Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Danthrakon

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Dans la mythique cité de Kompiam cohabitent de nombreuses races intelligentes. Nuwan, un humain, est apprenti marmiton dans la demeure d’un grand magicien. Avec l’aide de la belle Lerëh, dont il est un peu amoureux, il apprend à lire. Mais ses incursions dans la bibliothèque vont le mettre aux prises avec un précieux grimoire, le Danthrakon. La magie de l’ouvrage s’insinue en lui alors que les pages blanchissent.


Christophe Arleston

Dans la mythique cité de Kompiam cohabitent de nombreuses races intelligentes. Nuwan, un humain, est apprenti marmiton dans la demeure d’un grand magicien. Avec l’aide de la belle Lerëh, dont il est un peu amoureux, il apprend à lire. Mais ses incursions dans la bibliothèque vont le mettre aux prises avec un précieux grimoire, le Danthrakon. La magie de l’ouvrage s’insinue en lui alors que les pages blanchissent. Effrayé, Nuwan n’ose en parler à personne. Un terrible inquisiteur enquête sur l’effacement du grimoire, alors que Nuwan cache à tout le monde que de l’encre a remplacé son sang, ses larmes… et qu’il pisse noir. Terrorisé, il sait qu’il ne peut rien sans l’aide de Lerëh…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Septembre 2019
Statut histoire Série en cours (prévue en 3 tomes) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Danthrakon
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

27/08/2019 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

De mon côté, c’est plutôt la déception qui prévaut. Sans doute attendais-je trop de ce récit suite à la belle note accordée par Ro. Pourtant, tout ce qu’il écrit, je l’ai bel et bien retrouvé : les multiples similitudes avec Lanfeust de Troy, le style de Boiscommun calqué sur celui de Tarquin, la magie, les bons mots, la colorisation qui nous fait rapidement comprendre que nous sommes dans une série signée Arleston… En fait, c’est ça le problème : je n’ai rien vu de neuf. Si je découvrais le travail de Christophe Arleston avec cet album, je serais aux anges. Sauf que ce n’est pas vraiment le cas. J’avais adoré (et j’adore toujours) Lanfeust de Troy, j’étais déjà moins enthousiaste avec Lanfeust des Etoiles, je n’ai pas lu tous les tomes de Lanfeust Odyssey. J’ai évité par peur d’overdose de lire toutes les autres séries du monde de Troy (n’en piochant que de ça de là en fonction de mon envie du moment). Et là, j’ai vraiment cette impression qu’on est reparti pour un tour, avec le même schéma, les mêmes profils, les mêmes éléments… et j’ai envie de lire quelque chose de neuf. A comparer, je trouve Ekhö, monde miroir bien plus original. Du coup, je ne suivrai pas cette série même si elle n’est pas mal faite mais j’ai vraiment trop le sentiment de l’avoir lue avant même d’en découvrir la suite.

10/10/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

On ne peut que se dire, en voyant ce premier tome de la nouvelle série de Christophe Arleston, qu'on a déjà lu ça... Les point communs, déjà relevés par Ro, sont légion, tant au niveau des caractères, des décors ou de l'univers développé. On pourrait presque croire que cela se passe dans l'univers de Troy, tant ça correspond. Mais Arleston fermant progressivement cette page chez Soleil, on se dit que ça va se démarquer par la suite. Cependant cela reste très agréable à suivre, mieux maîtrisé qu'aux débuts de Lanfeust de Troy, avec moins de tics de scénario. Côté dessin j'aime bien le style adopté par Boiscommun, même s'il est capable de faire mieux. Attention toutefois à ne pas trop faire de "Tarquin-like", ça risque de le suivre un moment... Mais contrairement à Ro, je n'ai pas l'intention d'aller plus loin dans ma lecture ; pour moi c'est du réchauffé, j'aurais aimé qu'Arleston parte sur d'autres sujets en lançant sa nouvelle collection et sa nouvelle série chez Bamboo...

03/09/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Drakoo est une nouvelle maison d'édition issue de la collaboration entre l'éditeur Bamboo et Christophe Arleston, le scénariste bien connu de Lanfeust de Troy. Suite à l'arrêt du Lanfeust Mag, ce dernier avait en effet l'envie de faire perdurer le même esprit de création de nouvelles séries BD dans des univers imaginaires de Fantasy ou de SF. Et il compte aussi faire profiter une nouvelle génération d'auteurs de son expérience dans le domaine. Comme fer de lance de cette nouvelle édition, il s'associe à Olivier Boiscommun (Le Livre de Jack, Anges,...) pour livrer une série heroic-fantasy qui rappellera beaucoup les échos de Lanfeust. Soyons clair, ceux qui connaissent bien l'imaginaire d'Arleston ne seront pas dépaysés. On retrouve de très nombreux éléments similaires, que ce soit le jeune héros rouquin, brave mais un peu naïf, son amie jolie et plus intelligente, la ville avec son école de magie, les différents types de pouvoirs magiques ou encore le bestiaire. Même Boiscommun a modifié son style graphique habituel, plus accoutumé à la peinture en couleurs directes, pour se rapprocher de l'ambiance visuelle de Didier Tarquin, l'encrage et la colorisation jouant également dans ce sens. La comparaison est d'ailleurs parfois un peu cruelle car les planches de Boiscommun apparaissent moins fouillées et parfois moins maîtrisées que celles de Tarquin, notamment quand il s'agit de représenter la ville dans son ensemble ou encore un bateau qui navigue. Mais pour le reste, et notamment les personnages et différentes créatures, ou encore pour la mise en scène et les scènes d'action, le résultat est très bon et agréable à la lecture. J'ai envie de donner sa chance à cette série car, même si l'on y retrouve des ingrédients déjà forts usités, la sauce prend bien et le cocktail est toujours bon. C'est du divertissement très sympathique qui fait passer du bon temps et donne envie de lire la suite. J'ai apprécié la mise en place de ce monde fantastique, ses personnages certes assez typés mais aux relations agréables, les types de magie et la personnalité des magiciens en question. Et j'aime bien l'idée de ce grimoire qui vient parasiter et prendre en partie possession du héros. L'humour ne m'a pas vraiment fait rire mais l'atmosphère légère amène le sourire la plupart du temps. Il n'y a qu'un seul gag qui, pour moi, est tombé vraiment à plat, c'est celui de la baffe car "cela fait pousser la queue" : je n'ai même pas compris le pourquoi de la baffe initialement, pensant que c'était plus de la colère engendrée par la peur que l’héroïne ressentait pour le comportement imprudent du héros, avant de comprendre que c'était un gag un peu trop lourd. Je demande encore à être convaincu par la suite mais je suis plein d'espoir, d'autant que la série étant prévue en 3 tomes seulement, elle ne risque à priori pas de se délayer et de finir par tomber dans la redite et l'ennui. J'attends donc les prochains tomes avec impatience et je suis curieux de voir où l'auteur va nous mener.

27/08/2019 (modifier)