Rural !

Note: 3.82/5
(3.82/5 pour 34 avis)

Angoulême 2002 : Alph'Art du meilleur scénario "mention spéciale" 2002 : Prix Tournesol. Reportage sur l’agriculture biologique.


Agriculture et élevage Angoulême : récapitulatif des séries primées BD Reportage et journalisme d'investigation BDs à offrir Davodeau Documentaires Encrages Environnement et écologie One-shots, le best-of Pays de la Loire Prix Tournesol

C'est l'histoire d'un coin tranquille de campagne. Un couple achève d'y retaper une vieille bâtisse devenue en dix ans de travaux une agréable maison. Un peu plus loin, trois jeunes payasans, convaincus qu'une autre agriculture est possible, tentent le pari du bio. Un bien bel endroit, donc. Jusqu'au jour où la nouvelle tombe: une autoroute va bientôt passer ici. Durant un an, de sa rencontre avec les agriculteurs à la phase finale de la construction de l'autoroute, Etienne Davodeau va les suivre quotidiennement, relater leur vie, leurs efforts pour imposer une autre manière de cultiver la terre et d'élever des animaux, et leur combat désespéré contre la construction de l'autoroute. Les découragements, la combativité qui vient et qui s'en va, et puis la vie qui continue, les bêtes qui n'attendent pas, les cultures non plus, et tous ces gestes qui font le quotidien d'un paysan et qui nous semblent tellement loins. Reconnu pour ses polars et chroniques à taille humaine comme "Le réflexe de survie" ou "Quelques jours avec un menteur", Etienne Davodeau réussit ici un vrai reportage en bande dessinée. Après une année entière passée sur le terrain, il fait de cette histoire vraie une vraie histoire, aussi captivante qu'une fiction. Il prouve par la même occasion que la bande dessinée a de formidables atouts pour faire ce qu'elle faire encore peu: raconter le réel. Le livre est préfacé par José Bové.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2001
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Rural !
Les notes (34)
Cliquez pour lire les avis

24/03/2002 | Kael
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Une BD que je voulais lire depuis que j'avais fini enthousiasmé Les ignorants du même auteur. Et j'avoue que j'ai très agréablement retrouvé l'ambiance et le type d'écriture de ces reportages en bande-dessinée. C'est agréable à lire, bien dessinée, et surtout très bien construit. Le propos est également bien cherché et bien travaillé, allégé par l'humour de Davodeau. Bref, c'est un must-have. Davodeau à choisi cette fois-ci de se pencher sur l'exploitation paysanne biologique, ce qui m'intéresse beaucoup, je l'avoue, étant assez sensible à cette question. Le point de vue n'est clairement pas neutre, il faut bien le reconnaitre, et Davodeau est très orienté contre l'autoroute (ce qui peut se comprendre) et à tendance à faire aussi un peu de sentimentale, ce qui oriente assez lors de sa lecture. Mais ce sont des petits détails comparés à l'idée directrice, et j'ai pris plaisir à voir évoluer au fil de l'année les installations agricoles de ces sympathiques paysans. Autant les récoltes que les bêtes et la façon de les traiter, tout comme la reproduction, où Davodeau glissera d'ailleurs une petite pique sur le procédé. Et le propos de l'autoroute permet de ne pas se lasser, puisque nous suivrons l'évolution progressive de l'installation de celle-ci, avec son tracé, ses contraintes, et tout ce qu'elle chamboule. Le propos à de quoi choquer d'ailleurs autour de la maison qui doit être détruite, et il y a de quoi s'offusquer lorsqu'on voit le côté malhonnête du rachat. Au final, j'ai trouvé la bande-dessinée très agréable et très sympathique, différente de Les ignorants, mais en même temps très proche. Le système de narration est vraiment un plaisir et je l'ai lu avec ce sentiment. C'est de plus une BD qu'ont peut facilement prêter à toute personne s'intéressant au sujet. A lire, et à acheter. Pour ma part je continuerais la bibliographie de l'auteur, c'est sur.

13/01/2013 (modifier)
Par dut
Note: 4/5

J'ai découvert Davodeau avec Les Ignorants, je continue avec "Rural !", une BD largement appréciée par ici. Dans l'ensemble, j'ai vraiment apprécié la lecture de cette BD, car Etienne Davodeau arrive à nous transporter dans la vie de ces agriculteurs, à nous donner de l’empathie pour le couple qui est obligé de vendre sa maison, alors qu'ils ont passé des années à rénover, à cause de cette autoroute etc etc... Le dessin sert parfaitement l'histoire, ce style me plait vraiment, j'adhère ! Mais effectivement, quand je lis les avis, je ne peux qu'être d'accord avec ceux qui critiquent le fait que Rural ! est une BD trop engagée, militante. La fameuse page qui parle de l'ASF, je l'ai trouvée aussi un peu déplacée. La préface de José Bové, mouais... Je vais pas en rajouter des tartines, mais effectivement, c'est facile de ne voir que d'un coté du barbelé. Je ne suis donc pas d'accord avec la morale de la dernière case. Il n'y a pas d'un coté les gentils agriculteurs, et de l'autre la méchante autoroute... Alors certes, les choses auraient pu être mieux faites (le tracé etc) mais il y a clairement plus de paramètres à prendre en compte, et malheureusement Davodeau n'a choisi qu'un seul point de vue. C’était mon petit bémol, mais je recommande vivement la lecture de cette BD néanmoins !

27/12/2012 (modifier)
Par Blue boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue boy

Etienne Davodeau, familier de la BD documentaire, raconte ici l’histoire du projet autoroutier Angers-La Roche-sur-Yon vu depuis un petit coin de campagne, insignifiant aux yeux des promoteurs, un projet absurde impliquant un tracé aux étranges sinuosités dont les causes pourraient bien être liées à la politique locale… C’est l’éternelle fable du progrès qui est décrite, avec deux visions antagonistes qui s’affrontent : la lenteur et la qualité de vie contre la vitesse et les nuisances environnementales. Evitant l’écueil de la culpabilisation du lecteur et en suivant de jeunes paysans tournés vers le bio, Davodeau tente avec subtilité de susciter la réflexion autour d’une problématique : dans quelle société voulons-nous vivre ? Sommes-nous prêts à ce qu’un paysage et ses habitants soient sacrifiés pour nous permettre de gagner dix minutes de temps de trajet ? Davodeau a parfaitement réussi avec cette enquête qu’il a menée autant comme journaliste que dessinateur, allant au contact de ces gens, héros du quotidien, et partageant leur repas à la bonne franquette. Il y a intégré sa sensibilité d’artiste, mêlant humilité, humour et poésie, insufflant ainsi une certaine légèreté à un sujet grave et a priori pas très exaltant…Pas de doute, Davodeau sait raconter les histoires, tout en faisant appel à l’intelligence et à l’humanisme de ses lecteurs.

14/07/2012 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

C'est le 5ème album que je lis d'Etienne Davodeau (après L'Atelier, Les Amis de Saltiel, Les Ignorants et Les Mauvaises Gens) pourtant j'ai à chaque fois l'impression que je découvre totalement son travail... Après avoir apprécié Les Mauvaises Gens et adoré Les Ignorants j'ai lu sa BD-documentaire la plus connue, facette pour laquelle l'auteur est connu. Il y a une chose qui m'interpelle : Pourquoi faire l'amalgame entre l'agriculture biologique et la construction de l'autoroute ? Le lien est vraiment ténu, et l'album m'a paru foutraque... J'ai eu la désagréable impression que l'auteur parlait de toutes ses convictions, de tous les sujets qui lui tiennent à cœur, mais sans lien. D'ailleurs, j'aurais préféré que "Rural !" se concentre sur l'histoire de l'autoroute... Pourquoi ? Car j'ai lu récemment Les Ignorants (qui est certes sorti après) et qui traitait aussi du sujet de l'agriculture biologique d'une façon beaucoup plus intéressante. En effet, dans "Rural !", Davodeau nous annonce qu'il va suivre pendant 1 ans le travail de ses amis agriculteurs, mais il s'implique beaucoup moins dans ce travail que dans Les Ignorants, comme il n'aide qu'assez peu aux différentes tâches on n'a aucun détail technique qui aurait pu nous apprendre des choses. Et même si le travail à la ferme n'est qu'effleuré, au fil des pages, il se mélange au thème de la construction de l’autoroute, ce qui rend l'album un peu indigeste et pas toujours des plus intéressants (même si il se lit relativement vite)... Après, ce que Davodeau nous raconte reste assez touchant voire captivant (Davodeau a un vrai talent de narration). L'enquête est assez bien documentée et on ressort de notre lecture plus instruit, mais le scénario aurait pu beaucoup plus me convaincre. Le dessin de Davodeau est dans la même veine graphique et même style que dans ses autres œuvres engagées que j'ai pu lire (Les Ignorants, Les Mauvaises Gens), mais le dessin me paraît moins maîtrisé, moins précis et mature que dans les autres œuvres citées (celui de Les Ignorants était vraiment magnifique). Je ressors certes de cette lecture plus instruit, mais, tout comme pour Les Mauvaises Gens je ne suis pas autant enchanté qu'après ma lecture de Les Ignorants...

23/02/2012 (modifier)
Par Jérem
Note: 2/5

Rural ! est une BD documentaire. Davodeau a suivi pendant un an 3 producteurs de lait biologique associés. En même temps, il s'intéresse à la construction d'une autoroute passant à proximité de la fameuse ferme. Avec une partialité assumée et argumentée, l'auteur nous décrit le quotidien, les combats et les conceptions de production de ces paysans. En parallèle, il décrypte l'avancement de ce projet d'autoroute qui va durement impacter certains agriculteurs (pas les plus puissants évidemment). Personnellement, j'ai un vraiment lutté pour aller au bout de ma lecture malgré sa réelle qualité documentaire. Le sujet ne m'a pas franchement intéressé. De plus, j'aurais apprécié que Davodeau présente un échantillon plus large de la vie rurale de la région.

19/12/2011 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

A force de lire du Davodeau, il fallait bien que "Rural !" finisse par me passer dans les mains. Ce n'est pas tant que j'en avais après cette BD en particulier, mais plutôt que je ne suis pas un grand fan de la BD documentaire. Mais le talent de Davodeau passe encore par là. Ce qui aurait pu se terminer en bouse sous les coups de crayons de certains artistes un peu bœufs, se laisse boire comme du petit lait. Davodeau : un conteur du quotidien hors pair! Car c'est une nouvelle fois en partant de ce qui pourrait se passer à deux pas de chacun de chez nous qu'il nous embarque. Rien de plus banal qu'une autoroute et qu'une exploitation agricole. Pourtant, comme des gamins subjugués, on se laisse prendre par la main, et ce n'est qu'une fois la dernière page tournée, qu'on réalise avec quelle facilité nous avons glissé dans le quotidien des personnages qui composent ce récit. Ils nous sont maintenant familiers, et donnent envie de faire un crochet par chez eux pour les saluer et voir où ils en sont de leur aventure "bio". Il est par ailleurs intéressant de réaliser le chemin parcouru dans ce domaine en une décennie. Ce qui n'était qu'une exception est devenu un marché et un modèle à développer. Certes, l'agriculture "conventionnelle" reste dominante, mais n'est plus le modèle tant vanté et valorisé qui prévalait alors. Jetez un œil sur le forum ouvert à l'époque est instructif... Si le combat reste de mise, des points ont été marqués. Pour ce qui est du parti pris de l'auteur, cela ne m'a pas dérangé. Davodeau assume complètement son engagement, et du coup, c'est plus à nous de prendre le recul nécessaire. Concernant le dessin, si vous connaissez déjà Davodeau, rien de très nouveau. Son trait est tout de suite identifiable. Un trait fin, proche de l'esquisse, nerveux et très expressif. Si cela peu paraitre un peu brouillon au début, on se laisse ensuite porter par le récit et la beauté des paysages qu'il arrive à imposer avec (semble-t-il) trois fois rien. Petite remarque, j'ai bien aimé le fait qu'il se mette en scène dans son rôle d'observateur et les répliques qui en découlent. Ajoutez à cela une écriture très ciselée, et vous obtenez un album très réussi et d'une grande fluidité, surtout pour ce genre si particulier qu'est la BD documentaire. Un très bon moment de lecture et instructif en prime !

31/03/2011 (modifier)
Par Thaugor
Note: 4/5

Rural ne m'attirait pas trop car je ne suis pas un fan des documentaires sous forme de bd, mais au vu des bonnes notations du BDT et parce que je suis dans une phase Davodeau (où je lis tout ce que je trouve de cet auteur que j'ai découvert récemment), je me le suis procuré. J'ai tout d'abord eu du mal à entrer dans le scénario car je préfère largement les histoires type roman au documentaire, mais la façon narrative de Davodeau qui se met en scène façon reportage (en se dessinant) et la manière typique de l'auteur de raconter m'a assez plu. On prend ensuite un peu part aux malheurs de ces villageois avec cette autoroute qui va se construire près de chez eux (surtout en sachant que cette histoire est réelle). Et enfin, j'ai vraiment apprécié toutes les informations apprises sur l'agriculture bio, la façon dont ça fonctionne, et le fait d'être intégré tout au long d'une année (voir toutes les étapes agricoles) via le regard et les questions « naïves » de l'auteur (qu'un lecteur lambda comme moi peut se poser) est originale et riche en apprentissage. En ce qui concerne le contenu, c'est certain que l'auteur a un parti pris et présente ainsi sa vision des choses, sans réelle neutralité, ce qui peut certainement gêner les avis opposés à ses idées. Mais, pour le défendre, je pense que presque tous les reportages sont un peu impartiaux et orientent souvent dans une direction ou une autre. Ensuite c'est au lecteur de prendre du recul et de juger. Et pour couronner le tout, j'aime beaucoup le crayonné de Davodeau, le détail des paysages et des maisons qui donne une bonne image de la campagne, et pour le citadin que je suis, des relents de nostalgie.

24/02/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

C'était une lecture bien fastidieuse qui s'est étalée sur 3 jours. Le format ne paye pas de mine mais c'est plutôt un condensé d'informations qu'on doit ingurgiter. Ce n'est pas facile à lire mais cela sans doute vaut la peine de s'y attarder. Le sujet me plaît assez bien pour des raisons également personnelles. Il s'agit d'évoquer l'agriculture biologique à travers l'expérience d'un GAEC entre trois associés. Cependant, il ne s'agit pas que de cela. Il est également question d'une autoroute qui doit traverser les champs de ces localités isolées dans la campagne. Le mécanisme qui est mis en route est vraiment bien expliqué. On se rend compte que ce sont les puissants qui font le tracé pour pas que cela passe chez eux. C'est toujours mieux chez les autres. Par ailleurs, c'est présenté comme un progrès technologique quand c'est la nature qui recule. Je ne suis pas contre le progrès bien au contraire. Ce dernier ne doit jamais se faire au détriment des individus et surtout si ce sont les plus pauvres (désolé par les riches et les puissants!). J'ai aimé également la puissance des arguments avancés par l'auteur qui ne donner pas la parole à la partie adverse et qui s'en expliquera d'ailleurs. On pourra reprocher que c'est à sens unique. Pour moi, cela rétablit un espèce d'équilibre des forces. J'aime toujours autant les oeuvres engagées.

22/10/2009 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

A ma connaissance, «Rural !» est certainement l'album qui a (re ?)lancé le reportage documentaire dans la bd franco-belge. A défaut, on ne peut nier que « Rural !» a eu un gros succès éditorial et a amené des lecteurs à lire des bd de ce type, l’auteur Etienne Davodeau ira même jusqu’à publier quelques années après Les Mauvaises gens toujours dans le genre documentaire (mais qui n’a rien à voir avec la thématique de « Rural !»). Ce one-shot est traité comme un reportage par l’auteur, ce dernier se met en scène pour raconter l’expérience qu’il a vécue avec des agriculteurs et des habitants. Ce reportage se situe en Anjou, en pleine campagne, Etienne Davodeau a réussi à convaincre des paysans (en réalité, ce sont trois hommes qui travaillent ensemble) de lui raconter comment ceux-ci ont abandonné l’agriculture conventionnelle pour développer le bio. Ils lui raconteront aussi les contraintes de leur nouveau métier et comment ils imaginent leur avenir. Cependant, à quelques kilomètres de là, des travaux sont en cours pour y construire l’autoroute A87. Cette infrastructure va entraîner de gros changements sur le plan économique, paysager et social dans les régions qu’elle traverse… C’est l’occasion pour Etienne Davodeau de revenir sur la décision de réaliser l’autoroute et de montrer les conséquences très souvent dramatiques sur la population locale qu’a entraînée cette construction… Avant d’aller sur les détails concernant cette bd, j’aimerais vous faire partager mes impressions et mon expérience sur la construction des autoroutes. Il ne s’agit pas pour moi de défendre ces infrastructures mais de débattre entre nous sur la nécessité de les réaliser. Pour cela, revenons un peu en arrière… L’extension des villages est irrémédiablement liée à l’essor de leur population et aussi d’une volonté de la part des politiciens locaux (notamment les maires) de les développer en voulant y créer divers services pour leurs habitants (et aussi pour ne pas laisser « mourir » l’activité dans les zones rurales). Deux solutions s’offrent donc aux élus pour développer leurs communes : soit celles-ci ont les moyens financiers de créer des lotissements et par conséquent, les nouvelles habitations se situent en dehors des gros axes routiers ; soit les municipalités souffrent d’un budget modeste et par conséquent, celles-ci motivent les nouveaux propriétaires à s’implanter à proximité des grandes routes afin que ceux-ci puissent se brancher directement sur des réseaux (assainissements, électriques, etc…) qui sont généralement déjà en place. C’est cette dernière proposition que je vais développer. Dans un village, la construction d’habitat le long des grandes routes présente certes des avantages financiers pour la commune (pas besoin de créer des réseaux, de nouvelles routes municipales, etc) mais aussi des inconvénients comme l’insécurité des piétons et… surtout l’impossibilité d’élargir la traverse en cas d’un flux croissant du trafic automobile. Dès lors, lorsque ce trafic devient trop important et devant l’impossibilité de modifier les caractéristiques de cette route et après avoir usé des nombreux moyens de garantir la sécurité des habitants (feux rouges, limitation de la vitesse, chicanes, etc) la commune n’a plus qu’une solution : demander un contournement routier de la commune, c’est ainsi qu’on se retrouve en gros dans la situation des habitants présentés dans « Rural !», c’est aussi mon coup de gueule devant l’incapacité des intervenants concernés (élus, nouveaux habitants, etc) d’avoir une vision à long terme. Résultat : Dans ma région, actuellement, on met plus d’une heure à réaliser le trajet Amiens-Arras (pour environ 50 km) à cause des traverses interminables dans des villages qui ont misé sur une expansion urbaine le long de la nationale et par conséquent, il est prévu la construction d’une autoroute (comme toujours, l’Etat ne versera pas un sou pour la réalisation de cette voie)… Alors, conseil d’amis : pour les citadins voulant s’installer à la campagne en limite de village, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur le plan d’occupation des sols (POS) ou le plan local d’urbanisme (PLU) de la commune et posez-vous la question de savoir si cette municipalité aura besoin un jour de créer un contournement routier… ça vous prendra quelques heures de votre précieux temps mais ça vous évitera de vous retrouver dans la même situation que les habitants présentés dans « Rural !»… Voilà en gros ce que je voulais écrire sur cet aspect de la bd d’Etienne Davodeau. Pour le reste, en ce qui concerne l’agriculture biologique, j’ai passé un bon moment en compagnie de ces trois agriculteurs à découvrir leur métier. Les problématiques sur le bio et le réseau conventionnel m’ont semblé très bien développées, il faut dire aussi qu’Etienne Davodeau présente une excellente narration de laquelle il m’a été difficile de décrocher, à la lecture de sa bd. Après, que le lecteur soit d’accord ou non sur ce que disent les protagonistes, ça, je vous laisse juges… en tout cas, l’auteur ne cache pas ses sentiments, c’est ce qui peut agacer des bédéphiles. J’ai bien aimé le coup de patte d’Etienne Davodeau : les personnages sont facilement reconnaissables, les décors sont suffisamment fouillés… bref, c’est très plaisant à contempler. Cependant, je pense qu’une mise en couleurs (aux tons verdoyants, azur et ocre) aurait apporté un plus à la bd, du moins ça aurait permis d’y créer une ambiance plus champêtre ou plus « poussiéreuse et boueuse » selon les séquences. Pour être franc, du même auteur, j’ai préféré Les Mauvaises gens à « Rural ! ». En fait, dans « Rural ! », je reproche à Etienne Davodeau de ne pas avoir su garder sa neutralité dans le débat « autoroute ou pas ». Néanmoins, c’est une bd qui m’a marqué et interrogé comme vous pouvez le constater sur ce que je viens d’écrire (je remercie les lecteurs qui ont eu le courage de lire mon long avis)… Quand un album me fait réfléchir à ce point-là, ça veut dire tout simplement qu'il m’a fortement intéressé : je préfère mille fois une bd de ce genre à une autre qui se lit bien mais s’oublie vite ! Et encore, « Rural ! » présente –à mon avis- une excellente narration ! A découvrir impérativement !

18/02/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Dans la catégorie "bd documentaire", celle-ci est culte ! L'analyse des implications de la construction d'une autoroute pour l'ensemble des personnes qui, de près ou de loin, sont concernées, en prenant comme point de départ l'exploitation d'une ferme bio peut paraître comme un sujet de prime abord plutôt rébarbatif (au même titre que cette phrase, d'ailleurs, maintenant que je viens de me relire). Mais Etienne Davodeau fait une fois de plus parler son talent. Cet auteur a l'art d'aller chercher l'humain derrière n'importe quel thème. Ce sont donc les témoignages des exploitants d'une ferme bio, d'un archéologue, d'habitants déplacés, de comités locaux qui nous sont livrés. Et chaque témoignage révèle une histoire aux dimensions humaines. Mais Etienne Davodeau, s'il y excelle, ne se contente pas de l'anecdote. Son analyse est relativement (on reste d'un côté de la barrière) complète et n'évite pas statistiques et analyses qui, si elles alourdissent la lecture, n'en sont pas moins nécessaire dans ce type d'ouvrage. On est touché, amusé, troublé, ému et on apprend beaucoup à la lecture de "Rural !", ouvrage qui s'étale sur une année d'observations. Réussir ce type d'ouvrage sans tomber dans le sentimentalisme ou la démagogie à deux balles est un réel exploit, et l'auteur y parvient. Décidément, Etienne Davodeau est un grand humaniste.

09/02/2009 (modifier)