Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Jacquot le Mousse

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Personnage né avec le journal Pilote, Jacquot le Mousse ne vivra que 30 pages. Vents d'Ouest propose de redécouvrir ce personnage méconnu dans son 4e volume des Archives Goscinny. Ce tome contient également quelques histoires courtes parues dans Pilote, ainsi que l'intégralité des récits de Tromblon et Bottaclou.


Christian Godard Goscinny Les coups de coeur des internautes

Sur le S.S. Bouchon, l'ambiance n'est pas au beau fixe : le capitaine et le bosco ne cessent de se disputer, sous les yeux amusés du mousse Jacquot. Ils doivent toutefois mettre leurs dissensions de côté lorsqu'un client leur demande de transporter des caisses d'orange jusqu'à un petit pays d'Amérique du Sud. Seulement, les caisses ne transportent pas que des oranges, et les marins du S.S. Bouchon vont l'apprendre à leurs dépens dans une épopée rocambolesque et grotesque à travers les mers et les révolutions sud-américaines...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Mai 2000
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Jacquot le Mousse
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

07/05/2020 | Josq
Modifier


Par Josq
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Josq

Pour tout nostalgique des années Pilote, Jacquot le Mousse a une signification toute particulière : en effet, cette histoire est née avec le grand magazine et a accompagné ses 30 premiers numéros. Goscinny et Godard avaient déjà un peu collaboré sur des strips de Fifi pour Paris-flirt, pour différents strips publicitaires ou pour la bande dessinée Pipsi dans Vaillant. En outre, Goscinny et Uderzo avaient également repris une série intitulée Benjamin et Benjamine, créée quelques années auparavant par Godard, peut-être même sans savoir que c'est à lui que cette série devait sa naissance. De son propre aveu, jamais Godard n'osera le leur dire, en tous cas. Jacquot le Mousse, donc, c'est le début d'un âge d'or, le début de l'ère Pilote, et rien que pour ça, j'y suis attaché, même si tout n'est pas encore parfait. Le scénario est très bon, et on retrouve le goût de Goscinny pour les hilarants jeux de passe-passe (ici, des caisses d'armes troquées contre des caisses d'orange). Les personnages sont assez marqués, hormis Jacquot, le personnage principal, jeune premier transparent dans la lignée d'un Luc Junior ou d'un Benjamin. Mais sinon, on retrouve des caractères hauts en couleur : le capitaine de navire tyrannique, son second paresseux et incapable, son cuisinier qui attrape le mal de mer dès qu'on lui parle de nourriture, etc... Une galerie de stéréotypes typiquement goscinnyen. Evidemment, on est encore loin des oeuvres majeures de l'auteur, mais son humour est déjà bien rôdé. Si certains gags sont assez conventionnels, d'autres sont véritablement hilarants, notamment tous les quiproquos concernant le contenu de la marchandise transportée par les marins, persuadés de transporter des oranges, pour des révolutionnaires, persuadés d'y trouver des armes. Evidemment, en cours de route, tout ne se passe pas comme prévu pour le chargement du navire... Du côté du dessin, le trait de Godard est très affermi, proche de ce qu'il fera par la suite avec Norbert et Kari ou Martin Milan. On trouve déjà son talent de caricaturiste né allié à un style un peu cartoonesque mais pas trop, typique du style "gros nez" de ces années-là. Ainsi, cette simple histoire de trente pages est déjà très révélatrice d'un style de BD humoristique dans laquelle Goscinny était en train de passer maître. Excellent terrain de jeu pour son auteur comme pour son dessinateur, Jacquot le Mousse a l'intérêt de nous montrer deux artistes en pleine affirmation de leur talent et de leur génie, anticipant par certains moments les grandes oeuvres que chacun d'entre eux allaient nous offrir par la suite. A noter que l'album des Archives Goscinny contenant Jacquot le Mousse est complété par un dossier documentaire intéressant, quoique très proche de ceux qu'on pourra trouver dans les albums des éditions Albert René type Benjamin et Benjamine, et de quelques doubles pages inédites de Goscinny, dans le plus pur style des "Dingodossiers" et Godard parues dans Pilote. On y trouve également tous les récits de la série Tromblon et Bottaclou, mais ça, c'est une autre histoire... dont je parlerai dans un autre avis !

07/05/2020 (MAJ le 07/05/2020) (modifier)