faignant là-dessus. En fait j’y trouve carrément plus de points positifs que négatifs, j’ai beaucoup apprécié ce que j’ai vu, et même si j’aimerai voir Lauffray s’illustrer dans un autre genre (pourquoi pas de nouveau l’Heroic Fantasy, du Space Opera ou l’historique ?…), bah s’il veut poursuivre dans la piraterie, moi je suis preneur. Après il est de nouveau seul au commande du scénario. On l’avait déjà lu sur les derniers tomes de Prophet, le résultat avait été mitigé, beaucoup de lecteurs n’ont pas compris ce qu’il voulait raconter ni où il voulait en venir. Là encore une fois on est sur un scénario plus léger, pas « prise de tête », même si je n’aime pas trop cette expression. De l’aventure, du dépaysement, des intrigues pas trop emberlificoter mais tout de même captivante, des personnages un brin archétypaux (d’apparence) mais qui ont de la classe… il y a à boire et à manger pour l’instant. Quelques maladresses dans l’écriture, oui, on sent que ce n’est pas son métier premier, mais j’ai trouvé qu’il s’en sortait bien. Peut être ai-je du mal à percevoir certains défauts parce que c’est du Lauffray et que j’admire beaucoup, mais bon… ce n’est pas la série qui va révolutionner le genre, ça tombe bien ce n’est pas le but. Alors pourquoi lui demander plus ?

05/07/2020 (modifier)
Par Hervé
Note: 4/5
L'avatar du posteur Hervé

Je lis ici ou là beaucoup d'avis réservés sur ce nouvel album de Mathieu Lauffray, car je pense que certains l'ont lu à l'aune de Long John Silver, série ô combien réussie de ces dernières années. Pour ma part, j'ai passé un très agréable moment à la lecture de cet opus. Avec un incipit faisant furieusement songer à la première page de "La magicienne trahie" (Thorgal), Lauffray frappe fort. Les premières pages d'introduction, jusqu'à l'explosion du navire, font office d'un générique bien amené. Mais ce qui fait l'intérêt de ce premier opus réside dans l'audace de l'auteur. Avec une mise en page osée et très cinématographique à plusieurs reprises, Mathieu Lauffray réussit à capter le lecteur que je suis. Mais je ne suis pas très objectif dans la mesure où je suis très fan du dessin de Lauffray (je possède d'ailleurs différentes éditions de Prophet - noir et blanc, grand format, albums et intégrale - , par exemple, sans compter les tirages de luxe grand format de Long John Silver). Je ne me suis pas ennuyé une seconde en lisant ce premier volume, même si j'ai été frustré qu'il s'achève si vite. Le récit, il est vrai, obéit aux codes des aventures de pirates et ne révolutionne pas le genre, mais laisse augurer de beaux affrontements entre Raven et Lady Darksee. Si comme moi, vous aimez les histoires de pirates et de chasse au trésor, cette nouvelle série de Mathieu Lauffray est pour vous.

17/06/2020 (modifier)
Par Bigben
Note: 2/5

Le dessin est toujours aussi spectaculaire. Le découpage dynamique. De ce côté là, rien à redire. Le problème avec Mathieu Lauffray, c'est qu'un grand talent (graphique) implique de grandes responsabilités (scénaristiques) afin de mener sa barque à bon port. La présente bd nous arrive après un excellent Long John Silver qui lui fait clairement de l'ombre. On reprend une louche (de piraterie) et on ressert la même soupe... Mais ça manque d'épices... On ne voit pas de grand intérêt dans cet album d' introduction. Le héros, me semble-t-il, tente de lorgner légèrement du côté d'un Jack Sparrow (du côté héros gaffeur) mais, pour moi, c'est là où le bât blesse. Il est plus con que héros et n'a pas le charisme du grand Jack... ou de Long John. Les personnages me font penser à d'autres créations de Lauffray, toujours en moins savoureux. En conclusion, je dirais que M. Laufrray est un excellent dessinateur qui sait faire rêver. Il a su nous prouver ses talents de co-scénariste sur d'autres aventures... Mais on sent que seul, il peine à arriver au niveau de ses précédentes productions.

15/06/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà donc le nouveau récit de Mathieu Lauffray qui s'annonce comme une trilogie dans le monde de la piraterie du XVII ème siècle. Que dire du dessin, à vrai dire pas grand-chose, il est à mon avis toujours aussi bon et l'auteur fait sans aucun problème partie de mon top cinq des dessinateurs actuels. Un trait dynamique, acéré qui n'est pas sans me rappeler celui plus ancien de William Vance. Des décors fouillés, une mise en page astucieuse et efficace et puis des cases qui regorgent de détails. En ce qui concerne le scénario il est sûr que ce tome un ne va pas révolutionner le genre. Le héros à belle gueule est un peu bourrin voire même bas du front. Lady Darksee contient une petite dose de mystère dont je ne doute pas qu'il soit dévoilé au fil des tomes. Pour l'instant si je suis entièrement conquis par le graphisme de l'auteur, j'attends un peu plus de profondeur et de surprise pour la suite. Trois étoiles qui penchent vers la quatrième.

05/06/2020 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Avec cette nouvelle série, Mathieu Lauffray navigue en terrain connu. Mais cette fois il est seul à la barre pour nous raconter l’histoire de Raven. Avec son coté tête brulée, ce pirate a une liste d’ennemis longue comme le bras mais il ne connait pas la peur, alors quand il entend parler d’un trésor, rien ne peut l’empêcher de partir à sa conquête… Que dire sur cette série ? Dessins soignés, cadrages maitrisés, scénario qui respecte les codes du genre, bref on ne s’ennuie pas, mais rien de nouveau sous le pavillon. Notre héros est fort, excellent navigateur, il a déjà écumé la mer des Caraïbes en long en large et en travers, il a déjà coulé un bon nombre de bateaux, et il est connu de toutes les pirates de son époque. Bien sûr il est si fort que lorsque son bateau coule avec 300 hommes à bord il est le seul à en réchapper. Et c’est donc lui qui va se lancer dans une course au trésor contre Lady Darksee, une pirate qui est tuyautée sur un fabuleux trésor par un notable qui souhaite lui échanger le butin contre le pardon pour une faute passée. Voilà comment tout cela commence et si Lauffray est habile pour mettre tout cela en image, pour donner du dynamisme à son récit grâce à son trait de crayon, il manque quand même à cette histoire deux choses. Un, un peu de suspense car pour le moment ce n’est ni le passé de la pirate, ni l’issue de la course au trésor, ni même la rencontre avec des cannibales sur l’ile qui nous tiennent en haleine. Et deux, il manque un élément original qu’on n'a pas déjà lu dans toutes les histoires de pirates. Bref c’est joli, c’est agréable à lire mais ça reste très classique pour le moment.

05/06/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Raven, c’est un récit de pirates. L’histoire est très librement inspirée d’une nouvelle de Robert E. Howard ("Black Vulmea’s Vengeance"). On y retrouve toutes les balises du genre. Chasse au trésor, combats navals, beau pirate habile au sabre, belle pirate sans pitié, île peuplée de cruels et sauvages autochtones, prisonnières lascives, gouverneurs corrompus, naufragés débrouillards, aventure, trahisons et beaucoup de rebondissements. Les amateurs du genre vont adorer… sauf s’ils sont en quête de nouveauté. Au dessin, Mathieu Lauffray assure le taf. Et là aussi, les fans du dessinateur retrouveront tout ce qui fait son charme. Des décors travaillés, des personnages bien croqués, une ambiance générale bien posée, une mise en page efficace. Les dialogues sont eux aussi de qualité. C'est expressif, imagé et une pointe d'humour vient contrebalancer la noirceur de ces aventures. Pour ma part, j’ai trouvé ce récit sans surprise mais plaisant à lire. C’est du pur divertissement, fidèle aux récits du genre, avec un héros intrépide et quelque peu con sur les bords, avec des décors soignés, une ambiance très sombre dans laquelle le caractère impulsif du héros vient joliment apporter un contrepoint. Ce n’est certainement pas l’œuvre qui viendra révolutionner le genre… mais c’est clairement une série qui nous offre ce que l’on en attend. Pas mal du tout, en somme.

05/06/2020 (modifier)