Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

3 fois rien

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Matt et Seth vivotent de larcins, combines et arnaques sans envergure. Mais après que Seth se soit endurci à la suite d’un séjour en prison, une affaire plus sérieuse se présente : utiliser leur relation avec deux policiers corrompus pour subtiliser un gros arrivage de diamants en provenance de Belgique, au nez et à la barbe des deux ripoux.


Gangsters

Matt et Seth vivotent de larcins, combines et arnaques sans envergure. Mais après que Seth se soit endurci à la suite d’un séjour en prison, une affaire plus sérieuse se présente : utiliser leur relation avec deux policiers corrompus pour subtiliser un gros arrivage de diamants en provenance de Belgique, au nez et à la barbe des deux ripoux. Bonne idée, excellent timing et exécution impeccable… si ce n’était deux inconnues de dernière minute : les pierres sont la propriété d’un parrain mafieux très redouté et Liza, la petite amie de Matt, s’est immiscée dans la combine. Tout dérape, tout se précipite, et bientôt, ça se met à tirer dans tous les coins… Un scénario profilé comme un véhicule de compétition, et une interprétation graphique tout à l’énergie : Féjard et Jurdic signent avec Trois fois rien une entrée remarquée chez KSTR

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Août 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série 3 fois rien © Casterman 2009

07/09/2009 | pol
Modifier


Par Chalybs
Note: 3/5

J’en viendrais presque à regretter la présentation éditeur qui a tendance à en dire trop… Mais bon, s’ils estiment devoir écrire tout cela… Ce qui est dommage avec leur introduction, c’est que tous les liens indiqués ne sont de prime abord pas évident. Et c’est ce que j’ai aimé dans ce livre. Surtout cette première partie où tout se met en place. D’abord sans queue ni tête, avec de multiples protagonistes sans lien apparent, on voit la machine se mettre en place lentement mais surement. Un peu à la manière d’un Tarantino découpant son scénario en plusieurs pièces pour ne finalement n’avoir plus qu’un immense tableau, Frédéric Féjard, réalise une très belle œuvre. Le découpage de l’histoire est superbement réalisé et la lecture en devient très plaisante. Chaque action, chaque personnage s’associe avec brio dans un scénario tiré au cordeau. Comble du plaisir, nous avons ici affaire un une bande dessinée au format compact qui fait son poids. Imaginez plus de 500g de bonheur et 1,6 cm d’épaisseur…Sacré pavé. Nous avons donc une histoire qui aurait facilement pu tenir en 2 voire 3 volumes. Mais les auteurs ont eu la gentillesse de fournir tout cela d’une seule traite. La lecture est donc encore plus fluide, n’étant pas obligé de passer d’un tome à un autre. J’ai avalé cet album d’une traite. C’est peut-être cela son défaut. Malgré son volume, la lecture ne prend pas beaucoup plus longtemps qu’un album classique. Mais ne boudons pas mon plaisir. Le scénario contient de multiples rebondissements, là encore surement inspirés par Tarantino. Seul reproche, surement un trop grand classicisme dans le fond qui a empêché ma note d’atteindre les 4 étoiles. Ca se trahit, ça créé des alliances à tout va. Les escrocs sont escroqués et jusqu’au bout, il est bien difficile de deviner qui sera le plus vils des vilains… Le graphisme n’est pas en reste. Tranché, stylé, avec des défauts qui lui donnent finalement vie, le trait de Benjamin Jurdic est ferme et affirmé. Hésitant entre le trait franco belge, le manga et le comics, son style oscille entre tout ça est en sort très personnel. Surement l’une force de cet album. Surtout que la couleur n’est pas en reste. Avec des couleurs tranchées et de grands aplats, avec des décors minimalistes mais efficaces, la couleur c’est poser les ambiances de manière là encore très personnelle. J’avoue d’ailleurs que ce qui m’a fait prendre en main cet ouvrage est la couverture à la mise en page intéressante et plus encore aux couleurs chaudes et contrastées qui ont su accrocher mon œil. Amateurs de polars, recherchant une intrigue aux nœuds multiples, aux personnages à forts caractères, à la réalisation moderne mais surfant sur les codes classiques du genre, jetez vous sur cet album qui ne pourra que vous contenter. Du bien bon travail. Je l’avoue. J’ai mis cet album en polar/Thriller, mais j’aurai pu hésiter quelques secondes avec roman graphique tellement j’ai trouvé son traitement original.

21/02/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Quand les petits et gros truands jouent aux chaises musicales ou plus précisément aux valises de diamants musicales... Cette BD est une bonne surprise, la lecture est des plus plaisantes car très rythmée à défaut d'être très originale. Cet exercice n'est pas nouveau mais il est réussi. Les personnages se font des crasses à tout va. Il y a des petites facilités dans le scénario mais c'est pour la bonne cause. (Les recoupements entre les personnages sont parfois tirés par les cheveux). Il y a une escalade dans l'action, le lecteur n'a qu'à suivre et se laisser absorber par cette spirale de mauvais coups. Le dessin est vivant avec des cadrages réussis et des couleurs franches. J'aurai aimé un peu plus de réalisme et un traitement N&B pour accentuer l'aspect noir de cette histoire. Je ne vais pas bouder mon plaisir, j'ai aimé cette BD avec ses petits défauts.

24/04/2010 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

J’avais adoré Rocher Rouge (même collection, même format) et c’est principalement pour cette raison que je me suis tourné vers ce polar. 3 fois rien, c’est l’histoire de 2 potes habitués à de petits larcins minables. Un soir un cambriolage dérape, et l’un d’eux se retrouve derrière les barreaux. Un an plus tard, loin d’être calmé, il veut se lancer dans de plus gros coups. Et quand 2 flics complètement ripoux le rencardent sur une mallette remplie de diamants, l’occasion est trop belle. Ainsi démarre notre histoire. Il va s’en suivre un jeu de chaises musicales, la mallette passant de main en main. Et évidement tout cela baigne dans les trahisons et les coups dans le dos, sinon c’est pas drôle. Le graphisme est assez fun, l’histoire sympa et agréable à lire. Mais pas plus que ça, car malgré toutes les péripéties et les coups tordus à chaque coin de page, cette histoire a déjà été lue un paquet de fois. En gros c’est rythmé, bien mené, mais pas très original. La seule question finalement est "qui sera l’auteur de la dernière entourloupe et finira avec le butin ? ". A réserver aux amateurs du genre.

07/09/2009 (modifier)