Un océan d'amour

Note: 3.95/5
(3.95/5 pour 20 avis)

Un message écologique accompagne cette histoire d'amour ou se mêlent prouesses graphiques et narratives pour mettre en scène plus de 200 pages muettes.


BD muette BDs à offrir Delcourt La Pêche Les coups de coeur des internautes Les prix lecteurs BDTheque 2014 Mirages One-shots, le best-of

Chaque matin, Monsieur part pêcher au large des côtes bretonnes. Mais ce jour-là, c'est lui qui est pêché par un effrayant bateau-usine. Pendant ce temps, Madame attend. Sourde aux complaintes des bigoudènes, convaincue que son homme est en vie, elle part à sa recherche. C'est le début d'un périlleux chassé-croisé, sur un océan dans tous ses états. Une histoire muette avec moult mouettes. Texte : Delcourt

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Octobre 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Un océan d'amour
Les notes (20)
Cliquez pour lire les avis

02/11/2014 | pol
Modifier


Par Ju
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
L'avatar du posteur Ju

En voilà un bel album original, poétique, qui donne le sourire. Pourtant, ce dont parle Lupano ici n'a rien de réjouissant. La pollution, la surpêche, la violence sur les mers... Mais c'est fait avec tant de douceur qu'on ne peut pas ne pas sourire. On suit les aventures d'un marin pêcheur breton, qui prend le large plein de boites de sardines à l'huile à bord (généreusement données par sa bien aimée), et à qui il va arriver tout un tas de péripéties. Il s'échouera, se trouvera perdu en pleine mer, arrêté, sauvé par des pirates sanguinaires, etc. Et tout ça sans texte, dans une bd totalement muette. On prend donc le temps de s'attarder sur les dessins, sur les personnages ultra expressifs de Grégory Panaccione, sur la différence entre le tout petit bateau du héros et les énormes rafiots pollueurs ou pécheurs intensifs. Et surtout, on prend le temps de s'attarder sur la mer, cette grande mer tantôt déchainée, tantôt reconnaissante, tantôt ingrate et tantôt souillée, dévastée par l'Homme. Car si il n'y a pas de texte, Lupano fait bel et bien passer son message. La mer est grande, la mer est belle, la mer est l'aventure, mais la mer est aussi en danger. La mer est aussi pleine de plastique, pleine de pétrole et pleine de carcasses de poissons. On sort donc de cette bd avec l'envie de préserver la mer, mais aussi de prendre le large, de partir à l'aventure. Car "Un Océan d'amour" est un grand récit d'aventure. L'aventure de notre petit pécheur breton, puis celle, encore plus rocambolesque, de sa femme, bretonne à la coiffe bigoudène, qui devient une star mondiale, après être partie à la recherche de son mari disparu, sur les conseils d'une voyante. J'ai un peu moins accroché avec cette partie du récit, même si c'est quand même assez rigolo. Et puis Panaccione se régale à dessiner cette grosse bretonne joufflue et pleine de vie et ce petit marin chétif et grognon, ça se voit. C'est un coup de cœur pour moi, et la deuxième bd sans texte que j'apprécie grandement après Betty Boop. Pas la dernière, j'espère.

07/11/2019 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5

Belle surprise que ce volumineux album ! L’odyssée de ces deux petits vieux bretons est à la fois drôle et passionnante à suivre. Le choix de la BD muette est audacieux et original, surtout pour un ouvrage aussi long, et le moins que l’on puisse dire c’est que ce parti pris narratif donne beaucoup de personnalité au récit et renforce encore l’expressivité des magnifiques dessins de Panaccione. L’histoire est moins légère qu’il n’y parait avec beaucoup de thèmes abordés comme l’écologie et la sauvegarde des océans, la critique de la société de consommation ou la satire politique de régimes autoritaires. Tout cela est finement intégré en arrière-plan des multiples aventures rocambolesques de nos deux héros. Le ton est rafraichissant et l’humour, omniprésent, fait souvent mouche. Un Océan d’amour est un très bel album.

16/05/2018 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Plus je relis cette BD et plus j'aurais envie de lui mettre la note maximale. Car faire une telle œuvre en se contraignant à ne pas écrire le moindre texte, c'est quelque chose. Et bon dieu, que cette BD est plaisante ! C'est tout autant le dessin, qui a quelque chose d'humoristique dans sa façon d'être et dans les expressions, mais qui sait aussi se faire grand pour mettre en image ce qu'il faut. Et puis, l'auteur arrive à faire des gueules connues dans un style de dessin qui n'hésite pas à déformer les proportions, et le tout sans qu'on ne se rende compte de rien. C'est fort ! Mais surtout, qu'est-ce que ce scénario est drôle et bien écrit ! J'ai adoré ces deux petits vieux bretons, partis pour un improbable voyage chacun de leurs côtés, entourés d'un peu tout et n'importe quoi. Le récit se prend le temps de poser quelques considérations (un peu de politique, un brin d'écologie, un rien de critique) et pour le reste, il nous fait vivre une aventure formidablement drôle et touchante autour de cet océan atlantique. C'est typiquement le genre de BD que j'adore relire parce qu'elle me met le sourire aux lèvres, que je la finis avec une grande bouffée d'optimisme et que j'en ris encore après plusieurs lectures. Les auteurs ont réussi, formidablement réussi. Lecture et achat chaudement conseillés !

28/09/2017 (modifier)
Par Walran
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

En empruntant cet album en bibliothèque, je ne m’attendais absolument pas à tomber sur quelque chose d’aussi bon. J’avais une vague souvenance d’avis positifs glanés ça et là sur le net (et notamment sur notre cher site), et même si je suis loin d’être un inconditionnel de Wilfrid Lupano, jeune scénariste vedette qui a décidément le vent en poupe, j’apprécie sincèrement certaines de ces séries, Alim le tanneur et L'Assassin qu'elle mérite en tête. Enfin, je ne connaissais pas du tout Panaccione, et ne savais donc pas à quoi m’attendre d’un point de vue graphique. Comme un autre posteur l’a souligné, difficile de ne pas songer d’entrée de jeu à l’univers de Sylvain Chomet et notamment aux fameuses « Triplettes de Belleville ». Le côté très expressif des personnages et les trognes des héros rendant la narration très fluide et les dialogues finalement superflus. Le côté muet, qui pourrait déstabiliser de prime abord, ne dérange pas le moins du monde. Et je me suis tant régalé à la lecture de ces truculentes tribulations que j’ai lu l’album deux fois de suite, avec un plaisir égal ! Le ton est d’une justesse rare : c’est habile, drôle, vivant, émouvant, sans tomber dans le militantisme écologique pénible ou dans la mièvrerie. Il y a des nuances, un humour que je trouve génial, des situations farfelues et hilarantes (le coup des napperons et des crêpes sur le bateau, tellement drôle !), des personnages attachants à souhait et un côté bienveillant et bon enfant qui, tout simplement, fait du bien et donne le sourire. Un album original et rafraîchissant, qui doit autant à la beauté et à la finesse du dessin, du découpage, qu’à la justesse et à la qualité du scénario. Un bonheur de lecture !

24/12/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Je suis plutôt fan de ce que peut faire Lupano, dans des genres très différents, mais j’ai un ressenti assez mitigé pour cet album. Du positif bien sûr, avec le fait d’avoir réussi à rendre intelligible cette histoire muette sur plus de 200 pages. Je l’ai lue vite, mais avec intérêt, que ce soit le côté « roman graphique » traditionnel, avec un couple plutôt atypique, dans un milieu de pêcheurs bretons, mais aussi les touches d’humour qui parsèment les épopées croisées de ce petit bonhomme et de sa femme (et de sa mouette !...). Agréable aussi le dessin de Panaccione, découvert sur l’excellent Match puis sur Toby mon Ami. Une tronche impayable pour le héros, et une mouette proche de celle de Gaston Lagaffe, il sait rendre dynamique le récit et est en parfaite harmonie avec l’histoire de Lupano. Alors pourquoi ne mettre que trois étoiles ? Parce que si cela se lit bien, ce n’est pas non plus suffisamment marquant. Parce que si Panaccione retrouve ici une ambiance proche du bucolique Costes de ses autres albums, Lupano donne parfois dans la facilité, la gentillesse, le bonheur simple qui, ici, m’agace un peu (j’avais ressenti la même chose dans « Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait… » de Zidrou). Bon, malgré ça, c’est quand même un album sympa et recommandable.

14/06/2016 (modifier)
Par Puma
Note: 4/5

Album que j'ai lu d'une traite, assez vite, ... et que je n'aurais pas pu coter ensuite ! Je ne le cernais pas exactement. J'avais ce trouble que quelque chose, dans la lecture, m'avait échappé. Les cases de nuit à l'extérieur (en début d'histoire) me semblaient également trop sombres, masquant l'intelligibilité du dessin. A ce pavé, j'y suis revenu depuis, et plus j'y reviens, plus je trouve cet ouvrage singulier et attachant. Mais il reste à mon sens moyennement hermétique à une première lecture. Peut-être par ce trop plein d'informations graphiques lâchées. Pour cette raison, un juste 4* !

25/04/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Jusqu'à présent je n'ai pas trop de séries de Lupano qui méritent à mes yeux 4 étoiles. Il y a des bonnes idées et des bons scénarios, mais il manque toujours quelque chose qui fait en sorte que je trouve que ses récits sont mieux que 'juste' sympathiques. Je pensais que, peut-être, ce one-shot me permettrait d'enfin mettre 4 étoiles, mais cela sera pour une prochaine fois. Encore une fois, j'ai eu droit à une histoire sympathique à lire. L'histoire est muette et je n'ai eu aucun problème à comprendre ce qui se passait. Le couple est sympathique et leurs aventures m'ont bien fait sourire. Toutefois, j'ai trouvé que certains passages étaient ridicules et c'est peut-être pour cela que je ne donne que 3 étoiles. Le dessin est fabuleux. J'adore le style du dessinateur. Les décors et les couleurs sont un régal pour les yeux. Les émotions des personnages sont très bien représentées. J'ai bien envie de lire les autres bandes dessinées de ce dessinateur.

01/06/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Oui, je suis parfaitement à la bourre pour découvrir cet album plébiscité par mes camarades. j'en profite pour les remercier, car en temps normal je n'y aurais sans doute même pas jeté un coup d'oeil. Il a été dit beaucoup de choses à son sujet, tout ce qu'il fallait en dire peut-être. Mais je vais quand même vous dire pourquoi je lui mets cette belle note. Parce que comme beaucoup, j'ai été pris dans l'ambiance, particulièrement oppressante, malgré le fait que l'on soit pendant 85% du bouquin en pleine mer. Il faut dire que celle-ci est loin d'être calme, entre les tempêtes, les pirates et maints autres périls. Tous très bien dépeints par les deux auteurs, dans une osmose qui nous fait oublier l'absence de dialogues, une véritable performance. Ce qui frappe aussi dans le récit, c'est son absolue simplicité, sa véracité, entre ce marin-pêcheur qui ne joue pas les surhommes et s'entiche de son seul compagnon et sa femme qui est prête à partager tout ce qu'elle sait, sans rien demander en retour, sauf si on a vu son mari... Une atmosphère bon enfant qui rend le récit charmant. Vraiment sympa.

25/05/2015 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Va savoir pourquoi, moi qui adore le travail de Lupano et qui ai découvert Gregory Panaccione avec son récent et excellent Match, je n'étais pas attiré par cet album... Comme quoi, rester sur ses préjugés, c'est vraiment pas ce qui se fait de mieux ! :) Car "Un océan d'amour" est vraiment un excellent album ! Par sa forme d'abord, chacun appréciera le soin apporté à l'objet et à sa présentation en premier lieu, mais surtout le nouveau tour de force qui consiste à nous servir un récit muet, palpitant, drôle et sensé à la fois. Panaccione à ce don pour faire passer les émotions, les impressions, les idées... Tout transpire et reste limpide dans ce récit sans qu'un mot ne soit nécessaire. Son trait que j'avais déjà trouvé très expressif dans le noir et blanc qu'il a utilisé pour Match est à nouveau parfaitement exploité ici, et l'aquarelle qu'il utilise pour la mise en couleur renforce encore cette impression. Mais c'est aussi un album tout en subtilité dans le récit. Car réussir à faire passer autant de choses à travers cette relation amoureuse forte et peu banale tient d'un remarquable talent de funambule. Et Lupano s'en tire haut la main, même sans les savoureux dialogues auxquels il nous avait habitué ces derniers temps. Cela ne l'empêche pas d'aborder les thèmes sociétaux qui lui tiennent à cœur en lançant de-ci de-là quelques piques bien senties, mais toujours avec un humour latent qui nous épargne un côté moralisateur qui plomberait le tout. Et son sens de l'épique reste omniprésent pour le plus grand plaisir du lecteur ! Un album qui conjugue donc les talents de deux grands auteurs et qui mérite largement toutes louanges et les prix qu'il continue de recevoir. A lire sans modération !

19/03/2015 (modifier)

Lupano, l’homme de toutes les promesses de qui j’attends beaucoup : Le Singe de Hartlepool, Alim le tanneur, Célestin Gobe-la-lune, L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu Mais que récemment je n’apprécie absolument pas : Ma révérence, Sarkozix (Les Aventures de), Les Vieux Fourneaux Autant dire qu’il m’a fallu du temps pour tenter la lecture de cet opus. Cette fois ci quel bijou, une finesse perpétuelle associée à une tendresse remplie d’émotion font de ce récit un monument de plaisir. Les personnages m’ont totalement conquis quelque soient leurs fonctions. Evidemment les deux acteurs principaux m’ont totalement fait chavirer mais toute la galerie de personnages secondaires aussi loufoques les uns que les autres servent le récit avec une force inouïe. Et enfin il n’y a pas de message politique bien lourd derrière l’intrigue ! Graphiquement, ce muet est un chef d’œuvre. La qualité narrative exceptionnelle rend chaque page expressive, chaque visage dégage une émotion, l’humain sort de chaque planche dans toutes ses contradictions et sa fragilité. Après deux précédents déjà muets, notre dessinateur devient une référence dans ce style combien délicat qui tire à mon sens la substantielle moelle de l’essence du 9eme art : la vie dans l’entre deux cases. Cet album extraordinaire est cependant beaucoup trop sincère et « naif » pour truster les prix académiques, elle n’en demeure pas moins à mon sens la meilleure sortie 2014 (et de loin). Tout invite le lecteur à l’évasion, au rêve avec une galerie de personnages magique qui nous montre nombre de réactions détonantes de nos congénères. Jubilation lorsque notre marin côtoie les narcotrafiquants, éclats de rires lorsque notre bretonne danse avec Fidel, rage lorsque tout semble perdu pour le petit face au gros, tendresse pour la pudeur des retrouvailles, amour pour cette mouette déglinguée, toutes les émotions y passent, chapeau… Vous l’aurez compris cet opus rentre dans le cercle très fermé du panthéon. Même noyé dans une production de déluge, les arches de bonheur sont un régal pour les lecteurs sevrés de terreau vivant.

12/03/2015 (modifier)