Opération Vent Printanier

Note: 4/5
(4/5 pour 8 avis)

Les prémices d'une des plus grandes rafles juives dans le Paris de 1942...


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Casterman Consensus sur une BD Futurs immanquables La Résistance Les Meilleurs Diptyques Paris

France. Paris. Début 1942… La capitale est occupée par les forces allemandes. Occupation dit nouvelles règles, nouvelles lois. Pour la majorité de la population c’est l’ère de la débrouille, du rationnement sous l’ombre de l’humiliation de l’occupant. Les gens tentent de se trouver de nouvelles « marques », quelles que soient leurs origines ou leur échelle sociale. Leurs origines ?… on sent le vent d’une sorte d’hystérie anti-juive dont les représentants de ce peuple sont traités de profiteurs, d’affairistes aussi. Et cette hystérie souvent collective, savamment entretenue par l’occupant, va aboutir à la plus importante rafle de juifs en France qui aura lieu en Juillet 1942. Mais pendant que cette opération –encore mystérieuse- se décide dans l’ombre, on suit quelques tranches de vie de personnes qui –comme des millions d’autres- essaient de survivre. On suit ainsi Charlotte -qui nouera des relations avec un soldat allemand-, son père –un gardien de la paix, veuf-, Lucien -un jeune gars obligé de pactiser commercialement avec l’occupant aux fins d’aider sa famille dans le besoin-, Mercadier, un vieux monsieur ancien militant communiste… C’est la vie de gens ordinaires qui essaient d’avoir une vie convenable, de trouver leur voie aussi…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Août 2008
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Opération Vent Printanier
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

17/10/2008 | L'Ymagier
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Une bonne série se passant durant l'occupation de la France par les Allemands. Les auteurs s'attardent surtout sur la rafle qui a emmené des milliers de Juifs dans des camps de concentrations et ce avec la complicité de la police française. L'histoire est prenante, les personnages sont attachants (j'avais vraiment envie de savoir leur destin) et le tout semble très réaliste. On voit que Richelle sait comment se documenter. Le seul reproche que je puisse faire c'est qu'il y a beaucoup de personnages et au début j'étais un peu perdu par moments. Le dessin est pas mal au niveau du décor et des couleurs, mais j'ai parfois eu de la difficulté avec les visages que je trouve moches. Mais bon cela reste lisible donc ce n'était pas un gros problème.

03/04/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Pour un gars comme moi qui n'appréciait que modérément la période de guerre en BD, qui plus est vue sous un angle plus intimiste comme ici, je me suis surpris depuis quelques temps à lire pas mal de Bd tournant autour du sujet, et j'y ai pris goût, c'est en plus très instructif. Ce diptyque m'a plutôt ému, en tout cas profondément intéressé au sujet qui relate des événements douloureux, en soulignant l'engagement individuel et en découvrant l'affairisme de guerre, le tout sur fond de rafle du Vel' d'Hiv'. Le dessin toujours aussi séduisant de Wachs m'a grandement aidé dans cette approche, j'adore le trait précis et doux de ce dessinateur depuis ses Bd dans le magazine Vécu. Il réalise une excellente reconstitution graphique du Paris de l'Occupation en 1942, avec tout ce que ça implique comme détails, son dessin sur les personnages féminins se révèle sensuel, et sa reconstitution d'époque est remarquable au niveau des décors, des véhicules, des vêtements, des coiffures féminines etc... La mise en place des personnages est un peu longue, mais les rouages dramatiques s'avèrent passionnants, les destins croisés de plusieurs de ces personnages sont bien imbriqués les uns dans les autres, certains d'entre eux sont même très attachants, y compris celui de l'Allemand homosexuel qui sort avec Charlotte, et qu'il fallait rendre sympathique. En fait, il n'y a pas d'action, le tout est plutôt statique, mais il se passe plein de choses, c'est quand même prenant et tout en subtilité, une chronique toute simple emplie de mélancolie et d'humanité, tout en étant très instructive. Je découvre de plus en plus cette période d'Occupation à laquelle je ne m'intéressais pas, et ici, malgré l'amertume, je trouve ce récit touchant et sincère. Un très joli diptyque qui incite aussi à la réflexion..

28/04/2015 (modifier)
Par tolllo
Note: 4/5

Contrairement à Amours fragiles du même scénariste, j’ai vraiment apprécié le dessin dans opération vent printanier , malheureusement, à mon avis, c’est la seule chose qui soit mieux que dans « Amours fragiles »… Je ne suis pas ennuyé loin de la, mais après avoir lu la série citée ci-dessus l’esprit critique est plus acéré vue la qualité de la dite série. Reste néanmoins de nombreux points positifs : le contexte historique concernant la fameuse rafle tout d’abord, fichtrement intéressant. Je ne boude pas mon plaisir et comme je le disais au début de mon commentaire les dessins sont très plaisants et recréent bien l’atmosphère de l’époque. Pour conclure je dirais que les personnages, quoique moins bien développés que dans « Amours fragiles », restent au demeurant très intéressants. Il manque un je ne sais quoi pour que cette série se hisse au même niveau que sa consœur et devienne vraiment immanquable, elle reste néanmoins épatante ! (14/20)

31/03/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Dans la lignée de ses « Amours fragiles », Richelle exploite sa documentation pour nous servir un solide récit dont le théâtre est la France durant l’occupation allemande. L’intrigue est bien menée. La plausibilité est grande, grâce à la qualité de la documentation employée. Les personnages ont des caractères agréablement diversifiés, et, souvent, un grand charisme. Le suspense est au rendez-vous, jusqu’à la dernière planche. Graphiquement, l’œuvre est également de qualité. Le trait de pierre Wachs, dont j’aime la finesse, n’est cependant pas d’une grande originalité. A lui seul, il n’aurait pas suffit à susciter mon intérêt, mais, au service d’un tel récit, il en devient vraiment plaisant. Une lecture très prenante, donc, que j’ai même finalement plus apprécié que les « amours fragiles » du fait d’un nombre d’acteurs plus réduit, et donc d’un récit mieux centré.

10/02/2010 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Belle surprise que ce premier tome. J'ai autant été séduit que ce duo d'auteurs m'avait déçu par le passé (avec Secrets bancaires) et surtout je n'avais pas du tout aimé le dessin de Wachs dans Poème Rouge. Et là quelle surprise, non seulement Pierre Wachs a soigné les personnages mais aussi le Paris de l'Occupation. Côté histoire, cet incipit nous offre une galerie de portraits, de personnages qui vont se croiser dans un Paris, où certains vont collaborer, d'autres doutent... Avec en toile de fond, la rafle des juifs, ce premier volume est une belle évocation des premières années d'Occupation. Le second volume confirme la très bonne impression tirée de la lecture du premier opus. L'intrigue est certes plus resserée autour du personnage de Charlotte mais son destin rencontre l'Histoire avec un grand H, ce qui donne un récit plus sombre mais malheureusement vrai. Un très bon diptyque

15/11/2009 (MAJ le 17/11/2009) (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

"Opération vent printanier" est un doux nom qui fleure bon la nature et le bonheur de vivre. Cependant, c'est également le nom de code donné par le funeste Gouvernement de Vichy à la rafle du Vel' d'Hiv organisé de son propre chef le 16 et 17 Juillet 1942. A Paris, 9000 policiers et gendarmes français vont arrêter près de 13000 personnes dont 4000 enfants tout simplement parce qu'ils sont juifs. Ce drame est terriblement inhumain quand on sait que toutes ces personnes vont finir leur jour dans les camps de concentration et partir en fumée. Oui, je reviens au titre : "Opération vent printanier". Quel cynisme tout de même de la part de ce gouvernement corrompu ! L'auteur d'Amours fragiles semblent aller plus loin dans ce récit qui conte le destin de différentes personnes dans la période précédent la date fatidique comme pour raconter la montée en puissance de cette hystérie antijuive dans un climat d'affairisme favorisé par le rationnement et les restrictions. Les personnages sont d'ailleurs loin des stéréotypes classiques. Il y a tout une forme d'intelligence à nous montrer en graduation les choix opérés par chacun dans cette époque tourmentée. La chronique de ce Paris de l'Occupation est l'une des meilleurs que j'ai pû découvrir même si elle fait une part belle à la romance. Cette bd gagnerait sans doute à être découverte et à figurer dans les indispensables de toute collection qui se respecte pour peu qu'on s'intéresse un tant soi peu à l'Histoire de notre pays sans se voiler la face.

27/04/2009 (modifier)
Par fred0873
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Comme l'a précisé "L'Ymagier", cette BD est extrêmement bien documentée. On a l'impression de vivre un film. A peine commencé ce tome, j'ai mordu à l'hameçon. Le dessin est très réaliste et quant au scénario, c'est du béton ! On voit que l'auteur maîtrise à fond le sujet. Il en est de même pour la psychologie des personnages qui est très bien rendue. A chaque lecture, le plaisir ne fléchit pas. Si vous aimez cette période sombre de l'histoire, je ne peux que vous conseiller l'achat de cet album.

22/01/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Cette « Opération » est d’abord une BD très bien documentée sur le Paris de l’époque. Les auteurs m’ont emmené, certes, dans une fiction mais qui se passe dans une réalité historique. J’ai suivi des gens dans une saison de leur vie, ce dans une atmosphère lourde, tendue, oppressante même, très bien rendue par le graphisme de Wachs. J’ai vraiment apprécié ce trait réaliste « appuyé », parfois effleuré qui m’a fait faire une sorte de plongée dans des souvenirs diffus, pas très nets de cette époque. Curieuse impression. Mais très bonne impression. Le scénariste, encore, a une réelle maîtrise de son sujet. Il mêle d’une façon habile des petits faits historiques –même suggérés- aux relations parfois douteuses de personnes avec l’occupant. C’est parfois ambigu, mais ce n’en n’a que plus d’effet. J’ai vraiment apprécié ce très bon tome, épais au propre comme au figuré ; un tome agréable de lecture où texte et dessin sont en réelle communion.

17/10/2008 (modifier)