Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Révoltés

Note: 2.56/5
(2.56/5 pour 9 avis)

Cette série a la puissance des grands drames psychologiques, un genre dans lequel Jean Dufaux s'impose en maître. Un suspense superbement servi par le dessin de Marc Malès qui anime ces personnages torturés au milieu d'une Amérique des années 50 parfaitement reconstituée.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Gangsters Jean Dufaux

États-Unis, dans les années 50. Une période faste pour tout écrivain ambitieux souhaitant inscrire son nom au firmament d'Hollywood. Le jeune Waldo Harland est de ceux-là. Élevé dès sa petite enfance au milieu de classiques du cinéma, il fuit l'orphelinat auquel le condamne la mort de ses parents pour partir à l'aventure, avant d'être recueilli par Blanche Sterling, une jeune héritière au tempérament très indépendant grâce à laquelle il va rapidement gravir les échelons de la réussite sociale. Sans se douter que quelques années plus tard, devenu scénariste réputé, les sombres secrets de la famille Sterling s'en reviendront lui exploser à la figure...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1998
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Les Révoltés
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

19/10/2008 | Erik
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je ne suis pas un amateur de polars noirs et d'histoires de gangsters, et pourtant cette série a su conserver mon attention au long de ses trois tomes et de l'épilogue que seule son intégrale contient. Comme dans ces polars que je n'aime pas trop, je n'ai que moyennement apprécié son côté sombre, ses personnages tragiques, sa violence, son aspect glauque et la faiblesse d'un héros qui ne peut le plus souvent qu'être spectateur des drames qui l'environnent. C'est certes réaliste mais c'est aussi cruel et légèrement malsain par moment. Et à mes yeux, le dessin de Males s'apparente aussi à ce ressenti : réaliste et plutôt bon, mais aussi sombre, avec un encrage aiguisé peu confortable à l’œil, et aussi quelques personnages qui se ressemblent un peu trop pour ne pas avoir par-ci par-là un léger doute sur leur identité. Et donc pourtant j'ai quand même relativement bien apprécié ma lecture. Sans doute pour commencer parce que son cadre historique et géographique est plutôt original : après une introduction se déroulant dans l'univers des hobos des années 30 puis dans la propriété d'un puissant milliardaire au cœur de la nature, nous passons ensuite au New York des années 50 puis à quelques autres régions américaines, avec pour toile de fond une intrigue mêlant conflits familiaux dans la lignée de ce fameux milliardaire, monde du show-business, cinéma autant que théâtre, et monde des gangsters, le tout étant fortement intriqué. Ensuite parce que le scénario ne se laisse pas deviner. On pourrait à contrario lui reprocher d'être assez fouillis et de partir dans tous les sens, mais en même temps j'étais intrigué et me demandais où les auteurs allaient en venir et comment les choses allaient se dérouler. Et au final, je trouve que ça tient assez bien la route. Et j'aime aussi plutôt bien l'épilogue qui revient sur les événements du tout début de la série et permet de leur donner, à eux aussi, une conclusion satisfaisante.

22/03/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai eu des appréhensions avant de commencer cette série qui a des avis très partagés. J'aime bien Malès et si Dufaux a créé des séries que j'aime bien, globalement je trouve que la majorité des œuvres de lui que j'ai lu sont moyenne au mieux. Je n'avais aucune idée si j'allais aimé ou non. En voyant ma note, je pense que vous saviez déjà que je n'avais pas accroché. Le dessin de Malès est toujours aussi bon (quoique le visage des personnages m'ont semblé un peu raté sur certaines cases), mais le scénario ne m'a pas du tout emballé. Je n'ai pas réussi à le trouver intéressant et comme d'autres posteurs l'ont déjà mentionné c'est un peu dur de s'y retrouver tellement Dufaux part dans tous les sens. Je ne sais pas trop ce qu'il a voulu dire et je m'en fous. Le truc qui m'a le plus marqué dans le scénario est le personnage de Jimmy et c'est parce que je le trouvais ses actions tellement débile qu'il en devenait franchement énervant. Si vous voulez découvrir la série et vous faire une idée par vous même, faites un emprunt.

18/05/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Un avis mitigé après la lecture de ces trois albums. En effet, cela se laisse lire relativement agréablement. L’ambiance polar noir, dans les Etats-Unis des années 50, est bien rendue, avec des truands liés aux milieux artistiques (sauf que contrairement à l’habitude où cela se passe à Hollywood, cette fois-ci cela se déroule sur la côte ouest, à New-York et ses environs), une famille de milliardaires avec secrets qui ressortent, et quelques ambitieux qui gravitent autour d’eux. Tout est bien fait, y compris pour le dessin de Malès, même si je trouve ses personnages un peu trop filiformes parfois. Mais voilà, Dufaux nous sort dans ces trois albums une intrigue trop classique, sans réelle surprise. Avec un sentiment de déjà vu quand même. C’est donc une série à réserver plutôt aux fans du genre qui veulent rester dans leur zone de confort et qui ne recherchent pas à tout prix l’originalité.

12/11/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Un récit qui évolue dans des milieux troubles du spectacle, surtout Hollywoodiens, et des affaires, au sein d'une ambiance très ricaine, celle de l' Amérique des années 50 fort bien reconstituée. Tout ça rappelle les mélos flamboyants de Douglas Sirk à Hollywood, comme le Secret magnifique, Tout ce que le ciel permet, et surtout Ecrit sur du vent, c'est très ressemblant par l'intrigue : la scène du prologue d'accident est carrément calquée sur le début de Ecrit sur du vent, prototype des grands mélos hollywoodiens très soignés de Sirk, Dufaux connait ses classiques et s'en est forcément inspiré. Le scénariste brasse toutes les passions même celles qui conduisent à l'auto-destruction. Les turpitudes de cette faune de riches se marient fort bien aux idées un peu tordues de Dufaux auxquelles il a habitué les lecteurs depuis Jessica Blandy. Il y a dans ce scénario également des relents qui m'ont rappelé l'affaire Lana Turner, lorsque la fille de la star avait tué le gangster Johnny Stompanato alors amant de sa mère. Je félicite aussi Dufaux pour ses références cinématographiques très justes, notamment celle sur le film Indiscrétions, où seuls les noms ont été modifiés pour n'impliquer personne. Mais tous ces déballages de linge sale sordides me laissent plutôt froid ; c'est pas mal dans les films de Sirk parce qu'il y avait une intensité et le jeu des acteurs, mais en BD, je ne les reçois pas de la même manière, aussi malgré un bon dessin, appliqué et de bonne tenue de Malès, et en dépit de l'anti-vieillissement de certains personnages, cette série ne m'a pas vraiment emballé. Quant au titre, comme dans certains commentaires précédents, je ne comprend pas sa signification et ne le trouve pas justifié.

29/02/2016 (modifier)

Un triptyque qui n'entrera pas dans les annales... Tout d'abord, comme le soulignent les quelques avis précédents et notamment celui de Miranda, ce qui m'a beaucoup dérangé c'est le dessin. Ainsi les personnages féminins ne sont discernables les uns des autres que par la couleur de leurs cheveux ce qui est souvent irritant. Ensuite je trouve la mise en couleur particulièrement laide, digne d'une autre époque. Concernant le scénario, il ne m'a pas particulièrement accroché car je trouve certains personnages très peu travaillés, certains apparaissant en cours de route et d'autres disparaissant sans véritable explication. On ne comprend pas très bien où l'auteur veut en venir, lorsqu'il passe en deux pages de l'histoire de la famille Sterling à celle de l'actrice Bellita... L'ensemble m'a ainsi paru plutôt confus avec un titre "Les révoltés" dont je ne comprends pas très bien la signification, si la révolte est synonyme d'inceste ou de prostitution alors effectivement il s'agit bien là de révolte dont on parle... moi je parlerais plutôt de perdition ou d'absence de sens de la vie de certains personnages au milieu de toute cette richesse. Très certainement pas la meilleure œuvre de Dufaux, selon moi. Originalité : 3/5 Scénario : 3/5 Dessin : 1,5/5 Mise en couleurs : 1,5/5 NOTE GLOBALE : 9/20

06/07/2009 (MAJ le 06/07/2009) (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Après la lecture des 3 tomes. J'avais acheté cette série lors du déstockage de Glénat : le lot était seulement à 12 euros !!! Mais comme la note le montre, je ne l'ai pas aimé. Je n'ai pas accroché au scénario mais c'est surtout au niveau du dessin que j'ai eu du mal et plus particulièrement avec les couleurs d'une autre époque que je n'ai pas connu. C'est d'ailleurs pour ça que j'apprécie de plus en plus le N&B car il est intemporel. J'ai revendu le lot il y a plus d'un an. Le pire dans l'affaire est que je n'ai rien retenu de cette série si ce n'est le ressenti très "bof". Je ne dirai pas qu'elle est mauvaise mais il y a trop de points négatifs par rapport à mes goûts.

02/05/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5
L'avatar du posteur Miranda

Une très bonne série qui aurait mérité une note plus élevée s'il n'y avait eu quelques petites choses qui m'ont un peu perturbée. Tout d'abord graphiquement, Malès a beaucoup de talent, ses couleurs directes sont très belles, - quoiqu'un peu moins sur le dernier tome - ses scènes de nuits magnifiques et ses visages sont parfaits, en tout cas pour la plupart. Car ceux des femmes - personnages principaux - sont un peu trop ressemblants, à côté de ça par exemple on a celui de la chanteuse noire qui est sublime d'expressivité, c'est dommage qu'il n'ait pas fait le même travail sur toute la gente féminine. Un autre défaut est celui du vieillissement, l'histoire se déroule sur une bonne vingtaine d'années, mais les personnages ne vieillissent pas, dommage car sans ces deux inconvénients j'aurais été totalement conquise. Par contre niveau décors, costumes, voitures, etc. c'est parfait. Le scénario est très bon, surtout dans son déroulement, Dufaux fait des va-et-vient incessants dans le temps qui sont très réussis, sans qu'il nous perde en route. Il y a mis des personnages ayant existé et nous raconte leur histoire sans à priori, sans jugement, il nous relate simplement les évènements tout en restant dans une réalité quasi parfaite et nous donne une bonne vision de ce qu'était le milieu cinématographique de l'époque. En ce qui concerne le titre, je ne le trouve pas très approprié, j'aurais plutôt appelé cela "les nantis" ou "les enfants gâtés", la révolte ici tient plus du caprice que de la vrai "révolte", - c'est peut-être propre aux riches, jamais satisfaits et pourtant comblés - c'est le sentiment que j'ai eu.

02/05/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Personnellement j'ai lu l'intégrale de cette série qui n'est pas si vieille (10 à 12 ans, au plus). Et pourtant j'ai eu l'impression d'être devant une série bien plus ancienne. Cela est principalement dû au dessin. Malès a un style classique, trop classique, que l'on dirait directement issu de l'école du Jijé de Valhardi. Seulement cette dernière série date des années 1950 (et même 1948.), et même s'il y a quelque part un hommage, cela me semble assez peu réussi. En effet Malès reprend bien le look des personnages, leurs vêtements. Mais comme je suis assez peu sensible à cette période, cela ne me plaît pas. En plus le dessin me semble plutôt inexpressif au possible, j'ai vraiment eu du mal à accrocher. Et l'épilogue présent dans l'intégrale va plus loin dans la mocheté, réalisé en couleurs directes, et où visiblement le dessinateur a eu du mal à "revenir" dans son style de l'époque. Tiens parlons-en de cet épilogue. Dufaux s'est visiblement rendu compte en bouclant son triptyque qu'il avait laissé des personnages au bord du chemin (notamment une "hobo", c'est à dire une vagabonde, haha) ; de plus, "Les Révoltés" se voulant une série évoquant l'industrie cinématographique, et étant donné que mis à part deux producteurs discutant entre deux fusillades on n'a pas vraiment d'évocation, il met deux-trois stars du grand écran de l'époque. Mais c'est un peu léger, Monsieur Dufaux... Tout comme la série en elle-même m'a parue légère, dans le sens où l'intrigue me semble naviguer à vue, sans véritable plan, sans... scénario, un comble pour un scénariste aussi réputé ! Ok, il y a des personnages de révoltés, contre leur famille, le star system, la société, etc. Mais la façon dont ils sont raccrochés les uns aux autres me semble tellement artificielle que l'on aurait pu appeler la série "Les paumés" (ceci est aussi dû au fait que Dufaux les a un peu lâchés en cours de route). Tiens d'ailleurs, je n'ai rien compris au tome 3, j'ai presque eu l'impression de lire une autre série, tellement le virage était important. Bref, "Les Révoltés" m'ont révulsé.

30/04/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Parmi toutes les séries que j'ai pû poster, s'il n'y en avait qu'une seule que je devais absolument conseillé à la lecture, cela serait celle-ci! Je suis d'ailleurs très étonné que cette trilogie n'est jamais été avisée au vu de son indéniable qualité. Le scénario est signé par le grand Jean Dufaux (Murena, Rapaces, Djinn...) et le dessin par le talentueux Marc Malès (Katharine Cornwell; L'Autre Laideur l'Autre Folie...). Nous avons droit à une véritable saga familiale dans une grande fresque américaine à la saveur plutôt vénémeuse, dure et lucide à la fois. La scène d'introduction est l'une des plus majestueuse qu'il m'ait été donné de lire. On commence en effet par le suicide impressionnant d'un jeune milliardiaire qui génère tout de suite le mystère de connaître les causes d'un tel acte desespéré. Dufaux introduit des personnages secondaires qui vont vivre au cours de ces trois tomes un destin interressant pour le moins tragique. Ce n'est qu'à la toute dernière case que le mystère trouvera sa réponse. Vraiment magistral! Le thème central de cette histoire est la révolte intérieure que chaque être humain peut éprouver à un moment de sa vie. Elle se traduit de manière différente selon les personnages. Le milieu dans lequel ils évoluent est très interressant: Hollywood, les planches de théatres où échouent les acteurs qui se sont grillés les ailes, les magnats du pétrole, la mafia qui s'insinue dans tous ces milieux richissimes ou artistiques. Il y a un côté "fureur de vivre" avec James Dean dans cette série que j'ai beaucoup aimé. La construction scénaristique de cette série relève du prodige. Dialogues savoureux et récit parfaitement maîtrisé de bout en bout ce qui est plutôt rare. J'ai eu également une joie immense à retrouver les traits de l'un de mes meilleurs dessinateurs qui a d'ailleurs repris sous une forme différente par la suite les thèmes exploités à commencer par les personnages torturés. A noter qu'il y aura une réédition très prochainement de cette fresque par les Editions Glénat avec en prime 16 pages supplémentaires réalisées en couleurs directes... Bref, cela sera peut-être pour vous l'occasion de ne pas passer à côté. Incontournable, cette série ne vous laissera pas indifférent.

19/10/2008 (modifier)