Wanted (J.G. Jones)

Note: 3.42/5
(3.42/5 pour 12 avis)

Wesley Gibson mène une existence minable semblable à des millions d’autres jusqu’à ce qu’il découvre que son père – Le Killer – est à la tête d’une société de super-vilains et dirige secrètement le monde depuis 1986. Intégré à cette nouvelle famille de “sang” après le meurtre de son père, Wesley découvre le monde tel qu’il ne l’avait jamais vu et tel qu’il est appelé à diriger, en digne héritier du Killer.


Auteurs britanniques BDs adaptées en film Des méchants super ! Image Comics

Wesley Gibson mène une existence minable semblable à des millions d’autres jusqu’à ce qu’il découvre que son père – Le Killer – est à la tête d’une société de super-vilains et dirige secrètement le monde depuis 1986. Intégré à cette nouvelle famille de “sang” après le meurtre de son père, Wesley découvre le monde tel qu’il ne l’avait jamais vu et tel qu’il est appelé à diriger, en digne héritier du Killer. (Texte de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Juillet 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Wanted (J.G. Jones)
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

03/08/2008 | Tomeke
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Je ne savais pas trop quoi m'attendre parce que Millar est un auteur qui réussi à faire des histoires que j'aime et d'autres que je n'aime pas. J'ai trouve le premier chapitre sympathique. J'ai eu l'impression que ça ne serait qu'une simple histoire d'un loser qui va devenir quelqu'un de plus fort et méchant parce que son père était un supervilain. Puis j'ai rapidement trouvé l'histoire excellente. J'adore l'univers créé par Millar où les méchants gouvernent le monde. Plus j'en apprenais sur ce monde, plus j'aimais. Les personnages sont charismatiques et c'est dommage qu'il n'y ait pas eu de suite parce que j'aurais bien aimé voir plus ce monde. L'histoire est bien maitrisé et c'est remplis de rebondissements qui m'ont donné envie de lire jusqu'à la fin sans m'arreter. Le dessin est correct.

11/09/2016 (modifier)
Par Ducky
Note: 1/5

Elle m'a été chaudement recommandée par un ami bédéphile, et c'est elle qui ma fait me rendre compte qu'on n'a pas toujours les mêmes goûts. Comme disait maelle : "C'est trash, c'est vulgaire, c'est violent, c'est gratuit." Mais c'est ce qui fait justement que moi je n'ai pas, mais vraiment pas aimé. Le dessin n'est pas mauvais, très "comics superhéros". Mais les dialogues sont tellement vulgaires gratuitement et à tous moments que je n'ai pas réussi à rentrer dedans. Je n'ai pas non plus réussi à accrocher au concept de ces super vilains qui dirigent le monde. Je n'y ai pas trouvé de fond intéressant, rien à quoi m'accrocher: une lecture ennuyeuse. C'est même je pense une des pires BDs que j'ai pu lire.

03/01/2014 (modifier)

Je suis chez moi. Je reçois un message : « salut j’ai une surprise pour toi, comme je sais que tu aimes les comics de super-héros ». Ok. Le même jour au soir, je retrouve cette personne à une soirée, la surprise à la main. « C’est wanted, le comics qui a inspiré le film ». Ok. La soirée se passe. Je me réveille le lendemain, pas de brouillard, c’est cool. Une main dans mon sac, le comics dans les mains, je reste dans mon lit, assis, deux coussins derrière le dos. Ok. Je suis bien mis c’est parti. Couverture, pas mal. Le dessin, accrocheur et énigmatique, semble très bon, classe et relativement esthétique (mais j’ai lu suffisamment de BD pour savoir que les illustrations de couvertures ne sont pas du tout du même genre que le reste). Les premières pages, on y voit une description des plus clichées et pathétiques possible : Wesley, 25 ans, looser aussi bien sentimentalement que professionnellement, pas de style, gringalet, nous raconte (dans sa tête) sa vie et ces futilités à la manière d’un ado rebelle mais incapable de l’assumer. Bref c’est chiant et mal fait. Le dessin quant à lui est d’un assez bon trait ; il est agréable, dynamique et esthétique. Changement de scène, un milliardaire se paye un spectacle gay (pour faire corrosif aux yeux du spectateur) et se met à tuer toute une escouade de tueurs venus pour lui. Ha ha ! Le milliardaire est en fait le meilleur tueur au monde et le père du looser des pages précédentes. Quelle surprise ! Mais il se fait tuer. Oh oh. Mais la « fondation », société dont faisait partie le père, envoie chercher le fils pour en faire le successeur. Ha ha. Bon la fondation ce sont les super-vilains qui ont gagné leur combat contre les super-héros auparavant et qui ont remodelé la réalité pour que plus personne à part eux ne s’en souvienne (donc Wesley ne savait rien non plus). Je vous assure que cette façon d’écrire me plaît beaucoup et je pourrais continuer comme ça des pages durant. Blague à part, le scénario est digne d’Avatar, le film de James Cameron. (James si tu lis cette critique c’est que tu comprends le français). Prévisible, stéréotypé à mort, vide de fond, inintéressant et surtout, pour mon plus grand malheur, c’une provocation au traditionalisme du comics de super-héros tellement pathétique que ça en devient presque consensuel donc plat. Toutefois, je ne l’ai pas jeté dans la cheminée. Il ne m’appartenait pas. Non je plaisante. Il y a l’idée de base. Elle est original, c’est vrai il faut le reconnaitre. Ce ne sont pas les premiers à foirer une idée à grand potentiel. En fait j’avais l’impression de lire kick-ass. Sauf que kick-ass ne copie pas l’idée de la mascarade de l’univers vampirique. De plus, une scène d’action ou de massacre n’a pas besoin d’être utile ou justifiée pour être réussie. Dans Wanted, elles sont toutes bien illustrées, bien pensées avec une esthétique réjouissante pour un amateur du gore et du trash comme moi. En conclusion, lisez-le. Mais uniquement dans l’idée d’un divertissement bateau agréable à l’œil et émoustillant pour l’appétit de brutalité et de violence gratuite que nous avons tous au fond de nous.

23/02/2011 (modifier)
Par Matsand
Note: 3/5

Vulgaire mais jouissif par moment ! Mark Millar est sans conteste un des scénaristes qui fait le plus parler de lui au pays des super héros et à la lecture de Wanted, on comprend pourquoi. Ses personnages sont horribles, brisés, méchants, cruels et j'en passe... pourtant ils finissent par être touchants et parfois drôles. L'histoire est sympa. On s'intéresse au monde des super vilains organisés en mafia et on se rend compte qu'il y en a toujours plus méchant que les autres. Le récit démarre très fort (les 20 premières pages sont les meilleures du bouquin) puis le récit s'essouffle un peu et la fin est pour moi plutôt décevante. Mais il reste quand même quelques très bonnes scènes qui pourraient donner envie de rejoindre les méchants plutôt que les gentils en cas de guerre entre super-héros.

09/08/2010 (modifier)
Par maelle
Note: 4/5

C'est trash, c'est vulgaire, c'est violent, c'est gratuit. C'est vraiment bien! Achetée après avoir vu le film (décevant), cette BD est une très bonne lecture, à prendre au 3ème degré au moins, avec une histoire de super méchants complètement déjantée, et des dessins grandioses. Ca nous change des histoires sur les super héros tous beaux tous propres, on passe de l'autre côté, le côté des super méchants sans aucune morale. C'est divertissant à souhait, on a envie de ricaner avec eux, prend ça dans les dents superman! Lecture et achat conseillé, ça se boit comme du p'tit lait !

17/07/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Wanted m'a fait penser à Watchmen, différent certes mais avec beaucoup de points communs. Pour reprendre un titre de BD, on pourrait parler d'ensembles contraires ;) En tout cas, il s'agit d'une BD à grand spectacle. Les pages défilent à grande vitesse. Le scénario est intelligent sous ses aspects bourrins, il suit sa logique jusqu'au final moyennement surprenant. Le dessin est très coloré et réaliste. Il convient à merveille à ce type de récit mais je le trouve artificiel. Le postulat de départ de ce one shot est intéressant, je ne trouve pas qu'il se prend au sérieux. L'objectif est de divertir avant tout, et il est clairement atteint. Une très bonne lecture.

07/05/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5
L'avatar du posteur Miranda

Voici une histoire de super-héros foutrement bien tournée avec un postulat de départ fort intelligent et original, les événements s'y enchaînent avec une logique et un rythme parfaits, le suspense y est tellement prenant qu'il est impossible d'arrêter la lecture en cours de route. Malgré tout un événement prévisible arrive sur la fin et déçoit un peu, mais comme il est justifié on l'accepte sans rechigner. Par ailleurs c'est très bavard et c'est là aussi une énorme source de plaisir car les répliques sont toutes savoureuses et cyniques à souhait. Je n'ai pas trouvé que ce soit trop vulgaire ni extrêmement violent non plus, il y a des scènes d'action et de mitraille certes, mais celles-ci alternent avec d'autres plus bavardes et plus calmes, tous les ingrédients sont juste bien dosés. J'ai aussi un petit regret..., qu'il n'y ait pas plus de tomes. On a ici une histoire complète mais une histoire qui appelle furieusement à une suite, dans laquelle évidemment les super-vilains reviendraient en force. Je débarque à peine dans le monde des super-héros et ce comics fait une excellente entrée en matière, d'autant qu'il s'accorde parfaitement à mes goûts et mon attirance pour les méchants qui eux me font vibrer au contraire des gentils qui m'ennuient au plus au niveau.

27/02/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'étais curieux de lire cette BD car j'ai compris qu'elle avait été adaptée en film à peu près en même temps que sa sortie française et je me demande bien à quoi peut ressembler le film : il y a autant de super-personnages et d'effets spéciaux que dans la BD ? Après enquête, je vois que non, le film ne parle que de gangsters bien banals. Bon, quoiqu'il en soit, j'ai trouvé ma lecture divertissante mais je ne relirais pas l'album et n'en conseille pas l'achat. Je trouve l'idée de départ amusante et dotée d'un bon potentiel. J'ai cependant été rebuté par l'aspect "défouloir pour adolescent frustré" de tout ce premier chapitre, un esprit qu'on retrouve un peu moins par la suite mais qui revient un peu sur la fin. Mark Millar, comme à son habitude dans ses oeuvres, prône une vision assez anarchique : mords dans la vie, défoule-toi, car la vie est une chienne et il ne faut pas te laisser embrigader par cette société de veaux où des connards profitent de toi de toute manière. Superficiellement, le message n'est pas faux, mais imaginer une meilleure vie quand on fout tout en l'air, qu'on ne pense plus qu'à soi et qu'on détruit plutôt que construire, c'est pas ma vision des choses. L'excès inverse de l'abrutissement de la société de consommation. Et puis, je le répète, c'est surtout le côté immature et gratuitement violent du premier chapitre qui m'a déçu. La vision de l'anti-héros loser du départ et sa reconversion ultra-express sont aussi caricaturales l'une que l'autre. Et la surenchère d'injures et de gros mots m'a un peu gonflé. Passé cela, apparait ensuite un récit de super-vilains qui se font la guerre comme on en voit dans pas mal de comics récents. Sympa, je l'ai trouvée divertissante, de même que le retour du personnage principal. La fin ne m'a guère surpris, je m'y attendais. Et la conclusion revient à ce que je disais plus haut. Certes les auteurs veulent choquer le lecteur, le bouger dans ses habitudes en s'adressant précisément à l'adolescent lecteur de comics qui en est le public principal, mais le message, aussi fort soit-il, me parait faux, trop manichéen, avec une vision à trop court terme. Bref, j'ai bien apprécié la partie divertissement de ce comics, moins sa partie défouloir pour adolescents. Lecture plaisante mais je n'achèterai pas l'album.

31/08/2009 (modifier)
Par Jetjet
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Wanted a été annoncé comme étant l’anti Watchmen par absolu. Il y a un peu de cela dans le sens où les aventures du jeune Wesley, passant de l’état de loser absolu et cocu à celui de super vilain violeur, infect et revanchard sur une société alternative complètement dingue. Imaginez une super guerre secrète où tous les vilains auraient éliminé les superhéros du globe ! Ne leur reste donc plus qu’à choisir entre assumer leur identité secrètement (en endormant la société un peu comme les films Matrix) et se distraire dans des mondes parallèles ou bien jouir de leur usufruit en plein jour ! Wesley ignore complètement cette situation, il ignore même qu’il est le fils du plus grand des tueurs. Au décès de ce dernier, à lui donc d’assumer le patrimoine génétique et de devenir le numéro un par le rejet de tout ce qu’il avait appris jusqu’à présent et le long apprentissage d’une vie sans foi ni loi bien plus excitante ! Il faut bien avouer que dès le départ et que l’on aie vu le film ou pas (qui emprunte des alternatives scénaristiques fort différentes en remplaçant les super héros par des tueurs), on s’en prend plein les mirettes car le récit est fort attrayant, les dessins et couleurs réussis et les différentes scènes s’enchaînent sans temps mort ! Cette relecture trash (bien atténuée dans le long métrage d’ailleurs) a quelque chose de jouissif et d’éminemment fun dans le plaisir immédiat qu’elle procure. Les scènes d’action succèdent aux scènes d’exposition et le tout se suit avec une facilité déconcertante. Le récit distille moult petites allusions à d’autres héros (la cape de Superman, les comédiens de la série télévisée Batman) assez facilement reconnaissables et les différents protagonistes créés pour l’occasion ne sont que des reflets de personnages issus de l’univers Marvel ou DC Comics (avec une galerie assez épatante des némésis de Batman). Wesley s’apparenterait plutôt à Bullseye (le Tireur de "Daredevil") et Mr Rictus au Joker hormis le fait qu’ici le scénariste tire à boulets rouges surtout sur la conception même des comics de façon intelligente (la fameuse série des « Et si… » revue de manière acide et impolie ! :) ). Le dernier chapitre ainsi que sa conclusion s’adressant directement à nous m’a plus amusé que choqué et c’est avec le sourire aux lèvres que l’on referme l’ouvrage. A noter une très belle édition de la part de Delcourt et une postface intéressante de Mark Millar expliquant l’origine de cette œuvre unique en son genre. Par contre pour avoir eu l’édition originale entre les mains, je dois signaler un petit bémol quant aux choix d’avoir réduit une double page présentant Wesley en train de dégainer son flingue sur une seule page pour l’édition française, pas très sérieux de reconditionner la pagination. A l’exception de cette remarque et pour peu que vous soyez fans de comics qui ne se prennent pas au sérieux de façon addictive, foncez car tout est bon dans le cochon ! :)

29/04/2009 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

C’est fou comme l’attente qu’on a d’une BD peut changer notre ressenti en cours de lecture. Je n’attendais pas grand chose de ce comics trouvé dans une braderie, récemment adapté en film, et dont la couverture, affublé d’un opportuniste « la BD qui a inspiré le film », exhibe fièrement le minois d’Angelina Jolie (dans la VO tout du moins). Et bien j’ai passé un excellent moment de lecture ! Pour peu que vous vous intéressiez un tant soi peu à la culture super-héros, vous devriez apprécier cette histoire aux tons uchroniques nous présentant une société où les super-héros furent défaits par les super-méchants il y a des années de cela, et relégués au rang de légende urbaine juste bonne à alimenter les comic-books dont nous sommes tant friands. C’est original, bien écrit, et bourré d’action. Oui, il est quand même nécessaire de signaler que le ton est assez bourrin, les scènes d’actions succèdent aux scènes d’action, et le tout est conté sur un ton irrévérencieux au possible. Vous voilà prévenu. Bref, pas la BD du siècle, mais si les histoires détournant un peu la culture super-héros vous bottent (avis aux fans de Top 10), je pense que cet album devrait vous intéresser. Moi je ne regrette absolument pas mon achat.

02/02/2009 (modifier)