Le Vieux Nick et Barbe-Noire

Note: 2.88/5
(2.88/5 pour 8 avis)

Au temps du célèbre pirate Barbe-Noire, ses aventures sont contées au travers de l'un de ses ennemis, le Vieux Nick.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Journal Spirou Les BDs à papa Pirates

Le terrible pirate Barbe-Noire sème la terreur sur les océans... Personne ne semble en mesure de l'arrêter... Mais le vieux Nick, un vieux marin qui a gardé toute sa vigueur, n'hésite pas à partir au combat et défier le pirate. Ils finiront par devenir des amis (ou des ennemis intimes ?)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1960
Statut histoire Une histoire par tome (série terminée) 26 tomes parus
Couverture de la série Le Vieux Nick et Barbe-Noire
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

14/03/2003 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Après Mic Mac Adam, je poursuis un peu dans les vieilleries de chez Spirou/Dupuis, avec ces aventures de pirates pour de rire. Je n’ai découvert la série que tardivement, alors que Barbe Noire avait déjà pris le vieux Nick à l’abordage et lui avait imposé son nom dans le titre de la série. Les quelques albums que j’ai lus sont inégaux. De l’ultra classique Dupuis, dans la lignée de pas mal de séries sympathiques, plus ou moins amusantes, mais qui ont du mal à passer les barres de l’âge et du temps (comme le Bobo de Deliège par exemple) – et qui ont sans doute été trop diluées. A part quelques vieux lecteurs nostalgiques, ces albums sont à réserver à un jeune lectorat. Qui, de toute façon, doit avoir du mal à tomber sur ces albums, devenus peu courants. Si une médiathèque en a conservé certains, un emprunt peut être envisagé pour vos jeunes enfants. Note réelle 2,5/5.

02/09/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Difficile de se faire une opinion générale sur cette série qui s'est étalée sur plus de 20 ans, dont le niveau des albums est inégal et qui a surtout beaucoup évolué au niveau de ses personnages, de son graphisme et de son ton. Cela se retrouve notamment dans son titre puisqu'elle a commencé en s'appelant les Aventures du vieux Nick, avant que celui-ci laisse complètement la place à un autre personnage, Barbe-Noire, comme protagoniste principal. Et ce qui était au départ une série d'aventure teintée d'humour est elle aussi peu à peu devenue une série humoristique avec l'aventure et les pirates comme prétexte. De la même manière, au niveau du dessin, on est passé d'un trait un peu raide et épuré comme aux débuts de Morris et Lucky Luke à un style beaucoup plus rond, celui de l'école Marcinelle de la BD franco-belge d'humour. Je dois d'ailleurs dire sans hésitation ma préférence pour ce dernier style, d'autant qu'il est ici plutôt maîtrisé et joli. Pourtant je dois dire que je ne raffole pas de cette série. La faute à des aventures trop basiques et à un humour souvent trop ras-de-terre. Trop de gags sont téléphonés ou mal amenés. Et les personnages jouent un peu trop les idiots. Il y a quand même quelques histoires courtes qui m'ont amusé parce qu'elles étaient vraiment strictement orientées vers l'humour et pas vers l'aventure, mais elles ne suffisent pas à conseiller l'achat d'un album en particulier.

30/05/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette série apparue en 1958 dans le journal Spirou, c'est comme pour Strapontin, Spaghetti, L'Indésirable Désiré, Archibald, Modeste et Pompon, Arthur le fantôme justicier et plein d'autres qui n'ont pas eu la chance d'être éditées en album, de gentilles séries humoristiques de la grande époque qui n'avaient d'autres prétentions que de distraire. Certaines étaient franchement poilantes, comme Arthur le fantôme justicier que j'adorais, d'autres l'étaient un peu moins ou plutôt m'attiraient moins, c'est le cas de cette bande, le Vieux Nick, qui changera de nom en raison du succès de sa vraie vedette, Barbe-Noire, pirate plus bête que méchant, qui relèguera le Vieux Nick au rang de personnage secondaire. Ces pirates pour rire qui passent leur temps à monter des coups fumants qui se terminent presque toujours dans les cachots du roi, ont régalé les jeunes lecteurs de Spirou, c'était dans la ligne éditoriale du journal, les récits étaient truffés de gags basés sur le comique de situation, servis par un dessin rond et rigolo. C'était bien sympathique, mais ça n'a pas bercé mon enfance, je lui accorde quand même une bonne note, car elle a fait la joie de nombreux enfants qui sont sûrement heureux aujourd'hui de la relire par nostalgie.

17/09/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Le Vieux Nick est une de ces vieilles séries dont les personnages sont connus de bien des bédéphiles. Pourtant, les scénarios n’ont rien d’exceptionnel. Ils n’offrent que des péripéties assez répétitives issues des traditionnelles histoires de pirates et généreusement saupoudrées d’humour. Oui, mais voilà, la galerie de personnages est très réussie, avec ce fabuleux Barbe-Noire en tête, et, surtout, il se dégage de ces planches une réelle bonne humeur, une jubilation palpable. Marcel Remacle devait prendre beaucoup de plaisir à dessiner ces aventures et parvenait systématiquement à me transmettre cette joie. Mais pourquoi est-ce que je parle au passé ? J’ai relu récemment les tomes 2, 3, 11 et 14 et cela m’a toujours autant amusé. Et ce n’est pas seulement de la nostalgie, j’en suis convaincu. Le vieux Nick, c’est amusant, divertissant, et les scénarios simples et accessibles sont tout à fait adaptés à un jeune lectorat sans rebuter pour autant un vieux bédéphile dans mon genre. Et puis, il y a le dessin simple, dynamique, rond, expressif, immédiat de Remacle. Du pur franco-belge humoristique de la grande époque mais quel plaisir de le retrouver ! Personnellement, je préfère les tomes plus anciens mais la cause en est bien plus ma propre lassitude qu’une baisse de qualité de la série. Franchement pas mal bien ! A réserver toutefois à un jeune public pour une première découverte, mais la série plaira aussi aux vieux lecteurs amateurs de franco-belge humoristique classique.

08/03/2010 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

C'était quand même pas mal !... Le Vieux Nick ?... Comme beaucoup de lecteurs, je l'ai découvert dans l'hebdo Spirou. Il y fait son apparition dans le n° 1039 du 13 Mars 1958. Chic !... des histoires de pirates !... ça ne courait pas les rues à l'époque !... Le Vieux Nick ?.. Une sorte de "pépé" à la figure ronde, un éternel foulard noir noué à la tête. Il hante les océans, toujours prêt à faire rater les sombres desseins fomentés par son ennemi héréditaire : Barbe-Noire. Barbe-Noire qui va d'ailleurs devenir aussi célèbre -si pas plus- que Nick. Au 4ème album, il aura même les honneurs d'avoir son nom contigu à son ennemi, ce en tête de premier plat. Les histoires ?... L'éternel duel entre le bien et le mal, personnifié ici par un Barbe-Noire qui est aussi méchant que bête (et dont Iznogoud sera inspiré). Mais ces deux personnages vont se mouvoir dans une galerie de personnages également hauts en couleurs : Sébastien le Harponneur, Bon Papa (le père du pirate)... Cette série m'a vraiment plu : plaisante, marrante, remplie d'un humour bon enfant -gentillet même-, bondissante ; avec ses bagarres "pour rire", ses poursuites, ses abordages... où l'on se sabre gaiement (mais sans jamais une goutte de sang ; "Spirou" oblige !). Remacle (parfois aidé par Maurice Tillieux et Vicq aux scénarios) y va d'un dessin clair, rond, vif ; utilisant à bon escient la palette graphique de l'époque (assez minimaliste) qu'il avait à sa disposition. Une série restée dans la mémoire de beaucoup, dont la mienne, que je ne renie pas mais dont je n'ai pas trop souvent envie de la relire. C'est comme la pâte ; bien la laisser reposer avant de pouvoir la déguster. C'est "ancien", mais encore tout bon. Ma cote réelle : 3,5/5

10/11/2006 (modifier)
Par Picado
Note: 3/5

Très très dur de trouver cette BD... Moi ce que j'aime dans cette BD, c'est son format: Du cartonné comme on en fait plus... J'ai lu quelques tomes, ceux que j'ai pu trouver, et ça n'a jamais été un déplaisir... C'est sur y'en a des meilleurs que d'autres, mais l'ensemble reste bon. Je trouve très dommage que cette BD soit difficilement trouvable car c'est de la bonne Bd jeunesse, avec de l'action, de l'humour, et juste ce qu'il faut comme morale à 2 balles... Essayer de le trouver.

20/12/2004 (modifier)
Par Marc
Note: 3/5

Je vivais à l'étranger. Dans un magasin, il y avait une pile de bd jetées dans un bac en bois. Vachement vendeur ! Et le premier tome de la série "Pavillon Noir" (censurée en France). Après l'avoir feuilleté, il y eut le tome 2, 3,... Mais la série n'est plus éditée aujourd'hui. Peut-être pas assez vendeur. Cette série a fait partie du lot "Journal de Spirou", comme tant d'autres. Il faut l'avoir connue. C'était un dessin et un scénario simple. Mais, si je suis peu enthousiaste, c'est peut-être aussi parce que je suis devenu adulte, et que je ne ressens plus l'émerveillement que confère l'innocence de la jeunesse. Parce qu'à l'époque : qu'est-ce que je l'ai relue !

06/11/2004 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Voilà une série bien sympathique qui est encore passée dans les oubliettes de la BD. Le vieux Nick est un très vieux marin qui a encore gardé toute sa force et qui n'hésite pas à affronter les pirates les plus redoutables. Il est l'ennemi juré de Barbe-Noire, le féroce bandit qui terrorise les océans. Il est secondé par Sébastien (prononcer Chébachtien), harponneur qui se repère facilement grâce à son odeur de poisson. En fait, Barbe-Noire est plus bête que méchant. Son humour involontaire le rend sympathique. Il finit par voler la vedette au vieux Nick, car il casse à peu près tout ce qu'il touche. Malgré ce côté maladroit, il fait tout de même régner la terreur sur les océans ; la seule personne qu'il redoute, c'est "Bon-papa", son grand-père, personnage acariâtre mais fort attachant. Le passe-temps favori de ce dernier consiste à donner des baffes à son petit-fils. La série qui se nommait au début "Le vieux Nick" devient "Barbe-Noire". Les albums de cette série ont été traduit en Allemand, Espagnol, Grec et Danois. Le graphisme de Remacle, tout en rondeur (très Spirou des années 1960 et 70), n'a malheureusement pas trouvé son public dans les années 80 et 90 ; c'est dommage, car les histoires étaient sans prétention autre que de divertir, objectif pourtant largement atteint. Une série sympathique à redécouvrir...

14/03/2003 (modifier)