Tanguy et Laverdure

Note: 2.88/5
(2.88/5 pour 17 avis)

Aventures aéronautiques au sein de l'armée de l'air française. A voir aussi : Les chevaliers du ciel Tanguy et Laverdure Une aventure « classic » de Tanguy et Laverdure


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide 1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Albert Uderzo Aviation BD adaptées en séries télévisées live Charlier Jijé Pilote Super As

Deux amis inséparables, frais émoulus de l'école de l'air, font leur apparition dans Pilote dès son premier numéro en 1959. Ce sont les futurs commandants Michel Tanguy et Ernest Laverdure. Autant le premier est courageux et sérieux, autant le second est excentrique, vantard et porté à jouer le joli coeur. Pourtant, malgré ses nombreux défauts, Laverdure est un coéquipier solide pour Tanguy qui se retrouve souvent dans des situations difficiles. En effet, l'aventure et l'espionnage constituent le lot quotidien des deux héros qui, sur terre comme aux commandes de leurs avions, font preuve d'un patriotisme sans défaut. Créés en 1959, tanguy et Laverdure connaissent 4 dessinateurs successifs : Uderzo, Jijé, Patrice Serres et Coutelis. Mais le véritable père spirituel de la série reste Charlier qui en a écrit l'entièreté des scénarios. A noter que cette série a connu une seconde vie à l'écran avec la série intitulée Les Chevaliers du Ciel. TEXTE DARGAUD.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1961
Statut histoire Série terminée (Cycles de 2-3 albums) 25 tomes parus
Couverture de la série Tanguy et Laverdure
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

17/06/2002 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Moi qui n'était pas passionné d'aviation, j'ai tout de suite accroché aux aventures de ces 2 pilotes, bien plus intéressants que Buck Danny, pourtant du même Charlier, dès ma découverte dans Pilote vers 1968; ils ont inauguré ce journal avec Astérix et Barbe-Rouge en 1959. Ne voulant pas faire un doublon de Buck Danny, Charlier décide de traiter le sujet sur l'armée de l'air française, avec des héros français qui évoluent le plus souvent en France ou en Europe (base située à Dijon). De même que leurs exploits sont civils, ils sont instructeurs et pilotes d'essai ; tout ceci donnera un esprit cocardier à la série, belle publicité pour l'armée de l'air. Cet esprit sera heureusement tempéré par la personnalité du duo Tanguy/Laverdure : le premier est un héros falot, certes beau brun sympa mais terriblement ennuyeux, alors que son compère Laverdure tire toute la couverture à lui par ses frasques de hâbleur et de gaffeur impénitent. Charlier joue beaucoup sur leur caractère, en accentuant l'aspect comique avec les numéros de Laverdure qui sont soit des farces cruelles envers un bleu, soit des gaffes ou maladresses dont il est la victime. Malgré ça, c'est un as du manche à balai et un équipier de valeur. Quelques jolies filles croisent aussi la route des 2 pilotes, qui parfois s'échappent à l'étranger, dans des pays imaginaires. Charlier réussit des scénarios bien documentés et pleins de péripéties à suspense (comme dans Blueberry), avec un brin de politique économique. La bande connaît immédiatement le succès, devient une des séries-phares du journal Pilote, et trouve un écho supplémentaire grâce à l'adaptation les Chevaliers du ciel en 1967, dont le générique était chanté par Johnny Hallyday ; ce feuilleton très populaire renforce l'intérêt de la série qui faisait rêver tous les gamins de l'époque. On en vient au seul bémol de la bande : c'est du pur Charlier ancré dans les sixties, le reflet d'une époque qui prônait des valeurs saines et dont le métier de pilote de chasse faisait rêver les jeunes. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, Charlier n'a jamais modernisé ses personnages qui sont toujours restés des mecs avec leur mentalité très sixties, ce qui date trop la série, un peu comme pour Michel Vaillant, et je peux comprendre que les nouvelles générations ne soient plus en phase avec cette époque. Ceci dit, il faut le voir comme un document. Graphiquement, au début, Charlier n'avait pas d'autre dessinateur sous la main, il embauche Uderzo qui prouvera ainsi son grand talent dans le dessin réaliste, très pointu sur les avions ; mais en 1966, trop pris par le succès d' Astérix, il cède le crayon à Jijé qui continue la série de belle façon en respectant le ton donné par Charlier. Même si on n'aime guère l'aviation, les exploits de ces 2 héros sympathiques embarqués parfois malgré eux dans des aventures d'espionnage et d'humour, offrent bien souvent une passionnante lecture. Les albums dessinés par Uderzo et Jijé sont d'égale qualité, bien que mes préférés restent les Anges Noirs, Mission spéciale, et Lieutenant Double-Bang ; je n'ai pas lu les albums dessinés par Serres et Coutelis. A noter les superbes couvertures dessinées par Yves Thos (qui reprend les visages des 2 acteurs du feuilleton TV) ; cet illustrateur très doué, a réalisé des centaines de couv pour le journal Pilote, et des albums Dargaud, notamment les premières éditons de Barbe-Rouge.

30/06/2013 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5

S'il ne fallait qu'un argument pour défendre Tanguy et Laverdure, ce serait le choix, rare dans la BD militaire, de héros français. Buck Danny est états-unien, Dan Cooper canadien... Après guerre, les scénaristes européens, fascinés par le rêve américain, préféraient souvent installer leurs personnages outre-atlantique. Bravo donc à MM. Charlier (d'ailleurs auteur de Buck Danny) et Jijé pour ce choix cocardier, qui a peut-être été l'une des plus efficaces campagnes de recrutement pour l'armée de l'air française... et sans doute une bonne vitrine pour le catalogue de M. Dassault. Typique d'une époque, Tanguy et Laverdure s'inscrit dans la lignée de ces séries pour petits garçons des années 60 qui valorisaient l'honneur, l'amitié et l'esprit boy-scout. Après tout, il y a pire comme valeurs... Restent les clichés habituels chez le sieur Charlier, graphomane notoire qui remplissait à lui seul une bonne partie de la pagination de Pilote. Tanguy et Laverdure, c'est Blueberry et McClure, Barbe-rouge et Triple-Pattes, Buck Danny et Sonny Tucson... Le beau héros audacieux qui se sort toujours de ses plans risqués, le comparse rigolo mais courageux et loyal. Plus que dans Buck Danny cependant, Charlier s'attache à un certain réalisme, du contexte d'abord, du récit ensuite. Nos deux héros ne sauvent pas forcément toujours le monde de méchants délirants. Les histoires peuvent être plus simples, comme dans le bon "Pour l'honneur des cocardes", qui raconte la rédemption et la fin tragique d'un pilote accusé de lâcheté. Détail amusant : à partir de 1967, la série BD est devenue série télé, la seconde déteignant sur la première. A partir de Pirates du Ciel, les personnages de papier sont devenus les sosies des acteurs Christian Marin et Jacques Santi, déjà choisis pour leurs physiques proches de ceux de la première version dessinée ! Dernier détail amusant : Christian Marin, le blond Laverdure dans la série télé, est brun.

10/06/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je me suis réellement emmerdé en lisant plusieurs albums de la série. Le scénario de Charlier est souvent le même ! Pendant 10 pages, Laverdure fait le débile dans une nouvelle caserne. Ensuite, le général/colonel/lieutenant en charge de la caserne les envoie tester un truc top secret ayant un rapport avec l'aviation. Malheureusement, un pays étranger veut s'approprier le truc secret ! C'était peut-être de super scénarios il y a 40 ans, mais aujourd'hui ça ne passe plus. Le seul truc que j'ai trouvé intéressant, c'est de voir Uderzo dans un style réaliste. Si je mets deux au lieu d'une étoile, c'est grâce au magnifique travail que fait Uderzo dans les décors. Surtout les avions.

17/09/2007 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

Série mythique présentée souvent comme l'équivalent français de Buck Danny du même Jean-Michel Charlier. Il n'est d'ailleurs pas difficile d'y trouver des ressemblances entre les deux séries, mais le cadre français et les ambiances "sixties" lui donne son caractère. Les deux personnages sont plutôt classiques : Michel Tanguy est un homme droit et généreux (un sacré boy-scout, toujours à répondre présent pour les missions suicides) et le maladroit et dragueur Ernest Laverdure. L'un assume la part héroïque, l'autre celle comique. Mais limiter à ça cette série, ce serait ignorer le talent de conteur de Charlier qui réussit à plonger ses héros dans des aventures passionnantes, souvent influencées par l'actualité de l'époque de leur création, dont ils ne sortent pas indemnes. Complexes mais prenantes, documentées mais fluides, les intrigues ne laissent aucun répit au lecteur, et même si elles ont vieilli, elles intéressent toujours. Il faut dire que Uderzo donne là une véritable leçon de dessin réaliste, avec toute la documentation que nécessite l'aviation, et il donne formidablement corps à ses personnages. Jijé lui succède avec tout le talent de dessinateur épris d'action qu'on lui connaît, et il donne une version différente mais forte des héros. A ces deux auteurs aux styles affirmés, Patrices Serres prend la relève avec un dessin léger qui reprend trop des attitudes des personnages de Jijé pour ne pas paraître copier le maître et donner une version faible de la série. Coutelis redresse la barre avec un ultime album signé Charlier, au dessin étant un curieux compromis entre celui de Uderzo et celui de Jijé. Charlier n'a jamais modernisé ses personnages, qui même dans les derniers albums semblaient prisonniers de l'époque de leur création. Aussi, la reprise de Laidin au scénario laissait augurer le pire, il n'en est rien, il a parfaitement compris les personnages qu'il dirige à merveille, et il sait s'inspirer de la réalité pour créer des intrigues intéressantes. Son seul point faible, c'est de ne pas posséder l'efficacité légendaire de Charlier, mais aidé de Fernandez et Garreta, deux spécialistes des bandes dessinées d'aviation, il livre des albums de bonne tenue qui ne sont pas de vulgaires plagiats. Une série aux personnages un peu rigides, mais mis en scène par un maître du scénario qui ne déçoit jamais pour créer des intrigues pleines d'action. Si l'esprit date un peu, le dessin d'Uderzo ou Jijé n'a rien perdu de sa virtuosité, et "Tanguy et Laverdure" reste un classique de la bande dessinée remis avec respect sur le devant de la scène ces dernières années.

24/05/2007 (modifier)

Difficile d'évoquer les aventures de "Tanguy et Laverdure" en 2007 ! La série est déjà vieille, et les dernières relances n'ont pas (ou plus) le punch des anciens albums, dont l'ambiance était en phase avec l'esprit des années 60. Aujourd'hui, pas plus le pilote de chasse, que le cosmonaute, ne font rêver les jeunes générations, et ceux qui découvrent cette série maintenant, peuvent être déconcertés par le décalage entre ce qu'ils ont l'habitude de lire, et ce qui se faisait à l'époque. Néanmoins, sachez que je me suis découvert une passion pour la BD, pour l'aviation de chasse, et pour le dessin et la peinture, grâce aux premiers albums de T&L dessinés par Uderzo. Dans cette série, derrière l'aventure, il y a un côté documentaire sur l'aviation de chasse, sous-jacent, de grande qualité, ce qui changeait, à l'époque, des approximations des séries similaires. Je vais en choquer certains en disant qu'à l'époque je détestais le style de Buck Danny, alors qu'il était du même auteur (j'ai bien changé depuis). Pour ceux qui ont déjà lu les quelques posts que j'ai signés, vous savez que je suis un des (rares) chauds partisans de la BD de cette époque, même si depuis, j'en ai trouvé beaucoup d'autres tout aussi intéressantes. Pour cette série, je ne peux plus parler de "coup de coeur", vu le temps qui s'est écoulé depuis la lecture des premiers albums, mais, à l'époque, cela aurait été sans hésitation. Raymond

05/01/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Cette fameuse équipe débute sa longue carrière dans l'hebdo Pilote n° 1 du 29 Octobre 1959. Charlier est au scénario... Ne voulant pas concurrencer son autre série qu'il scénarise -Buck Danny-, il a décidé de se concentrer au milieu de l'armée de l'air française. Il crée deux pilotes aux caractères aussi disparates que complémentaires : l'un -Tanguy- est sérieux, courageux, réservé- ; l'autre -Laverdure- est un gaffeur né. A la différence de Buck Danny et de ses aventures "mondiales", Charlier va ici privilégier des péripéties qui -pour la plupart d'entre-elles- vont se limiter au territoire européen. J'ai surtout apprécié "l'oubli" de l'esprit cocardier qui aurait pu ternir -je pense- cette série hors de France. Toujours est-il que le succès a été immédiat. Qui plus est, une fausse "guéguerre" entre ces deux séries a été entretenue par le lectorat. C'est alors qu'est arrivé le feuilleton télévisé "Les Chevaliers du Ciel", en 1967, avec Jacques Santi et Christian Marin. Qu'est-ce que j'aimais ça !... J'en possède encore le 45 tours dont le thème principal est interprété par Johnny Halliday ! Ce feuilleton, combiné aux histoires dessinées, va littéralement propulser la série qui -de ce fait- va connaître une très importante notoriété. Les années ont passé. Tout comme pour d'autres séries, j'achète "mon" Tanguy et Laverdure dès l'édition d'un nouvel opus. La série ne m'a pour ainsi dire jamais réellement déçu, devenant même de plus en plus professionnelle au niveau graphique ; et ce de par la très sérieuse documentation aéronautique qui y est utilisée. Tangye et Laverdure auront plusieurs dessinateurs. Mais chacun -dans son style- travaillera sur la saga avec sérieux, esprit et recherche. Du bien bon travail, quoi !... Ma cote réelle : 3,5/5.

23/12/2006 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 2/5

Série que je préfère à Buck Danny, l'atmosphère française me plaît un peu plus. J'aurai peut-être mis 2,5/5. Mais à part ça, les histoires d'aviation ne sont vraiment pas ma tasse de thé. Pour ceux qui veulent se faire une idée de la série, je conseille l'achat de la période Uderzo au dessin ou celle de Jijé. On peut trouver quelques-uns des meilleurs scénarios, le diptyque lieutenant double bang ou les vampires attaquent de nuit. Le charme désuet des années 70 se retrouve dans ces albums. Par contre, la suite de la série est à mon avis sans intérêt.

04/05/2006 (modifier)
Par Chelmi
Note: 3/5

"Tanguy et Laverdure", les chevaliers du ciel… Charlier, nous conte les aventures de deux pilotes de chasse, deux as de l’armée de l’air française. Tanguy (à l’image d’un Tintin) est un personnage sans faille tandis que Laverdure (à l’image d’un Haddock ou d’un Tournesol) est brailleur, gaffeur et colérique. Bref deux caractères que tout oppose sauf une franche amitié que rien ne peut atteindre. Les histoires sont souvent basées sur des faits réels ou tout du moins des points de repère historique contemporains à chaque album. Les récits sont bourrés de termes techniques qui selon moi, alourdissent un peu trop la lecture. Dernièrement, c’est Laidin grand reporter à TF1 qui a repris le scénario. Plusieurs auteurs se sont succédés au dessin : Uderzo (8 albums), Jijé (14 albums), Serres (2 albums), Coutelis (1 album), Fernandez (1 album), et Garreta (1 album). Mais pour moi, le maître reste indiscutablement Uderzo même si tous ceux qui ont suivis, ont adopté fidèlement le même trait (bien que je trouve certaines cases de Jijé assez fouillis). Les illustrations sont d’un style réaliste où les avions sont criants de vérité. Amateur d’avions, vous allez vous régaler. Les couvertures d’un certain Y. Thos sont magnifiques. Les couleurs sont tout ce qu’il y a de plus classique bien qu’elles aient tendance à se moderniser sur les derniers tomes avec quelques effets sympathiques. Une de mes histoires préférées se déroule en deux tomes Canon Bleu ne répond plus et Cap Zéro, à lire si vous voulez tenter l’aventure. :)

11/04/2006 (modifier)

J'adore cette BD, c'est vraiment quelque chose de culte. Je ne mets pas un 5, parce que j'ai découvert récemment Fox One qui la surpasse en qualité graphique, mais le coeur y est. J'ai découvert cette BD il y a environ 6 mois, et quand mes parents l'on vu, il m'ont dit : "Oh, mais je lisais ça quand j'étais enfant!". Et là, j'ai compris que l'histoire, bien qu'encore assez d'actualité, la BD avait très bien vieilli.

18/07/2004 (modifier)

Je suis très étonné de trouver de pareilles notes. Je trouve que faire revivre ces deux héros dans le respect des précédentes histoires relève tout simplement de l'exploit tant au niveau du scénario (je vous rappelle que le scénariste, Jean-Claude Laidin, grand reporter à TF1, est également un ancien instructeur-pilote de l'armée de l'air et qu'il côtoie régulièrement des milieux assez fermés comme ceux du parachutisme ou de la Patrouille de France) que du dessin (respect des réalités, transitions, timing,... bravo Mr Fernandez!!!) Personnellement, j'en ai acheté 4 d'un coup (et la PAF m'en a dédicacé un d'ailleurs!!!...) Bonnes lectures!

02/07/2004 (modifier)