Chick Bill

Note: 2.7/5
(2.7/5 pour 20 avis)

C'est un drôle de quatuor que composent Chick Bill, Petit Caniche, Kid Ordinn et Dog Bull !


Albums jeunesse : 10 à 13 ans BDs controversées Goscinny Greg Journal Tintin Le western (pour de rire) Les BDs à papa Séries fleuves

C'est un drôle de quatuor que composent Chick Bill, Petit Caniche, Kid Ordinn et Dog Bull ! Kid Ordinn est l'assistant naif de Dog Bull, le shérif de Wood City (et ce n'est pas une partie de plaisir car celui-ci pique de sacrées crises !), petit caniche est l'ami de chick bill. bref, voilà les aventures des 4 zamis.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1954
Statut histoire Une histoire par tome (série terminée suite à la mort de Tibet) 70 tomes parus
Couverture de la série Chick Bill
Les notes (20)
Cliquez pour lire les avis

14/11/2001 | Kael
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

En 1953, Lucky Luke n'est plus la seule BD western humoristique : Tibet lance un quatuor de héros qui dans les premiers épisodes seront anthropomorphes; sur le conseil d'Hergé, les personnages perdent leurs têtes d'animaux pour devenir humains et avoir les caractères qu'ils garderont pendant leur longue carrière : Chick Bill est le loyal cowboy, qui comme Lucky Luke, est un as de la gâchette ; avec son ami Petit Caniche, tous deux sont sérieux et font peu rire, ils sont en réalité éclipsés par les vraies vedettes de la série, le shérif Dog Bull, stupide, gaffeur, colérique, vantard mais bonne pâte, flanqué de son adjoint Kid Ordinn, un simplet naïf et maladroit, prototype de crétin magnifique qui parfois peut se révéler sous un aspect étonnant, comme dans l'épisode L'Innocent du village, ou aussi L'Arme secrète de Kid Ordinn. Faire-valoir, source continuelle d'effets comiques, c'est le pivot central de la série. Il subit avec candeur les brimades du "chef", et c'est là souvent qu'intervient Chick Bill pour ramener le calme et conclure l'histoire, tout en s'occupant des bandits. Tous ces personnages, plus quelques notables de Wood City, petite ville d'Arizona où vivent nos héros, sont devenus au fil des épisodes de plus en plus consistants, ce qui a donné une certaine qualité à la série, toujours appréciée par un public jeune ; d'autant plus qu'au contraire de Lucky Luke, elle ne faisait pas référence à des épisodes historiques du Far West, misant tout sur l'aspect humoristique et gaguesque même des situations et des personnages. Pour tout cela, elle est devenue l'un des fleurons du journal Tintin, un vrai classique même qui a été lu par 3 ou 4 générations d'enfants, et je me souviens l'avoir toujours appréciée. La qualité des histoires est très inégale, malgré le dessin très agréable de Tibet, et dans un nombre d'albums aussi touffu, il convient d'élaguer, surtout que Le Lombard n'a pas respecté l'ordre chronologique de parution des récits dans Tintin, et que l'on se retrouve avec des épisodes anciens comme Les Déserteurs par exemple en n°51. Les 11 premiers tomes ne sont pas les mieux, Tibet n'a pas encore affiné son trait. Je recommande d'acheter à partir du 12 Les Disparus du Mirific, puis les tomes suivants : 25, 26, 27, 28 et 29 (une sorte de diptyque), 30, 31 (L'Innocent du village, probablement le meilleur), puis 33, 34, 36, 39, 41, 47, 51, 52, 55.

24/06/2013 (modifier)
Par SuperKid
Note: 5/5

J'ai aimé comme enfant et je continuerai à aimer la série Chick Bill. Mélange d'aventures far-west et humour. Mais sans Kid Ordinn, je n'aurais que donné 3/5. Ce sont les gaffes de Kid Ordinn qui me font toujours rire. En outre, Kid m'est sympa, j'aimerais aussi être son ami. Sans Kid, je ne conseillerais pas l'achat.

27/04/2013 (modifier)

Il est vrai que "Chick Bill" n'est pas considérée comme une BD "culte", ce que je trouve regrettable. Bien qu'après des débuts très moyens (jusqu'à la "Bonne mine de Dog Bull"), on ne peut que trouver un humour que je n'ai retrouvé nul part ailleurs. En passant de "Panique à OK korral", "Tempête Rose", le cultissime "Trésor du gros magot", "L'étoile d'A. Rainier" (mon chouchou), pour ne citer qu'eux. Bien évidemment, les derniers albums sont beaucoup moins "à la hauteur". "L'homme qui a Tempêté", " la Fille au père Vert" ne sont pas des réussites, et je reconnais n'avoir acheté aucun des derniers albums. Mais combien d'albums avant ceux là m'ont fait rire aux éclats enfant et continuent de me faire rire ? Je pense que tous les albums de Kid Ordinn devraient être offerts aux enfants au même titre qu'Astérix ou Gaston Lagaffe. Et à ceux qui disent que Kid Ordinn a veilli, je leur dis que ce n'est pas Kid Ordinn qui a pris de l'âge, mais que ce sont eux qui ont grandi et qui se prennent trop au sérieux.... ce que ne faisait pas Tibet....

01/07/2010 (MAJ le 02/07/2010) (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

De la bonne bd de papa voir de grand-papa pourrait symboliser parfaitement ce chic type qu'est Bill accompagné de Petit Caniche tout de même ! Je comprends la nostalgie bien heureuse et bien pensante que peut engendrer un jeune cow-boy, héros sans peur et sans reproche toujours prêt à rendre service et à sauver ses amis dans des situations les plus périlleuses. Bienvenue au Royaume des Bisounours version far-west avec tous les stéréotypes possibles et imaginables jusque dans la description des différents protagonistes ! Cela en devient agaçant. La naïveté dans toute sa splendeur avec en prime un scénario léger pour une pléthore de titres ! Bon, les dialogues ne sonnent pas creux: c'est déjà ça! Il en faudra peut-être un peu ou légèrement plus pour nous captiver. Même en étant gamin, j'étais passé à côté. Voyons petit garnement: un petit peu de respect pour Chick Bill ! Rien que l'évocation de son prénom provoque en moi une extase en sens contraire. J'arrête là pour ne pas faire mon méchant ! :!

17/04/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Tout n’est pas de valeur égale, loin sans faut, dans cette longue série. Et, malheureusement, lorsque le dessin était encore légèrement maladroit, les scénarios étaient très complets (humour, et aventure au rendez-vous) alors qu’a contrario, lorsque le dessin atteindra son sommet (une ligne claire tout en rondeur et à gros nez), ce seront les scénarios qui piqueront du nez (et le lecteur aussi, par la même occasion). Reste une bonne période centrale avec des albums plutôt distrayants comme « 36 étoiles », « l’étoile d’A. Raigner », « le dur de dur des durs de dur » ou le cycle d’Eclosh (le roi et le captif), entre autres. Dans ses meilleurs moments, la série propose à mes yeux un agréable mélange d’aventure à l’époque du far-West et d’humour gentillet et naïf. Elle semble avoir été créée pour concurrencer Lucky Luke et Les Tuniques Bleues. Inférieures aux meilleurs moments de ces deux dernières, elle n’est pas moins un digne représentant de la vague « western franco-belge » de l’époque. Simple, sans prise de tête et distrayant, mais de valeurs fort inégales. Je recommanderais l’emprunt en bibliothèque (voire même l'achat, car une relecture demeure plaisante) des tomes situés entre les numéros 15 et 45 en privilégiant les univers purement western (et plus, si affinité).

15/04/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Une série de western pour enfant sympathique que je relis avec un certain plaisir et qu'on devrait plutot appeller Kid Ordinn tant il est sûrement le personnage le plus important des histoires. Il est d'ailleurs la vedette de petites histoires franchement drôles et débiles. J'aime bien la plupart albums, surtout ceux avec Greg ou Duchateau, mais les derniers albums sont moyens voire parfois mauvais. L'intérêt de la série vient surtout de la chimie entre les personnages et les quiproquos. Surtout entre le shérif Dog Bull et son adjoint Kid Ordinn, un naïf rêveur. Le trait de Tibet s'améliore au fil des albums, mais je trouve qu'il n'y a plus beaucoup de décors dans les derniers.

27/09/2007 (MAJ le 20/04/2008) (modifier)

Dans la série des BD qui ont enchanté mon enfance, je vous présente Chick Bill, où comment des auteurs parviennent à faire passer le personnage éponyme et son Enak attitré (;)) au second plan pour cause de transparence excessive, loin derrière les inénarrables Dog Bull et Kid Ordinn. Cette BD m'a éveillé à la pratique des jeux de mots tout pourris (Kid Ordinn = Qui dort dîne), et rien que pour ça, je l'en remercie! Et pis, j’aimais bien toutes ces histoires que je ne devais pas comprendre tout le temps! ;) Côté dessin, ça a méchamment évolué depuis les débuts cartoonesques, avec les truffes en guise de tarins… ça ne m’a jamais déplu. Mais j’étais quand même bien jeune… j’ai décroché y a moins de quinze ans, mais je ne suis pas en manque pour autant! Encore un bon truc pour les gamins… ou pour les nostalgiques!

06/10/2002 (MAJ le 13/01/2008) (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Même gamin, je trouvais les histoires de "Chick Bill" trop simplettes et les personnages aussi intelligents que des personnages de cartoon. Les blagues sans finesse me faisaient rarement rire. Alors oui, il y a de la bonne humeur dans cette bédé, c'est pas (mais vraiment pas) prise de tête, mais les scénarios sont tellement simplets que ça ne donne pas envie de lire ou de terminer un album.

28/10/2003 (MAJ le 28/10/2007) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Chick Bill ?... Un autre cow-boy qui tire plus vite que son ombre. Il fait sa première apparition dans l'hebdo "Chez Nous Junior" n° 1 du 30 Avril 1953. Une bonne série western humoristique. Chick Bill est un héros sans peur et sans reproches. Un peu trop sérieux peut-être. Heureusement, Tibet lui adjoint rapidement une belle galerie de comparses : Petit Caniche, Dog Bull et -surtout- Kid Ordinn. Ce dernier, le gaffeur en puissance, supporte -d'après moi- le poids de cette série qui serait bien fade sans sa présence. Tibet s'en est vraiment rendu compte car Kid est devenu, depuis belle lurette, une espèce de pivot central autour duquel sont bâties les aventures. Chick Bill ?... Une série qui m'a fait rire, quand j'étais gamin. Mais ça fait déjà un fameux bout de temps qu'elle n'arrive même plus à me dérider. Surdose d'albums ?... Scénarios souvent convenus ?... L'impression de planches réalisées "trop vite" ?... Je ne sais pas. Sporadiquement, il m'arrive de feuilleter le "dernier sorti". Très rarement il m'arrive de l'acheter. J'ai mis "3" parce que "2" serait faire honte à Tibet.

11/11/2006 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 2/5

Chick Bill est une création de Tibet qui a fait les beaux jours du journal Tintin et continue d’exister, après plus de 60 épisodes. Le moins que l’on puisse dire, c’est que sur cette production pléthorique, on ne trouve pas que des chefs-d’œuvre. Je n’ai pas lu tous les Chick Bill, mais j’en connais bien une trentaine, ce qui me permet de donner un avis global sur la série. A la différence de Lucky Luke, les thèmes développés dans Chick Bill sont totalement burlesques et n’ont aucun rapport avec la réalité. La meilleure partie de cette série fut celle où Greg s’empara du scénario, dans les années 50, 60. Mais, pour une question d’argent et surtout parce que Greg ne se sentait pas créateur, à part entière de la série, l’association s’est vite arrêtée. Il ne voulait pas devenir le Goscinny de Tibet. Parmi les bons albums de cette époque, on trouve le dernier des Bull qui se passe en Corse !, Montana Kid, ou les disparus du Mirific. La suite, après le départ de Greg, est plus qu’inégale et devient d’une lourdeur inimaginable. Les 4 personnages Kid Ordinn, Chick Bill, Dog Bull et Petit Caniche sont caricaturés à l’extrême. Le scénario est plus que léger et ne vaut que pour une succession de gags sans intérêt.

30/10/2006 (modifier)