Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Féminisation

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

L'homme est-il une femme comme les autres avec des dessous féminins ?


Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Xavier Duvet met en image - et un peu en scène - les témoignages d'hommes qu’excite le fait de s'habiller en femme, de porter des dessous féminins. Mais aussi des femmes qui prennent plaisir à ce mélange des genres. Dans de courtes histoires, nous avons là une successions d'aventures torrides faisant la part belle au fétichisme, et aussi parfois au SM.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2007
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série Féminisation
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

15/09/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Xavier Duvet est bien connu des amateurs de BD érotiques, et son travail – essentiellement publié chez Tabou – est reconnaissable entre mille. On est là dans une œuvre à la fois esthétisante et très hard, quasi stylisée, avec un fétichisme exacerbé, souvent accompagné de SM plus ou moins bondage. Ici, la spécificité de cette série de 3 albums est qu’elle est centrée sur des expériences - soit disant - vécues par des hommes travestis, sur le mélange des genres : des hommes portant des dessous féminins – forcément sexy – ont des aventures avec des femmes (elles aussi hyper sexuées et portant vêtement – pas longtemps ! – et dessous noirs, en cuir et/ou en soie). Les albums sont généralement constitués de plusieurs histoires courtes : Duvet reçoit une lettre témoignage d’un homme livrant son expérience, l’auteur illustrant ensuite ce fantasme vécu plus ou moins loin. Le dessin de Duvet est vraiment excellent, son travail en Noir et Blanc, avec un rendu hyper réaliste (en particulier pour les dessous, les bas en particulier) donnant une réelle tension érotique aux histoires. Par contre, je trouve moins heureux certains dessins. En particulier lorsque les corps sont en crayonné « amélioré » alors que les dessous, en aérographe je pense, font un peu jurer ce contraste. Et certains visages paraissent un peu « enlaidis » par un dessin moins méticuleux, gardant comme des cicatrices un crayonné moins « léger » que les dessous. Enfin je chipote, parce que côté dessin (le reste est bien sûr affaire de goût), Duvet maîtrise diaboliquement son art. Pour le reste, et comme souvent, c’est au niveau des histoire que cela pêche. Cela manque parfois de fond, même si ce n’est pas toujours qu’un empilement de scènes de cul. La fin de « La douce heure des bas » et surtout « Le doigt sur la couture » développe un univers beaucoup plus SM que le début de la série. Mais, contrairement à d’autres auteurs du genre, les femmes ne sont pas forcément chez Duvet des objets soumis aux désirs des hommes, elles peuvent très bien dominer (d’autres femmes ou des hommes), ce qui est à noter. Albums à réserver à un public averti, comme on le dit (et comme toujours pour cet auteur). Mais une série qui, sur un créneau érotique bien particulier, ne manquera pas de plaire aux amateurs. Il faut évidemment être friand de cet univers fétichiste, ici couplé à des questionnements transgenres, pour pleinement apprécier cette série. Si le SM n’est pas forcément mon truc, j’ai en tout cas apprécié l’esthétique de l’ensemble (c'est cet aspect surtout qui m'a intéressé ici). Mais je comprends tout à fait que cela ne puisse pas plaire, voire que cela soit rejeté. De toute façon, on ne lit pas cet auteur par erreur, au hasard d’un emprunt en bibliothèque ! A noter qu’à l’occasion de la réédition récente, en plus d’un léger changement des couvertures, chaque album est agrémenté d’un cahier graphique d’une quinzaine de pages, des travaux préparatoires de Duvet, ce qui ne fait que confirmer le sacré coup de crayon du bonhomme. Note réelle 2,5/5.

15/09/2020 (modifier)