Sandman

Note: 3.59/5
(3.59/5 pour 17 avis)

Will Eisner Award 1991 : Best Continuing Series & Best Graphic Album: Reprint (pour l'album "La Maison de Poupée") Will Eisner Award 1992 : Best Continuing Series Will Eisner Award 1993 : Best Continuing Series Angoulême 2004 : prix du meilleur scénario pour "La saison des brumes". Enfermé durant 70 ans dans une cage de verre, le maître des Rêves s'en échappera enfin et entamera une lente reconquête de son royaume...


Angoulême : récapitulatif des séries primées Auteurs britanniques DC Comics Immortels Neil Gaiman Néo Gothique Rêves Urban Fantasy Vertigo Will Eisner Awards

Enfermé durant 70 ans dans une cage de verre, le maître des Rêves s'en échappera enfin et entamera une lente reconquête de son royaume... Si le Sandman des années 30 colle 100 % à notre réalité, celui de Neil Gaiman appartient au pur fantastique, à la magie et à l'irréel. Une série audacieuse qui est aussi la clé de voûte de Vertigo (label fantastique de DC Comics). Texte : Le Téméraire

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 1997
Statut histoire Série terminée (10 tomes dans l'ancienne édition) 7 tomes parus
Couverture de la série Sandman
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

03/07/2002 | ArzaK
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

*Avis portant sur les trois premiers tomes de la réédition d'Urban comics* J'étais bien content de pouvoir enfin lire les aventures de ce Sandman et je fus déçu. Personnellement, les différents dessinateurs ne m'ont pas dérangé. Je n'aime pas trop leurs styles, mais cela reste lisible. En revanche, j'ai un peu de difficulté avec le scénario. J'avais vraiment adoré les premières histoires, mais dès que Gaiman trouve sa voix (comme il le dit dans l'interview en bonus dans le premier tome), j'ai décroché. J'admire le fait que le scénariste ait de bonnes idées et qu'il soit capable de changer la narration aussi souvent, mais le problème c'est que cela n'arrive pas à me captiver. Et puis l’intérêt que je portais aux différentes histoires variait. Un chapitre pouvait me sembler pas mal alors que le suivant pouvait m'emmerder. J'ai un peu l'impression que je n'ai pas assez de connaissance pour lire Sandman. Souvent je devais lire les interviews de Gaiman (chaque tome de la réédition d'Urban comics a comme bonus une interview où Gaiman parle des histoires présentes dans le volume) pour comprendre où il voulait en venir. Mais bon je me souviens que la première fois que j'avais lu Watchmen j'avais trouvé cela moyen et maintenant c'est une de mes séries fétiches alors peut-être qu'un jour si je relis Sandman je vais trouver cela génial.

23/06/2014 (modifier)
Par gruizzli
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur gruizzli

Bon, allez, je me décide à commenter cette lecture quand bien même je n'en suis qu'à la lecture du troisième tome de la réédition intégrale de Urban. Mais là, il faut que je le dise : c'est une pure tuerie ! Voire mieux. C'est un chef-d’œuvre. Déjà, juste un mot sur l'édition Urban Comics, un véritable petit bijou qui compile les albums et qui nous rajoute plein de bonus, des galeries d'images ou des interviews, des compléments, des crayonnés, plein de détails supplémentaires. C'est pas indispensable, mais on y trouve des explications sur l'ensemble de la série par l'auteur en personne, et ça éclaire de façon magistrale cette série complexe. Ensuite, et pour éliminer tout de suite ce qui fâche, parlons du dessin. Car oui, c'est franchement moche. Enfin, tout dépend. Encore une fois, quand une œuvre présente un dessinateur différent à chaque histoire, il est presque impossible de qualifier le dessin. Certains sont potables, d'autres réussis, d'autres superbes (souvent les histoires très courtes et plus insignifiantes), globalement assez moche et pas agréable. Mais ça reste potable, notamment dans les constructions des pages. Le gros défaut, c'est qu'on retrouve en permanence des personnages qu'on a vu dans d'autres histoires, et lorsque les têtes changent énormément, c'est pas facile. Par contre, le reste ... C'est Neil Gaiman : prenant, inventif, superbement mis en scène, intriguant, innovant, poétique, beau ... Tout y est ! Mais vraiment tout ! J'adore la façon dont Neil Gaiman arrive à mélanger tant de choses diverses pour obtenir ce mélange final. Un univers complet, créé et cohérent, qui nous livre tout ce qu'il peut livrer. Chaque histoire présente autre chose, tout est intéressant. C'est un intérêt perpétuellement renouvelé que ces histoires. C'est des personnages extraordinaires, entre les héros et héroïnes, personnages secondaires qui reviennent à un moment ou à un autre dans une histoire où ils seront héros. C'est des intrigues qui se croisent, dans une savante orchestration. Parfaitement bien fait. C'est aussi le Rêve, un personnage excellent, a bien des facettes et qui aura un rôle différent dans chaque histoire, entre sauveur ou assassin, Deus Ex Machina ou victime. Le rêve est présenté sous bien des facettes. C'est enfin une flopée d'histoires, courtes ou longues, le tout mélangé, qui nous donne envie de lire encore une à chaque tome, rien qu'une encore puis on s'arrête. Dès que j'ai commencé à le lire, ce fut pire que des cacahuètes. Gaiman nous insuffle en plus une imagination débordante ! Rien que dans le premier tome ça foisonne d'excellentes idées, dans tous les sens. Et je ne parle pas de tous les aspects (féeriques, contes, morales, poésie, théâtre, historique) qu'on retrouve dans les histoires. Et puis, tous les mystères qui se créent et se dévoilent en permanence ... C'est superbe, c'est beau ! Quel grand auteur ! Je reconnais une chose : si vous n'arrivez pas à lire, je peux le comprendre. C'est un style d'histoire, et il faut vraiment apprécier le genre. Mais si vous avez tenu un tome et que ça vous plait, lisez tout le reste, c'est du même acabit. Je peux comprendre qu'on n'aime pas, et si vous n'y arrivez pas, ne forcez pas. Passez à autre chose. Pour tous les autres, lisez-le. C'est une série de BD qui m'a pris aux tripes et que je lis, relis avec le même enthousiasme, le même plaisir. Une série comme ça, ça ne se trouve pas tous les jours, sautez sur l'occasion ! Je suis littéralement scotché à cette BD et je crois bien que je serai accro définitivement. Du comme ça, je n'en avais encore jamais lu. C'est unique en son genre, et ça mérite toute l'attention qu'on peut lui accorder. Une œuvre culte, oui. Simplement culte. A lire.

22/03/2014 (modifier)
Par Tomeke
Note: 1/5

Je suis passé complètement à côté de cette série, pourtant considérée par beaucoup comme culte. Pour moi, rien de cela, juste une succession interminable d’histoires fantastico-poétiques sans saveur… Mon Dieu que ce fût long et ennuyant ! Je peux comprendre que cela plaît, ne fût-ce que pour la mise en page variée et audacieuse mais personnellement, au bout du premier tome de la réédition par Urban Comics, j’ai abandonné. Quelle déception ! Vite, je passe à autre chose…

13/12/2013 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Neil Gaiman a clairement créé un monde formidable, lyrique, onirique, complexe, lugubre, poétique, violent… les qualificatifs ne manquent pas. Les différentes histoires sont indépendantes, mais forment un tout cohérent, et il serait dommage de ne pas toutes les lire dans l’ordre. L’atmosphère que dégage Sandman est très sombre, onirique, parfois à la limite de la compréhension, mais sans jamais complètement perdre le lecteur. Alors je me doute bien que certains vont trouver cette histoire trop compliquée, verbeuse, voire prétentieuse. Il faut vraiment s’investir pour pouvoir l’apprécier, d’autant plus que les différents tomes sont assez longs à lire, et que le dessin risque d’en rebuter plus d’un. Mais la récompense est à la hauteur des efforts fournis : Un voyage dans un monde imaginaire complètement fou, fascinant, sombre et poétique. Une lecture qui marque…

15/10/2006 (MAJ le 10/05/2008) (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Je ne mets pas 1/5 car l'avis se limitera à la BD "Préludes & Nocturne". Je n'ai pas souvenir d'avoir à ce point galéré en lisant une BD. Le scénario ne m'a pas convaincu, c'est lourd même si une certaine logique rattrape un peu l'ensemble. Le problème vient surtout des dessins : les pages sont trop chargées, les cadrages indigestes, les couleurs atroces. Bizarrement des problèmes similaires ne m'avaient pas gêné plus que ça dans Watchmen mais il faut reconnaitre que le scénario y est bien plus prenant. J'avais "Domaine du Rêve" encore à lire mais il retournera à la bibliothèque sans être ouvert. Je n'ai pas envie de me forcer à nouveau. Je réessayerai un jour mais avec beaucoup de repos et du temps libre.

05/05/2008 (modifier)
Par Arno
Note: 1/5

Ce que je dis ici vaut pour la série "Sandman" en général. Côté positif : une oeuvre monumentale, tout un univers fascinant, et c'est ce qui m'a plu au début. Côté négatif : un goût de l'horreur qui rend l'oeuvre profondément ennuyeuse au fur et à mesure que les scènes de laideur se succèdent. Après une quinzaine de tomes, je m'aperçois qu'il ne s'agit pas d'une épopée, mais d'un catalogue de cruautés, narrées avec une minutie sordide. Chaque épisode commence par une bonne intrigue d'un niveau littéraire élevé, vite étouffée par un crime ou une torture quelconque très longuement développé et envahissant jusqu'aux dernières pages. Les potentialités de cet univers fictif sont ruinées par la priorité systématiquement laissée aux scènes de malveillance. Le fait que le personnage central lui-même soit empreint d'une certaine justice cache mal l'intention et le goût d'aligner les personnages sadiques et les victimes. Et n'étant pas psychopathe je vais chercher des choses plus intéressantes, car à force d'horreurs cette oeuvre perd tout son sens et son intérêt. Pour être vraiment précis, c'est quand un nouveau cycle a débuté sur les têtes coupées qui parlent que j'ai arrêté et que j'ai dit: "Arrête ton char, Gaiman, on connaît la musique maintenant". Je me suis dit que voir des têtes coupées qui parlent pendant plusieurs épisodes, je valais mieux, et la bd vaut mieux. On reproche souvent à la bd d'être inculte, celle-ci semble disposer de très complètes références littéraires, mais elle est torturée jusqu'au grotesque, jusqu'à une sorte de ridicule un peu triste, ou une sorte de débilité faussement cultivée. N'est-ce pas une forme de sous-culture que d'accumuler/étaler si ouvertement les références, au lieu de s'en inspirer pour créer son propre monde, sa propre oeuvre? N'est-ce pas une sorte d'échec littéraire et de manque de confiance en soi, voire une appropriation ratée de ces références? Les oeuvres du patrimoine mondial ne sont pas ici vraiment maîtrisées, il ne s'agit pas vraiment d'une connaissance des grands mythes de l'humanité, mais plutôt d'un feuilletage rapide d'un dictionnaire des mythes et légendes. Les mythes ne sont qu'évoqués superficiellement puis immédiatement détournés pour y plaquer des scènes de malveillance: - Une page d'une des pièces les moins violentes de Shakespeare (Midsummer Night's Dream) et hop voilà de l'agressivité et du crime qui se prépare. Les elfes d'Oberon c'est des criminels hideux en fait... - Une page d'Edda scandinave et hop voilà une torture et des outrages... - Une page de mythologie égyptienne mais c'est juste pour humilier la déesse de la beauté... - Une page d'anges bibliques et hop ils sont humiliés et déchus... - Voilà deux elfes à la Tolkien et ils sont avilis... - Une école anglaise? Ben c'est pour les viols et meurtres entre enfants bien sûr... Avec les cadavres, ben oui évidemment... - Une ballade en ville avec la soeur qu'on n'a pas vu depuis longtemps? C'est pour tuer des bébés... - Une référence à la révolution française, sujet cultivé pour un auteur et un public anglophone, ah ben on n'a pas vraiment de révolution on a... vous avez deviné? Ben des têtes coupées évidemment! Plein! Des cageots! des tas dans des coins sombres! Des tas au soleil! Et elles parlent! Ah oui et y'en a une c'est Orphée. Waouh cultureux, la référence! Waouh! Mais bon j'ai pas fini le tome pour voir comment Orphée était mutilé et humilié avec sa tête coupée... Et puis bon, est-ce que Gaiman s'intéressait vraiment au mythe d'Orphée, ou voulait-il montrer très très beaucoup de têtes coupées? Je me demande même si le choix d'un Dieu des rêves comme personnage principal n'a pas été pour Gaiman une stratégie pour camoufler le réalisme des scènes de malveillance... Parce que, si vous enlevez le Rêve, vous voyez bien ce qui reste. Mais là, grâce au Dieu des rêves, c'était réaliste et... abracadabra, c'était pas vrai! C'était cruel et, abracadabra, c'était pas vrai! L'auteur a passé plusieurs années de sa vie a accumuler des scènes de malveillance et... abracadabra, c'était du Rêve! L'auteur a enlaidi le monde et... abracadabra, c'était du Rêve! Tous ses personnages ne font que souffrir et... abracadabra, c'était du Rêve! Les légendes les plus belles sont comme des mouches prisonnières dont il arrache les ailes et les pattes et... abracadabra, c'était du Rêve! Ceci n'est pas une oeuvre, c'est un catalogue morbide, et il y manque le second degré de l'auteur qui verse dans l'excès en en restant conscient. Pas de second degré ici, pas de maîtrise littéraire, juste des références pléthoriques qui épatent la galerie et masquent la véritable intention. Ou l'absence d'intention créative, si on veut. Ah, et puis pour finir: le sexe c'est mal! Dès qu'il y a sexe, il y a crime. Où quand on monte d'un cran dans la cruauté, il y a sexe. Ou quand il y a un répit dans le mal, il n'y a pas sexe. Pareil. Voilà, on est bien dans le beauf américain, là...

01/04/2007 (modifier)
Par Janis
Note: 5/5

Formidable œuvre lyrique et originale, Sandman est une bande dessinée d’une originalité et d’une force incroyable. S’enfoncer dans sa lecture, c’est s’enfoncer dans un monde noir et beau, envoûtant et prenant. La richesse des idées et de la poésie de Neil Gaiman emporte mon cœur de lectrice, passant ainsi au-delà de l’aspect assez glauque de certains passages un peu trop noirs. Ma seule déception vient du dessin de certaines histoires, notamment celles du tout premier tome, qui est vraiment très moche et m’empêche de faire apprécier au premier coup d’œil cette bande dessinée à mes amis à qui je veux leur faire découvrir : ils sont toujours obligés de prendre vraiment leur temps et de lire au moins un album dans son intégralité pour commencer à vraiment être subjugué… mais ça marche pour ceux qui savent apprécier les choses grandioses en prenant le temps de s’y plonger pour de bon ! Ma deuxième TRES grande déception vient de DC Comics qui a bloqué les droits de cette série pour le moment, empêchant Delcourt de sortir de nouveaux tomes depuis plus d’un an sans qu’on sache encore ce qu’il va advenir à l’avenir. Mais cette question de droit n’enlève rien à la puissance et à la beauté de Sandman.

20/05/2006 (modifier)
Par Dakhan
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Ca change un héros qui n’est pas un homme. Originales aventures surnaturelles du marchand de sable en plein mysticisme. L’univers complexe et subtil imaginé ici par Neil Gaiman est une sorte de syncrétisme admirable de nombreux mythes, et si l’on est pas effrayé par la noirceur, voici vraiment une œuvre à lire. Le dessin/graphisme oscille entre excellent et mauvais entre les albums et au sein de chaque album, avec quelques fautes de constance (certains personnages changent pas mal de tête d’un épisode à l’autre)même pour un même dessinateur, et les couleurs sont loin de la réussite. Mais il est important bien évidement, voir essentiel, de lire cette histoire dans l’ordre des parutions ; et puis comme toutes les longues séries, elle est inégale ; mais dans l’ensemble excellente. Avec un meilleur dessin, cette série aurait facilement 5 étoiles.

09/03/2006 (modifier)
Par Steril
Note: 4/5

Que dire face à un tel monument ! Car c'est bien d'un monument qu'il s'agit : 10 tomes de plusieurs centaines de pages chacun, ça fait un sacré volume. Un monument qui se construit petit à petit. Chaque tome, voire chaque chapitre, peut sans doute se lire séparément, mais ce n'est qu'une fois l'édifice achevé que l'on se réalise tout le génie derrière sa conception. Les premiers tomes se cherchent encore, on a parfois l'impression de lire un "comic" comme tant d'autres, mais au fil de la lecture, on s'aperçoit que c'est bien plus que ça : un véritable chef d'oeuvre (au sens compagnonesque du terme). Bien sur, aborder une oeuvre de cette dimension n'est pas chose aisée, les débuts sont parfois ardus, d'autant que le dessin des premiers tomes n'est pas toujours des plus réussis (une foule de dessinateurs, aux styles les plus divers, prennent le relais pour construire cette série... certains morceaux sont vraiment splendides - surtout dans les derniers tomes - d'autres franchement hideux, en tout cas, il y en a pour tous les goûts!). Ce qui fait la force de Sandman, c'est le talent littéraire de son scénariste (le terme auteur convient mieux, à vrai dire...). Celui-ci puise dans le notre fonds culturel, dans une foule de mythologies, pour recréer une mythologie contemporaine extrêmement cohérente, humaine et qui nous parle. Les histoires qui composent Sandman fourmillent de références (parfois bien cachées) à une foule d'éléments qui lui font dépasser de très loin le cadre de la bédé habituelle. Il suffit de consulter les annotations de chaque tome réalisées par certains fans, dans lesquelles chaque page de l'oeuvre s'accompagne des pages de commentaires et d'analyses. Au point que certains, pour apprécier pleinement l'oeuvre, auront sans doute besoin d'un guide ou d'un mode d'emploi, tel que l'excellent "Sandman Companion" également publié par l'éditeur de Sandman, que je suis actuellement en train de lire et grâce auquel je réalise que je suis passé à côté de bien plus de choses que je ne pouvais l'imaginer. Bref, Sandman, contrairement aux apparences, est loin d'être petit comique salement griffonné : c'est vraiment une oeuvre majeure dans la bibliographie d'un auteur de talent.

04/07/2005 (modifier)
Par Altaïr
Note: 4/5

C'est vraiment une BD étrange, Sandman. Pleine de poésie et de sentiments assez forts, avec de bons scénarios bien fichus et très bien mis en scène. Les personnages sont extrêmement charismatiques, et le tout est très original, très prenant, assez déconcertant aussi mais c'est voulu je pense. Mais... face à un univers aussi riche, aussi métaphorique, il aurait fallu un dessinateur à la hauteur. Qu'est ce que ça aurait pu donner ! Il suffit de lire le sublime conte de Sandman "chasseurs de rêve", illustré par Yoshitaka Amano, pour s'en convaincre. Bref, c'est vraiment cet aspect graphique qui m'empêche de mettre un 5/5. C'est un 4/5 de lectrice frustrée ! ^__^

25/01/2005 (modifier)