Les forums / Avis de la semaine

Par Yann135 Le 28/09/2020 - 10:37 (Modifier)
Yann135

pas trop fan aussi d Hugo Pratt mais cet avis dithyrambique fait que moi aussi je vais m y remettre. je vais donc relire ce soir "fable de Venise" que j ai sans doute délaissé trop tôt. Merci Grizzli.


Par gruizzli Le 28/09/2020 - 09:04 (Modifier)
gruizzli

>> Jetjet avait écrit : >> J’allais proposer Gruizzli et son très bel article sur Corto en avis de la semaine et PAF c’est déjà fait ! Bravo à lui ! Il me donnerait presque envie d’essayer de les lire (j’en ai lu que 2 qui ne n’ont pas plus d’où mon absence de chro sur cette série). Who, merci à toi, ça fait plaisir d'avoir un tel retour ! Ravi de donner envie de lire des BD, même à ceux qui en lisent déjà Sourire


Par Jetjet Le 28/09/2020 - 07:28 (Modifier)
Jetjet

J’allais proposer Gruizzli et son très bel article sur Corto en avis de la semaine et PAF c’est déjà fait ! Bravo à lui ! Il me donnerait presque envie d’essayer de les lire (j’en ai lu que 2 qui ne n’ont pas plus d’où mon absence de chro sur cette série).


Par Alix Le 21/09/2020 - 11:30 (Modifier)
Alix

>> Gaston avait écrit : >> Ouais c'est la troisième fois en moins d'un an que je suis avis de la semaine. Lunettes de soleil Oui, tu es en tete du top "avis de la semaine depuis toujours" (enfin depuis qu'on a commencé à compter - top uniquement visible pour les modos, pour qu'on choisisse équitablement), donc va falloir laisser passer les autres un peu Clin d


Par Gaston Le 21/09/2020 - 10:18 (Modifier)
Gaston

Ouais c'est la troisième fois en moins d'un an que je suis avis de la semaine. Lunettes de soleil


Par Ryle Le 16/09/2020 - 12:09 (Modifier)
Ryle

>> Ro avait écrit : >> Le saviez-vous ? >> Le manga Iruma a l'école des démons posté par Gaston porte le numéro de série 19666 sur BDthèque. >> 19 666, pour une école de démons, ça tombe plutôt bien, non ? 19980 aurait bien fonctionné aussi, c'est 30 x 666 Clin d


Par Ro Le 16/09/2020 - 11:54 (Modifier)
Ro

Le saviez-vous ? Le manga Iruma a l'école des démons posté par Gaston porte le numéro de série 19666 sur BDthèque. 19 666, pour une école de démons, ça tombe plutôt bien, non ?


Par sloane Le 16/09/2020 - 11:19 (Modifier)
sloane

Je plussoie.


Par Alix Le 16/09/2020 - 11:08 (Modifier)
Alix

>> Mac Arthur avait écrit : >> Gaston avis de la semaine ! Oui, je me suis fait la meme remarque Sourire


Par Mac Arthur Le 16/09/2020 - 10:38 (Modifier)
Mac Arthur

Gaston avis de la semaine !


Par Gaston Le 15/09/2020 - 17:36 (Modifier)
Gaston

>> Alix avait écrit : >> >> sloane avait écrit : >> >> La discussion devient pointue. Pour ma part j'ai bien aimé découvrir la genèse du personnage d'Harley Quinn et celle-ci me convient même si elle n'est pas complètement raccord avec d'autres versions. Dans cet univers et c'est surtout à Gaston The spécialiste que je m'adresse; quel comics dois-je lire pour connaitre les origines du Joker? >> >> Bah pour les origines, moi je conseille toujours le grand classique de Alan Moore : Killing Joke (Batman - The Killing Joke/Rire et Mourir/Souriez !) (desolé le nom est un peu bordelique sur BDT) Killing Joke est effectivement la BD à lire pour les origines du Joker...sauf que ça raconte une version possible de sa vie avant qu'il devient Joker. En faite, il y a pas vraiment de BD sur les origines du Joker vu qu'il ne ne souvient même pas ce qu'il était avant de devenir le Joker et il y a des souvenirs confus. Si tu veut un truc du genre le film Joker, tu risque d'être déçu. Le seul truc qui est sur avec le Joker est comment il a été transformé en Joker (tombé dans une cuvette de produits chimiques lors d'une confrontation avec Batman). Donc tu peut pas faire une BD sur ses origines comme Harley Quinn ou encore Double Face, deux personnages dont on peut raconter leur basculement tragique vers le crime parce qu'on sait ce qu'ils étaient avant de devenir des super-vilains. À la limite, tu peut lire Joker Anthologie où il y a la première apparition du Joker (mais on apprends rien sur sa vie) et aussi une nouvelle version de sa première confrontation avec Batman.


Par Alix Le 15/09/2020 - 17:06 (Modifier)
Alix

>> sloane avait écrit : >> La discussion devient pointue. Pour ma part j'ai bien aimé découvrir la genèse du personnage d'Harley Quinn et celle-ci me convient même si elle n'est pas complètement raccord avec d'autres versions. Dans cet univers et c'est surtout à Gaston The spécialiste que je m'adresse; quel comics dois-je lire pour connaitre les origines du Joker? Bah pour les origines, moi je conseille toujours le grand classique de Alan Moore : Killing Joke (Batman - The Killing Joke/Rire et Mourir/Souriez !) (desolé le nom est un peu bordelique sur BDT)


Par sloane Le 15/09/2020 - 16:59 (Modifier)
sloane

La discussion devient pointue. Pour ma part j'ai bien aimé découvrir la genèse du personnage d'Harley Quinn et celle-ci me convient même si elle n'est pas complètement raccord avec d'autres versions. Dans cet univers et c'est surtout à Gaston The spécialiste que je m'adresse; quel comics dois-je lire pour connaitre les origines du Joker?


Par Mac Arthur Le 15/09/2020 - 09:31 (Modifier)

>> Gaston avait écrit : >> Ah okay c'est ça que tu veux dire. Bon déjà les origines d'Harley Quinn, c'est plus les origines d'un super-vilain même si maintenant dans les comics Harley est une anti-héroine à la Deadpool. Même chose pour le film Joker à moins que tu es compris que Joker a 100% raison de faire ce qu'il fait. Et ça c'est quelque chose qu'on voit souvent, le personnage qui fini par basculer dans le coté obscurs, notamment dans le dessin animée Batman des années 90 où dans plusieurs épisodes t'as la première apparition d'un méchant et on te montre comment il devient un super-vilain. >> >> Sinon, c'est clair que les super-héros eux finissent toujours par gagner, mais il y a plusieurs fois oû le méchant est arreté, mais ça fini pas sur un gros happy ending. L'exemple classique est l'origine de Spider-Man, qui n'a pas arrêté un bandit et plupart le bandit tue son oncle. Ensuite Spider il attrape le bandit, mais son oncle il va pas revenir à la vie. >> >> Et puis dans le film de Wonder Woman, tu as tout de même ses amis qui sont morts, tout le contraire de Superman qui réussi à retourner dans le temps sauver Lois et tout est bien qui fini bien. Tire la langue Ben, Wonder Woman, pour te situer mon niveau, je suis resté à la version où elle pilote un avion invisible dans un short moulant Tire la langue . Je n'ai pas vu les films des années 2000-2010-2020... Et pour en revenir à Harleen, ben des récits que j'ai lus sur elle, soit elle n'est qu'un personnage secondaire sexy et amusant avec un background léger (elle était la psy du Joker mais a fini par préférer dégommer à coups de batte de baseball pour une raison qui ne m'est jamais apparue clairement), soit quand elle est le personnage principal, on me la présente comme une vilaine cool et amusante (ta comparaison avec Deadpool correspond à l'idée que je m'en fait). Par contre, des récits centrés sur elle avant qu'elle ne devienne Harley Quinn, je pense n'en avoir lu qu'un (Harley Quinn : Breaking Glass) mais la psychologie du personnage y est assez sommaire et l'action est plus présente. Ici, c'est vraiment le premier comics de super-heros (ou dans l'univers des super-heros) dans lequel j'ai pu royalement me foutre du fait qu'il s'agit d'une super-vilaine parce que Harleen est montrée comme un être fragile avant tout et le récit tourne bien plus autour de ses sentiments qu'autour d'une quelconque intrigue. C'est pour cela que je pense que l'album va plus plaire aux lecteurs qui ne cherchent pas un comics typé 'super-heros' mais bien un récit plus psychologique, plus basé sur l'humain et le ressenti que sur l'action et les super-pouvoirs spectaculaires. Et pour en revenir à l'autre sujet (est-ce que j'aimerais lire des albums dans lesquels on me raconte une histoire identique à celle que j'ai déjà lue dans un autre album). Et bien très clairement, je ne vois pas l'intérêt. Des collections comme DC Renaissance ou DC Rebirth, je ne vois absolument pas l'intérêt si ce qui y est raconté est identique (à l'un ou l'autre petit détail près) à ce qui était raconté au moment de l'apparition du personnage. le seul 'intérêt' est de pouvoir surfer sur le succès d'un film pour faire découvrir un personnage à un jeune lectorat, dans un style graphique et narratif qui lui convient. En Europe, les films adaptés de héros de bande dessinée n'ont pas encore entraîné ce genre de production et je ne peux pas te dire pourquoi. mais c'est clair que je me vois mal acheter un album de Gaston Lagaffe qui se contenterait de redessiner les gags... A contrario, j'ai découvert les albums de Tintin après qu'ils aient été refaits dans les années 70 et je ne les aurais peut-être pas lus dans leur version originale. Idem pour les premiers Bob et Bobette. Aujourd'hui, je lirais peut-être l'ancienne version avec curiosité, pour voir comment c'était et ce qui a changé entre les deux versions mais à l'époque de ma jeunesse, le fait que le dessin était plus 'actuel' (avec de la couleur notamment) a très certainement joué un rôle dans mon envie de lire la nouvelle version d'une histoire qui avait déjà été publiée avant (en plus pour les Tintin, ça devait pas être évident de trouver la version de 1930 Tire la langue ). Donc voilà, je pense qu'il y a un intérêt... mais pas pour un vieux lecteur. Moi, en tous les cas, si j'aime retrouver le parfum des lectures de ma jeunesse, c'est clair qu'il y a un univers à respecter (Buck Danny doit se battre contre des méchants Japs ou contre Lady X entre 1944 et 1955 en gros, Spirou doit travailler à la rédaction du journal et se rendre à Champignac dans un univers très 'années 50-60) mais je dois aussi retrouver l'effet de surprise, ce sentiment de découverte qu'une simple réécriture d'histoires que j'ai déjà lues ne me procurera pas. Peut-être le lectorat européen est-il plus âgé que celui du marché américain et du coup les éditeurs se disent que ça ne prendra pas... Je sais pas.


Par Gaston Le 14/09/2020 - 23:47 (Modifier)
Gaston

>> Mac Arthur avait écrit : >> >> Gaston avait écrit : >> >> Et puis je réagis à 'C'est l'inverse d'un récit de super-héros puisque le personnage principal est au contraire fragile et influençable.'. Euh c'est quoi un récit de super-héros que tu connait, le vieux show de Batman avec Adam West ? Parce que des personnages principaux vulnérables, t'en a pleins dans les comics depuis la révolution Marvel des années 60 (la Chose et Spider-Man étant de bons exemples). T'as le droit de pas aimé les super-héros, mais ta vision me semble étrange. Confus Surtout que Batman est un des super-héros qu'on montre vulnérable pleins de fois. Et dans le dessin animée des années 90 t'as des méchants fragile et vulnérable dont Harley Quinn.... >> >> >> >>https://www.youtube.com/watch?v=s39t9lEESC0 >> >> Ben oui, je suis loin d'être un spécialiste. Je veux bien te croire quand tu dis qu'il y a des comics dans lesquels le super-heros est en fait fragile et perd à la fin mais je ne les ai pas lus. Je suis resté sur le Superman qui tourne assez vite autour de la terre pour remonter le temps, sur Wonderwoman qui dégomme un régiment armé jusqu'aux dents grâce à deux bracelets et un lasso, à Batman qui vainc systématiquement quel que soit son ennemi. Je n'ai pas ta culture à ce niveau, c'est clair. Du coup, voir l'héroïne d'un récit de super-héros verser du côté obscur de la force me change du peu que je connais des récits de super-héros, qui pour moi finissent la plupart du temps (en tous les cas je n'en ai pas lu d'autres) par la victoire du héros sans peur et sans reproche. Ah okay c'est ça que tu veux dire. Bon déjà les origines d'Harley Quinn, c'est plus les origines d'un super-vilain même si maintenant dans les comics Harley est une anti-héroine à la Deadpool. Même chose pour le film Joker à moins que tu es compris que Joker a 100% raison de faire ce qu'il fait. Et ça c'est quelque chose qu'on voit souvent, le personnage qui fini par basculer dans le coté obscurs, notamment dans le dessin animée Batman des années 90 où dans plusieurs épisodes t'as la première apparition d'un méchant et on te montre comment il devient un super-vilain. Sinon, c'est clair que les super-héros eux finissent toujours par gagner, mais il y a plusieurs fois oû le méchant est arreté, mais ça fini pas sur un gros happy ending. L'exemple classique est l'origine de Spider-Man, qui n'a pas arrêté un bandit et plupart le bandit tue son oncle. Ensuite Spider il attrape le bandit, mais son oncle il va pas revenir à la vie. Et puis dans le film de Wonder Woman, tu as tout de même ses amis qui sont morts, tout le contraire de Superman qui réussi à retourner dans le temps sauver Lois et tout est bien qui fini bien. Tire la langue