De Cape et de Crocs

Note: 4.58/5
(4.58/5 pour 183 avis)

À bord d'un vaisseau turc, un coffre. Dans le coffre, un écrin, dans l'écrin, une bouteille, dans la bouteille, une carte, et sur cette carte... l'emplacement du fabuleux trésor des îles Tangerines !... Il n'en faut pas plus à deux fiers gentilshommes, fins bretteurs et rimailleurs, pour se jeter dans une aventure qui, de geôles en galères, les mènera jusqu'aux confins du monde.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Animalier Best of 1990-1999 De cape et d'épée Delcourt École européenne supérieure de l'image La Lune Lapins Les loups Les meilleures séries terminées en 2012 Les Renards On en parle... Panthéon (partial et conjoncturel) de bdtheque Terres de Légendes Vieux gréements

Les deux fiers gentilshommes héros de cette histoire se nomment Armand Raynal de Maupertuis et Don Lope de Villalobos Y Sangrin. Pour des raisons de simplification évidentes, nous les nommerons Armand et Don Lope. Ils ont beau être deux fiers gentilshommes, ils ne sont pas riches pour autant... plutôt fauchés même... en fait au début de l'histoire, nos deux aventuriers sont même obligés de faire les poubelles pour trouver à manger. Mais un jour, en voulant aider un pauvre vieillard en détresse, ils vont s'embarquer dans une bien folle aventure. Ils vont par hasard trouver une bouteille contenant la carte d'un fabuleux trésor ! Destination, les îles Tangerines. Oh bien sûr, la route ne sera pas si tranquille : pirates, batailles à coup de canons, monstres marins, trahison, retournement de situation, duels, naufrages, amour et passion, bref, toute la panoplie de la parfaite aventure sera utilisée. L'aventure se terminera sur les îles Tangerines elles-mêmes... les terribles îles sont connues pour leur brume incessante, leur récifs pointus et leur légendes terrifiantes. Et quel est ce trésor, au fait, qui fait maintenant tourner la tête de tant de monde ? Nos deux fiers gentilshommes ne sont plus seuls sur le coup, et c'est une véritable course poursuite qui a commencé. Accompagnés de leur ami Eusèbe, lapin de son état, ils découvriront sur cette île bien des surprises.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Novembre 1995
Statut histoire Série terminée (1 cycle de 10 tomes + 1 cycle de 2 tomes) 12 tomes parus
Couverture de la série De Cape et de Crocs
Les notes (183)
Cliquez pour lire les avis

10/05/2001 | Alix
Modifier


Bon mon humble avis ne changera rien à la cote de cette série, je l'ai découverte à son tome 2 et c'est devenu un classique dans ma bibliothèque. Lecture de très haute qualité, tout d'abord le dessin magnifique, précis et détaillé (avec des petits éléments éparpillés par-ci par-là que l'on avait pas remarqué lors de lecture précédente), couleur magnifique (mais ambiance un poil trop sombre des fois, il faut lire sous une bonne lumière), des bouilles expressives (ahhh les pirates, Eusebe, Mendoza ...) autour de notre duo à crocs, bref un plaisir pour les yeux on se plaît à suivre cet univers de cape et d'épées mâtiné de de la fontaine. L'autre plaisir coupable de cette série vient des dialogues de très hautes volées, la plume d'Ayroles nous régale (au même titre que Masbou aux pinceaux). Je dois avouer que la premiers tomes sont à mes yeux une référence (l'aventure lunaire ayant qq longueurs, mais des longueurs de cette qualité j'en redemande), et que les tomes 11 et 12 en forme de préquel sur les déboires d'Eusebe sont comme un retour aux sources, une façon magistrale de conclure la série et de nous permettre de quitter cette univers avec le sourire aux lèvres. Voilà une œuvre rare concoctée par 2 auteurs exigeants sur leur travail et qui ne peut que ravir le lecteur.

23/06/2019 (modifier)
Par Ju
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ju

Pour mon 50e avis, je m'attaque à un gros morceau. J'avais plusieurs fois voulu m'y mettre, mais je repoussais à chaque fois, la plupart du temps principalement à cause du dessin (il me semble à la lecture des précédents avis que je ne suis pas le seul). Et puis, quand j'ai vu le nombre de critiques incroyables de l'oeuvre, je me suis dit qu'il fallait y aller. De Cape et de Crocs est une bande dessinée à part, une espèce d'OVNI, qui possède des qualités indéniables. Ce sont ces qualités qui lui valent d'être déjà culte dans le monde de la bd, et cela peu importe mon avis (il n'y a qu'à lire les autres). Tout d'abord, et c'est la principale qualité louée par tous, le texte : c'est vrai que c'est assez chouette, ces vers à tout bout de champ. Ca donne un côté assez peu réaliste (tout le monde s'exprime en vers, y compris les pirates), mais ça confère à l'oeuvre ce style si particulier. Il est vrai, c'est un régal pour les amateurs de belles lettres, dont je ne fais pas forcément partie, mais j'ai tout de même apprécié. Et les (très) nombreuses références littéraires ne gâchent rien. La qualité de la narration est grande : les dialogues sont savoureux, et l'humour est très présent et bien employé. Si je n'ai jamais explosé de rire comme certains ont semblé le faire à cette lecture, j'ai tout de même souvent ri ou souri. Chez les personnages, les deux principaux sont fort réussis, et surtout Don Lope, l'hidalgo ténébreux. Mais Armand est également assez chouette. Et quand les héros sont attachants comme c'est le cas ici, il est plaisant de suivre leurs aventures. Ainsi, je n'ai pas ressenti de lassitude à la lecture des 10 tomes de la série principale. Certains personnages secondaires m'ont aussi bien fait rire, comme le captain Boone et son équipage, et j'ai trouvé le personnage de Hermine intéressant (même si pas assez développé). C'est très poétique comme oeuvre, et le talent d'Eyrolles n'y est pas pour rien. D'ailleurs, il s'agit du genre d'oeuvre que l'on peut relire encore et encore sans jamais avoir tout découvert du texte. Toutes ces raisons font pencher en faveur de la note absolue, du "culte". Mais je ne trouve pas de défauts dans les bds que je place personnellement au panthéon de la bande dessinée. Et des défauts, "De Cape et de Crocs" en cumule, à mon goût, quelques-uns. Je commence par ce qui a retardé ma lecture de cette série : le dessin. Ce avec quoi j'ai le plus de mal, ce sont les dessins des humains. Don Lope, Armand et Eusèbe sont bien croqués, pas de problème pour eux. Par contre, les autres personnages, humains donc, ont tous dans le visage quelque chose de dur, et les traits très anguleux. Ainsi, je n'ai pas été charmé par la beauté des personnages féminins, qui font tourner les têtes à nos protagonistes. Même si je me suis habitué, ça m'a fait tiquer à plusieurs reprises. Après, je trouve quand même que Masbou s'est pas mal amélioré au fil des tomes. En ce qui concerne les personnages, Séléné est complètement inutile et barbante. Eusèbe est certes sympa, mais il y a des fois où il m'a franchement agacé, et je n'ai pas trouvé son diptyque au niveau du reste, surtout à cause de l'absence des deux héros principaux. Et j'ai trouvé dommage que Hermine ne soit pas plus présente. On sent qu'elle avait le potentiel pour prendre plus d'importance dans le récit, mais elle reste cantonnée à un rôle attentiste. Dommage. Côté scénario, j'ai quand même eu un peu l'impression que Eyrolles s'y perdait un peu à la fin. Le coup du cycle de la Lune, pourquoi pas, même si j'aurais, je pense, préféré que l'on reste strictement dans de l'aventure et pas dans le fantastique. Il y a certes de belles idées (comme la rixme), mais ça traine parfois un peu en longueur, et il y a quelques incohérences.Après, l'arc est quand même bien développé et poétique. Au final, pas un 5 donc, mais un 4 franchement mérité. De Cape et de Crocs est une oeuvre unique, qui me laisse quand même un (petit) gout d'amertume. Car qu'est ce que ça aurait pu être!! Avec un meilleur dessin, un scénario de base un peu plus travaillé et des personnages féminins plus marquants, c'était inoubliable. C'est le problème d'avoir lu tant de critiques positives avant de commencer sa lecture : on en attend toujours plus. Mais je suis quand même loin d'être déçu.

29/03/2018 (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Bien décidé à ne pas me faire enfler, J'ai enfin terminé cette série depuis longtemps commencée. Cette oeuvre créée par Masbou et Ayroles Aurait-elle à son terme pris les lecteurs pour des guignols ? Contre toute attente et après 12 chapitres, Nous ne sommes vraiment pas volés par sa qualité. Si l'aventure et les bons mots vous font rêver, Vous serez ravis par le destin de ces pitres. Car en mêlant romance, gags et animalerie, Le pari était risqué mais le succès au rendez-vous. Grâce au progrès constant au dessin de Masbou, Et du rythme soutenu des rimes de Maupertuis. En résumé, j'adresse un merci aux deux auteurs Pour cette saga intense à nulle autre saveur. Et pour ne rien gâcher, nous apprendrons enfin Par la fin en deux tomes des galères du lapin !

23/03/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Ben mon colon! La série la mieux notée sur notre site chéri, bien sur il fallait qu'à un moment ou un autre j'aille y jeter un œil. Au moment de sa sortie je devais être dans autre chose. Bien sur j'ai relu tous les avis et au final je me dis que nous ne sommes pas tous fait pareil, ce qui est heureux. Quoi un auteur vous sort quelques phrases en vers pour déclamer son amour à sa belle et aussitôt vous vous pâmez. Relisez plutôt Baudelaire et J.M De Heredia. Un petit lapin blanc trop mignon, vous avez vu un lapin de près ? ( c'est objectivement assez moche ) au nom improbable vous attendris. Oui c'est bien dessiné, la colorisation à laquelle je vous invite à rejeter un œil est géniale, un peu criarde par endroits non ? Je ne parle même pas du scénario totalement abracadabrantesque. Pour tout dire j'ai mis un temps fou à rentrer dans le truc,, ça part dans tous les sens presque aussi confus et touffu que Plus belle la vie et "Les feux de l'amour". Bon d'évidence pas pour moi, je suis pourtant bon public mais là c'est trop, tiens un dernier truc . Y a t'il une relation de cause à effet mais je note que sur les 179 avis beaucoup sont des posteurs qui ne sont plus actifs sur le site, reste bien sur quelques fidèles mais c'est marrant , je ne sais comment interpréter la chose. Allez ça va faire de la place dans ma bibliothèque quoique pas fou je n'avais acheté aucun tome c'était de l'emprunt!!

03/03/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Voilà une lecture qui détonne ! C'est impétueux à souhait ! J'adore les dialogues et l'humour fin qui s'en dégage. C'est tout à fait mon style ! Le dessin est véritablement somptueux et tout en nuance. Par moment, c'est même incroyablement divin de beauté. Cela apporte un incontestable Les Plus Grands Super-Heros du Monde à ce récit d'aventure. Il est vrai que c'est un véritable monument de la bd largement plébiscité sur ce site que je n'avais pas encore avisé. J'avoue sans conteste avoir eu beaucoup de mal à me décider pour la lire. La raison ? Les 20 premières pages ne m'avaient pas tout à fait convaincu il y a deux ans et j'avais arrêté net ma lecture. J'avais peur d'un verbiage façon comédia dell'arte tout le long qui m'aurait épuisé dans tous les sens du terme. Heureusement, il n'en est rien. Bien m'en a pris de reprendre la lecture. Comme quoi, je donne raison à tout ceux qui pensent qu'il faut juger une oeuvre après avoir tout lu. Pour la petite histoire, mon cauchemar était de mettre une seule étoile à cette bd auquel cas, je me serais fais beaucoup d'ennemis tant l'objet est sacré. C'est dire que j'ai abordé ma lecture avec beaucoup de crainte. Ma note est donc très sincère car j'ai véritablement ressenti la grande aventure mêlée à de la poésie. C'est un savant mélange qui fait la singularité de cette oeuvre unique en son genre, bien qu'on assiste actuellement à la montée en puissance d'autres bd qui tentent d'imiter le style avec plus ou moins de bonheur (Célestin Gobe-la-lune, Spoogue...). Par ailleurs, je n'avais pas l'impression qu'il y a une baisse de régime dans les derniers tomes. Bien au contraire! Cependant, comme pratiquement toutes les séries cultes, ce sont bien les premiers volumes qui sont les meilleurs. Cela est indéniable ce qui n'empêche pas de trouver une suite de haut niveau. Comme la plupart des lecteurs, on attend la fin du cycle lunaire pour espérer le retour de la grande aventure sur Terre. Le 10ème tome marque donc la fin des aventures de cette joyeuse bande. J'apprécie surtout qu'il y ait une fin même si elle reste ouverte. Voilà une série qui ne s'éternise pas et qui sait tirer sa révérence finale comme une vraie pièce de théâtre. Le dessin culmine par sa beauté. Les dialogues sont toujours aussi exquis. En conclusion, nous avons là une série tout à fait originale qui aura fini par nous séduire. C’est un plaisir de retrouver un nouveau diptyque pour cette série mythique. Le récit est censé se passer 20 mois avant la série initiale et cela sera un diptyque. On se concentre sur l’aventure du mignon petit lapin Eusèbe dont le mystère de son passé a toujours été conservé. J’avoue avoir pris du plaisir à revoir ce sympathique personnage dont la gentillesse et la naïveté se confondent pour nous donner des scènes très décalées. Certes, les inconditionnels crieront au scandale surtout ceux qui ont acquis le coffret de l’intégral en 2012. Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! On devrait tous le savoir. Le dessin frise encore une fois la perfection. C’est franchement sublime. La poésie est toujours présente. Bref, ce n’est que du bonheur ! En résumé: une richesse de texte et un dessin sublime pour constituer une pure merveille ! Note Dessin : 4.75/5 - Note Scénario : 4.25/5 - Note Globale : 4.5/5

04/10/2007 (MAJ le 17/01/2017) (modifier)
Par Ro
Note: 5/5
L'avatar du posteur Ro

De Cape et de Crocs, une série que je suis tome après tome depuis son tout premier. Ce fut un plaisir à chaque nouvelle parution et ce fut pour moi un très grand plaisir de relire l'intégrale des 10 tomes, puis la suite mettant en scène le passé d'Eusèbe. La force de cette série est quintuple, au minimum. D'une part, elle offre un contexte original mêlant décor de cape et d'épées, aventures maritimes, voyages fantastiques aux multiples influences et personnages animaliers. D'autre part, il y a d'excellents personnages, une vraie galerie dont quasiment tous sans exception sont intéressants et attachants. J'ai une vraie affection pour l'ombrageux et fier Don Lope, mais il ne serait rien sans le rusé et passionné Armand, le mignon et drôle Eusèbe, le plus adulte et humain Kader, l'impétueuse Doña Hermine, l'inénarrable Captain Boone et son équipage, le redoutable Mendoza et tous les autres personnages principaux ou secondaires, tous aussi finalement ciselés les uns que les autres. Ensuite, la série bénéficie d'un excellent dessin, détaillé et très coloré grâce à une technique que j'imagine être de la gouache parfaitement maîtrisée. Masbou excelle particulièrement à mes yeux dans les paysages maritimes et sous-marins, mais ses décors et sa mise en scène sont toutes formidables. On peut d'ailleurs voir son évolution et son gain de maîtrise, entre des premières planches qui se cherchent encore un peu au niveau des personnages et des couleurs, et dès les deuxième et troisième tomes des planches déjà superbes qui ne feront qu'embellir tome après tome. Il y a également une très belle part laissée à l'humour, un humour qui fait parfaitement mouche, à la lecture comme à la relecture. Car les gags sont bien amenés, fins, parfois burlesques mais hilarants. Elles sont rares les BDs qui me font rire à haute voix quand je les lis. Celle-ci fait partie de ce club très restreint et ma relecture me l'a de nouveau confirmé. Et enfin il y a les dialogues et les références littéraires. Molière, Corneille, Cyrano, les influences et clins d’œil sont innombrables et raviront les amateurs de culture et de littérature française. Et puis il y a ces dialogues rimés, en Alexandrins et ces innombrables jeux sur les mots. C'en est parfois purement impressionnant d'écriture et d'imagination. Les quatre premiers tomes de la série sont sans conteste mes préférés, mon plaisir et ma fascination allant croissant à les parcourir. J'ai un tout petit peu moins accroché à partir de Jean Sans Lune et des tomes suivants, trouvant que l'intrigue globale devenait un peu confuse dans le nouveau tour que prenait l'aventure de nos héros. Et les tomes 8 et 9 m'ont un petit peu embrouillé avec des dialogues que je trouvais parfois un peu trop lourds et des situations moins passionnantes. Puis ensuite, les aventures d'Eusèbe tout seul m'ont moins enthousiasmé car moins exotiques même si toujours fort bien menées et drôles. Malgré cela, ma passion et mon admiration pour la série n'a pas faibli et la conclusion du dixième tome est une fin parfaite et belle pour une histoire qui est sans aucun doute le summum de la BD d'aventure comique.

23/09/2003 (MAJ le 18/12/2015) (modifier)
Par jul
Note: 2/5

Quand tu penses que la série la mieux notée sur bdthèque c'est Cape et de Crocs et que c'est une des rares à obtenir le statut de culte, et bien ... les bras m'en tombent. Car cette série, je la trouve moyenne. Non pas que c'est une mauvaise série, loin de là mais disons qu'elle est trop lissée et propre. Du bel ouvrage très joliment exécuté avec de magnifiques couleurs chatoyantes et tout et tout ... De beaux animaux mousquetaires qui s'expriment dans un beau language d'époque et font tournoyer leurs fleurets avec fougue et panache. Voguant à travers les mers bleu turquoise à la poursuite d'un fabuleux trésor... (bon je possédais uniquement les 2 premiers tomes). Non non c'est très bien, c'est super joli.... Mais moi perso ça m'ennuie un peu c'est trop propre, scintillant et lisse. Y'a pas un poil qui dépasse. ça reste trop grand public. Donc bon moi je mets 2. En plus je n'ai jamais aimé les films de cape et d'épée, ça doit être pour ça.

08/10/2015 (modifier)

Ahhhh De Cape et de Crocs...une des plus enthousiasmantes bd de ces 15 dernières années, c'est certain ! Ce qui distingue De Cape et de Crocs c'est l'usage du langage ; ici on a affaire à un langage raffiné, théâtral, suranné, gourmand en métaphores et autres figures de style, sur le modèle des oeuvres de Molière ou d'Edmond Rostand, ce qui donne une impression "littéraire" vraiment réussie. Ensuite il nous est proposé un monde où les animaux sont bipèdes, doués de parole et coexistant avec les humains, à une époque qui fait penser aux 16/17/18ème siècles. L'intrigue fait un peu déjà-vu (une chasse au trésor) mais au fil des tomes elle va prendre une dimension complètement rocambolesque puisque nos héros (un loup hidalgo, un renard protestant, un lapin hilarant qu'ils ont sauvé d'une galère d'esclaves) vont se retrouver embarqués pour une odyssée épique sur la Lune ! On peut séparer la saga en deux parties, l'une terrestre, géniale et excitante, et l'autre lunaire, franchement moins brillante (mis à part un ou deux tomes fulgurants comme le dixième qui est un de mes albums de bd préférés tous genres confondus), parfois même ennuyante, avec des dialogues moins percutants et la désagréable impression que ça tire en longueur. Les dessins sont corrects, avec ce côté "cartoonesque" qui fait penser à un dessin animé. Cependant ça s'améliore grandement dans la deuxième partie de saga, où certaines cases sont des oeuvres d'art, je pense à la première page du septième tome "Chasseurs de Chimères". Au final je peux dire que l'on tient là une sommité du petit monde franco-belge, réalisée sur deux décennies, qui mérite globalement son statut de nouveau classique incontournable. De la grande bd animalière, d'aventure et de cape et d'épées (et de crocs !)

23/09/2014 (modifier)
Par Thobias
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Voilà une excellente bande dessinée humoristique, et intelligente par dessus le marché. C'est pétri de références littéraires (Cyrano de Bergerac, Les fourberies de Scapin, la commedia dell'arte, les Fables de la Fontaine etc.) mais loin de donner un gloubiboulga indigeste cela fonctionne à merveille. Le dessin, pas mal sans être d'une beauté exceptionnelle, sert à merveille un scénario des plus inventifs et particulièrement bien rythmé. Par contre, il est complètement baclé au tome 6, je ne comprends absolument pas pourquoi le dessin s'est autant dégradé sur ce tome là. Tout le sel de cette bd réside cependant dans ses dialogues, souvent en alexandrins, qui sont une franche réussite. Plusieurs personnages mémorables viennent compléter ce tableau, en particulier l'un des deux héros, Don Lope, hidalgo espagnol toujours prêt à en découdre et particulièrement à cheval sur le code de l'honneur ou encore Bombastus savant complètement frappadingue aux inventions improbables (sa première apparition un tromblon à la main en mode Léonard est un des meilleurs moments de la série). En revanche je déplore le personnage de Séléné, ultra-fade et mal dessiné en prime comme si même le dessinateur avait une dent contre elle. Contrairement à l'avis général je ne trouve absolument pas que la série perd en qualité après le tome 5 ou 7, au contraire la seconde partie, le cycle lunaire, est ma préférée et particulièrement les albums 8 et 9. C'est la plus poétique et la plus drôle (chaque contrée de la lune correspond à une figure de style qu'utilise ses habitants, la planche dans laquelle le capitaine Boone réapparaît avec les habbits violets de Lord Boone marquis des trois cratères est ma préférée, la réplique "suivez ce caillou" est énorme de même que la mort héroïque du dit cailloux, le grand discours de Sigognac prêchant la bonne parole aux pirates etc. bref que du culte). Comme quoi mêler grande littérature et bande dessinée n'est pas impossible.

24/05/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Amusant comme on oublie vite le mélange entre personnages animaliers et humains ! Comme on oublie vite toutes les invraisemblances de l’intrigue d’ailleurs. C’est qu’Ayroles a su bâtir un scénario d’aventure à la fois classique et « hollywoodien », mélangeant des thèmes de cape et d’épée, de piraterie, où l’on se retrouve parfois proche de Verne, Stevenson, Rider Haggard, mais aussi de De Brocca, de Tavernier ou de « Pirate des Caraïbes »… On est donc emporté par cette histoire improbable qui se déroule à un rythme effréné, au risque parfois de perdre le lecteur en route, déboussolé, ayant depuis longtemps perdu ses repères. Mais ce qui permet justement au lecteur de ne pas complètement perdre le fil de l’histoire, ce qui lui permet de s’y retrouver, ce sont les dialogues. En effet, ces dialogues sont la grande réussite de cette série. Ils donnent un ton, une ligne directrice qu’on suit comme envouté. Ils donnent plus qu’une touche d’humour à cette grande aventure, qui n’est finalement que « pour de rire », ils relèvent le plat comme un grand vin, qui reste en bouche. Alors là Ayroles s’en est donné à cœur joie, donnant à cette série l’image d’une pièce de théâtre mise en image. D’ailleurs de nombreux jalons le rappellent en sus des dialogues, telle pièce de bohémiens au début de l’intrigue, l’improbable théâtre au cœur de l’île (me faisant penser à cette scène lyrique imaginée fin XIXème au cœur de l’Amazonie), pièce au cœur du coup d’État sur la lune : jeu des acteurs/personnages principaux, dialogues, tout concourt à faire de cette « série de théâtre » un succès. Les clins d’œil au théâtre classique, du Grand siècle, sont nombreux, inspirés de Molière entre autres. On y trouve aussi des citations de poètes, comme Baudelaire, et même de L’île aux enfants ! Ayroles s’est visiblement bien amusé ! Je regrette juste malgré tout la baisse de rythme des derniers albums, dont l’intrigue, inutilement étirée, est un peu décevante. La guerre sur la lune aurait mérité un traitement plus resserré. Idem pour ce qui tourne autour du maître d’armes.

07/12/2013 (modifier)