Foufi

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Foufi est un petit garçon vivant dans l'univers des Contes des 1001 nuits.


Albums jeunesse : 10 à 13 ans Best of 1960-1969 Journal Spirou Les BDs à papa Mille et une nuits, l'orient doré...

Un ami de Foufi, un vieux sorcier, lui offre un tapis volant. Foufi passe de plus en plus de temps sur son tapis volant, survolant les dunes sans fin, les oasis et les villes magnifiques, comme Bagdad... Il passe son temps à manger des dattes, opprimer les fâcheux, aider les nécessiteux.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1968
Statut histoire Une histoire par tome 7 tomes parus
Couverture de la série Foufi
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

20/02/2003 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce petit garçon facétieux connaît des aventures parfois étranges où transparaissent magie et merveilleux de l'Orient des 1001 nuits. C'est une petite bande à l'imagerie naïve mais joyeuse par sa féerie orientale, dont le dessin vif, précis et détaillé de Kiko a beaucoup contribué à sa qualité graphique ; pour une Bd enfantine, c'était même très joliment dessiné et pas du tout fait à la va-vite comme c'est le cas maintenant sur certaines Bd humoristiques. Le charme des années 60 et l'amour du travail bien fait caractérisent la bande comme la plupart des Bd jeunesse de l'époque comme Petzi, Sylvain et Sylvette, Moky et Poupy ou La Ribambelle.... et de plus, "Foufi" est une Bd bien en accord avec le style éditorial du journal Spirou qui regroupait des bandes à l'esprit similaire (Sophie, Benoit Brisefer, Les Schtroumpfs, Tôoot et Puit.....). Les dialogues étaient de Jacques Devos, auteur de Steve Pops et "Génial Olivier", et niveau dessin, Kiko se défendait bien dans ses éléments de fond de décor exotiques. Une petite série charmante et à l'humour bon enfant qui évite de justesse la miévrerie, dont les 2 premiers albums Dupuis sont très rares à trouver.

14/08/2013 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Foufi ?...C'est... mignon tout plein ! Il fait ses premiers pas dans l'hebdo Spirou dès 1968. J'ai 14 ans et j'apprécie de suite : un dessin méticuleux, très fouillé, décors luxuriants, histoires drôles au pays des mille et une nuits en font rapidement un de mes personnages vedettes. Il aura l'honneur de deux albums cartonnés (rares et très recherchés). Il faudra pourtant attendre 28 ans pour voir la suite des aventures de notre ami. MAIS : terminé les couleurs vives, fraîches, pétantes dans des décors "de là-bas". Ses aventures seront éditées en noir et blanc. Encrage trop onéreux ?... Manque de rentabilité ?... Je ne sais. N'empêche, c'est avec un réel plaisir que j'ai redécouvert ce garnement qui était resté caché dans un coin de ma mémoire. Si un jour, ami lecteur, vous "tombez" sur un Foufi, prenez une loupe : vous en aurez besoin pour décrypter l'exubérance des "dessins dans le dessin" que Kiko avait l'art de faire s'entremêler. J'écris "avait" car ce créateur -affable, disponible, d'une très grande gentillesse- que j'ai rencontré à diverses reprises, s'est hélas éteint le 23 Mai 2006, la veille de son 70ème anniversaire. Du beau travail d'un vrai artiste.... "oublié" avant l'heure à cause de cette putain de rentabilité. Et c'est grand dommage !...

04/01/2007 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 4/5

Dans les années 60 et début 70, je lisais Foufi dans Spirou. J'aimais cet humour mignon et bon enfant avec ce luxe de détail dans les vignettes. Les expressions étaient assez pharamineuses et jubilatoires. Hélas, je n'ai qu'un seul album, n'ayant jamais trouvé les autres... Encore un bon auteur méconnu... Décidément les placards de chez Dupuis sont remplis de cadavres... Snif...

26/04/2005 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Foufi est un des premiers personnages bd que j’ai découvert. Ses courtes histoires étaient alors parues dans "JOB", un petit magazine bd (format poche) datant du début des années 80. Ayant mis la main sur une réédition par Point Image, cela m’a donné envie de découvrir ses histoires. :) Le moins qu’on puisse dire est que chaque case fourmille de détails, parfois à peine visible (sauf à la loupe), ce qui n’est pas sans nuire à la lisibilité des planches. Heureusement, le trait est clair et précis ! Je trouve d’ailleurs les dessins proches de ceux de Tabary dans Iznogoud (abstraction faite de l’univers similaire). On y retrouve aussi des jeux de mots fort à la mode à l’époque pour les noms des protagonistes (du style : "le cheik en blanc"). Qu’on se le dise, les aventures de Foufi restent fort gentillettes. Ce petit garçon, toujours plein de bonnes volontés, partage bon nombre de points communs avec Benoît Brisefer de Peyo (gentil, gaffeur et le cœur sur la main). A lire pour les nostalgiques . . . ;)

26/04/2005 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Voici une BD tout droit sortie de la caverne d'Ali Baba. Dans un décor et des intrigues tout droit sortis des Contes des 1001 nuits, on prend un certain plaisir à suivre ce jeune homme sur son tapis volant. Les histoires sont d'une simplicité enfantine, et le talent graphique de Kiko, un peu suranné en ces années 2000, permet le plus souvent d'oublier la relative simplicité du scénario. Cadeau bonus : voici la réponse que m'ont fait les Editions Dupuis (éditeur original de Foufi) lorsque je leur ai demandé des nouvelles de Kiko. Les deux albums couleurs édités par Dupuis en 1968 (Le coffret magique — Foufi et le tableau enchanté) sont depuis longtemps épuisé et quasi introuvables. Ils ne reprenaient qu'une part des récits réalisés par Kiko, mais la collection a dû être arrêtée faute d'un public suffisant pour amortir des réalisations couleurs. La collaboration de Kiko avec SPIROU s'est arrêtée dans les années 70. Il a ensuite fait rééditer Le Coffret magique sous le titre Les Voleurs volants chez MC Productions en 1988, sans beaucoup plus de succès, et l'annonce de la réédition du second volume (sous le nouveau titre Le Nabab) chez Soleil en 1990 ne semble jamais s'être concrétisée. Depuis 1996, les éditions Points Images sortent environ tous les deux ans un album noir et blanc, à petit tirage limité de 1000 exemplaires, consacré à ce personnage. A ce jour : Le petit fou filant (1996), L'élixir de charme (1998), Bouffées d'envol (2000). Nous ignorons si elles comptent poursuivre et n'avons plus les coordonnées de Kiko. Il est probable qu'une large part de son insuccès est dû à la surcharge d'éléments mis dans certaines cases. Remarquable illustrateur orientaliste, d'origine égyptienne, il avait une propension à mettre dans un timbre-poste une ville grouillant de personnages et d'éléments de décors où l'attention du lecteur perd les nécessités principales du récit évoqué. Ayant récemment rencontré Kiko, je peux affirmer que ce que m'a répondu Dupuis relève du communiqué de presse faux cul. Kiko nous a quittés au mois de mai 2006, alors qu'il s'apprêtait à faire revivre "Foufi"... Son départ laisse un creux dans la bande dessinée franco-belge classique...

20/02/2003 (modifier)